Une grève de la faim pour mieux soutenir son fils autiste (Le Télégramme)

« Tu dois choisir entre ton travail et ton fils ». C’est par ces mots qu’une ancienne cadre de Morlaix communauté aurait répondu aux demandes d’Anthony Valente, employé à la collecte des déchets. Depuis 2012, il réclame un accord écrit de son employeur pour entériner un planning aménagé afin de pouvoir s’occuper de son fils Merlin, diagnostiqué autiste. Sans réponse, il a entamé lundi une grève de la faim.
Publié dans Autisme

Abonnez-vous à notre newsletter

Connexion

Archives

Commentaires récents