Café/Rencontres/Ludothèque, le samedi 06 Avril 2024

Le prochain Café/Rencontre/Ludothèque à destination des familles et personnes concernées par les T.S.A., sera ouvert le samedi 06 Avril 2024, de 14h30 à 17h30, au sein des locaux de l’association au 81, Bd Albert 1er (Rennes).

De plus, lors de ce café/rencontres, nous aurons le grand plaisir de rencontrer les administrateurs du GEM Les Albatros.

Vous pourrez aussi consulter le catalogue, emprunter du matériel de la ludothèque.

Cette action est soutenue par le “Réseau Parentalité 35” et le Conseil Départemental d’Ille-et-Vilaine.

Publié dans Autisme

Adhésion 2024

En ce début d’année, voici qu’arrive la période des bilans, projets et de lancer les adhésions à l’association.

L’année 2023 a été riche en actions. On peut citer par exemple :
Pour l’année 2024, les projets et actions envisagées sont, pour l’instant :

et certainement encore bien d’autres projets en fonction des opportunités et de vos besoins.

Pour continuer à vous soutenir grâce aux actions et activités de l’association, vous pouvez adhérer et/ou faire un don :

  • en utilisant le formulaire ci-dessous,
  • ou en envoyant votre chèque à l’adresse de l’association (A.B.A. – Ille-et-Vilaine, 81 Bd Albert 1er, 35200, Rennes), accompagné de la plaquette de l’association complétée avec vos coordonnées.

Le montant de la cotisation 2024 est inchangée depuis de nombreuses années et est de 20 €.

Le système d’adhésion utilise le module web HelloAsso. Juste avant le règlement de votre adhésion, il vous sera proposé de « contribuer au fonctionnement de HelloAsso ». Vous pouvez tout à fait indiquer que vous ne voulez pas contribuer à HelloAsso, cela n’aura aucune incidence sur votre adhésion. Cette contribution à HelloAsso est totalement indépendante de l’association A.B.A. – Ille-et-Vilaine et n’est en aucun cas perçue par A.B.A. – Ille-et-Vilaine.

Publié dans Autisme

Les gènes liés à l’autisme influencent le traitement du toucher par différents mécanismes, à différents moments (The Transmitter)

Article original : Autism-linked genes shape touch processing through different mechanisms, at different times

Traduction :

Le concept provocateur de chronogénéité soutient que l’autisme implique une variété de voies de développement, de sorte que les différences individuelles dans les traits et la gravité à un moment donné ne sont qu’un instantané de processus plus vastes qui se déroulent au fil du temps. Si cette théorie est vraie, l’hétérogénéité que les scientifiques cherchent généralement à minimiser par la conception ou l’analyse des études est en fait essentielle à la compréhension de la maladie.

Une nouvelle étude impliquant “une gymnastique génétique de souris très différente”, comme le dit le chercheur principal David Ginty, professeur de neurobiologie à la Harvard Medical School, embrasse cette hétérogénéité pour mettre en évidence un ensemble de mécanismes biologiques par lesquels diverses voies de développement pourraient apparaître.

Ginty et ses collègues ont découvert que des altérations dans quatre gènes différents liés à l’autisme interfèrent avec l’amortissement des impulsions nerveuses à différents moments du développement. Les gènes agissent sur des parties distinctes du circuit neuronal qui transmet les informations tactiles de la peau au cerveau, avec des conséquences divergentes sur le comportement des animaux.

“Dans l’ensemble, cet article est un tour de force”, déclare Carlos Portera-Cailliau, professeur de neurologie et de neurobiologie à l’université de Californie à Los Angeles, qui n’a pas participé à ces travaux. “Ils combinent plusieurs approches et explorent les mécanismes à l’aide de l’électrophysiologie in vitro. C’est très complet.

Les résultats ajoutent également du poids aux conclusions précédentes du laboratoire de Ginty, qui suggèrent que certaines des caractéristiques comportementales de l’autisme ont des racines non seulement dans le cerveau, mais aussi dans le système nerveux périphérique, où les altérations sensorielles au début de la vie peuvent affecter le câblage du cerveau social.

Les souches de souris présentant des perturbations dans les gènes GABRB3, MECP2, NLGN2 ou RORB sont hyperréactives au toucher à l’âge adulte, rapportent les chercheurs dans l’article. Mais des différences entre ces souches existent dès le début de la vie.

A l’âge de 4 jours, seules les souris GABRB3 et MECP2 présentent une sensibilité au toucher, révèlent les nouveaux travaux. Ces souris bougent plus que les souris de type sauvage lorsqu’une légère bouffée d’air frappe leur dos. En revanche, les souris NLGN2 et RORB ne réagissent pas différemment de leurs congénères de type sauvage à cet âge.

“Le phénotype est le même chez les adultes, mais les racines sont différentes”, explique Amaury François, neuroscientifique à l’Institut de génomique fonctionnelle du Centre national français de la recherche scientifique, qui n’a pas participé aux travaux.

Une nouvelle technique optogénétique, qui utilise la lumière pour activer les récepteurs tactiles des pattes avant des animaux, a permis d’évaluer la sensibilité tactile chez des souris encore plus jeunes. Cette méthode a révélé que les souris GABRB3 sont excessivement réactives au toucher dès le jour de leur naissance.

De plus, cette tendance était déjà évidente lorsque les rongeurs ont été mis au monde par césarienne à 18,5 jours de gestation (la gestation d’une souris dure généralement de 19 à 21 jours). “Il est très rare de voir des chercheurs réaliser des expériences comportementales sur des animaux âgés de quelques jours seulement”, explique Ishmail Abdus-Saboor, professeur agrégé de sciences biologiques à l’université de Columbia, qui n’a pas participé à ces travaux.

Les souris GABRB3 et MECP2, qui présentent une sensibilité excessive au toucher au début de leur vie, ont également des déficits sociaux et des comportements de type anxieux à l’âge adulte. Ce n’est pas le cas des deux autres souches de souris, chez lesquelles l’hypersensibilité au toucher ne se développe que plus tard. Les résultats ont été publiés le 17 janvier dans Nature Neuroscience.

Selon Abdus-Saboor, ces résultats concordent avec ceux d’études antérieures menées par le laboratoire de Ginty. Dans ces travaux, les chercheurs ont découvert que la perturbation du traitement du toucher dans le système nerveux périphérique au cours d’une période critique au début du développement – mais pas plus tard – entraîne des comportements similaires à l’autisme chez les souris adultes.

“Cela dit, j’ai été surpris de constater que le moment importait autant, car ce qui se produit dans les premiers jours de la vie peut se manifester beaucoup plus tard à l’âge adulte”, explique-t-il à propos de cette nouvelle étude.

Ginty et ses collègues ont également découvert que les schémas de développement distincts reliant la sensibilité tactile à ces gènes reflètent des mécanismes sous-jacents distincts. Les neurones qui captent les informations tactiles dans la peau, connus sous le nom de neurones sensoriels périphériques, sont parmi les cellules les plus longues de l’organisme.

“Ils vont jusqu’au bout de l’orteil et se projettent dans la moelle épinière”, explique M. Ginty. Dans la moelle épinière, le neurone sensoriel périphérique forme des synapses avec les neurones spinaux, dont certains transmettent des messages vers le cerveau.

En divers points de ce parcours, les cellules nerveuses ont des moyens d’atténuer les signaux qui se propagent. Cette inhibition permet au système nerveux d’éliminer les informations parasites, telles que le ronronnement du réfrigérateur ou la sensation des vêtements contre le corps. Lorsque le système nerveux ne peut pas filtrer les signaux sans importance, il peut en résulter une sensibilité sensorielle, comme celle que l’on observe souvent chez les personnes autistes.

D’autres modèles de souris dans lesquels les gènes de l’autisme n’étaient perturbés que dans certaines cellules nerveuses ou certaines parties du corps ont aidé les chercheurs à démêler ces mécanismes. GABRB3 et MECP2 contribuent à atténuer les signaux avant qu’ils ne soient transmis du neurone sensoriel aux neurones spinaux, un phénomène appelé inhibition présynaptique. De leur côté, NLGN2 et RORB contribuent à atténuer les signaux qui ont déjà atteint un neurone spinal, ce que l’on appelle l’inhibition ascendante (feedforward inhibition).

“Différents modes d’inhibition interviennent à différents moments”, explique M. Ginty. Les nouveaux travaux ont montré que l’inhibition présynaptique dans ce circuit sensoriel se développe plus tôt dans la vie que l’inhibition ascendante.

Ce moment correspond à l’émergence d’une hyperréactivité sensorielle associée à ces gènes liés à l’autisme. “Ce qui est peut-être le plus intéressant, c’est que la modification de ces différents modes d’inhibition peut avoir des conséquences comportementales différentes à long terme”, explique Ginty.

Ces résultats suggèrent que différents traitements de la sensibilité sensorielle pourraient être nécessaires, en fonction du mécanisme sous-jacent, explique François. Environ 60 % des personnes autistes ont une sensibilité altérée au toucher, mais, conformément à l’hypothèse de la chronogénéité, cette caractéristique peut survenir par différentes voies et nécessiter différentes stratégies pour être apaisée.

Publié dans Autisme

Associations entre le stress parental et le temps de qualité dans les familles de jeunes atteints de troubles du spectre autistique (Journal of Autism and Developmental Disorders, 2023)

Résumé :

L’augmentation du stress chez les parents de jeunes atteints de TSA est bien documentée. Cependant, les recherches sur les aspects de la relation parent-enfant et les liens subséquents avec le stress parental sont limitées. Nous avons évalué les parents (N = 511) de jeunes atteints de TSA afin d’examiner les relations entre le stress parental et le temps de qualité parent-enfant (quantité de temps de qualité, plaisir partagé, synchronisation). Un stress parental élevé était associé à moins de temps passé à participer à des activités communes avec le jeune et à une diminution du plaisir du parent et de l’enfant lors des interactions communes. Les parents souffrant d’un stress élevé ont déclaré s’engager dans des activités partagées et faire l’expérience de la synchronisation avec leur enfant moins souvent que les parents en dessous du seuil clinique. Les recherches futures devraient mettre l’accent sur des efforts longitudinaux examinant la directionnalité de cette relation afin de mieux informer les interventions axées sur la famille.

Article original complet : Associations Between Parenting Stress and Quality Time in Families of Youth with Autism Spectrum Disorder

Publié dans Autisme

Effets du bumétanide sur le fonctionnement neurocognitif chez les enfants présentant un trouble du spectre de l’autisme : analyse secondaire d’un essai randomisé sur placebo (Journal of Autism and Developmental Disorders, 2023)

Résumé :

Dans cet article, est présentée une analyse secondaire des tests neurocognitifs de l’étude “Bumetanide in Autism Medication and Biomarker” (BAMBI;EUDRA-CT-2014-0015060-35), une étude randomisée, contrôlée versus placebo (1 : 1), testant un traitement par bumetanide de 3 mois (moins de 1 mg deux fois par jour) chez des enfants non médicamenteux de 7 à 15 ans atteints de TSA. Les enfants dont le QI est supérieur à 70 ont été analysés pour déterminer les déficits de référence et les effets de traitement sur la population en intention de traiter avec des modèles linéaires généralisés, l’analyse des principales composantes et l’analyse du réseau. Quatre-vingt-douze enfants ont été affectés au traitement et 83 ont été éligibles à des analyses. Des troubles neurocognitifs hétérogènes n’ont pas été affectés par le traitement par le bétanide. L’analyse du réseau a montré une modularité plus élevée après traitement (différence moyenne:-0,165, IC à 95 % : -0,317 à 0,013 p x 0,0034) et des modifications de l’importance relative de l’inhibition de la réponse dans le réseau neurocognitif (différence moyenne :-0,037, IC à 95 % : -0,073 à 0,001,p x 0,0022). Cette étude offre des perspectives pour inclure les tests neurocognitifs dans les essais de TSA.

Article original complet : Effects of Bumetanide on Neurocognitive Functioning in Children with Autism Spectrum Disorder: Secondary Analysis of a Randomized Placebo-Controlled Trial

Publié dans Autisme

Réunions productives dans le cadre des programmes ABA à domicile (Different Roads to Learning)

Article original : Productive Meetings in Home ABA Programs

Traduction :

Je suis un parent qui bénéficie d’un programme ABA à domicile. Nous avons la chance de pouvoir organiser des réunions mensuelles avec tous les prestataires qui travaillent avec mon enfant. Je suis à la recherche d’idées pour tirer le meilleur parti de ces réunions. Avez-vous des suggestions ?

Il est formidable que votre équipe se réunisse tous les mois ! La collaboration et la cohérence entre les membres de l’équipe professionnelle sont la marque d’un programme à domicile réussi. J’ai découvert qu’un excellent moyen de renforcer le travail d’équipe est d’organiser des réunions régulières pour que l’équipe de mon fils Ravi soit toujours sur la même longueur d’onde. Voici quelques suggestions pour vous aider à utiliser ce temps de manière efficace et efficiente. Dans notre cas particulier, nous nous réunissons tous les mois, mais n’oubliez pas que certaines équipes peuvent avoir besoin de se réunir plus ou moins fréquemment (en fonction de la composition de l’équipe, du niveau de supervision requis et des besoins de l’enfant).

Composition de la réunion

L’idéal est de prévoir un moment où toute l’équipe peut être présente. Cela inclut, si possible, les prestataires de services connexes tels que le formateur familial, l’orthophoniste, l’ergothérapeute ou le kinésithérapeute. Désignez si possible un président de séance. Il peut être difficile de réunir l’ensemble de l’équipe en raison de contraintes telles que la présence d’autres enfants, les responsabilités familiales, les horaires scolaires, le remboursement du temps passé, etc. Faites de votre mieux !

Élaborer l’ordre du jour

Il faut toujours établir un ordre du jour bien avant une réunion d’équipe. Notez que cet ordre du jour ne doit pas éluder toute autre communication qui devrait avoir lieu (par exemple, le consultant peut vouloir savoir immédiatement si un nouveau programme d’acquisition de compétences ou une stratégie comportementale ne fonctionne pas bien).

  • Commencez par noter ce qui va ou ne va pas, ainsi que les nouveaux comportements, qu’ils soient positifs ou difficiles.
  • Faites résumer et analyser les données avant la réunion.
  • Ajoutez tout ce que le superviseur ou la sagesse collective du groupe pourrait aider à résoudre.
  • Passez en revue les notes de la réunion du mois dernier en accordant une attention particulière aux questions en suspens ou non résolues. Cette étape doit avoir lieu à chaque réunion.
  • Si l’enfant reçoit également des services dans une école ou un centre, demandez également l’avis de ces prestataires.
  • Faites part à la réunion de toute observation faite par des personnes de la communauté qui met en évidence une compétence ou un déficit de compétence qui aurait pu passer inaperçu.
  • Classez les points de l’ordre du jour par ordre de priorité et, si nécessaire, allouez un temps déterminé à la discussion de chaque point.
  • Enfin, veillez à ce que l’ordre du jour soit bien équilibré et réponde aux préoccupations de chacun.

Diffuser l’ordre du jour

  • Veillez à distribuer l’ordre du jour à toutes les personnes participant à la réunion, idéalement quelques jours avant la réunion.
  • Demandez à tous les membres de l’équipe de vous informer à l’avance de tout autre point de l’ordre du jour qui n’aurait pas encore été ajouté.

Début de la réunion

  • Commencez la réunion rapidement (et terminez-la également à l’heure).
  • Assurez-vous que les points de l’ordre du jour font l’objet d’un accord et demandez s’il y a des points importants à ajouter.
  • Demandez aux membres de partager une bonne nouvelle personnelle. C’est un excellent moyen de faire connaissance et de renforcer le moral de l’équipe.

Pendant la réunion

  • Respectez l’ordre du jour dans la mesure du possible, tout en faisant preuve de souplesse pour ajouter tout nouveau point important.
  • Encouragez chaque membre de l’équipe à faire part de ses idées, de ses conseils pour travailler avec l’enfant ou de ses difficultés.
  • Demandez aux membres de l’équipe de partager avec le groupe des détails sur des renforçateurs ou des stratégies spécifiques.
  • Discutez des difficultés rencontrées pour enseigner une compétence particulière. Cela aidera le groupe à découvrir les différences entre les membres de l’équipe.
  • De même, il se peut qu’ils aient du mal à enseigner une compétence particulière. Cela les aidera à découvrir d’éventuelles divergences entre les membres de l’équipe ou des préoccupations d’ordre général.
  • des divergences entre les membres de l’équipe ou des préoccupations d’ordre général.
  • Lorsque deux membres prennent une tangente qui ne requiert pas l’attention de l’ensemble de l’équipe, demandez-leur d’en discuter après la réunion. Il peut s’agir de discussions hors sujet ou d’autres “bavardages”.
  • Découragez les participants de consulter leur téléphone ou d’envoyer des SMS pendant la réunion.
  • Variez le format si nécessaire.
  • Revoyez les vidéos en groupe (par exemple, les séances d’enseignement, la généralisation des compétences dans différentes situations).
  • Dans certains cas, faites participer l’enfant à la réunion. Chaque membre de l’équipe peut travailler brièvement avec l’enfant sur une ou plusieurs tâches pendant que le reste de l’équipe observe et donne son avis si nécessaire. Le superviseur peut prendre des notes et donner son avis par la suite, si cela s’avère plus approprié.

Veillez à terminer sur une note positive

  • Mentionnez les événements positifs ou les réalisations de l’enfant.
  • Renforcez les efforts de l’équipe ou de l’individu (soyez précis sur ce qui est loué et pourquoi).

Prendre des notes sur la réunion

  • Prenez soigneusement note de toutes les recommandations, idées ou modifications apportées à des programmes spécifiques. Les notes de réunion doivent clairement identifier les actions à entreprendre et les personnes chargées de les mener à bien (y compris le délai d’exécution).
  • Les actions qui n’ont pas été menées à bien dans les notes de réunion du mois dernier doivent être poursuivies dans les notes de réunion du mois suivant.
  • Les notes de réunion n’empêchent pas le consultant de distribuer des recommandations écrites (ceci est particulièrement important si un plan de réduction du comportement est justifié).

Distribuer les notes de réunion

  • Envoyez le compte rendu de la réunion à toutes les personnes présentes et à celles qui n’ont pas pu assister à la réunion (nous avons largement recours au courrier électronique, avec l’assurance que le contenu des courriels est privilégié et reste confidentiel). Envoyez des copies à toute autre personne concernée, comme l’enseignant de l’enfant ou d’autres prestataires de services connexes.
  • Dans certains cas, il peut être utile de demander aux participants de parapher une copie collective pour s’assurer que les notes ont été examinées et comprises, ou de répondre par courrier électronique pour l’indiquer.

Suggestion finale

Utilisez l’analyse appliquée du comportement avec votre équipe, et pas seulement avec votre enfant, en évaluant la capacité de l’équipe à utiliser les temps de réunion de manière productive et efficace et à prendre les mesures nécessaires pour améliorer à la fois le processus et les résultats du groupe. Il est utile que chacun s’engage à aider l’enfant à réaliser son plein potentiel et à s’investir dans le processus pour devenir de meilleurs prestataires et membres de l’équipe. Nous vous souhaitons bonne chance pour vos réunions.

Publié dans Autisme

Dossier Autisme France : “Les Adultes sont les Grands Oubliés”

Publié dans Autisme

AESH : Pourquoi la colère grimpe en Bretagne (Handicap.fr)

En janvier dernier, à Rennes, des parents d’élèves en situation de handicap postent une annonce sur Leboncoin pour recruter deux AESH. Une provocation pour dénoncer la pénurie d’accompagnants dans toute la France. Depuis, la colère n’est pas redescendue, au contraire…

Voir le reportage

Publié dans Autisme

Autisme : Un nouveau regard sur la marche dans la petite enfance (par J. Vinçot)

La quantification de la démarche des tout-petits promet d’améliorer le diagnostic et l’intervention dans le domaine de l’autisme.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme

Servon-sur-Vilaine. Le Kiethon nouvelle version remplit toujours sa mission (Ouest-France)

Vendredi 22 mars 2024, l’association Actions Kiêthon a proposé une soirée bilan aux bénévoles, professionnels, partenaires et familles à Servon-sur-Vilaine

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme

Manque d’AESH : “Cela met en péril les enseignants et tous les enfants d’une même classe” les parents d’élèves se mobilisent en Ille-et-Vilaine (France 3 Bretagne)

Dix écoles de Rennes et de son agglomération se sont mobilisées ce vendredi 15 mars pour dénoncer la pénurie d’accompagnants des élèves en situation de handicap (AESH) en Ille-et-Vilaine. Une réalité alarmante dans les écoles où la scolarisation de centaines d’enfants est compromise et qui affecte tous les élèves.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme

Etre autiste et sourd : docu percutant sur France 5 (handicap.fr)

“Je me sens enchaînée, mon fils aussi.” A quoi ressemble la vie des personnes autistes et sourdes ? Ce double handicap impacte considérablement la communication… et la vie de famille. 2 mères témoignent dans Etre autisourd, le 25 mars sur France 5.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme

Zone Interdite spéciale handicap : diffusion du 24 mars 2024 (M6)

Cet épisode spécial de Zone Interdite est diffusé le 24 mars 2024 sur M6. Pour revoir l’émission gratuitement, rendez-vous sur la plateforme de streaming 6play.

Publié dans Autisme

Autisme, TDH, Dys… un guide va être ajouté dans le carnet de santé (Le Parisien)

Ce nouveau guide sera incorporé au carnet de santé au printemps 2024 pour la version papier et à la fin de l’année pour la version numérique. Le but est de « systématiser » le repérage des troubles du neurodéveloppement dès l’enfance.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme

Ces champions TSA qui nous inspirent (Maison de l’Autisme)

Le parcours de Mattéo et son papa est exemplaire. Diagnostiqué #TSA à 10 ans, Mattéo découvre les joies et bénéfices du sport lorsque Frédéric, son papa, l’installe sur un tandem. S’ensuivent rapidement la course à pied et la natation. Aujourd’hui triathlète accompli à la recherche de performances, Mattéo démontre à travers son témoignage que l’on peut arriver à se dépasser au-delà des limites que semble parfois poser le handicap.

Avec son papa, Mattéo Ruberti nous livre une histoire inspirante.

Voir la vidéo

Publié dans Autisme

Quelle prise en charge pour l’autisme ? (CHU Montpellier)

Publié dans Autisme

Autisme et Numérique : l’apport des méthodes participatives dans l’éducation inclusive (Canal-u.tv)

Le cycle de conférences « Handicap & numérique » propose tous les mois un focus sur des travaux de recherche, menés au sein de l’institut, pour favoriser l’inclusion. Visionnez dès maintenant le replay de la dernière conférence : Intérêt du partenariat parent-professionnels dans l’éducation inclusive – Apport des méthodes participatives à la recherche sur l’autisme et le numérique.

Voir le webinaire

Publié dans Autisme, Numérique, Scolarité

Prestation de Compensation du Handicap (PCH) (Ma Boussole Aidants)

La Prestation de Compensation du Handicap (PCH) permet la prise en charge de certaines dépenses liées à la perte d’autonomie d’une personne handicapée.

Versée par le département, elle peut porter sur cinq types d’aides.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Droits & Législation

Nouvelle version du « Guide de repérage des signes inhabituels de développement chez les enfants de moins de 7 ans » (handicap.gouv.fr)

A l’occasion du Congrès de médecine Générale, du 21 au 23 mars, la délégation interministérielle pour les troubles du neurodéveloppement (TND) diffusera aux médecins généralistes la nouvelle version du « Guide de repérage des signes inhabituels de développement chez les enfants de moins de 7 ans ».

Lire la suite de l’article

Publié dans Accompagnements, Autisme

Ces cafés français ont des employés autistes ou trisomiques. Les Café Joyeux s’implante à New York (France 3 Bretagne)

Le tout premier a ouvert à Rennes en 2017. Depuis, la chaîne Café Joyeux lancée par Yann et Lydwine Bucaille a investit la Bretagne, mais aussi les Champs-Elysées, le Portugal et la Belgique. Ces restaurants inclusifs emploient presque exclusivement du personnel porteur d’un handicap mental ou d’une trisomie 21. Dernière ouverture en date : à New York, où l’on a inauguré le 21ème Café Joyeux.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Emploi, Monde professionnel

L’importance des casques antibruit (Autisme Diffusion)

Les personnes autistes sont confrontées à une variété de défis sensoriels dans leur environnement quotidien. Parmi ces défis, la sensibilité au bruit peut être particulièrement accablante. Les environnements bruyants peuvent déclencher des réactions d’angoisse, de douleur ou même des crises chez les personnes autistes en raison de leurs sensibilités sensorielles exacerbées. C’est là qu’intervient l’importance des casques antibruit.

Lire la suite de l’article

Publié dans Accompagnements, Autisme

Homophobie, vision rétrograde de l’autisme… Les dérives de la psychanalyse à la fac (L’Express)

Enquête. La discipline inventée par Freud est partout dans les facultés de psychologie françaises, en dépit des controverses qui l’entourent. Des étudiants ont notamment été analysés par leurs enseignants.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme

Déconstruisons les idées reçues sur l’autisme – #1 : La douleur (IMIND)

Publié dans Autisme, Formation

Une femme élue à la tête de l’Académie de médecine (TV5 Monde)

Pour la première fois en deux cents ans d’existence, l’Académie nationale de médecine sera dirigée par une femme en 2024. Le docteur Catherine Barthélémy, 77 ans, pédopsychiatre originaire de Tours s’est battue toute sa vie pour comprendre l’autisme.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme

Autisme et numérique : enjeux pour l’enseignement en ligne – B. Monthubert (FIED)

Publié dans Accompagnements, Autisme, Numérique, Scolarité

Présentation de O. Collet dans le cadre de sa thèse « Sport et autisme, un collectif pour l’inclusion » (Play International)

Publié dans Autisme, Sport

Exercice de Co-régulation : Travail d’Équipe avec Cônes et Balles (ABA-Institut)

Dans cette vidéo, nous partageons un exercice simple mais efficace de co-régulation, conçu pour aider les enfants autistes à améliorer leur coordination et leur capacité à travailler en équipe. À travers une activité ludique impliquant des cônes et des balles, découvrez comment renforcer la communication entre l’enfant et son parent.

Voir la vidéo

Publié dans A.B.A., Accompagnements, Autisme

Lettre au Président. Un combat pour l’école inclusive – Film (handicap.fr)

Voir le film

Publié dans Autisme

Josef Schovanec : “Les autistes ont besoin d’un cadre de travail adapté” (Département Seine & Marne)

Le philosophe, écrivain et militant pour la dignité des personnes autistes, Josef Schovanec, a été l’invité de la 3e conférence sur le handicap, organisée par le Département de Seine-et-Marne ce jeudi 15 février. Cette rencontre enrichissante a contribué à renforcer la politique du Département en faveur de l’inclusion par l’emploi.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Emploi, Monde professionnel

Autiste sévère tuée par sa mère : film poignant sur France 2 (handicap.fr)

Elsa a tué sa fille, autiste sévère, polyhandicapée, par “désespoir”. Ravagée, elle accepte son sort. Son avocat se bat “non pas pour la dédouaner mais pour expliquer”. “Tu ne tueras point”, un film sur un sujet brûlant le 3 avril 2024 sur France 2.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme

Motiver les changements chez son enfant (à partir de l’âge de 3 ans) : le Tableau à économie de jetons (CléPsy)

Le tableau à point, aussi appelé tableau d’économie de jetons, est un outil très important pour aider votre enfant à gagner en autonomie. L’objectif est de renforcer les comportements que l’on souhaite et faire diminuer autant que possible les comportements ‘problèmes’. Il peut être utile d’avoir quelques outils pour essayer de valoriser votre enfant, de favoriser son autonomie et de le voir plus heureux.

Lire la suite de l’article

Publié dans Accompagnements, Autisme

Webinaire : Autisme au féminin – 22.09.2021 (GNCRA)

Le GNCRA vous propose le replay de ce webinaire sur l’autisme sans déficience intellectuelle (TSA SDI) chez les femmes adultes.

Publié dans Accompagnements, Autisme

Comment détecter l’autisme chez les filles ? (Autisme Info Services)

L’autisme peut se détecter très jeune chez les enfants. Tout comme les garçons, les filles autistes présentent des signes d’alerte que les parents ne doivent en aucun cas négliger. Vous trouvez que votre petite fille s’isole ? Votre entourage vous fait la remarque sur des comportements inadaptés ? Faisons le point ensemble sur les spécificités de l’autisme chez les petites filles.

Lire la suite de l’article

Publié dans Accompagnements, Autisme

Disparition de personnes autistes et/ou présentant un trouble du développement intellectuel (handicap.gouv.fr)

Un dispositif permettant d’améliorer la réactivité et l’efficacité des forces de l’ordre face à la disparition d’une personne autiste et/ou présentant un trouble du développement intellectuel, est déployé depuis la fin du mois d’avril auprès des services de gendarmerie et de police. Le ministère de l’intérieur et la délégation interministérielle autisme–tnd ont défini ce nouveau dispositif en lien avec le monde associatif

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Soutien

L’association GEM Autisme cherche un local (Ouest-France)

Publié dans Autisme, G.E.M.

10 conseils pour les parents d’enfants autistes (Aspie Conseil)

Que Faire si votre enfant vient d’avoir un diagnostic d’autisme ou que vous le soupçonnez de l’être ? Parfois, les parents vivent ça comme un soulagement après une errance diagnostique, d’autres le vivent comme un choc. Quoi qu’il en soit, désolé de sembler vouloir vous bousculer, le temps n’est pas à la sidération. Voici 10 conseils que je propose, beaucoup sont liés à mon blog et à mes vidéos mais il existe de très nombreux sites comme : https://comprendrelautisme.com/ qui apporteront d’autres éclairages.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Formation

Lever les obstacles grâce aux plans d’intervention comportementale (Different Roads to Learning)

Article original : Unveiling Barriers with Behavior Intervention Plans

Traduction :

L’élaboration et la diffusion de plans d’intervention comportementale (PIC) constituent une approche cruciale et courante pour apporter un soutien efficace aux personnes qui présentent des comportements difficiles. Ces plans individualisés sont conçus pour réduire ces comportements qui entravent l’apprentissage et posent des risques pour la sécurité. Cependant, malgré leur importance, plusieurs obstacles entravent la réalisation des résultats souhaités. Il y a fort à parier que vous avez déjà rencontré certains de ces obstacles et que vous avez peut-être même éprouvé un sentiment d’épuisement professionnel ou le syndrome de l’imposteur. Dans le cadre d’une récente étude pilote, nous avons interrogé et sondé plus de 200 personnes chargées de rédiger ou de mettre en œuvre des PIC. L’un des thèmes de nos conclusions était alarmant : beaucoup d’entre nous se débattent discrètement.

Lorsque nous avons demandé à des spécialistes du comportement de compléter la phrase suivante : “Lorsqu’on m’a demandé pour la première fois de rédiger des plans de comportement de manière indépendante, je me suis sentie _“, les réponses étaient troublantes : comme si j’avais été jetée dans le bain, complètement dépassée, comme si j’avais dû apprendre par essais et erreurs, terrifiée, incertaine, stressée, perdue, nerveuse, tellement de pression en tant que toute nouvelle BCBA & les parents se tournent vers vous avec désespoir.

Lorsque nous avons interrogé les parents et les enseignants sur leur expérience du BIP, beaucoup ont exprimé des sentiments tels que ” ne pas le comprendre “, ” ne l’avoir vu qu’une seule fois ” ou ” ne pas croire qu’il est utile “. Si l’on considère que ce plan soigneusement élaboré est destiné à aider les personnes neurodiverses à mener une vie sûre et significative, ces expériences partagées soulignent le besoin critique d’un soutien accru dans la création et la mise en œuvre des BIP. Dans cet article, nous révélons les quatre principaux obstacles que nous avons identifiés dans le cadre de notre recherche et proposons une solution !

Obstacles à l’efficacité des PIF

  • Formation efficace : Bien qu’il s’agisse d’un ensemble de compétences cruciales pour les spécialistes du comportement et qu’elles fassent partie de leurs cours obligatoires, nos recherches ont révélé que ces professionnels manquent de confiance dans leur capacité à élaborer et à enseigner les PIC. Dans notre enquête menée auprès de plus de 200 personnes chargées d’élaborer des PIC, seules 43 % d’entre elles ont déclaré se sentir à l’aise pour choisir des stratégies adaptées aux besoins individuels de l’apprenant. Dans cette même enquête, 79,4 % des personnes interrogées ont déclaré ne pas se sentir prêtes à élaborer un PIC de manière indépendante et seulement 35 % des personnes interrogées ont déclaré qu’elles se sentaient actuellement capables de diffuser leur plan auprès de leur personnel et des parties prenantes.
  • Jargon technique : La complexité et la confusion associées à la terminologie technique couramment utilisée en matière de comportement contribuent à l’abandon de PIC potentiellement bénéfiques. Cet abandon donne aux parties prenantes le sentiment d’être insuffisamment soutenues et aux prestataires de services celui d’être inefficaces. Le langage technique affecte négativement la compréhension et l’acceptabilité des stratégies fondées sur des données probantes, en particulier pour les personnes peu ou pas formées aux principes de l’analyse comportementale appliquée (ABA). Dans notre propre enquête, nous avons constaté que 90 % des parties prenantes étaient plus enclines à utiliser les stratégies comportementales si elles étaient présentées de manière plus compréhensible. Cette difficulté de compréhension contribue probablement aux résultats des recherches publiées indiquant que les membres de l’équipe mettent en œuvre moins de 60 % des stratégies décrites dans un PIC, avec un taux d’exactitude moyen de seulement 68 % lorsqu’elles sont mises en œuvre.
  • Contraintes de temps : Dans notre étude pilote, nous avons découvert que le temps moyen consacré à l’élaboration d’un PIC était de 3,6 heures. Bien que les BCBA aient l’intention sincère d’élaborer un plan de soutien individualisé qui tienne compte des préférences, des forces et des besoins de l’apprenant, ainsi que des aspects pratiques pour l’équipe, la nature exigeante de ce processus consomme une quantité considérable de temps et d’efforts. En fait, le ” temps ” était l’obstacle numéro un signalé par les experts en comportement lors des entretiens de notre étude pilote. De nombreux BCBA sont confrontés à des contraintes de temps, ce qui limite leur capacité à consacrer les ressources nécessaires à la création de PIC complets et adaptés. Ce manque de temps peut compromettre l’exhaustivité et la qualité des PIC, ce qui a un impact sur leur efficacité globale en matière de soutien aux personnes ayant des besoins comportementaux.
  • Méthodes d’enseignement traditionnelles : Après qu’un spécialiste du comportement a élaboré un PIC, la méthode traditionnelle d’enseignement de ce plan à l’équipe consiste à leur fournir un document de plusieurs pages et à l’examiner ensemble. Cependant, nos enquêtes et recherches indiquent que cette méthode n’est pas efficace pour un apprentissage et une rétention optimaux, et qu’elle ne soutient pas de manière adéquate les personnes qui pourraient bénéficier du plan. Dans notre étude pilote, le nombre moyen de stratégies incluses dans un PIC était de 26 (allant de 4 à 45), alors que les personnes chargées de la mise en œuvre n’étaient capables de se souvenir que de 3 stratégies en moyenne (allant de 0 à 5). Cet écart est conforme aux recherches établies sur la rétention de la mémoire, qui indiquent que les informations présentées dans un texte dense sont susceptibles d’être oubliées. Le cerveau perd rapidement des informations, a tendance à négliger les parties centrales des textes longs et peut être submergé par un matériel dense.

Trouver une solution

Pour surmonter les obstacles à l’efficacité des plans d’intervention comportementale (PIC), une solution s’impose : l’impact transformateur des éléments visuels !

Qu’il s’agisse d’utiliser des ressources telles que le manuel ABA Visualized Guidebook ou de créer vos propres scénarios illustrés des stratégies comportementales recommandées, l’intégration d’éléments visuels dans les séances de coaching améliore la rétention, la compréhension et l’engagement.

De plus, comme vous pouvez laisser la ressource visuelle au parent, à l’enseignant ou au personnel chargé de l’accompagnement, les éléments visuels constituent un point de référence tangible entre les séances, ce qui garantit la continuité de la mise en œuvre. En adoptant le pouvoir des supports visuels, vous pouvez vous sentir plus confiant lorsque vous expliquez des stratégies de comportement et votre équipe peut se sentir mieux préparée à soutenir ses apprenants.

Vous souhaitez en savoir plus sur l’impact de l’utilisation de supports visuels dans les plans d’intervention comportementale ? Téléchargez gratuitement notre infographie sur le pouvoir des visuels !

Publié dans Autisme

Guide d’initiation à la mise en place de supports visuels pour adultes (CRA-LR)

Ce guide pratique élaboré par le Centre de ressources Autisme Languedoc-Roussillon est destiné aux aidants professionnels et familiaux afin d’accompagner la mise en place des aides visuelles dans la vie quotidienne.

Ce guide vise à encourager l’utilisation de supports visuels auprès des adultes autistes, en montrant leurs différentes fonctionnalités et en présentant les principes et techniques de base pour optimiser leur mise en place.

Pour télécharger gratuitement ce guide, remplissez le formulaire suivant : https://framaforms.org/remplissez-le-formulaire-ci…

Publié dans Autisme

Vivre avec un frère ou une sœur autiste (France TV)

Aujourd’hui, nous vous emmenons suivre les pas de Margot 12 ans, dont la sœur aînée est atteint d’un trouble du spectre autistique sévère… Pour mieux comprendre sa sœur et entrer en relation avec elle, Margot participe à un atelier proposé par les centres ressources autisme. Un espace de parole salutaire pour ces enfants. C’est un reportage de Mickaël Spitzberg.

Voir le reportage

Publié dans Autisme

Le caractère aléatoire de l’oculomotricité est plus élevé chez les enfants autistes et augmente avec la sévérité des symptômes (Wiley)

Article original : Oculomotor randomness is higher in autistic children and increases with the severity of symptoms

Résumé :

Diverses études ont suggéré qu’au moins certains enfants atteints de troubles du spectre autistique (TSA) voient le monde différemment. Des différences dans la structure du regard, mesurées par l’oculométrie, ont été démontrées lors de l’exploration visuelle d’images et du visionnage naturel de films à contenu social. Ici, nous avons analysé le caractère aléatoire temporel des saccades et des clignements d’yeux pendant le visionnage naturel de films, en nous inspirant d’une mesure récente du ” caractère aléatoire ” appliquée aux micromouvements de la main et de la tête dans les TSA (Torres et al., 2013 ; Torres & Denisova, 2016). Nous avons analysé un vaste ensemble de données oculomotrices de 189 enfants atteints de TSA et de 41 enfants au développement typique (TD) (âgés de 1 à 11 ans) qui ont regardé trois séquences de film à contenu social, chacune répétée deux fois. Nous avons constaté que les mesures oculomotrices du caractère aléatoire, obtenues à partir des paramètres gamma des intervalles inter-saccades (ISI) et des distributions de la durée des clignements, étaient significativement plus élevées dans le groupe TSA que dans le groupe TD et étaient corrélées avec le score de comparaison ADOS, reflétant un ” caractère aléatoire ” accru dans les cas les plus graves. En outre, ces mesures du caractère aléatoire diminuent avec l’âge, ainsi qu’avec des scores cognitifs plus élevés dans les deux groupes, et sont constantes lors du visionnage répété de chaque séquence de film. Les mouvements oculaires très “aléatoires” chez les enfants atteints de TSA pourraient être associés à une forte “variabilité neuronale” ou à du bruit, à un contrôle sensori-moteur médiocre ou à un faible engagement dans les films. Ces résultats pourraient contribuer au développement futur de biomarqueurs oculomoteurs dans le cadre d’un outil de diagnostic intégratif des TSA.

Publié dans Autisme, Formation

Accent sur la généralisation et la maintenance (Different Roads to Learning)

Article original : Focus on Generalization and Maintenance

Traduction :

Il m’est arrivé plus d’une fois qu’un élève ne fasse preuve d’une compétence qu’en ma présence. D’autres collègues m’ont dit qu’ils avaient vécu des expériences similaires. C’est très problématique. Lorsque cela se produit avec l’un de mes élèves, je ne peux m’en prendre qu’à une seule personne : moi-même. Une compétence qu’un élève ne peut démontrer qu’en ma présence est une compétence plutôt inutile et ne favorise en rien l’indépendance.

Alors que faire lorsque l’on se trouve dans cette situation ? On réapprend, en mettant l’accent sur la généralisation. Cela signifie que, dès le début, vous enseignez avec une grande variété de matériel, vous variez vos instructions, vous demandez à d’autres adultes de vous aider à enseigner la compétence et vous démontrez son utilisation dans divers environnements. La préparation des activités prend plus de temps au départ pour l’enseignant, mais permet de gagner beaucoup de temps par la suite, car l’élève a plus de chances de maîtriser la compétence. (La généralisation, après tout, est la preuve d’une véritable maîtrise).

Nous espérons que vous n’aurez pas à procéder de la sorte. Si tout va bien, vous avez mis l’accent sur la généralisation dès la première fois que vous avez enseigné la compétence. Il se peut que la généralisation soit intégrée dans le matériel que vous utilisez déjà.

Un autre problème fréquemment cité par les enseignants d’enfants autistes est l’incapacité à maintenir une compétence. À mon avis, la généralisation et le maintien vont de pair, en ce sens qu’ils exigent que vous planifiez à l’avance et que vous réfléchissiez à la manière, au moment et à l’endroit où vous mettrez en pratique les compétences acquises. Voici quelques conseils qui peuvent vous aider à maintenir les compétences acquises :

  1. Créez des fiches de toutes les compétences maîtrisées. Au cours d’une session, parcourez les fiches et mettez de côté les questions ou activités manquantes. Il se peut que vous deviez organiser des sessions de rappel sur ces questions. (Cela peut également être l’occasion d’étendre la généralisation en présentant les questions avec des matériaux, des phrases, des environnements ou des personnes différents).
  2. Réglez une alerte sur votre téléphone pour vous rappeler de faire un test de maintien deux semaines, quatre semaines et huit semaines après que l’élève a maîtrisé la compétence.
  3. Créez un espace sur vos feuilles de données pour les tâches d’entretien afin de vous aider à vous rappeler non seulement d’intégrer l’entretien dans vos programmes, mais aussi de recueillir des données sur l’entretien.

Il est extrêmement important de prendre en compte la généralisation et le maintien dès le début de toute procédure d’enseignement. Souvent, lorsque nous travaillons avec des élèves ayant des besoins particuliers, nous travaillons avec des élèves qui ont déjà un ou plusieurs niveaux de retard par rapport à leurs camarades qui se développent normalement. Ne pas enseigner la généralisation et le maintien, puis devoir réapprendre, est une perte de temps pour vos élèves.

Publié dans Autisme

L’espérance de vie des personnes autistes est plus longue au Royaume-Uni (The Transmitter)

Article original : Life expectancy lags for autistic people in United Kingdom

Traduction :

Ces résultats confirment les recherches antérieures établissant un lien entre l’autisme et la mort précoce, mais ils suggèrent également que l’écart d’espérance de vie pourrait être moins important que ce que l’on pensait auparavant.

Selon une étude menée au Royaume-Uni, les autistes sans déficience intellectuelle vivent en moyenne six ans de moins que les non-autistes.

Ces résultats confirment les recherches antérieures établissant un lien entre l’autisme et la mort précoce, mais suggèrent que l’écart d’espérance de vie pourrait être moins important qu’on ne le pensait.

“La raison pour laquelle nous avons voulu examiner l’espérance de vie est qu’il existe une statistique largement citée selon laquelle les personnes autistes vivent en moyenne 16 ans de moins, ce qui était assez effrayant”, explique le chercheur principal Joshua Stott, professeur de vieillissement et de psychologie clinique à l’University College London.

Cette statistique provient d’une étude suédoise de 2018 qui a comparé l’âge moyen au décès de plus de 27 000 personnes autistes et de 2,6 millions de personnes non autistes appariées selon le sexe et l’âge, en utilisant les données du Registre national des patients et du Registre des causes de décès du pays. Mais cette approche pourrait avoir sous-estimé la durée de vie des personnes autistes, car de nombreux adultes âgés ne sont pas diagnostiqués, explique M. Stott.

Au lieu de cela, lui et ses collègues ont utilisé des dossiers médicaux électroniques de soins primaires de janvier 1989 à janvier 2019 pour identifier 17 130 milliers d’adultes autistes sans déficience intellectuelle et 6 450 adultes autistes avec déficience intellectuelle. Ils ont apparié chaque autiste avec 10 personnes non autistes du même âge et du même sexe, avec des capacités intellectuelles comparables, provenant du même cabinet de soins primaires. Ils ont ensuite estimé l’espérance de vie globale à l’âge de 18 ans, sur la base des taux de mortalité qu’ils ont calculés pour les deux sexes biologiques pour chaque année d’âge.

Selon les estimations, les hommes et les femmes autistes sans déficience intellectuelle vivent en moyenne jusqu’à 75 et 77 ans, respectivement. En revanche, les hommes et les femmes non autistes vivent jusqu’à 81 et 83 ans environ.

L’espérance de vie des autistes présentant une déficience intellectuelle est encore plus faible : Les hommes autistes de ce groupe vivent jusqu’à 72 ans environ, soit 7 ans de moins que les hommes non autistes atteints de déficience intellectuelle. Les femmes autistes de ce groupe vivent jusqu’à l’âge de 70 ans, soit 14 ans de moins que les femmes non autistes présentant une déficience intellectuelle.

Mais comme les femmes ont toujours été sous-diagnostiquées comme autistes et que l’étude n’a porté que sur 1 600 femmes autistes présentant une déficience intellectuelle, l’estimation de leur espérance de vie doit être interprétée avec prudence, précise M. Stott.

Les études et les statistiques sont bien faites, déclare Jack Underwood, chargé de recherche clinique à l’université de Cardiff. Mais les résultats pourraient ne pas être représentatifs de l’ensemble des personnes autistes, car des données récentes suggèrent que la plupart des personnes autistes en Angleterre n’ont pas reçu de diagnostic formel, ajoute-t-il.

Selon l’étude, des biais pourraient fausser les résultats dans un sens ou dans l’autre : Les personnes ayant reçu un diagnostic d’autisme pourraient présenter davantage de traits autistiques que les autres, auquel cas les résultats pourraient surestimer l’écart d’espérance de vie. D’autre part, les personnes diagnostiquées pourraient avoir un meilleur accès aux soins médicaux, ce qui conduirait à une sous-estimation de l’écart d’espérance de vie.

Quoi qu’il en soit, l’étude ne doit pas être interprétée comme une estimation définitive de l’espérance de vie des personnes autistes, déclare Jessica Eccles, spécialiste de la médecine du cerveau et du corps à la Brighton and Sussex Medical School. “Mais c’est ce que nous avons de mieux à l’heure actuelle.

L’origine de l’écart d’espérance de vie n’est pas claire, mais il ne s’agit pas nécessairement de l’autisme lui-même, ajoute-t-elle. Les autistes sont plus susceptibles que les non-autistes de connaître d’autres problèmes de santé, notamment des troubles immunitaires, gastro-intestinaux, du sommeil et de la santé mentale. “Le fait d’être autiste en soi est un facteur de risque d’inégalités en matière de santé”, ajoute-t-elle.

Bien que les écarts d’espérance de vie constatés dans la nouvelle étude soient moins importants que ceux relevés dans les rapports précédents, ils n’en restent pas moins préoccupants, estime Mme Stott. “Même s’il s’agit d’une petite proportion, cela reste une proportion. Six ans, c’est long.

Publié dans Autisme

Conseils d’auto-soins pour les thérapeutes ABA : Gérer le stress et l’épuisement professionnel (Different Roads to Learning)

Article original : Self-Care Tips for ABA Therapists: Managing Stress and Burnout

Traduction :

En ce qui concerne les troubles du spectre autistique (TSA), l’analyse appliquée du comportement (ABA) s’est révélée être une approche transformatrice, offrant aux personnes autistes les outils dont elles ont besoin pour atteindre leur plein potentiel. Les thérapeutes et cliniciens ABA se consacrent à l’amélioration de la vie de leurs patients, ce qui peut les amener à négliger leur propre bien-être. La nature exigeante de la profession, combinée aux activités quotidiennes émotionnellement gratifiantes mais parfois épuisantes, souligne l’importance indéniable des soins personnels pour les thérapeutes ABA. En raison de la nature de ce domaine, il est essentiel pour les thérapeutes ABA de donner la priorité à l’auto-prise en charge afin de s’assurer qu’ils peuvent gérer le stress et prévenir l’épuisement professionnel.

Pour un thérapeute ABA, le stress et l’épuisement professionnel peuvent se manifester de différentes manières. Il peut ressentir une anxiété accrue et un épuisement émotionnel en raison de la nature exigeante de son rôle. Le besoin constant de maintenir un environnement structuré et contrôlé, de gérer les comportements difficiles et d’atteindre des objectifs personnalisés peut conduire à un sentiment d’accablement et de frustration. Chez Action Behavior Centers, notre engagement envers le bien-être de nos employés est inébranlable. C’est pourquoi nous nous efforçons d’offrir à nos coéquipiers et à tous les autres thérapeutes ABA une ressource précieuse de conseils pour prendre soin de soi, conçus pour répondre aux défis uniques des thérapeutes ABA dans le cadre de la thérapie de l’autisme.

Donner la priorité à l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée

Il peut être difficile de concilier les exigences d’un travail gratifiant mais exigeant avec une vie personnelle. Établissez des limites claires entre le travail et le temps personnel. Lorsque vous êtes en congé, concentrez-vous sur des activités qui vous redonnent de l’énergie et vous permettent de vous déconnecter des facteurs de stress liés au travail.

Participez à des séances de mentorat

Les thérapeutes ABA ne doivent pas sous-estimer l’importance du soutien régulier de leurs mentors. Ces séances peuvent être l’occasion de discuter de leurs préoccupations, de partager leurs expériences et de demander des conseils, ce qui peut contribuer à réduire l’épuisement professionnel et à favoriser la croissance professionnelle.

Pratiquer la pleine conscience et la réduction du stress

À l’ABC, nous offrons un abonnement gratuit à l’application Calm. L’application Calm propose aux utilisateurs des séances de méditation guidée, des exercices de respiration, des sons pour faciliter le sommeil et des techniques de relaxation pour promouvoir la pleine conscience, réduire le stress et améliorer le bien-être mental en général. Consacrez quelques minutes par jour à la pratique de la pleine conscience pour vous recentrer et réduire le sentiment d’être débordé.

Créer un réseau de soutien

Le fait d’entrer en contact avec des collègues qui comprennent les défis uniques de la thérapie ABA peut créer un réseau de soutien où vous pouvez partager vos expériences, échanger des conseils et trouver de la camaraderie. Participez à des événements professionnels, à des conférences ou à des forums en ligne pour élargir votre réseau.

Poursuivre l’apprentissage continu

Restez engagé en développant continuellement vos connaissances et vos compétences. Participez à des ateliers, des séminaires en ligne et des sessions de formation qui non seulement améliorent vos compétences, mais vous rappellent également votre engagement en faveur du développement personnel dans ce domaine.

Fixer des objectifs réalistes

Il est important de se fixer des objectifs réalisables, tant dans votre vie professionnelle que personnelle. Décomposez les grands objectifs en étapes plus petites et plus faciles à gérer. Cela permet non seulement d’éviter l’épuisement, mais aussi d’avoir un sentiment d’accomplissement en cours de route.

Trouver des débouchés créatifs

S’adonner à des activités créatives en dehors du travail peut être thérapeutique. Qu’il s’agisse de peindre, d’écrire, de jouer d’un instrument de musique ou de jardiner, le fait d’avoir un exutoire créatif peut procurer une libération émotionnelle et un sentiment d’accomplissement.

Pratiquer l’autocompassion

Reconnaissez que vous n’êtes qu’un être humain et que vous aurez de bonnes et de mauvaises journées. Traitez-vous avec la même gentillesse et la même patience que vous accordez à vos clients. N’oubliez pas que prendre soin de soi n’est pas égoïste ; c’est une nécessité.
Débrancher et se reconnecter

À l’ère du numérique, il est facile d’être constamment connecté. Faites un effort conscient pour vous déconnecter de la technologie pendant votre temps libre. Passez du temps de qualité avec vos proches, pratiquez des activités de plein air ou profitez simplement de moments de solitude.
Communiquer efficacement ses limites

La communication efficace des limites est cruciale pour la prise en charge de soi chez les thérapeutes ABA. En exprimant clairement leurs limites et leurs attentes, les thérapeutes peuvent préserver leur bien-être mental et émotionnel. Cela permet non seulement de prévenir le burnout et l’épuisement, mais aussi de maintenir la qualité des soins prodigués aux patients. En outre, le fait de fixer des limites garantit une pratique éthique et le professionnalisme, réduisant ainsi le risque de flou dans les relations thérapeutiques. Une communication transparente favorise également le respect mutuel et la compréhension des patients et de leurs familles, ce qui améliore l’efficacité globale et la durabilité de la thérapie ABA.

Alors que les thérapeutes ABA se consacrent à l’autonomisation des personnes autistes, ils ne doivent pas oublier qu’il est essentiel de veiller à leur bien-être. En mettant en œuvre ces conseils d’autosoins, les thérapeutes ABA peuvent trouver un équilibre entre la fourniture de soins exceptionnels et la préservation de leur propre santé mentale, émotionnelle et physique. En apprenant à prendre soin d’eux-mêmes, les thérapeutes ABA sont mieux équipés pour continuer à faire la différence dans la vie de ceux qu’ils servent.

Publié dans Autisme

Stratégies proactives pour réduire les comportements problématiques avant qu’ils ne se produisent (Different Roads to Learning)

Article original : Proactive Strategies for Reducing Problem Behaviors Before They Happen

Traduction :

Utilisation des routines et de la précorrection en classe pour les élèves autistes

Quelle est la meilleure façon d’aborder un comportement problématique ? Avant qu’il ne se produise ! Les procédures et les routines associées à des stratégies de précorrection sont des interventions fondées sur des preuves pour soutenir les élèves autistes. Au lieu d’attendre qu’un problème survienne et d’y réagir, utilisez des stratégies proactives pour réduire les possibilités d’apparition de comportements négatifs. Lorsque vous préparez les leçons en enseignant au préalable les attentes, les élèves savent exactement comment se comporter dans le contexte et, grâce à la répétition, ils seront plus susceptibles d’exécuter la compétence sans incitation ou soutien supplémentaire.
Procédures et routines

Qu’est-ce qu’une routine ?

Une routine est simplement un ensemble de procédures pour gérer des choses telles que l’assiduité, la remise des devoirs ou le début d’une période de cours. Elle peut également indiquer ce que les élèves doivent faire en cas d’interruptions mineures de l’enseignement, par exemple lorsqu’ils demandent à aller aux toilettes ou lorsqu’ils passent d’un endroit à l’autre de la classe. Ces procédures ne s’adressent pas nécessairement aux élèves, mais aussi au personnel. Les membres du personnel ont souvent des procédures pour attirer l’attention, distribuer des documents et afficher les objectifs de la leçon.

Comment dois-je m’y prendre ?

La clé de l’enseignement d’une procédure est d’avoir un plan. Il y a de nombreuses routines à prendre en compte tout au long d’une journée d’école. Il y a les routines de transition entre les activités dans la classe et hors de la classe, la transition vers les activités de loisir lorsque le travail est terminé, les routines de la salle de bain, les sorties à l’intérieur du cadre (pour des choses comme jeter les ordures, tailler les crayons et obtenir des fournitures), et les transitions d’urgence comme un exercice d’évacuation en cas d’incendie. Il existe également des routines réservées à l’enseignant et d’autres que seuls les élèves exécutent.

  1. Préparez un plan :

Il est utile de commencer à réfléchir à une liste étape par étape de ce à quoi vous voulez que le comportement ressemble. Réfléchissez à l’endroit où vous voulez qu’ils se tiennent ou qu’ils posent des objets et si certains moments sont appropriés ou inappropriés pour suivre la routine. Par exemple, je me suis rendu compte que je devais enseigner une routine de taille des crayons seulement après avoir constaté que les élèves taillaient leurs crayons pendant les cours, ce qui provoquait des interruptions constantes !

  1. Pratique :

Ensuite, établissez un plan pour enseigner la routine à la classe et pratiquez, pratiquez, pratiquez. En fonction de la routine et des besoins des élèves, vous pouvez développer des supports visuels avec les étapes incluses pour que les élèves puissent s’y référer, en utilisant par exemple les cartes Language Builder. Si vous n’êtes pas sûr de la procédure par laquelle commencer, réfléchissez à l’endroit où les élèves ont les comportements les plus difficiles – parfois, la raison en est qu’il n’y a pas de procédure claire.

Précorrection

Qu’est-ce que la précorrection ?

La précorrection est une stratégie proactive qui consiste à donner une incitation verbale, gestuelle ou visuelle peu de temps avant un comportement problématique anticipé. Elle peut être donnée à l’ensemble de la classe, à un petit groupe ou à un élève en particulier. Elle consiste à utiliser un langage positif pour que l’élève autiste sache ce qu’il doit faire et, tout comme les routines et les procédures, elle permet au personnel de réduire la probabilité qu’un comportement négatif se produise en premier lieu.

Pourquoi le faire ?

En s’attaquant au problème avant qu’il ne se produise, on peut se concentrer sur l’enseignement de ce qui est attendu plutôt que sur la réaction aux comportements négatifs. Si les données indiquent que l’élève autiste éprouve des difficultés dans un contexte, une routine ou une activité particulière, la précorrection peut être associée à d’autres interventions telles que l’utilisation d’histoires sociales. Il peut s’agir d’une manière positive d’enseigner une compétence plutôt que de rattraper un comportement négatif qui s’est déjà produit.

Comment dois-je procéder ?

L’avantage de la précorrection, c’est qu’elle peut être appliquée à n’importe quel moment. Si je m’apprête à poser une question à l’ensemble de la classe, je peux lever la main et dire : “Si vous connaissez la réponse, levez la main”. Cependant, il peut y avoir des moments dans votre classe où vous avez besoin d’un modèle d’enseignement plus explicite.

  1. Identifiez les moments clés :

Commencez par rechercher les périodes de la journée où les comportements problématiques sont plus susceptibles de se produire, même après avoir ajusté une routine ou une procédure et l’avoir enseignée à la classe.

  1. Indiquer les attentes :

Les élèves autistes peuvent se sentir dépassés par le nombre d’étapes à franchir. Lorsque vous énoncez les attentes, veillez à ce que les instructions soient concises. Associer la consigne à un signe gestuel ou visuel peut également aider à s’assurer que les élèves comprennent ce qu’on attend d’eux. Par exemple : “Avant de nous mettre en rang, n’oubliez pas de marcher en ligne droite, sans parler et en gardant les mains sur le corps”.

  1. Jeu de rôle :

Une stratégie à envisager pour la précorrection consiste à enseigner le modèle du “super élève”. Les recherches montrent que les élèves autistes réagissent plus efficacement lorsqu’ils imitent leurs camarades neurotypiques. Après avoir énoncé l’attente, vous pouvez dire : “Avant de nous mettre en rang, nous allons tous demander à Johnny de nous montrer comment faire”. S’il n’y a pas de pair modèle et que l’élève autiste a du mal à maîtriser une compétence particulière, vous pouvez vous entraîner avec lui en tête-à-tête, puis le jumeler avec un élève neurotypique pour qu’il serve de modèle à la classe, ou bien il peut le faire de manière autonome.

Lorsque vous utilisez l’une ou l’autre de ces stratégies pour gérer de manière proactive le comportement dans votre classe, il est essentiel de renforcer les élèves de manière positive. Cela contribuera à augmenter la probabilité que les élèves continuent à utiliser la compétence. Qu’il s’agisse d’un système formel de soutien comportemental positif ou d’un éloge spécifique au comportement, tel que “J’aime la façon dont tu as attendu la fin de la leçon pour tailler ton crayon”, il est essentiel de donner une forme de reconnaissance pour aider votre classe à fonctionner avec succès.

Publié dans Autisme

Les scores communs de réponse sensorielle peuvent ne pas tenir compte de variations importantes (The Transmitter)

Article original : Common sensory response scores may miss important variations

Traduction :

Le score “global” d’une personne en matière de recherche sensorielle, d’hyperréactivité ou d’hyporéactivité peut masquer les nuances de son expérience sensorielle individuelle.

Les différences dans la façon dont les personnes autistes réagissent à leur environnement sensoriel sont des caractéristiques du troubles depuis ses premières descriptions. Bien que les différences de réactivité sensorielle soient courantes dans de nombreux autres troubles psychiatriques et neurodéveloppementaux, l’autisme est unique en ce sens que ces différences font désormais partie de ses principaux critères de diagnostic.

Le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux, cinquième édition, répertorie trois types de réactions sensorielles différentes comme caractéristiques diagnostiques de l’autisme. Dans le cas de l’hyperréactivité (HYPER), la personne réagit de manière disproportionnée aux sons, aux odeurs, aux textures et à d’autres sensations. Une personne hyporéactive (HYPO) réagit peu ou pas du tout aux stimuli sensoriels qu’elle rencontre dans la vie quotidienne, par exemple lorsque quelqu’un l’appelle par son nom ou lorsqu’elle ressent de la douleur. À l’inverse, une personne présentant des traits de recherche sensorielle (SEEK) a besoin de certains types de stimuli sensoriels ou les recherche de manière répétée.

Un ou plusieurs de ces schémas peuvent être présents chez une même personne dans différentes modalités sensorielles, telles que la vision, le toucher, le goût ou le sens vestibulaire, qui permet l’équilibre. Pour mesurer ces schémas de réponse sensorielle chez une personne autiste, les chercheurs et les cliniciens peuvent utiliser un questionnaire destiné aux accompagnants ou un questionnaire d’auto-évaluation pour recueillir des informations sur toutes les modalités sensorielles à la fois. Par exemple, les questions visant à évaluer l’hyperréactivité porteraient sur les tendances visuelles, auditives, tactiles et autres tendances sensorielles hyper-réactives, puis combineraient les résultats en un seul score “global HYPER”.

Mais cette méthode risque de faire perdre beaucoup d’informations. Par exemple, une personne qui présente une hyperréactivité sensorielle grave et gênante limitée à un seul sens peut avoir le même score global HYPER qu’une personne qui ne présente qu’une légère hyperréactivité sur plusieurs sens.

Si la quantité de HYPER, HYPO ou SEEK dans une modalité sensorielle n’est pas fortement prédictive du même schéma de réponse dans toutes les autres modalités, le score “global” peut être trompeur et ne pas être adapté à l’objectif recherché.

Que doit donc faire exactement un chercheur ou un clinicien qui souhaite mesurer la réactivité sensorielle d’enfants ou d’adolescents autistes ? Nous pensons que l’approche la plus appropriée – basée sur l’étude la plus vaste et la plus complète jamais réalisée sur les scores des questionnaires sensoriels chez les enfants autistes – peut consister à examiner les schémas de réponse intéressants dans chaque modalité séparément (par exemple, HYPO visuel ou SEEK auditif) plutôt que de se baser sur les scores globaux.

Pour explorer cette approche, nous avons entrepris un ambitieux projet d’analyse intégrative des données au sein de l’Autism Sensory Research Consortium, un groupe de chercheurs sur l’autisme basé aux États-Unis et au Royaume-Uni, financé par la Nancy Lurie Marks Family Foundation. En regroupant les données de 10 groupes de recherche indépendants, ainsi que la base de données nationale américaine pour la recherche sur l’autisme, nous avons constitué un ensemble de données de près de 4 000 enfants et adolescents autistes couvrant un large éventail d’âges et de niveaux d’aptitude.

Il est important de noter que nous disposions pour tous ces participants de données provenant d’au moins une des mesures de réactivité sensorielle les plus couramment utilisées (le profil sensoriel ou le questionnaire sur les expériences sensorielles). Nous avons ensuite appliqué des modèles statistiques de pointe pour vérifier si les items HYPER, HYPO et SEEK spécifiques aux modalités sensorielles présentaient une corrélation suffisamment forte pour produire des scores “globaux” valides pour chaque schéma – ou si ces schémas de réponse étaient mieux évalués en tant que modalités distinctes.

Nos résultats sont nuancés. Ils confirment généralement la validité et l’interprétabilité des scores “globaux HYPER”, mais pas la validité du concept “global HYPO”. En outre, le score “global SEEK” n’était valide que lorsqu’il était construit à partir d’un sous-ensemble de modalités sensorielles, en particulier les dimensions visuelle, tactile, orale-tactile et “mouvement” (cette dernière impliquant des sensations vestibulaires et proprioceptives).

Nous avons également constaté que les mesures monomodales de HYPER, HYPO et SEEK apportaient une valeur ajoutée substantielle pour expliquer les différences individuelles au-delà de leurs scores “globaux” respectifs pour tous les schémas de réponse sensorielle. De nombreuses mesures courantes de la réactivité sensorielle chez les enfants autistes, rapportées par les soignants – en particulier celles qui indexent le ” HYPO global ” ou le ” SEEK global ” – peuvent donc présenter des problèmes psychométriques qui rendent leurs scores moins qu’optimaux.

Notamment, même si HYPER disposait de suffisamment de preuves pour justifier l’utilisation continue de scores globaux, les mesures monomodales d’HYPER semblaient également apporter une valeur ajoutée par rapport aux scores combinant des éléments de plusieurs modalités sensorielles. En d’autres termes, ces scores plus granulaires pour des concepts tels que l’HYPER visuel ou l’HYPER tactile semblent également utiles pour expliquer les différences individuelles dans la réactivité sensorielle

Nos résultats plaident en faveur de l’utilisation de scores HYPER globaux ou spécifiques à une modalité, si cela est préférable pour la question de recherche en question. Par exemple, lors d’une étude portant spécifiquement sur les différences sensorielles auditives, les chercheurs pourraient vouloir administrer une mesure HYPER auditive telle que l’Auditory Behavior Questionnaire (Aversive Reactions subscale) ou le Pediatric Hyperacusis Questionnaire plutôt que de simplement collecter une mesure générale de HYPER.

Cela dit, il n’existe pas encore de mesures unimodales robustes pour tous les concepts sensoriels pertinents. Ces travaux soulignent donc une fois de plus la nécessité de développer et de valider de nouvelles mesures, ce qui est fondamental pour une science rigoureuse.

Notre travail n’est pas sans limites. Notamment, toutes ces conclusions ne s’appliquent qu’aux questionnaires sensoriels rapportés par les accompagnants. Nous nous efforçons de comprendre si les mêmes constructions sensorielles supramodales sont valables lorsque l’on utilise des questionnaires d’auto-évaluation, des mesures observationnelles de la réactivité sensorielle ou des entretiens structurés.

Nous disposions également de données limitées concernant certaines combinaisons de modèles de réponse sensorielle et de modalités (telles que l’HYPO gustative) et peu d’éléments “multisensoriels”. Il est possible que les scores globaux HYPO et SEEK auraient été jugés valides si des ensembles d’items spécifiques à la modalité, plus robustes sur le plan psychométrique, avaient été inclus dans leur calcul.

La reproduction et l’extension de ce travail avec d’autres mesures, d’autres ensembles d’items et d’autres groupes d’âge nous permettraient de tirer des conclusions plus généralisables sur la mesure des phénotypes sensoriels chez les personnes autistes tout au long de leur vie.

Publié dans Autisme, Formation

Accueillir un élève à besoins éducatifs particuliers en maternelle (EtreProf)

Mais que sont vraiment les besoins éducatifs particuliers (ou BEP) en maternelle ? Comment les observer chez mon élève pour les prendre en compte dans ma pédagogie ? Ce guide vous apportera un cadrage théorique et des fiches pratiques outillantes pour répondre aux problématiques d’inclusion qui rythment votre quotidien enseignant.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Scolarité

Les aides financières pour obtenir une aide à domicile (Ma Boussole Aidants)

APA, PCH, aide-ménagère… Il existe des aides financières pouvant prendre en charge une partie des frais liés à l’intervention de services d’aide à domicile. Découvrez celle auxquelles vous et votre proche pouvez prétendre, les différentes étapes pour les démarches et l’interlocuteur proche de chez vous pour vous accompagner.   

Aide au lever, repas, courses, ménage…  Les interventions des services d’aide à domicile (SAD) ayant un coût financier important, il existe en France un panel d’aides financières, soumises à conditions, pour alléger les frais liés aux prestations d’intervenants à domicile.  

Ma Boussole Aidants, les liste pour vous et vous oriente vers la fiche descriptive simplifiée des démarches. Si vous avez besoin d’accompagnement personnalisé, nous vous orientons également vers l’interlocuteur proche de chez vous qui pourra vous assister dans la complétude des dossiers de demande.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Droits & Législation

Livret Enseignement Explicite (Académie de Paris)

Ce livret est un outil accessible dont l’ambition est de présenter aux personnels de l’académie une première approche de l’enseignement explicite et de partager un vocabulaire et des références communes.

lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Scolarité

Autisme – Une condition qui peut s’améliorer tout au long de la vie (Université Lyon 1)

L’autisme reste encore méconnu du grand public, parfois des personnes autistes elles-mêmes. Une situation plaçant ces dernières face à de nombreuses difficultés d’inclusion dans notre société. Au centre iMind, le centre d’excellence autisme et troubles du neuro-développement, scientifiques, cliniciens et patients travaillent ensemble à améliorer les conditions de vie des personnes autistes. Une prise en charge mettant d’abord en lumière leurs forces et tout ce qu’apporte leur perception atypique du monde.

Lire la suite de l’article

Publié dans Accompagnements, Autisme

Parent d’enfant autiste : « C’est un combat permanent » (Le Télégramme)

Liliam est en CP. À la différence de ses camarades, le jeune autiste lamballais a besoin d’un accompagnement individuel en classe. Sa maman se bat au quotidien pour qu’il grandisse sereinement, en étant bien entouré.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Scolarité

Autisme : le bruit du cerveau à l’origine de certaines caractéristiques sensorielles (par J. Vinçot)

Les fluctuations aléatoires de l’activité neuronale sont plus variables chez un modèle de souris X fragile que chez les souris de type sauvage.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme

Construction de beaucoup plus qu’une tour ! (ABA-Institut)

Publié dans A.B.A., Accompagnements, Autisme

Zoom sur la guidance parentale Barkley (Ideereka)

La guidance parentale Barkley est un accompagnement des parents par les thérapeutes. Découvrez comment elle s’articule !

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme

Webinaire Comportements Défis “Comprendre, prévenir et agir” (GNCRA)

Dans le cadre de la formation des Proches Aidants, le GNCRA et l’ensemble de son réseau propose un webinaire sur les comportements défis pouvant se manifester chez les personnes TSA avec ou sans déficience intellectuelle.

La présence de comportements défis, pouvant être tournés vers autrui, vers soi-même, ou vers les biens matériels, engendre souvent un sentiment d’impuissance et de non compréhension chez les proches aidants et professionnels.

Durant une heure, trois professionnelles de CRA présenteront la définition du comportement défi, l’analyse dite fonctionnelle, permettant de mieux saisir notamment les antécédents du comportement, et les outils pouvant être proposés pour éviter l’apparition de ce comportement.

Ce webinaire est à destination des proches aidants et des personnes autistes, et est ouvert aux professionnels souhaitant se sensibiliser aux comportements défis.

Voir le webinaire

Publié dans Autisme

Préparer des vacances dans un lieu inconnu (Deux minutes pour mieux vivre l’autisme)

Vous allez partir en vacances dans un nouvel endroit : à la montagne, à la mer, à la campagne… Découvrons ensemble comment préparer ces vacances avec votre enfant pour limiter les situations de stress et d’adaptation à la nouveauté.

Voir la vidéo

Publié dans Autisme

Mon parcours de personne autiste (Maison de l’Autisme)

En tant que personne autiste, plusieurs étapes clés sont à réaliser pour mener votre vie de la manière la plus autonome possible. Quelque soit votre situation, retrouvez ci-dessous des contenus et outils de guidance pour vous aider à y voir plus clair sur le déroulé de ces grandes étapes.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme

Parcours de diagnostic (Maison de l’Autisme)

Vous vous posez des questions sur le développement de votre enfant ? En tant qu’adulte vous n’arrivez pas expliquer certaines de vos difficultés et pensez à des signes d’autisme mais ne savez pas vers qui vous tourner pour demander un diagnostic ?

Seul un médecin, appuyé par les bilans de différents professionnels médicaux et paramédicaux, est apte à poser un diagnostic de troubles du spectre d’autisme.

Cette page vous détaille le parcours à suivre selon l’âge de la personne concernée.

Publié dans Accompagnements, Autisme

Les problèmes de santé souvent associés à l’autisme (La Lettre d’Ulysse)

Troubles gastro-intestinaux, épilepsie, problèmes de santé mentale, maladies génétiques : l’autisme frappe rarement seul.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme

Congé pour l’annonce du handicap ou d’une pathologie d’un enfant d’un salarié du secteur privé (Service-public.fr)

Avez- vous droit de prendre un congé spécifique en cas d’annonce d’un handicap, d’une pathologie chronique ou d’un cancer de votre enfant ? Quelles sont les conditions pour pouvoir bénéficier de ce congé ? Quelle est la durée du congé ? Nous vous présentons les informations à connaître sur le congé pour l’annonce du handicap ou d’une pathologie chronique d’un enfant.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Droits & Législation

Livres adaptés et accessibles traduits en pictogrammes (Lescalire)

Lescalire propose des livres adaptés et accessibles traduits en pictogrammes. Leur credo ? ” Lire à sa façon, mais comme tout le monde.”

Les livres de Lescalire présentent un concept original de narration par pictogrammes. Celle-ci favorise l’entrée dans la lecture et dans le langage pour tous, peu ou non lecteurs.

Aller sur le site de l’éditeur

Publié dans Autisme, Ludothèque

Enquête sur la situation des adultes autistes et grands adolescents (Autisme France)

Autisme France souhaite recueillir des informations concernant les difficultés rencontrées par les adultes autistes ou les adolescents proches de l’âge adulte (à partir de 16 ans).  Ces informations et les témoignages sont anonymes.  

Aller sur le site de l’enquête

Publié dans Autisme

7 Critères essentiels pour le choix d’un renforçateur en A.B.A. (Behavior Analysis Technology)

Pour être efficace, le choix du renforçateur est crucial. Voici sept critères à considérer :

  • Évaluation de préférence : Identifier ce qui motive réellement l’individu à travers une évaluation systématique.
  • Adapté au développement : Choisir des renforçateurs adaptés au niveau de développement de la personne.
  • Proximité avec le renforcement naturel : Plus le renforçateur est proche de ceux rencontrés dans la vie quotidienne, plus son estompage sera facile.
  • Adapté à l’âge réel : Assurer que le renforçateur soit approprié à l’âge actuel de l’individu.
  • Facilement maîtrisable : Le renforçateur doit être quelque chose que l’individu peut obtenir et nous le rendre facilement.
  • Ne pas être source de comportement défi : Éviter les renforçateurs qui peuvent engendrer des comportements non désirés.
  • S’assurer de l’efficacité : Observer et mesurer l’impact du renforçateur sur le comportement pour confirmer son efficacité grâce à l’analyse des données récoltées.

Pour plus d’informations

Publié dans A.B.A., Accompagnements, Autisme

Déconstruisons les idées reçues sur l’autisme – #8 : L’éducation maternelle (iMIND)

Publié dans Autisme

« L’Éducation nationale est en défaut » : ces parents d’élèves de Rennes recrutent sur Leboncoin (Ouest-France)

Deux postes d’accompagnant d’élève en situation de handicap (AESH) ne sont pas pourvus à l’école Jules-Isaac à Rennes, poussant à la déscolarisation d’enfants. Pour faire bouger les choses, les parents d’élèves ont passé une annonce d’emploi sur Leboncoin.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme

Santé BD – Ressources pour les Professionnels

Je suis un professionnel

J’utilise SantéBD pour expliquer avec des images et des mots simples la consultation et les soins

« C’est un bonheur d’avoir des outils de communication adaptés à tous. »

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme

Nouveaux regards sur l’autisme (Journal du CNRS)

Autrefois considérés comme relevant d’une maladie rare et incurable, les troubles du spectre autistique sont l’objet d’un intense effort de recherche qui permet de mieux les comprendre, mieux les diagnostiquer et mieux les prendre en charge

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme

Guide des ressources proposées aux professionnels accompagnant des personnes avec TSA (CRA Pays de Loire)

Publié dans Autisme

Café/Rencontres/Ludothèque, le samedi 09 Mars 2024

Le prochain Café/Rencontre/Ludothèque à destination des familles et personnes concernées par les T.S.A., sera ouvert le samedi 09 Mars 2024, de 14h30 à 17h30, au sein des locaux de l’association au 81, Bd Albert 1er (Rennes).

Vous pourrez aussi consulter le catalogue, emprunter du matériel de la ludothèque.

Cette action est soutenue par le “Réseau Parentalité 35” et le Conseil Départemental d’Ille-et-Vilaine.

Publié dans Autisme

Comment le regard social se développe-t-il chez l’enfant autiste ? (Université de Genève)

Une équipe de l’UNIGE montre comment les compétences sociales visuelles se développent de manière singulière chez les enfants avec autisme.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Formation

Lutter contre la solitude à l’âge adulte en promouvant précocement le lien social chez votre enfant (CléPsy)

La solitude à l’âge adulte peut avoir des conséquences néfastes sur la santé mentale et physique des personnes. Pour lutter contre cette solitude, il faut promouvoir le lien social chez votre enfant dès le plus jeune âge. Cela lui donnera les outils pour construire des liens sociaux plus forts dans sa vie d’adulte. Pour la plupart des gens, la solitude n’est pas un choix : elle est essentiellement la conséquence des événements de la vie. Développer les compétences sociales, émotionnelles et cognitives de votre enfant aux phases précoces de sa vie lui donnera des outils qu’il pourra utiliser dans sa vie d’adulte pour ne pas se retrouver dans cette situation d’isolement. C’est ce que l’on appelle les compétences psycho-sociales.

Lire la suite de l’article

Publié dans Accompagnements, Autisme

J’explore mon profil sensoriel (Hop’Toys)

Nous percevons le monde et notre propre corps par le biais de nos sens. Ainsi, notre profil sensoriel influence considérablement notre rapport au monde et à nous-même, car notre réalité change selon la façon dont nous percevons ! Pour approfondir cette compréhension, découvrez notre guide de 27 pages qui vous assiste dans l’exploration de votre profil sensoriel. Mieux vous connaître, mieux vous comprendre, vous permettra d’agir et d’être bien !

Lire la suite de l’article

Publié dans Accompagnements, Autisme

L’Autisme : Un Guide pour les Officiers et le Personnel de Police et de Gendarmerie (Autisme France)

Publié dans Autisme

La recherche sur l’autisme prototypique est probablement une impasse (The Transmitter)

Article original : ‘Prototypical autism’ research is likely a dead end

Traduction :

Les efforts visant à définir des formes “franches” ou “classiques” de l’autisme reposent sur plusieurs hypothèses que la science n’a pas encore confirmées.

L’idée d’un autisme “classique” existe depuis de nombreuses années. Dans la quatrième édition du Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM-IV), publiée en 1994, par exemple, les chercheurs et les cliniciens considéraient que le “trouble autistique” était le syndrome autistique classique, tandis que le “trouble envahissant du développement non spécifié” décrivait les personnes qui présentaient des traits autistiques mais ne répondaient pas à tous les critères du trouble autistique.

Dans le DSM-5, publié en 2013, le “trouble du spectre autistique” au sens large est devenu encore plus hétérogène et ne correspond pas, dans l’ensemble, à des facteurs génétiques ou à d’autres facteurs étiologiques. C’est peut-être pour cette raison que l’idée d’un autisme “classique”, “franc” ou “prototypique” a refait surface.

Selon un nouvel argument, le fait de commencer par des échantillons de participants à la recherche qui correspondent à la catégorie de l'”autisme prototypique” pourrait optimiser les chances de découvrir les facteurs étiologiques sous-jacents.

Les partisans de cette approche suggèrent que les chercheurs compartimentent les cas en fonction de l’âge, du sexe et des résultats, ainsi que d’autres descripteurs clés (par exemple, le degré de retard de langage ou la présence d’une déficience intellectuelle) – un cadre proposé en 2021 par Laurent Mottron, de l’Université de Montréal. Ensuite, les personnes autistes de chaque compartiment seraient incluses ou exclues en fonction de leur distance phénotypique par rapport aux cas prototypiques de ce compartiment, ainsi que de la taille de l’échantillon nécessaire pour l’étude en question.

Comment ces cas “prototypiques” seraient-ils identifiés ? Les partisans de l’approche suggèrent que l’intuition clinique des experts déterminerait la sélection, en combinaison avec des algorithmes d’apprentissage automatique et des scores quantitatifs dérivés d’outils d’évaluation diagnostique.

La typicité serait déterminée par le degré de similitude des cas avec la vision qu’ont les experts de l’autisme classique, par la rapidité avec laquelle ce jugement peut être porté et par l’exemplarité du cas d’enseignement qu’ils constitueraient. Mais cette proposition repose, selon nous, sur plusieurs hypothèses discutables.

La première préoccupation concerne l’idée que les experts s’accordent sur les cas prototypiques. Un petit nombre d’études sur l’accord inter-évaluateurs concernant les diagnostics de jeunes enfants autistes montrent de bons résultats, mais nous n’avons trouvé aucune étude de fiabilité utilisant la prototypicité comme critère. Si des experts indépendants ne parviennent pas à un accord satisfaisant sur les cas prototypiques, il semblerait que cela invalide toutes les études ultérieures portant sur ces cas.

La deuxième hypothèse est que l’obtention d’un ensemble de cas plus homogènes maximisera la possibilité de découvrir des points communs étiologiques. Bien que cela soit potentiellement vrai, ni les études neuroanatomiques ni les études génétiques n’ont jusqu’à présent permis d’établir des correspondances avec des cas graves ou similaires.

La troisième hypothèse est qu’il est peu probable que les troubles concomitants courants (par exemple, l’anxiété, les troubles du sommeil et la déficience intellectuelle) partagent des étiologies avec les caractéristiques prototypiques de l’autisme. Au contraire, elles ont probablement leurs propres causes, qui influencent la façon dont l’autisme se manifeste.

Mais une fois de plus, les données disponibles contredisent cette idée. Quelques syndromes génétiques définis présentent un phénotype qui répond aux critères de l’autisme, comme le syndrome de Phelan-McDermid.

La variante génétique sous-jacente de ces syndromes est clairement à l’origine de l’autisme et de la déficience intellectuelle, ainsi que d’autres caractéristiques distinctives de chaque syndrome. Il s’agit d’un phénomène de pléiotropie, c’est-à-dire qu’un seul gène affecte deux ou plusieurs caractéristiques.

Par ailleurs, il est difficile d’imaginer que l’autisme d’une personne ayant un QI de 30 partage l’étiologie de l’autisme d’une personne ayant un QI de 130. Même les jumeaux monozygotes ne sont pas nécessairement concordants pour l’autisme ; l’un peut être autiste et l’autre non, et les jumeaux concordants pour l’autisme peuvent encore différer dans leur comportement observé.

L’interaction entre les caractéristiques principales de l’autisme et les affections concomitantes influe également sur l’évolution de l’autisme au fil du temps (sur le plan comportemental et éventuellement biologique).

Il y a encore d’autres questions pratiques à prendre en compte dans l’utilisation de cas prototypiques : Qu’est-ce qui qualifie une personne d'”expert” ? Existe-t-il un moyen objectif de définir ces cliniciens ou ces chercheurs ? Qui déciderait ?

Une autre controverse concerne les compartiments de l’autisme. Les caractéristiques et les domaines de fonctionnement, tels que le niveau cognitif et le retard de langage, qui permettraient d’établir ces groupes ne sont pas nécessairement faciles à évaluer et sont plus dynamiques que statiques.

Le résultat global, par exemple, est difficile à prédire à partir du fonctionnement de la petite enfance, et il faudra peut-être attendre encore 5 à 10 ans pour s’en assurer. Selon une étude réalisée en 2023, 37 % des enfants ayant fait l’objet d’un diagnostic précoce perdent leur diagnostic d’autisme à l’âge scolaire, trois à cinq ans plus tard.

En outre, ces critères pourraient facilement se multiplier en un nombre impossible de compartiments (combinant, par exemple, deux niveaux de sexe, plus plusieurs niveaux de QI non verbal, de langage, d’âge, de gravité globale des traits, etc.) ). Chacun d’entre eux nécessiterait son propre cas prototypique au centre du compartiment.

À un niveau encore plus fondamental, l’argument en faveur de l’étude des cas prototypiques d’autisme suppose que l’autisme existe en tant que syndrome valide. Au cours des dix dernières années, malgré au moins six décennies d’augmentation de la littérature sur l’autisme en tant que syndrome, cette hypothèse continue d’être remise en question.

Un numéro spécial de 2014 de la revue Autism a été consacré à cette question, avec des prises de position intéressantes des deux côtés de l’argument. Alors que certains préconisent de démonter l’autisme et de ne pas présumer de la validité du syndrome autistique, d’autres – dont nous faisons partie – ont conclu que l’abandon du syndrome reviendrait à accroître encore plus largement l’hétérogénéité des conditions étudiées.

Un regard critique sur la précision des jugements diagnostiques rapides des cliniciens est également essentiel. Une enquête menée auprès de 151 cliniciens a révélé que 97 % d’entre eux se disaient familiers avec l’idée d’un “autisme franc” et qu’en moyenne, les personnes interrogées estimaient qu’environ 40 % des personnes autistes entraient dans cette catégorie et pouvaient être diagnostiquées en une dizaine de minutes. Ce travail, réalisé par Ashley de Marchena et Judith Miller, qui travaillaient alors à l’hôpital pour enfants de Philadelphie, a réintroduit le concept d’autisme franc dans la littérature scientifique en 2017. Plusieurs études récentes ont montré que les impressions initiales d’autisme (dans les 5 à 10 premières minutes) ont tendance à être correctes, mais que les impressions initiales de non-autisme passent à côté d’un nombre important de personnes atteintes de cette maladie ; on peut supposer que ces dernières sont moins prototypiques. Par exemple, ces jugements ont manqué 37 pour cent des personnes autistes dans une étude de 2024 dont les auteurs comprenaient de Marchena et l’un d’entre nous (Fein).

Parmi les mesures existantes utilisées dans la recherche sur l’autisme, le Calibrated Severity Score (CSS) de l’Autism Diagnostic Observation Schedule (ADOS) est peut-être celui qui se rapproche le plus de la prototypicité. Le CSS est un score de sévérité des traits de l’autisme qui tient compte de l’âge de la personne et de son niveau de fonctionnement linguistique. Bien que cette mesure soit conceptuellement distincte de la prototypicité, les personnes ayant un score CSS élevé pourraient bien être celles que les cliniciens jugent prototypiques.

Mais la combinaison de cas prototypiques dans les différents modules de l’ADOS pourrait aboutir à un ensemble de cas très hétérogènes. Par exemple, on peut trouver dans le même groupe un adulte très verbal ayant des interactions sociales maladroites et un enfant en bas âge non verbal présentant de graves retards de développement. Quelle est la probabilité que ces personnes partagent des étiologies, des physiopathologies, des résultats ou des traitements efficaces ?

Pour les réunir en un groupe homogène “prototypique”, il faut prendre en compte d’autres facteurs biologiques, développementaux et cooccurrents, qui sont susceptibles de ne pas répondre aux critères de définition de l’autisme prototypique.

Si la recherche sur les cas prototypiques est une impasse, quelles sont les alternatives ? Un examen exhaustif de ces suggestions dépasse le cadre de cet essai, mais plusieurs possibilités peuvent être mentionnées. Une approche fondée sur la génétique commencerait par l’identification d’un syndrome génétique et l’exploration de l’éventail des phénotypes. Une autre option consiste à étudier les enfants au cours des 18 à 24 premiers mois de leur vie, lorsque les caractéristiques de l’autisme peuvent se trouver dans une phase prodromique et que le traitement n’a pas encore commencé.

Une autre possibilité encore consiste à se mettre d’accord sur un ensemble de caractéristiques entre les sites de recherche afin de produire un large échantillon de cas bien décrits dans lequel on pourrait trouver des groupes de cas. Les chercheurs pourraient également se concentrer sur des caractéristiques moins sensibles aux facteurs environnementaux, comme les seuils de douleur apparemment élevés chez certaines personnes autistes.

Le concept de cas prototypiques est séduisant, en particulier pour les cliniciens expérimentés, dont la grande majorité pense pouvoir identifier de tels cas. Cette croyance peut cependant être un artefact de la cognition humaine, où une grande quantité d’informations variées peut produire des catégories phénotypiques fallacieuses qui ne correspondront pas aux variables biologiques.

La cognition humaine a tendance à réifier les concepts, c’est-à-dire à traiter quelque chose d’abstrait, comme une idée, comme réel ou concret. Peter Zachar, de l’université d’Auburn, a soutenu que cette tendance s’applique aux classifications psychiatriques et neurodéveloppementales. Ceux qui s’opposent à l’hypothèse selon laquelle l’autisme est un syndrome cohérent affirment que 60 ans de recherche nous ont conduits à réifier un syndrome qui n’existe pas en réalité. Cela nous semble peu probable.

Mais si l’on voulait poursuivre la prototypicité, nous pensons que l’étape suivante consisterait à évaluer le degré d’accord entre des cliniciens expérimentés de différents sites, qui n’ont pas été formés ensemble. En outre, cette approche devrait ensuite être utilisée dans une série d’efforts de recherche afin de déterminer si elle produit effectivement des résultats plus homogènes.

Nous avons fait valoir que l’application de l’approche de la prototypicité au domaine de l’étiologie repose sur plusieurs hypothèses injustifiées et qu’il est donc peu probable qu’elle fasse progresser la productivité de la recherche.

Publié dans Autisme

Allocation d’éducation de l’enfant handicapé (AEEH) (Maison de l’Autisme)

L’allocation d’éducation de l’enfant handicapé (AEEH) est une aide financière destinée à compenser vos dépenses liées à la situation de handicap de votre enfant de moins de 20 ans. L’AEEH est versée aux parents. Elle peut être complétée, dans certains cas, par d’autres allocations.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Droits & Législation

Dossier MDPH (Maison de l’Autisme)

Suite à l’obtention d’un diagnostic de Troubles du Spectre de l’autisme par un professionnel de santé, vous pouvez faire évaluer vos besoins de compensation et d’adaptation en fonction de votre situation. La Maison départementale des personnes handicapées (MDPH) est l’organisme qui accueille, informe et accompagne toute personne concernée par de telles démarches. Nous vous expliquons son fonctionnement, et comment faire une première demande à la MDPH , dans cet article.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme

Autisme & Alimentation : https://tousatable-tsa.org/

TouSAtable est un site d’information et d’accompagnement pour les parents d’enfants autistes, et plus largement, tous ceux dont les enfants présentent des signes de troubles alimentaires.

Aller sur le site

Publié dans Autisme

La Psychomotricité : Apports dans l’accompagnement des adultes porteurs d’un trouble du spectre de l’autisme (TSA)

Publié dans Autisme

La CAA, Qu’est-ce que c’est ?

Publié dans Accompagnements, Autisme

Formation comportementale entre frères et sœurs (ASAT)

Apprendre à interagir et à interagir avec d’autres enfants fait partie des nombreux défis sociaux auxquels sont confrontés les enfants atteints de troubles du spectre autistique (TSA), certains trouvant difficile une interaction sociale même minime. L’inclusion des frères et sœurs dans le traitement peut être potentiellement efficace pour aider un enfant autiste à développer ces importantes compétences d’interaction.

Lire la suite de l’article

Publié dans A.B.A., Accompagnements, Autisme

Le pronoms au travail (Different Roads to Learning)

Article original :

Traduction :

Pourquoi les enfants ont-ils tant de mal à l’apprendre ? L’une des raisons probables est que l’utilisation des pronoms est déterminée par le contexte. Apprendre à les utiliser nécessite un suivi vigilant des différents locuteurs et auditeurs (vous, je, ils, il, elle, Ralph, etc.), ainsi que des différents événements. Il s’agit d’un processus complexe qui nécessite une attention particulière à qui est en possession de quoi, aux changements de possession, à qui a fait ou dit quoi, et qui a fait ou dit quoi à qui, etc. Si notre objectif est d’aider les enfants à utiliser les pronoms et à y répondre de manière appropriée, par où commencer ?

Les pronoms sont des mots qui remplacent les noms. Bien que l’on dise souvent que nous “traitons les pronoms”, cette affirmation n’a pas de sens. Les pronoms ne sont pas des objets, des événements ou des propriétés d’un objet ou d’un événement. Ce sont simplement des mots. Ils existent dans la langue et sont utilisés dans le cadre d’une pratique linguistique normative. Il n’y a pas de pronoms dans le monde et cela n’a donc aucun sens de dire que nous les “traitons”.

Lorsqu’il s’agit d’apprendre les pronoms, les enfants doivent apprendre les choses compliquées que nous faisons lorsque nous les utilisons, les circonstances dans lesquelles nous utilisons tel ou tel pronom et les “acrobaties linguistiques” nécessaires pour les utiliser couramment. Ainsi, par exemple, lorsqu’on dit à un enfant : “Va dire à maman que tu as besoin de ses clés”, il doit être capable de formuler la réponse : “Maman, je veux tes clés”.

L’enseignement des pronoms doit se faire lentement et nécessite une pratique considérable (répétition). Il faut mettre en place des rudiments avant de s’attaquer à des dispositifs et à des objectifs plus complexes.

Les premiers exercices sur les pronoms deviennent rapidement beaucoup plus complexes car des “transformations” sont nécessaires. Par exemple, un programme standard du type “Mon/votre programme” (l’enseignant dit : “Touchez mon nez ou touchez votre nez”) nécessite l’apprentissage d’une discrimination simple. Cependant, lorsqu’une question complémentaire telle que “À qui appartient ce nez ?” est posée, les choses deviennent très difficiles pour les enfants, car ils doivent modifier leur réponse de telle sorte que ce qui était simplement “mon” devienne “ton” et vice versa. L’enseignement de l’utilisation des pronoms nécessite l’exécution méticuleuse d’essais distincts. En outre, l’incitation par écho est contre-indiquée. Les enfants devront apprendre à répondre à une instruction du type “dites”. L’exercice ci-dessous, tiré de Lund et Schnee (2018), illustre précisément comment

Pronoms nominaux (4) : Changement de locuteur

(Cet exemple d’exercice fait suite à des exercices plus basiques sur les pronoms).

Objectif

Apprendre à l’enfant à utiliser les pronoms nominaux “Je” et “Tu”, associés à des noms propres.

Mise en place

Trois personnes ou plus sont nécessaires

Demandez à l’enfant de tenir un objet (par exemple une tasse) et à vous et à un assistant de tenir chacun un objet différent. Vous et l’assistant demandez à tour de rôle.

Procédure

Première étape : Vous et l’assistante posez à tour de rôle les questions suivantes : “Qui a le “X” (par exemple la tasse), “Qui a le “Y” (par exemple la balle), “Qui a le “Z” (par exemple la cuillère) ? Lorsque vous posez des questions concernant l’assistante, l’enfant la désigne par son nom. Lorsque vous êtes le spectateur et que l’assistant pose des questions, l’enfant vous appelle par votre nom et l’assistant par “vous”. Bien entendu, l’enfant se nomme toujours “je” et lorsque vous posez des questions, l’enfant se réfère à “vous” en disant “vous”.

Deuxième étape : Vous ou l’assistant demandez à l’enfant “Qu’est-ce que tu as”, “Qu’est-ce que j’ai”, “Qu’est-ce que (la personne/le nom propre a ?)”.

Incitez l’enfant à donner des réponses correctes en fonction de la personne qui possède chaque objet : “J’ai le X” ou “Tu as le Y”, “Le nom propre” (Sally) a le Z”. Cette étape est plus difficile que la première car elle nécessite la transformation du pronom. Veillez à changer ce que chacun d’entre vous tient afin que l’enfant ne mémorise pas les réponses.

Considérations

Cet exercice ne consiste pas seulement à répondre à des questions. Il implique une deixis personnelle ; la bonne réponse dépend de la personne qui pose la question. L’objectif principal est d’apprendre à l’enfant à dire “tu” lorsque le locuteur lui demande ce qu’il tient, à dire “je” lorsque le locuteur lui demande ce qu’il tient et à utiliser un nom propre lorsque l’enfant est interrogé sur ce qu’une autre personne tient (si cette personne n’est pas le locuteur). Cette discrimination demande beaucoup d’entraînement.

Si l’enfant éprouve des difficultés avec ces arrangements, segmentez l’enseignement en séquences “commutées” plus petites, comme décrit à l’étape 3 de l’Attribution de pronoms à des images de personnes 1.

Publié dans A.B.A., Accompagnements, Autisme

Un point éclairage sur la fonction exécutive dans la salle de classe de la petite enfance (Different Roads to Learning)

Article original : A Spotlight On Executive Function in the Early Childhood Classroom

Traduction :

Lorsqu’on demande aux enseignants de maternelle quelles sont les compétences qu’ils souhaiteraient voir acquérir par leurs élèves en début d’année, leurs réponses peuvent être surprenantes ! Les parents et les personnes qui s’occupent des enfants se préoccupent souvent de s’assurer que leurs enfants savent dire leur alphabet, compter jusqu’à 10 et connaître leurs couleurs. Certains pensent que leurs enfants devraient savoir lire dès leur entrée à l’école maternelle. Cependant, les enseignants de maternelle ont souvent d’autres priorités et recherchent plutôt des compétences telles que :

  • Capacité à écouter et à suivre les instructions
  • suivre les routines de la classe
  • contrôler ses impulsions
  • Résoudre un conflit ou un problème calmement avec un autre enfant

Les enseignants de maternelle accordent une grande importance à ces compétences, car elles sont essentielles à la préparation à l’école et ouvrent la voie à la réussite scolaire et sociale des enfants. En outre, les enfants qui accusent un retard dans ces compétences peuvent nécessiter une attention disproportionnée de la part des enseignants, faire dérailler les activités et les routines de la classe et interférer avec l’apprentissage des autres enfants.

Ces compétences de préparation à l’école sont sous-tendues par un ensemble de capacités de réflexion d’ordre supérieur, collectivement appelées fonctions exécutives (FE). Les FE sont les fonctions de contrôle cognitif qui nous aident à inhiber nos impulsions initiales et à réfléchir avant d’agir.

Bien que la plupart des enseignants reconnaissent l’importance des fonctions exécutives, celles-ci ne sont pas explicitement enseignées dans la plupart des structures d’éducation préscolaire (ni à aucun moment de l’expérience éducative des enfants).

Quelles sont les compétences qui font partie du fonctionnement exécutif ?

Trois compétences clés sont généralement reconnues comme étant au cœur du fonctionnement exécutif :

  1. La mémoire de travail : le fait de garder des informations à l’esprit pour les manipuler, les travailler ou agir ultérieurement.
  2. Le contrôle inhibiteur : la capacité à réguler son attention, son comportement, sa pensée et ses émotions, en particulier en réponse à des distractions ou à des tentations.
  3. la Flexibilité cognitive : capacité à modifier sa façon de penser, par exemple en changeant d’approche pour résoudre un problème si l’approche précédente ne fonctionne pas ou en reconnaissant et en répondant lorsque les exigences de la tâche ont changé.

Sept autres compétences sont également considérées comme relevant de la FE, qui s’appuient souvent sur les trois compétences fondamentales de la FE :

  1. Initiation : la capacité de commencer une tâche ou une activité ou de générer des idées de manière indépendante afin de répondre à des questions, de résoudre des problèmes ou de répondre à des exigences environnementales.
  2. Fluidité : la fluidité avec laquelle une personne peut accéder à des connaissances ou à des compétences pertinentes et les utiliser.
  3. Planification : la capacité d’identifier et d’ordonner les différentes étapes nécessaires pour atteindre un objectif spécifique.
  4. Organisation : la capacité à établir des priorités et à prendre des décisions concernant les tâches à entreprendre et les ressources nécessaires pour mener à bien ces tâches.
  5. Résolution de problèmes : exécuter les étapes pour atteindre un objectif souhaité, tout en surveillant les progrès et en procédant aux ajustements nécessaires.
  6. Conscience du temps : partie de la compétence plus large de gestion du temps, qui comprend la capacité à anticiper la durée des tâches, à être conscient des contraintes de temps, à suivre ses progrès et à ajuster son comportement afin d’achever les tâches efficacement.
  7. Régulation des émotions : compétences permettant d’identifier ses propres états émotionnels et de réagir de manière appropriée aux expériences émotionnelles.

Pourquoi les compétences en matière de fonctions exécutives sont-elles importantes ?

Les compétences en matière de fonctions exécutives permettent de prédire toute une série de résultats à court et à long terme !

  • Elles sont un meilleur indicateur de la préparation à l’école que le QI.
  • Elles sont également associées à de meilleurs résultats en lecture et en mathématiques tout au long de la scolarité des enfants.
  • Lorsqu’elles sont testées au cours de la petite enfance, les aptitudes psychologiques prédisent les résultats obtenus plus tard au cours de l’enfance et de l’adolescence, notamment en matière de santé psychologique et physique.
  • Étant donné que les aptitudes en matière d’éducation physique sont si prédictives des résultats ultérieurs, elles sont de plus en plus reconnues comme un domaine d’intervention d’une importance cruciale.

“La formation à l’EF précoce est … un excellent candidat pour égaliser les chances et réduire l’écart de réussite entre les enfants les plus et les moins favorisés”. Diamond et Lee (2011, p. 6)

Les fonctions exécutives peuvent-elles s’améliorer ?

Oui ! Tous les jeunes enfants (qu’ils se développent normalement ou qu’ils aient des difficultés) peuvent tirer un grand profit de l’enseignement des fonctions exécutives ! La pratique fréquente de ces compétences et l’augmentation graduelle de la difficulté profitent le plus aux enfants en termes de généralisation et d’augmentation des gains. Les praticiens et les parents devraient envisager :

  • Fournir un enseignement ciblé sur les compétences de l’EF.
  • Combiner l’enseignement ciblé et explicite des compétences en EF avec d’autres activités permettant aux enfants d’appliquer et de mettre en pratique ces compétences.
  • Intégrer les compétences ciblées en matière d’éducation à la santé dans les routines quotidiennes.
  • Fournir de multiples occasions chaque jour, en particulier pour les enfants handicapés, de tester et de mettre en pratique les compétences en matière d’éducation à la santé.

“La plupart des experts considèrent que le développement des compétences d’autorégulation, dont les fonctions exécutives sont le joyau de la couronne, est l’objectif le plus important d’une éducation préscolaire de qualité – pour aider les enfants à concentrer leur attention, à s’exprimer sur le plan émotionnel, à ne pas être impulsifs et à s’engager dans des interactions utiles et significatives avec les personnes qui s’occupent d’eux et avec les autres enfants.” Blair (2017, p.4)

Publié dans Accompagnements, Autisme, Scolarité

Ecole : AESH, le temps du midi sera financé par l’Etat ! (handicap.fr)

L’accompagnement des élèves handicapés par un AESH lors des repas du midi sera pris en charge par l’Etat, annonce Gabriel Attal lors de son discours de politique générale le 30 janvier 2024. Il va ainsi dans le sens du Sénat, qui avait voté une PPL.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Scolarité

ATYPIE-FRIENDLY : Programme national pour rendre l’enseignement supérieur inclusif pour les personnes avec trouble du neuro-développement

Réussir l’université inclusive, c’est l’ambition majeure d’Atypie-Friendly, qui élargit le travail et les ambitions d’Aspie-Friendly. Alors qu’Aspie-Friendly franchit une nouvelle étape, en s’élargissant aux autres Troubles du Neuro-Développement (TND), nous avons choisi de changer de nom, tout en gardant intactes les motivations de notre engagement : réussir l’université inclusive.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Scolarité

C’est mouillé/sec, chaud/froid, propre/sale, plié/en tas et froissé/repassé (AutismEnjeux)

Ces notions sont souvent confondues par les enfants avec handicap. Ce vocabulaire fait pourtant partie de la vie quotidienne et est important à connaître car est utilisé fréquemment.

Le seul moyen de le travailler efficacement est de le travailler en milieu naturel, le travailler sur image de prime abord n’a aucun sens !!

Lire la suite de l’article

Publié dans Accompagnements, Autisme

Comprendre le ET, puis de ET vs OU (AutismEnjeux)

Voici un support pour travailler le « ET » de coordination : a ET b.

Ces fiches sont calibrées pour être utilisées dans une boîte à compter de chez Nathan.

Aller sur le site

Publié dans Autisme

Motiver les changements chez son enfant (à partir de l’âge de 3 ans) : le Tableau à économie de jetons (CléPsy)

Le tableau à point, aussi appelé tableau d’économie de jetons, est un outil très important pour aider votre enfant à gagner en autonomie. L’objectif est de renforcer les comportements que l’on souhaite et faire diminuer autant que possible les comportements ‘problèmes’. Il peut être utile d’avoir quelques outils pour essayer de valoriser votre enfant, de favoriser son autonomie et de le voir plus heureux.

Lire la suite de l’article

Publié dans A.B.A., Accompagnements, Autisme

Harcèlement des élèves avec un TSA : comment réagir ? (Etre Prof)

43,6% des jeunes présentant un trouble du spectre de l’autisme (TSA) sont victimes de harcèlement scolaire, contre 10,2% dans la population générale des élèves. Un ou une élève autiste a quatre fois plus de risques de subir un harcèlement pendant sa scolarité (source). Les conséquences du harcèlement sur la scolarité sont multiples : sommeil altéré, anxiété, irritabilité, culpabilité, perte de confiance en soi, démotivation, refus scolaire, etc. 

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme

Quand les enfants autistes vont à l’école (Le Figaro)

Sophie de Tarlé, rédactrice en chef du Figaro Étudiant, reçoit Julie Tuil, orthophoniste spécialiste de la méthode ABA, Eva Battaglia, mère d’Esther, enfant autiste de 4 ans et Alexandre Ouimet Stors, père de James, enfant autiste de 7 ans.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme

Percujam, le groupe de musique qui a conquis Julien Doré et fait changer le regard sur l’autisme (Huffington Post)

Composé d’adultes autistes et de leurs éducateurs, le groupe Percujam partage un message d’espoir et de tolérance, le tout en musique. Julien Doré est l’invité de leur prochain album

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme

Les tampons de monnaie en euros : pièces et billets (AutismEnjeux)

Il y a sur ce site un article consacré entièrement au travail de la monnaie en euros, vous pouvez vous y rendre par ici.

Aller sur le site

Publié dans Autisme, Scolarité

La sensorialité. Qu’est-ce que c’est ? (C.R.A. Centre)

Les causes principales de l’apparition des troubles du comportement dans le Trouble du Spectre de l’Autisme (TSA) sont

  • le trouble de la communication
  • le trouble du traitement des informations sensorielles
  • les douleurs somatiques

Afin de comprendre et d’accompagner au mieux la personne avec Autisme, il est donc nécessaire de bien prendre en compte les troubles sensoriels éventuels qui peuvent perturber significativement le développement et les comportements au quotidien.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme

Une formation sur les troubles du neurodéveloppement pour les internes (UNESS)

Tous les étudiantes et étudiants en 3e cycle de médecine, quelle que soit leur spécialité, peuvent suivre, à leur rythme, une formation aux troubles du neurodéveloppement (TND).

La formation aux troubles du neurodéveloppement (TND) destinée aux internes a été présentée officiellement lundi 11 décembre 2023

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Formation

Bilan de l’année : Le meilleur de “Spectrum” en 2023 (par J. Vinçot)

Voici cinq articles à lire absolument, tirés de la couverture par “Spectrum” de la recherche sur l’autisme au cours des 12 derniers mois.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Formation

Comment puis-je diagnostiquer un patient potentiellement autiste ? (Maison de l’Autisme)

La démarche de diagnostic est initiée lorsqu’un repérage a été effectué par des professionnels de « première ligne » (médecins de ville, de Protection Maternelle et Infantile (PMI), professionnels de la petite enfance, école…) à partir d’une alerte, le plus souvent donnée par l’entourage (enfants et personnes dépendantes) ou la personne elle-même (adultes autonomes).

Lire la suite de l’article

Publié dans Accompagnements, Autisme

Ecole inclusive : le Conseil constitutionnel censure une réforme introduite par l’éducation nationale dans le projet de loi de finances (Le Monde)

Le gouvernement avait traduit les engagements pris par le président de la République, Emmanuel Macron, dans un article réformant les modalités de prise en charge et d’accompagnement des enfants en situation de handicap à l’école.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Scolarité

Droits et aides financières pour les aidants (Ma Boussole Aidants)

Adaptation du logement, aides à domicile, centres adaptés, placement en établissement ou résidences… Les solutions et prestations qui participent à la vie quotidienne d’une personne dépendante ont un coût. Dans une majorité de cas, ce sont aux aidants de trouver comment les financer, voire même d’y participer.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Droits & Législation

Appui au déploiement de l’habitat inclusif (CNSA)

Différentes mesures sont engagées pour encourager le développement d’habitats inclusifs : un soutien financier, l’organisation des conférences des financeurs de l’habitat inclusif, mais aussi des outils tels qu’un guide d’aide au montage de projet ou des temps d’échanges de bonnes pratiques entre acteurs concernés, promus ou identifiés par l’Observatoire national de l’habitat inclusif.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Habitat

L’IA détecte l’autisme à partir de photos de la rétine ? (handicap.fr)

Détecter l’autisme à partir de photographies de la rétine ? C’est l’ambition de chercheurs coréens qui ont mis au point un algorithme d’intelligence artificielle permettant de distinguer les enfants neuro-atypiques avec 100 % de bonnes réponses.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme

Pôles d’appui à la scolarité : la réforme censurée ! (handicap.fr)

La création de Pôles d’appui à la scolarité (PAS), qui donnait plus de pouvoirs à l’Education nationale pour définir les modalités d’accompagnement des enfants handicapés à l’école, est censurée par le Conseil constitutionnel.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Scolarité

AAH : recevez une aide de 600 euros pour du très haut débit (handicap.fr)

Bénéficiaire de l’AAH, vous n’êtes pas raccordé à la fibre ou à l’ADSL ? Vous êtes désormais éligible à une aide d’Etat, jusqu’à 600 euros, pour acquérir un équipement alternatif (satellite, 4G fixe ou boucle locale radio).

Lire la suite de l‘article

Publié dans Autisme, Droits & Législation

Parcoursup 2024 : toutes les formations accessibles ! (handicap.fr)

Etudiants handicapés, les études supérieures vous font de l’œil ? Pour connaître les conditions d’accueil et aménagements proposés dans chaque formation, RDV sur le moteur de recherche de Parcoursup 2024. La phase d’inscription début le 17 janvier.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme

Café/Rencontres/Ludothèque, le samedi 10 Février 2024

Le prochain Café/Rencontre/Ludothèque à destination des familles et personnes concernées par les T.S.A., sera ouvert le samedi 10 Février 2024, de 14h30 à 17h30, au sein des locaux de l’association au 81, Bd Albert 1er (Rennes).

Vous pourrez aussi consulter le catalogue, emprunter du matériel de la ludothèque.

Cette action est soutenue par le “Réseau Parentalité 35” et le Conseil Départemental d’Ille-et-Vilaine.

Publié dans Autisme, Café/Rencontres

Bonne année 2024 !

L’association A.B.A. – Ille-et-Vilaine vous adresse tous ses meilleurs vœux pour cette nouvelle année 2024.

Qu’elle vous apporte beaucoup de joie, de bonheur, de réussite et surtout, en cette période incertaine, qu’elle vous garde en bonne santé.

Nous profitons de ces vœux pour remercier tous les partenaires et toutes les personnes qui nous ont manifesté leur soutien tout au long de l’année 2023.

Si vous aussi, vous désirez soutenir les personnes concernées par les troubles du spectre de l’autisme, via nos actions et nos projets, vous pouvez faire un don à l’association (don déductible de vos impôts sur le revenu à hauteur de 66% de votre don et dans la limite de 20% de votre revenu imposable) :

Publié dans Autisme

Ecole inclusive : le Conseil constitutionnel censure une réforme introduite par l’éducation nationale dans le projet de loi de finances (Le Monde)

Le gouvernement avait traduit les engagements pris par le président de la République, Emmanuel Macron, dans un article réformant les modalités de prise en charge et d’accompagnement des enfants en situation de handicap à l’école.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Droits & Législation, Scolarité

Boîte à outils – Pictogrammes

Répertoire des principales banques de pictogrammes (sans oublier, celle se trouvant dans l’onglet “Ludothèque” du site web de l’association)

Publié dans Accompagnements, Autisme

L’engagement d’une maman pour l’inclusion (Hop’Toys)

Hop’Toys a toujours été un fervent défenseur de l’inclusivité. Étant basé à Montpellier, il est tout naturel pour nous de démontrer notre engagement en soutenant des projets locaux. Soutenir l’inclusion fait partie de notre ADN et, pour atteindre cet objectif, nous travaillons en étroite collaboration avec des partenaires locaux déterminés. Parmi eux, l’association L’invisible visible. Fondée par une mère aimante et déterminée, Cathy Cassisa, dont le fils Ilyes, 8 ans, est TSA. Cette association s’est donnée pour mission de rendre les structures et les services accessibles à tous.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme

Stagiaire à la médiathèque, Jeanne Rouxel, autiste, fait l’unanimité auprès des enfants (Ouest-France)

L’inclusivité est une des batailles de Janik Mallier, qui gère la médiathèque de Dourdain (Ille-et-Vilaine). C’est pour cela qu’elle a choisi d’engager une stagiaire pas comme les autres, en la personne de Jeanne Rouxel.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme

Soirée de Gala MUSICHALL’INO Rennes, du Club Hervé Spectacles, en soutien à l’association A.B.A. – Ille-et-Vilaine

Merci au Club Hervé Spectacles Rennes pour cette belle soirée et son soutien à nos actions.

Publié dans Autisme, Communication, Soutien

4 conseils pour développer une estimation de soi saine chez votre enfant autiste (Different Roads to Learning)

Article original : 4 Tips for Developing Healthy Self Esteem in Your Child with Autism

Traduction :

Un enfant autiste en bonne santé a souvent plus de mal à développer l’estime de soi que ses pairs typiques. Ils ont du mal à trouver leur valeur et leur identité et peuvent avoir du mal à comprendre leur propre valeur interne, surtout quand ils ne comprennent pas toujours leurs propres émotions.

Voici quelques conseils pour aider votre enfant dans ce voyage à l’estime de soi.

Trouvez leur passion

Aidez votre enfant à trouver quelque chose qui retient son intérêt et qui a le soutien de toute la famille. Cela peut être d’une grande aide quand ils se sentent ennuyés à propos de quelque chose où ils ne sont pas bons ou ont échoué et vous pouvez déplacer leur concentration vers quelque chose où ils sont compétents.

Il devrait les aider à identifier les choses sur eux-mêmes pour être fiers et les choses qu’ils peuvent partager avec d’autres membres de leur famille et de leurs pairs pour entamer des conversations et développer un sentiment d’importance dans leur espace social. Qu’il s’agisse d’un amour de l’espace et des échecs ou d’une affinité pour les dinosaures et des faits sur les anciens présidents, laissez-les trouver leur créneau et briller.

Rappelez-les que les mauvais jours se sont fait à tout le monde

Avoir une mauvaise journée ne signifie pas que vous êtes une mauvaise personne. Il est important de rappeler à votre enfant que même s’il aura des jours où il se débat, ces jours ne font que 24 heures et le lendemain est une chance de recommencer.

Cela les aidera également à apprendre le pardon des mauvais jours des autres – quand maman hurle apparemment sans raison et que grand-père est grincheux au dîner – ces gens méritent aussi leurs mauvaises journées et cela ne signifie pas qu’ils ne sont pas aussi précieux pour une personne à cause de cela.

Découvrez les différences entre les autres et les célébrez

Parlez de la façon dont certaines des meilleures personnes de leur vie sont différentes et comment ces différences aident à faire d’elles qui elles sont. Célébrez les petites bizarreries de chaque personne dans votre famille et concentrez-vous sur la façon dont être quelque chose d’être quelque chose d’orgueil à être fier.

Parlez des traits de personnalité uniques des gens et comparez-les aux leurs. Demandez à chaque membre de la famille de décrire ses questions préférées sur les autres. Écrivez-les et revoyez-les lorsque votre enfant a une mauvaise journée ou se sente mal. La différence ne signifie pas moins.

Modèle d’estime de soi sain

Si votre enfant vous entend constamment sur vous-même, il pensera que c’est un comportement normal et fera de même. Vous voulez montrer à votre enfant qu’il est important de fixer des objectifs et de travailler pour eux, l’échec fait partie de la vie et ne change pas qui vous êtes en tant que personne.

Exprimez votre déception d’une manière saine en la verbalisant, mais en vous concentrant aussi sur la façon dont vous allez essayer quelque chose de différent la prochaine fois ou changer vos objectifs en quelque chose d’autre que vous voulez accomplir. Faites preuve de fierté pour essayer et l’important n’est pas d’abandonner.

Publié dans A.B.A., Accompagnements, Autisme

Au cœur du Papotin [France 2] : en immersion dans une rédaction inclassable (Faire Face)

Comment se fabriquent Les Rencontres du Papotin ? Prolongement du magazine né en 1990, ce rendez-vous audiovisuel mensuel diffusé depuis septembre 2022 a mis en lumière le travail de ces journalistes porteurs de troubles du spectre autistique. Au cœur du Papotin, documentaire produit par les réalisateurs Éric Toledano et Olivier Nakache, diffusé le 28 décembre sur France 2, nous plonge dans les coulisses de cette rédaction atypique. Une autre manière de mener des interviews, sans filtre et revigorante.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme

La théorie de l’esprit chez les enfants : développement, implications éducatives et contexte social (Le21duLaPsyDÉ)

Comme chaque année à Noël, vous vous réunissez avec votre famille chez votre sœur, Sophia. Votre tante, Suzanne, est persuadée d’avoir trouvé le cadeau parfait pour Sophia, une montre connectée, et se fait une joie de lui offrir. En effet, Sophia commence tout juste la course à pied, une montre connectée serait parfaite pour lui permettre de suivre ses progrès. Juste avant d’ouvrir les cadeaux, vous discutez avec Suzanne et Sophia dans la cuisine, et Sophia vous dit : « J’ai encore vu ce matin quelqu’un avec une montre connectée. Je ne comprends pas pourquoi tout le monde en porte soudainement, c’est laid et je ne vois franchement pas l’intérêt!». Suzanne quitte alors la pièce sans un mot.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Formation

Autisme, dys, TND: tous les étudiants médecins sensibilisés ? (handicap.fr)

Doter chaque futur médecin de connaissances spécifiques sur les troubles du neurodéveloppement, c’est l’enjeu de la nouvelle formation en ligne destinée aux internes lancée par le gouvernement. 3 mots d’ordre : repérer, adapter, guider.

Lire la suite de l’article

Publié dans Accompagnements, Autisme

L’Activité-Physique, la Cognition et le Cerveau des Adolescents (Sport-Sourire-Santé)

Une participation régulière, ou chronique à l’ Activité-Physique, est une activité physique planifiée, structurée et répétitive, qui permet d’améliorer et soutenir l’état de « forme physique ».

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Sport

Outils Communication : la CAA, guide de mise en place et planches de communication (par V. Couillaud)

La CAA –Communication Alternative Améliorée (ou Augmentée)-, propose des méthodes et outils pour compenser ou suppléer la communication orale d’une personne présentant des troubles de la parole, du langage, de la compréhension écrite et orale.

Lire la suite de l’article

Publié dans Accompagnements, Autisme

Guide pour faire le bon choix d’activité sportive – Projet SACREE

Ce guide, annexé au projet Sacree, vise à fournir un outil simple aux personnes autistes mais aussi aux parents, entraîneurs, frères et sœurs pour sélectionner l’activité qui convient le mieux. Parce qu’il n’existe pas de recette universelle pour trouver l’activité sportive qui vous plaira, voici quelques conseils sur les critères à prendre en compte. Document disponible en anglais et français.

Télécharger le guide

Publié dans Autisme, Sport

TSA et capacités sociales : une compétence qui se travaille ! (handicap.fr)

Evaluer les capacités sociales d’une personne autiste d’un simple regard ? Défi relevé par des chercheuses françaises. Grâce à l’eye tracking, elles ont établi un lien entre plasticité cérébrale et meilleures capacités sociales d’enfants avec TSA.

Lire la suite de l’article

Publié dans Accompagnements, Autisme

Webinaire Comportements Défis “Comprendre, prévenir et agir”, 24/01/2024 (GNCRA)

Dans le cadre de la formation des Proches Aidants, le GNCRA et l’ensemble de son réseau propose un webinaire sur les comportements défis pouvant se manifester chez les personnes TSA avec ou sans déficience intellectuelle.

La présence de comportements défis, pouvant être tournés vers autrui, vers soi-même, ou vers les biens matériels, engendre souvent un sentiment d’impuissance et de non compréhension chez les proches aidants et professionnels.

Durant une heure, trois professionnelles de CRA présenteront la définition du comportement défi, l’analyse dite fonctionnelle, permettant de mieux saisir notamment les antécédents du comportement, et les outils pouvant être proposés pour éviter l’apparition de ce comportement.

Ce webinaire est à destination des proches aidants et des personnes autistes, et est ouvert aux professionnels souhaitant se sensibiliser aux comportements défis.

S’inscrire au webinaire

Publié dans Autisme, Formation

Appréhender les additions et soustractions

Souvent, des parents ou intervenants me demandent comment travailler les problèmes de mathématiques avec un enfant avec handicap. Voici quelques pistes …

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Scolarité

Autisme : Effets des interventions nutritionnelles (par J. Vinçot)

Bilan des interventions nutritionnelles (régime sans gluten ni caséine, régime cétogène, vitamines, minéraux, probiotiques …) chez les enfants et adolescents autistes.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme

Carte des Groupes d’Entraide Mutuelle Autisme/TSA/TND en France

Voir la carte

Publié dans Autisme, G.E.M.

Dossier MDPH (Maison de l’Autisme)

Suite à l’obtention d’un diagnostic de Troubles du Spectre de l’autisme par un professionnel de santé, vous pouvez faire évaluer vos besoins de compensation et d’adaptation en fonction de votre situation. La Maison départementale des personnes handicapées (MDPH) est l’organisme qui accueille, informe et accompagne toute personne concernée par de telles démarches. Nous vous expliquons son fonctionnement, et comment faire une première demande à la MDPH , dans cet article.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Droits & Législation

Congé pour l’annonce du handicap ou d’une pathologie d’un enfant d’un salarié du secteur privé (Service-Public.fr)

Avez- vous droit de prendre un congé spécifique en cas d’annonce d’un handicap, d’une pathologie chronique ou d’un cancer de votre enfant ? Quelles sont les conditions pour pouvoir bénéficier de ce congé ? Quelle est la durée du congé ? Nous vous présentons les informations à connaître sur le congé pour l’annonce du handicap ou d’une pathologie chronique d’un enfant.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Droits & Législation

Percujam : la musique, une note d’espoir pour l’autisme (France Inter)

Sept adultes autistes, six éducateurs, et un groupe de musique qui met le feu sur scène. Reportage sur Percujam, un projet unique qui permet aux adultes autistes de dépasser leur handicap.

Lire l’article

Publié dans Autisme

Préparer une sortie dans un lieu bruyant (2 Minutes pour Mieux Vivre l’Autisme)

C’est encore difficile pour Emy de rester longtemps au parc ou de participer à une fête ; elle ne supporte pas les endroits où il y a du bruit, et veut vite partir. Découvrons ensemble ce qui peut aider les enfants autistes à mieux supporter les sorties dans les lieux bruyants.

Voir la vidéo

Publié dans Accompagnements, Autisme

Stratégie Autisme 2023 – 2027 – Analyse (Autisme France)

Publié dans Autisme, Droits & Législation

Handidonnées – région Bretagne, panorama des données sur le handicap

Ce site met à disposition un ensemble d’indicateurs constituant un socle de connaissances sur les publics en situation de handicap et sur l’offre d’accompagnement proposée en Bretagne. Ces indicateurs sont proposés sous forme de tableaux, de graphiques ou de cartes. Ils sont régulièrement mis à jour en fonction de l’accessibilité aux données.

Aller sur le site

Publié dans Autisme

Autisme, TND : repérage systématique dans le carnet de santé (handicap.fr)

D’ici fin 2024, tous les carnets de santé des enfants intègreront un questionnaire de 20 pages pour permettre aux médecins de détecter des troubles éventuels du neurodéveloppement. Objectif : un repérage et un accompagnement précoces à grande échelle

Lire la suite de l’article

Publié dans Accompagnements, Autisme

Autisme : comment se former gratuitement ? (AspieConseil)

Les formations coûtent cher, en tant que formateur je peux expliquer pourquoi, parce qu’il faut prendre du temps à créer des supports, à réunir des informations, à compiler des données. Ecrire un powerpoint, proposer des participations et rendre le discours fluide et agréable est long et ne se substitue pas à ce que je vais vous proposer

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Formation

100 IME au sein des écoles d’ici 2027 : confirmé ! (handicap.fr)

La ministre Aurore Bergé, parlant d’une “petite révolution”, réaffirme l’ouverture de 100 instituts médico-éducatifs au sein des écoles ordinaires d’ici 2027. Une mission doit définir le cahier des charges début 2024.

Lire la suite de l’article

Publié dans Accompagnements, Autisme, Scolarité

Une technologie d’IA pionnière diagnostique l’autisme chez les enfants de moins de deux ans avec une précision de 98,5 % (Issues.fr)

Un système d’IA révolutionnaire diagnostique désormais l’autisme chez les enfants de moins de deux ans avec 98,5 % précision en utilisant l’IRM cérébrale, ouvrant la voie à un traitement et à une gestion plus précoces et plus efficaces de l’autisme.

Lire la suite de l’article

Publié dans Accompagnements, Autisme, Numérique

Points clés de la Stratégie TND en infographie (Hop’Toys)

Le gouvernement a publié la semaine dernière la « Stratégie Nationale 2023-2027 pour les Troubles du NeuroDéveloppement (TND): autisme, Dys, TDAH, TDI . Cette initiative donne suite à la Stratégie Autisme et TND mise en place de 2018 à 2022. Comme nous savons que le temps est précieux, nous avons préparé une synthèse personnalisée avec points clés de la stratégie. Choisissez votre infographie selon le type de trouble et selon votre situation parent, adolescent ou adulte concerné.

Aller sur le site

Publié dans Autisme, Droits & Législation

Quels sont les métiers adaptés aux personnes autistes ? (atypicoo)

Le grand public ne fait pas souvent rimer autisme avec travail. Pourtant, bien que les relations des autistes à l’emploi soient souvent compliquées, il ne s’agit pas d’une fatalité. Beaucoup de personnes présentant un trouble du spectre autistique (TSA) travaillent, et elles s’épanouissent dans leur domaine. Comment alors s’assurer d’avoir un emploi qui nous convienne, et faire usage de ses compétences ? On essaie de déterminer les facteurs qui peuvent permettre de trouver (ou retrouver) le chemin de l’emploi.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Monde professionnel

Ecole : un rapport pointe les limites du tout inclusif ? (handicap.fr)

Plutôt que l’école 100 % inclusive, place à la “scolarisation adaptée” ? C’est en tout cas ce que préconisent deux députés, rapporteurs d’une mission d’information sur l’instruction des enfants handicapés. Ils font 35 recommandations.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Scolarité

Café/Rencontres/Galette de l’amitié, le samedi 06 Janvier

Comme tous les mois, notre Café/Rencontre/Ludothèque sera ouvert le samedi 06 Janvier 2023, de 14h30 à 17h30, au sein des locaux de l’association au 81, Bd Albert 1er (Rennes).

De plus, pour commencer agréablement cette nouvelle année, nous nous retrouverons autour d’une galette de l’amitié accompagnée d’un verre de cidre pour ceux qui le souhaitent.

Vous pourrez aussi consulter le catalogue, de la ludothèque et emprunter du matériel.

Cette action est soutenue par le “Réseau Parentalité 35” et le Conseil Départemental d’Ille-et-Vilaine.

Publié dans Autisme, Café/Rencontres

Le modèle ABA-ACT (ACT Now ABA)

Article original : The ABA-ACT Model

Traduction :

L’intérêt pour la formation à l’acceptation et à l’engagement (ACTr) dans le domaine de l’analyse du comportement appliqué (ABA) augmente régulièrement depuis plusieurs années. Cela n’est pas surprenant – l’objectif de Skinner depuis le début était que la science du comportement développe des technologies pour aborder tous les comportements. C’était une vision large pour laquelle la première étape était l’établissement de stratégies qui traitent du comportement en réponse aux influences directes de l’environnement.

Un objectif à long terme sur lequel Skinner a écrit était le développement ultérieur d’approches pour aider les gens à gérer leur comportement plus subtil – leur pensée et leurs réactions à l’émotion, aux souvenirs et aux sensations corporelles. L’objectif n’était pas de changer ces événements privés, mais d’y remédier afin que les gens puissent se comporter plus efficacement dans leur vie.

Certaines des choses qui influencent ces événements privés peuvent parfois être tout aussi subtiles. Toi et moi pensons ou ressentons des choses. Plus tard, nous pensons à ce que nous avions pensé et ressenti. Les choses dont nous nous souvenons d’une réflexion plus tôt ne sont pas des actions dans le présent. Ces événements antérieurs font maintenant partie de l’environnement. Ce sont les produits de nos réponses précédentes au monde, et en tant que produits, ce sont des stimuli avec lesquels nous nous engageons dans le présent. Ces produits de comportement antérieur (règles et mémoires, par exemple) peuvent avoir des effets indirects sur le comportement actuel qui pourrait être important à traiter.

Le comportement subtil et les influences indirectes des règles, des émotions, des souvenirs et des sensations corporelles sur des comportements socialement importants qui peuvent plus facilement être observés et mesurés sont les éléments de l’ACTr. ACTr cible le comportement socialement pertinent en sapant les comportements interféreurs subtils. L’objectif est de se décoiser le comportement afin qu’il puisse être façonné plus facilement par les aspects d’action directe de l’environnement.

Les analystes du comportement qui travaillent en tant que psychothérapeutes ont développé une thérapie d’acceptation et d’engagement, qui semble bien adaptée pour aider les gens dans les contextes de psychothérapie. Il a été long à venir, mais les analystes du comportement travaillant dans des contextes appliqués ont travaillé pour développer des itérations de l’ACT qui sont adaptées à une utilisation dans des contextes ABA.

En bref, il y a deux flux d’urgence importants. L’un influence directement le comportement ; les effets de l’autre sont indirects.

Les analystes du comportement évaluent les effets de l’environnement sur le comportement, donc nous examinons les facteurs environnementaux qui viennent avant et après un comportement socialement pertinent. Ce cadre de Antecedent – Comportement – Conséquence est un moyen puissant d’évaluer la contribution relative des choses avant et après le comportement. Le diagramme ci-dessus montre deux types différents d’influences environnementales.

Les analystes comportementaux classent également le comportement en catégories influencées par différents aspects de l’environnement. ACTr décompose le comportement en deux parties: ce qui est observable et mesurable, et ce qui est plus subtil ou caché. Ces comportements subtils laissent derrière eux les produits décrits ci-dessus, mais comme des comportements, ils peuvent être taxonomisés en six groupes. Lorsqu’elles réussissent, ces catégories de comportement privé comprennent:

Le modèle ABA-ACT de l’ACTr peut être utilisé pour concevoir des activités de prévention qui soutiennent des modes de vie sains et une santé comportementale. Il peut également être utilisé pour développer des interventions visant à faciliter l’efficacité d’autres efforts d’ABA pour réduire les comportements d’interférence. Les très jeunes enfants qui ont commencé à interagir verbalement avec le monde, les adolescents, les adultes, les parents et le personnel professionnel peuvent tous bénéficier de ACTr.

ACTr est une extension de l’ABA pour traiter un comportement socialement important qui ne répond pas à la gestion directe des interventions d’urgence. Parfois, nous sommes coincés, nous nous accrochons à nous comporter de manière à nous procurer uniquement des avantages marginaux. À l’heure où nous pouvons bénéficier de stratégies qui servent à saper les comportements d’ingérence privés. Le modèle ABA-ACT est un cadre à partir duquel soutenir un comportement socialement important, observable et mesurable

Publié dans A.B.A., Accompagnements, Autisme

Comment collaborer efficacement avec les enseignants (Different Roads to Learning)

Article original : How To Effectively Collaborate With Teachers

Traduction :

Si vous aidez un professionnel qui travaille avec des enfants, comme un psychologue pour enfants, un conseiller clinique, un analyste du comportement, un ergothérapeute ou un orthophoniste, vous pouvez vous retrouver à travailler avec l’enseignant de votre client. Apprendre à collaborer efficacement avec les enseignants est une compétence essentielle à avoir.

La collaboration entre les enseignants peut être une partie importante de votre travail si vous aidez un professionnel qui travaille avec les enfants.

Parfois, cette relation peut être une brève interaction, et d’autres, elles peuvent être des contacts fréquents, selon la situation.

Idéalement, vous êtes en mesure de construire une relation avec un enseignant avec lequel vous travaillez dans laquelle vous pouvez partager des idées, collaborer sur des interventions et vraiment vous sentir comme des membres de l’équipe. Après tout, l’objectif d’une collaboration efficace avec les enseignants et les professionnels extérieurs est d’ meilleurs résultats pour les élèves.

En tant qu’enseignante et analyste de comportement, j’ai été des deux côtés de cette relation. Alors que l’école commence cette chute, j’ai réfléchi à mes expériences au fil des ans et à penser aux leçons apprises. Je voulais le partager avec d’autres professionnels qui aident eux-mêmes à aller dans les écoles pour soutenir les clients cette année.

Voici quelques choses que je pense que tous les professionnels qui collaborent avec les équipes scolaires peuvent envisager d’entrer dans cette année scolaire, à partir de mon expérience personnelle.

L’objectif est de partager certaines idées qui peuvent aider à jeter les bases d’un travail collaboratif profondément efficace.

  1. Les enseignants ont VRAIMENT des travaux difficiles
  2. La communication est essentielle
  3. Les enseignants sont des professionnels
  4. Les écoles et les conseils scolaires ont des politiques et des procédures. Il n’y a aucun moyen de le faire.
  5. Un peu de gentillesse peut faire longtemps
  6. Une salle de classe est comme une maison d’enseignant
  7. Sortir de votre chemin pour aider peut faire toute la différence.  

Les enseignants ont VRAIMENT des emplois difficiles

Il n’est pas facile d’être responsable de la planification, de la mise en œuvre, de l’enseignement, de l’évaluation et de l’établissement de rapports sur l’apprentissage, le perfectionnement et l’ensemble des résultats scolaires des 20 à 40 ans ayant très peu de temps de planification rémunéré.

En outre, il y a peu de pauses. Pendant le temps d’enseignement, vous êtes en train de suivre. Le temps entre les leçons est généralement passé à aller aux toilettes, à manger un en-cas depuis que vous avez entraîné une équipe ou accueilli un club au déjeuner, et ranger dans la salle de classe avant le retour des enfants et vous passez à la leçon.

Les enseignants n’ont jamais assez de temps dans la journée pour faire ce qu’ils doivent faire. Sans parler du fait qu’ils ont souvent consacré beaucoup de temps non rémunéré au perfectionnement professionnel, en essayant de s’en tenir aux meilleures pratiques.

Les enseignants mettent un temps incroyable non rémunéré à leur travail pour voir leurs élèves réussir. Je le souligne parce que je me souviens de l’époque où un professionnel de l’aide montrait dans ma chambre et voulait ensuite discuter avec moi pendant mon temps de préparation que j’avais prévu d’utiliser pour préparer mon prochain cours.

Si vous travaillez dans des écoles en tant qu’OT, SLP, PT, BCBA, psychologue ou conseiller, considérez ce contexte harcelé lorsque vous programmez le temps de travailler avec les enseignants.

Faites-leur toujours savoir que vous venez et, si possible, coordonnez un temps qui leur convient. Vous pouvez même envisager de demander aux chefs d’établissement de couvrir la couverture de l’enseignant si vous devez vous réunir en dehors de la salle de classe pendant la période d’enseignement.

Vous apprendrez que la culture scolaire et le leadership scolaire ont beaucoup à voir avec la question de savoir si les enseignants sont libérés pour des réunions avec des professionnels extérieurs. Parfois, les équipes d’enseignants peuvent être couvertes les unes aux autres

Enfin, même une simple reconnaissance du travail qu’ils font, les efforts qu’ils déploient, et les remercier de vous avoir dans leur classe peut vraiment aider à établir des relations. Construire cette relation grâce à l’empathie de la position dans laquelle ils se trouvent peut constituer une base solide pour collaborer efficacement avec les enseignants.

La communication est la clé

En tant qu’enseignant, j’ai toujours apprécié lorsque les professionnels extérieurs étaient ouverts avec la communication, étant prêt et disposé à fournir des mises à jour, à répondre aux questions, à vérifier et à vérifier avec l’équipe de l’école. C’était vraiment comme si nous créions des partenariats solides.

Essayez de commencer en leur donnant le bénéfice du doute qu’ils veulent travailler avec vous et sont des partenaires capables et volontaires. Parfois, ce ne sera pas le cas et l’administrateur vous a demandé, en tant que professionnel extérieur, d’en venir, ce qui a donné lieu à un collègue moins que de vouloir faire preuve de quoi il faut. Toutefois, à commencer par le bénéfice du doute jusqu’à preuve du contraire, c’est un bon point de départ.

Il sert seulement à votre client mieux d’être ouvert et transparent avec l’équipe de l’école, de partager des choses qui ont fonctionné pour vous, offrant de l’aide et de la communication et des changements à votre fin.

Cependant, le ton de votre communication est également très important. Reconnaître les difficultés et les contraintes de l’environnement scolaire et obtenir leur contribution à un client donne un ton respectueux.

Un domaine clé à cet égard est l’observation. Si on vous demande d’aller observer un élève, discutez à l’avance avec le professeur de classe de la façon dont il devrait vous présenter et de ce qu’il préférerait de vous pendant l’observation. Par exemple, veulent-ils que vous interagissez avec les étudiants ou non ?

Certains voudront que vous vous asseyez tranquillement dans un endroit et que vous observiez. D’autres préféreront peut-être que vous vous mêlez à la salle de classe et interagissez avec les élèves lorsque vous observez votre client.

Discuter de ces détails avant l’observation permet d’éviter des situations gênantes ou frustrantes au cours de l’observation. Cela peut varier en fonction du niveau de la classe ou du fait qu’il s’agit d’une école secondaire ou d’une classe élémentaire.

En fin de compte, le simple fait de demander à l’enseignant de ses préférences est un excellent point de départ. Prendre le temps de communiquer peut être un excellent moyen de donner un ton positif et respectueux et de collaborer efficacement avec les enseignants.

Les enseignants sont des administrateurs

Que les enseignants aient ou non obtenu un diplôme au-delà de leur formation d’enseignant et de leur diplôme de premier cycle, les enseignants sont des professionnels et devraient être traités comme tels.

Ils sont des experts dans leur programme, leur évaluation et, surtout, leurs étudiants. Les enseignants travaillent incroyablement dur pour réussir pour leurs étudiants et (à mon avis) sont l’épine dorsale de notre société, ils devraient donc être traités avec un niveau de respect proportionnel.

Les enseignants participent à des communautés d’apprentissage professionnel (PLC) qui impliquent un développement professionnel autour de sujets spécifiques.

Cela peut signifier se pétiller dans les meilleures pratiques d’enseignement telles que trouvées dans la recherche sur l’éducation, résoudre les problèmes actuels dans l’éducation, utiliser la recherche éducative pour planifier la réussite des élèves ou l’amélioration de l’école, donner un retour d’information les uns aux autres sur les plans de cours, ou d’autres expériences d’apprentissage basées sur des sujets éducatifs pertinents.

Les automates sont des moyens pour les enseignants de rester à jour en matière de meilleures pratiques et d’améliorer leur pédagogie et leurs pratiques pédagogiques grâce à un travail d’équipe dans un cadre en petits groupes.

Les enseignants veulent voir leurs élèves bien faire, et sont toujours à la recherche de moyens d’améliorer l’apprentissage et le bien-être général des élèves à l’école. Le travail d’un enseignant n’est jamais terminé.

Il y a une réflexion et une réponse constantes à l’apprentissage des élèves qui poussent les enseignants à rechercher les moyens d’être un enseignant de plus en plus efficace. Les enseignants apprennent tout au long de leur vie et essaient d’inculquer la même chose à leurs élèves.

Pour collaborer efficacement avec les enseignants, venez avec un ton respectueux qui montre de l’admiration pour le travail qu’ils font, écoutez leurs idées, et intégrez-le réellement dans votre travail. Cela renforce une relation de collaboration réussie.

Les écoles et les conseils d’administration ont des politiques qui ne peuvent pas être évitées

Une partie du respect des règles en matière d’accès à l’école en tant que professionnel invité est l’adhésion aux règles de l’école (et de la salle de classe). Savoir quelles politiques vous concernent à l’avance est le mieux. Un premier appel à l’Administrateur ou au principal de l’Office peut aider à définir des attentes communes dès le départ.

Ma recommandation est de ne pas essayer de se réquisitionner des exceptions, mais plutôt être flexible et travailler autour de leurs politiques et procédures. Le fait d’être accommodant et de la ligne peut vous aider à collaborer efficacement avec les enseignants, ce qui montre le respect et ne fourre-t-il pas les plumes avant même de mettre les pieds dans l’école.

Parmi les politiques dont il faut tenir compte, on peut citer les suivantes:

  • Formulaires à signer à l’avance
  • Certains membres du personnel scolaire sont informés de votre visite
  • Ne pas porter de produits parfumés
  • Adhérer à fixer des horaires pour visiter l’école
  • S’inscrire à l’arrivée
  • Porter une étiquette «visiteur» et signer quand vous partez.
  • Protocoles liés à la pandémie de COVID.

En s’interrogeant d’emblée sur les politiques scolaires, il peut être utile de faire preuve de respect sans qu’il soit question.

Un peu de gentillesse peut aller à long terme

Il s’agit du point 1 sur le fait que le travail d’un enseignant est difficile. Après avoir passé un certain temps en classe, vous aurez une bonne idée de la façon dont vous pouvez aider et de ce que l’enseignant pourrait apprécier.

Pour collaborer efficacement avec les enseignants avec lesquels vous travaillez, je garantis que l’extension de certains actes simples de gentillesse peut vraiment aider.

S’efforcer d’aider un enseignant à faire du matériel pour une stratégie que vous avez suggérée, apporter un plaisir à une réunion, faire du bénévolat dans une salle de classe, être vraiment flexible pour s’adapter au calendrier de l’enseignant, ou aider à ranger la salle de classe à la fin de la journée sont autant de façons dont vous pouvez faire preuve de gentillesse envers un enseignant avec lequel vous travaillez.

Une salle de classe est beaucoup comme un foyer d’enseignant

La plupart des enseignants passent beaucoup de temps et d’efforts à concevoir intentionnellement leur environnement scolaire. Respecter cela en posant des questions sur les règles ou les procédures de classe à l’avance peut aider à commencer votre relation avec l’enseignant de la classe du bon pied.

Vous entrez dans l’espace personnel d’un enseignant qu’ils ont soigneusement préparé. Prenez leurs signaux, et faites preuve de respect en le traitant comme si vous alliez dans le salon de quelqu’un.

On ne veut jamais qu’il semble que vous entriez dans leur espace et que vous critiquiez leur maison. C’est particulièrement vrai car, lorsque des professionnels extérieurs observent, ce n’est pas votre rôle de critiquer leur enseignement, mais plutôt d’observer votre client dans le contexte de la salle de classe.

N’êtes pas en train de laisser des ordures dans la salle de classe comme des tasses à café vides, de se ranger sur votre chaise quand vous partez, ou d’aider avec d’autres tâches de classe.

Certaines classes d’éducation spéciale n’ont pas de politique de boisson chaude en raison du risque de déversement. Envisager de ne pas apporter de nourriture ou de boisson dans la salle de classe juste pour être sûr. La dernière chose que vous voulez, c’est être cette personne qui déborde quelque chose sur le travail des étudiants.

Pensez aux petites choses comme empiler votre chaise après une observation. Tout cela s’additionne.

Ne vous prenez pas trop au sérieux

Les écoles sont pleines d’enfants. Les enfants aiment s’amuser. Les enseignants (généralement parlant) sont également légers et habitués à s’amuser avec leurs élèves. Le fait d’être trop sérieux peut rendre plus difficile l’établissement de relations.

Cela dit, lisez la salle. Vous aurez un bon sens de la culture de classe et de la personnalité des enseignants en passant un certain temps dans une salle de classe. Si vous êtes invité, participez à ce que la classe fait et amusez-vous à participer et à interagir avec les élèves.

Après avoir passé un certain temps à l’école, vous aurez également une idée de sa culture. Participer à des activités, acheter des biscuits lors d’une vente de pâtisserie ou manger votre déjeuner dans la salle du personnel (si vous le souhaitez) sont autant de façons d’apprendre à connaître le personnel d’une manière décontractée.

La ligne de fond sur la manière de collaborer efficacement avec les enseignants

Il est courant que des professionnels extérieurs comme des psychologues, des BCBA, des OT, des PT, des SLP ou des conseillers soient invités dans une salle de classe pour collaborer avec une équipe scolaire.

Il y a quelques éléments de base à garder à l’esprit dans la culture scolaire et les pratiques collaboratives avant de participer à l’aide.

C’est un privilège d’être invité dans le domaine d’un enseignant, sa salle de classe. Tenir ces quelques conseils à l’esprit peut faire très loin dans la création de relations. Si vous commencez le bon pied, vous arriverez probablement là où vous allez plus vite : de meilleurs succès pour le client/l’apprenant, vous êtes tous les deux là pour servir.

Publié dans Autisme, Scolarité

Le rôle de la culture et de la diversité dans les plans de traitement de l’ABA: création d’interventions culturellement sensibles et éthiques, partie 2 (Different Roads to Learning)

Article original : The Role of Culture and Diversity in ABA Treatment Plans: Creating Culturally Sensitive and Ethical Interventions Part 2

Traduction :

En tant que cliniciens, il est de notre responsabilité éthique de fournir un traitement efficace et culturellement sensible aux personnes atteintes d’autisme. Il est essentiel de s’attaquer à la diversité des plans de traitement pour nous permettre de répondre aux besoins uniques de chaque individu et de créer des interventions respectueuses, inclusives et utiles. La compétence culturelle joue un rôle crucial dans la compréhension de l’influence de la culture, de l’ethnicité, de la langue et d’autres aspects de la diversité sur le développement et le comportement d’un individu. En intégrant la diversité et en intégrant activement des considérations culturelles dans nos plans de traitement, nous pouvons améliorer l’efficacité et la validité sociale de nos interventions. Ce poste vise à fournir des stratégies pratiques à utiliser lors de la création de plans de traitement avec une approche culturellement sensible. Ce faisant, nous pouvons favoriser de meilleurs résultats et promouvoir l’équité, l’inclusion et le respect de toutes les personnes et de leurs familles.

Faire face à la diversité dans les plans de traitement

Lors de l’examen de l’importance sociale des interventions comportementales, la diversité et la culture doivent être discutées. Une compréhension globale de la culture de l’individu nous permet de prendre des décisions éthiques rationnelles pour le traitement. En prenant en compte le contexte culturel, nous pouvons développer des interventions pertinentes, significatives et promouvoir le bien-être global de l’individu.

Stratégies pour intégrer la diversité et la culture lors de la réalisation de vos objectifs de traitement

  1. Matériel culturellement pertinent: Incorporer des matériaux, des ressources et des activités qui reflètent la diversité du contexte culturel de l’individu. Par exemple, si l’enfant vient d’une famille bilingue ou multilingue, fournir des documents dans sa langue maternelle pour promouvoir l’engagement et la compréhension.
  2. Collaborer avec les familles : Faire participer la famille au processus de planification du traitement et solliciter sa contribution concernant ses valeurs culturelles, ses traditions et ses objectifs pour leur enfant. Respecter et intégrer leurs perspectives pour créer un plan de traitement collaboratif et culturellement adapté.
  3. Contextualisation culturelle des objectifs: Les objectifs de modification des comportements de mesure doivent être culturellement significatifs et pertinents. Par exemple, si l’enfant vient d’une culture où le soutien familial à l’éducation et à la réadaptation est très apprécié, envisagez d’intégrer des objectifs qui favorisent les interactions sociales et les liens avec les membres de la famille élargie.
  4. Compréhension des normes sociales : familiarisez-vous avec les normes sociales, les coutumes et les traditions de la culture de l’individu. Ces connaissances peuvent guider les décisions de traitement et veiller à ce que les interventions s’alignent sur les attentes et les valeurs culturelles de l’enfant et de sa famille.
  5. Stratégies de gestion culturellement réactives: Adapter les stratégies de changement de comportement pour tenir compte des différences culturelles. Par exemple, si l’enfant vient d’une culture qui valorise la prise de décisions en communauté, impliquer les membres de la famille élargie ou de la communauté dans le processus de traitement et la prise de décisions.
  6. Sensibilisation aux pratiques religieuses: Respecter les pratiques religieuses et y tenir compte dans le plan de traitement. Envisager de planifier les séances de thérapie afin d’éviter les conflits avec les obligations religieuses ou d’incorporer des rituels religieux dans la session, le cas échéant et souhaités par la famille. Vous pouvez même créer des objectifs sur la manière d’améliorer la participation à des environnements religieux qui sont importants pour la culture de l’enfant.
  7. Formation et perfectionnement professionnel : S’engager en permanence dans la formation aux compétences culturelles et le perfectionnement professionnel pour améliorer votre compréhension des différentes cultures et renforcer vos compétences en matière de traitement adapté à la culture. Restez informés des recherches actuelles et des meilleures pratiques dans le domaine des compétences culturelles. Plus important encore, si vous ne vous sentez pas compétent pour servir le client et répondre à vos préjugés culturels potentiels, il est essentiel de reconnaître vos propres difficultés et de fournir à la famille un autre clinicien qui peut mieux répondre à ses besoins, chaque fois que possible.

En s’attaquant activement à la diversité des plans de traitement, nous pouvons créer des interventions respectueuses, inclusives et efficaces pour les enfants autistes d’origines culturelles diverses. Il est essentiel d’aborder chaque enfant en tant qu’individu et d’adapter les plans de traitement à ses besoins particuliers, à ses valeurs culturelles et à ses expériences.

Publié dans A.B.A., Accompagnements, Autisme

Communication Augmentative et Alternative (CAA) (ASAT)

Selon l’American Speech-Language Hearing Association (ASHA), la communication augmentée et alternative (CAA) est un terme générique qui englobe toutes les modalités de communication autres que la communication vocale-verbale (c’est-à-dire parler ; ASHA, sd-a). Comme son nom l’indique, la CAA peut être utilisée pour augmenter la communication vocale ou comme alternative à la parole vocale.

Lire la suite de l’article

Publié dans Accompagnements, Autisme, Communication, Formation

Dispositif SOLIDARITÉ autisme by ASPTT, un projet Sport et Autisme

Le deuxième projet que nous souhaitons vous présenter est le dispositif SOLIDARITÉ autisme by ASPTT mené par la structure coordinatrice du projet Sacree, l’ASPTT Fédération Omnisports (FSASPTT).

Depuis 2016, la FSASPTT déploie ce projet qui vise à permettre aux enfants autistes de 1 à 17 ans de faire du sport en inclusion avec des enfants neurotypiques avec l’accompagnement d’un éducateur Activités Physiques Adaptées (APA). Ces séances de sports sont mises en place dans certains des clubs ASPTT et les activités sportives sont variées : activités athlétiques et gymnastiques, sports de raquette, de ballon, d’opposition… 

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Sport

Enquête : Autisme et droits de l’Enfant (Autisme France)

La France a ratifié la Convention des Nations Unies relative aux droits de l’enfant en 1990 ; elle s’est donc engagée à faire respecter ces droits, notamment l’article 23 qui reconnait des droits spécifiques aux enfants en situation de handicap, ainsi que l’article 28 qui énonce le droit à recevoir une éducation.

A l’approche de la journée internationale des droits de l’enfant, qui sera célébrée le 20 novembre, nous proposons une enquête relative à l’application de ces droits.

Allez sur le site de l’enquête

Publié dans Autisme

Déconjugalisation de l’AAH : les réponses à vos questions (handicap.gouv.fr)

La réforme de déconjugalisation de l’allocation aux adultes handicapés (AAH) est entrée en vigueur  le 1er octobre 2023 et le mode de calcul de la prestation change. Cela va se traduire par une hausse de la prestation pour près de 120 000 personnes concernées. Le point sur la déconjugalisation de l’AAH et les réponses à vos questions.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Droits & Législation

Plateforme de formation du GNCRA et du réseau des CRA (GNCRA)

Le GNCRA, en collaboration avec le réseau des CRA, propose cette plateforme e-learning afin de mettre en avant l’offre de sensibilisation et de formation de qualité dans le champ de l’autisme.

Aller sur le site.

Publié dans Autisme, Formation

Les comportements problèmes (EDI Formation)

Publié dans Accompagnements, Autisme, Formation

Autisme et troubles du neurodéveloppement : bientôt une grille de repérage dans le carnet de santé (Le Figaro)

Carnet de santé, diagnostic précoce, recherche, scolarisation… Fadila Khattabi, ministre déléguée chargée des Personnes handicapées, fait le point sur les annonces attendues

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Formation

Troubles du neuro-développement : la nouvelle stratégie que devrait annoncer Emmanuel Macron ce mardi (TF1 Info)

Ce mardi, lors d’une visite à la nouvelle Maison de l’Autisme à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis), le président de la République annoncera une nouvelle stratégie nationale pour les troubles du neuro-développement (TND), dont l’autisme.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Droits & Législation

Pourquoi et comment se préoccuper de l’éducation à la sexualité dans le handicap ? (Ideereka)

Doit-on éviter de parler de sexualité aux personnes en situation de handicap ? Non ! Découvrez pourquoi l’éducation à la sexualité est primordiale.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Formation

AESH – Quelques avancées, mais aussi des attentes… et des inquiétudes (SGEN – CFDT)

Nous avons demandé à être reçus pour traiter de questions spécifiques aux AESH. La responsable du dialogue social ainsi que deux pilotes du service préfigurateur des AESH au rectorat nous ont reçu. Quelques infos.

Mme Dutertre, responsable du dialogue social, Dominique Pauvert et son adjoint Marc Godfroid, en charge du service préfigurateur des AESH au rectorat  ont reçu mardi 17 octobre pour le Sgen-CFDT Bretagne Patricia Tanguy, membre de la CE (commission exécutive) chargée du suivi des AESH et Véronique Baslé, secrétaire adjointe. Mme Gontard en charge de l’école inclusive était excusée.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Scolarité

Stratégie TND 2023-2027 enfin dévoilée : toutes les mesures ! (handicap.fr)

Repérage de tous les enfants, 6e centre d’excellence, doublement des unités scolaires… Emmanuel Macron dévoile, le 14 novembre 2023, la nouvelle stratégie autisme, rebaptisée TND (troubles du neurodéveloppement). Quelles mesures pour 2023-2027 ?

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Droits & Législation

Nouvelle stratégie nationale pour les troubles du neurodéveloppement : autisme, Dys, TDAH, TDI (handicap.gouv.fr)

81 mesures conçues collectivement

Lors du Comité interministériel du handicap (CIH) du 6 octobre 2022, la Première ministre a annoncé la poursuite de la politique menée depuis 2018 en faveur des personnes concernées par l’autisme, les troubles Dys, le TDAH et le TDI ainsi que de leur famille.
La concertation sur laquelle repose la nouvelle stratégie 2023-2027 a
été menée par la délégation interministérielle avec l’ensemble des
parties prenantes et en articulation avec les travaux préparatoires de la Conférence nationale du handicap du 26 avril 2023. 

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Droits & Législation

Plan autisme, enfin l’inclusion ? (France Inter)

Emmanuel Macron annonçait cet après-midi une nouvelle stratégie gouvernementale d’accompagnement des TDN, « Troubles du neurodéveloppement ». Ce plan vise à allouer plus de moyens au dépistage et à l’accompagnement des autismes, troubles de l’attention ou encore « dys » (dyslexie, dysgraphie…).

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Droits & Législation

Troubles du spectre de l’autisme : guide de sécurité Internet (WizCase)

Les personnes ayant un trouble du spectre de l’autisme (TSA) diagnostiqué perçoivent le monde différemment par rapport aux personnes non autistes. Par conséquent, les personnes atteintes de TSA
peuvent utiliser Internet différemment et peuvent donc être confrontées à des risques différents en ligne
par rapport aux autres. Par exemple, les enfants au Royaume-Uni ont 12 % plus de chances d’être victimes d’intimidation en ligne s’ils ont un besoin éducatif particulier comme l’autisme.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Numérique

Les CDAPH à la marge : la proposition de loi qui inquiète ! (handicap.fr)

Une proposition de loi menace-t-elle le rôle des CDAPH ? Elle prévoit d’attribuer des droits aux personnes handicapées sans passer par cette commission et de ne la solliciter qu’en cas de contestation. Des associations demandent le retrait du texte.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Droits & Législation, Scolarité

Ecriture inclusive et handicap : pourquoi ça dérange ? (handicap.fr)

Après avoir été adoptée au Sénat, une proposition de loi contre l’écriture inclusive arrive à l’Assemblée nationale. Opposées à cette modification de la langue, des assos de personnes handicapées alertent les députés pour bannir cette graphie.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme

Autisme: une nouvelle approche des perceptions visuelles et rapports sociaux

Publié dans Autisme, Formation

Emploi ordinaire : booster l’autonomie des salariés autistes (handicap.fr)

Dans une usine de cosmétiques de luxe, des jeunes autistes avec déficience intellectuelle se mêlent aux autres salariés, épaulés par une équipe médicosociale. Cet emploi en milieu ordinaire, aménagé, a pour
ambition de favoriser leur autonomie.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Emploi, Monde professionnel

Tout savoir sur la surcharge sensorielle dans les TND ! (Ideereka)

Qu’est-ce que la surcharge sensorielle ? Pourquoi est-elle si fréquente dans les TND (troubles neurodéveloppementaux) ? Ideereka vous dit tout !

Lire la suite de l’article

Publié dans Accompagnements, Autisme, Formation

Handicap : Les auxiliaires d’éducation (AESH) menacés par la Loi de Finances 2024 (Enconomie Matin)

Les ajustements proposés dans le Projet de Loi de Finances 2024 pourraient porter un coup dur aux aides précieuses apportées aux enfants en situation de handicap. Le recours aux Accompagnants d’Elèves en Situation de Handicap (AESH) pourrait devenir de plus en plus difficile. Le risque ? Une érosion supplémentaire de l’égalité des chances, déjà bien fragile, pour ne pas dire utopique : une fois adultes, 19 % des handicapés sont au chômage, et tributaires des aides sociales.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Scolarité

AUTISPOC : Socle commun de connaissance sur les Troubles du Spectre de l’Autisme (FUN)

À la fin de ce cours, vous saurez :

  • Connaître et comprendre la définition de l’Autisme et ses changements au cours du temps en France
  • Comprendre les hypothèses actuelles sur l’origine de l’Autisme et les pistes de recherche
  • Repérer et savoir décrire les grandes caractéristiques cliniques du fonctionnement et du handicap des personnes avec Autisme (focus chez l’enfant)
  • Orienter les enfants concernées vers un diagnostic en lien avec les nouveaux dispositifs existants en France
  • Mobiliser vos connaissances sur les grands principes de la prise en charge et de l’accompagnement des enfants avec autisme

Vous inscrire au cours

Publié dans Autisme, Formation

Apprentissage des émotions et des expressions faciales (CRA-LR)

Nos visages et nos mouvement racontent des histoires. Les sourcils froncés, les mâchoires serrées, la bouche baissée, des yeux écarquillés…Les signaux faciaux nous permettent de décoder instantanément ce que ressentent les autres et donnent des indications sur l’engagement dans les conversations. Des allusions les plus subtiles aux émissions pleines d’émotion, les expressions parlent en complément des mots et parfois là où les mots échouent.

Parce que les personnes autistes ont des difficultés à produire et comprendre les expressions faciales, le Centre de Ressources Autisme Languedoc-Roussilon a constitué une liste très complète de ressources en ligne et de supports pédagogiques

Publié dans Accompagnements, Autisme

Webinaire gratuit – DUNN 2 : le profil sensoriel pour évaluer et élaborer un projet d’intervention sur les particularités sensorielles et perceptives (appea)

Le Profil Sensoriel de DUNN 2 (Editions Pearson-ECPA) est un outil standardisé. Il se compose d’un ensemble de questionnaires mesurant les effets du traitement sensoriel sur la participation de l’enfant dans ses différents milieux sociaux. Applicable aux enfants de 7 mois à 15 ans, il fait partie des tests de repérage recommandés par la HAS dans les recommandations de bonne pratique de 2020. Il occupe une place essentielle dans l’évaluation et l’accompagnement des particularités sensorielles des usagers.

Ce webinaire a pour objectif de vous présenter le Profil Sensoriel 2. Nous aborderons les fondements théoriques de cet outil, son matériel, ses modalités d’administration et de cotation. La présentation de l’outil sera illustrée par une étude de cas.

Un temps sera réservé pour répondre aux questions qui seront posées par les participant(e)s via la Chat/Discussion.

Vous inscrire

Publié dans Accompagnements, Autisme

Café/Rencontres/Ludothèque, le samedi 09 Décembre 2023

Le prochain Café/Rencontre/Ludothèque à destination des familles et personnes concernées par les T.S.A., sera ouvert le samedi 09 Décembre 2023, de 14h30 à 17h30, au sein des locaux de l’association au 81, Bd Albert 1er (Rennes).

Vous pourrez aussi consulter le catalogue, emprunter du matériel de la ludothèque.

Cette action est soutenue par le “Réseau Parentalité 35” et le Conseil Départemental d’Ille-et-Vilaine.

Publié dans Autisme, Café/Rencontres

L’insistance sur la similitude, avec Mirko Uljarević (par J. Vinçot)

Les comportements restreints et répétitifs , une des caractéristiques de l’autisme, peuvent se manifester de différentes façons. Une étude a cherché à les distinguer.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Formation

Soirée de gala, le 10 Novembre, organisée par Le Club Hervé Spectacles, au profit d’A.B.A. – Ille-et-Vilaine

Le 10 Novembre 2023, le Club Hervé Spectacles organise sa soirée de gala “MusicHall’ino”, à la salle EMC2 de Saint Grégoire

Le Club Hervé Spectacles a été crée en 2009 par le Club Hervé, afin de faire face au formidable développement de ses activités en faveur de l’art et des artistes. Le Club Hervé Spectacles existe à Lyon, Paris, Marseille, Nantes et Rennes.

Ses objectifs sont de :

  • Aider l’art et les artistes
  • Agir en faveur d’œuvres humanitaires
  • Favoriser l’accès aux spectacles vivants à tous les publics,
  • Créer une passerelle entre l’univers artistique et le monde l’entreprise.

En 2023, le Club Hervé Spectacles Bretagne soutient les associations “Habitat et Humanisme”, “Cap Ouest”, “Les Blouses Roses” et “A.B.A. – Ille-et-Vilaine”.

Venez nombreux.

Réservation en ligne via ce lien.

Plaquette et teaser de l’évènement :

Publié dans Autisme

Aria : enrichir l’accompagnement des personnes autistes (handicap.fr)

Accompagner, repérer et insérer les personnes autistes, c’est l’ambition du programme Aria. Accessible dès le 11 octobre 2023 en autoformation, il permet aux conseillers à l’emploi de booster leurs connaissances sur l’accompagnement de ce public.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Emploi, Monde professionnel

Les comportements défis (10ème RDV des associations AnDDI-Rares)

Publié dans Accompagnements, Autisme, Formation

Echolalie et autisme : répétitions significatives (Upbility)

 L’écholalie, souvent considérée comme une simple répétition de sons ou de mots, est profondément liée au développement et à la communication de nombreux enfants autistes. Cette forme de langage, parfois considérée comme une imitation dénuée de sens, a une signification profonde. Une recherche et une compréhension plus approfondies de l’écholalie peuvent aider les soignants, les enseignants et les pairs à établir des liens plus étroits avec les personnes autistes.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Formation

L’outil incontournable pour identifier le burn-out parental chez les parents d’enfants en situation de handicap (Ideereka)

Un outil sur-mesure pour détecter l’épuisement Cet outil innovant permet une évaluation complète et spécifique du risque de burn-out chez les parents d’enfants en situation de handicap. Son fonctionnement est simple : un questionnaire détaillé rempli lors d’un entretien avec un professionnel.

Lire la suite de l’article

Publié dans Accompagnements, Autisme

Hajer Atti, penser une ville inclusive avec la neuroarchitecture (Science pour Tous)

Les personnes autistes sont des publics particulièrement impactés par l’environnement architectural et urbain. Dès lors, si ces particularités ne sont pas intégrées lors de la conception du bâtiment, l’environnement peut devenir source de stress, de douleur et d’anxiété pour ces personnes. Un aspect qu’Hajer Atti, architecte et doctorante à l’Institut des sciences cognitives, tente de mieux intégrer dans la conception de bâtiments en s’appuyant sur un nouveau courant, la neuroarchitecture.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Habitat

Replay disponible : 4e colloque anniversaire du GIS Autisme et TND : la recherche scientifique pour répondre aux besoins des personnes tout au long de la vie (GIS Autisme & TND)

Cette journée, à destination d’un large public de chercheurs, cliniciens, personnes concernées et familles, a pour objectif de dresser un bilan des actions scientifiques réalisées durant la 4e année du GIS et d’en aborder les perspectives internationales.

Voir les replays

Publié dans Autisme

Le rôle de la culture et de la diversité dans les plans d’interventions en ABA : Créer des interventions sensibles à la culture et éthiques Partie 1 (Different Roads to Learning)

Article original : The Role of Culture and Diversity in ABA Treatment Plans: Creating Culturally Sensitive and Ethical Interventions Part 1

Traduction :

En tant qu’analyste comportementale noire, j’ai personnellement été témoin de l’impact profond de la culture et de la diversité sur l’efficacité de l’accompagnement des enfants autistes. Il est crucial pour nous, en tant que professionnels, de reconnaître le rôle de la culture et d’être conscients de nos propres préjugés lorsque nous créons des programmes de changement de comportement. Nous explorerons l’importance de la sensibilité culturelle dans la création de plans d’accompagnement et discuterons de la manière dont le fait d’être attentif à la diversité peut conduire à des interventions plus éthiques et plus efficaces. Que vous soyez parent, clinicien ou enseignant, il est essentiel de comprendre l’influence de la culture pour apporter le meilleur soutien aux enfants autistes.

L’impact de la culture sur laccompagnement ABA

La culture joue un rôle important dans la formation des croyances, des valeurs et des comportements d’un individu. Elle influence la façon dont nous communiquons, percevons le monde et réagissons aux interventions. Il est essentiel de reconnaître et de respecter les antécédents culturels des enfants autistes pour adapter des plans de traitement qui soient à la fois efficaces et éthiques.

Les préjugés culturels et les programmes de changement de comportement

En tant que professionnels, il est essentiel que nous examinions nos propres préjugés culturels. Nos préjugés peuvent involontairement influencer les objectifs que nous fixons et les stratégies que nous employons dans les programmes de changement de comportement. En étant conscients de nos préjugés, nous pouvons nous assurer que les plans de traitement sont sensibles à la culture et respectent les besoins et les valeurs uniques de chaque individu.

Par exemple, un soignant travaillant avec un enfant issu d’une culture collectiviste peut se fixer comme objectif d’accroître les capacités de l’enfant à prendre des décisions de manière indépendante au cours d’activités ludiques. Cependant, dans le contexte culturel de l’enfant, l’interdépendance et la collaboration sont hautement valorisées, et la prise de décision est souvent un processus partagé entre les membres de la famille. En négligeant cet aspect culturel, le clinicien risque de ne pas tenir compte de l’importance de la prise de décision coopérative, ce qui pourrait limiter la pertinence culturelle et l’efficacité de l’objectif de l’accompagnement.

Sensibilité culturelle et considérations éthiques

Pour être considérées comme éthiques, les interventions visant à modifier le comportement doivent répondre aux besoins de sensibilité culturelle du client. La sensibilité culturelle exige que nous soyons attentifs et respectueux de la culture de l’individu, que nous examinions comment les contingences culturelles peuvent soutenir ses comportements et que nous alignions les recommandations de l’accompagnement sur les valeurs de sa culture. Il est essentiel de favoriser un environnement inclusif et sensible à la culture pour promouvoir des résultats positifs.

Prenons l’exemple d’un thérapeute qui travaille avec un enfant issu d’un milieu culturel diversifié et qui présente des comportements difficiles à l’heure des repas. Le BCBA reconnaît que les pratiques culturelles de la famille incluent les repas en commun, le fait de manger avec les mains et la préparation d’aliments traditionnels. Dans ce cas, une intervention conforme à l’éthique consisterait à comprendre et à respecter les pratiques culturelles de la famille tout en s’attaquant au comportement difficile. Au lieu d’imposer à l’enfant de manger de manière autonome, de le forcer à manger avec des ustensiles ou de se conformer à d’autres normes occidentales en matière de repas, le thérapeute collabore avec la famille pour élaborer des stratégies qui favorisent des expériences positives à l’heure des repas tout en honorant leurs traditions culturelles. Cette approche garantit que l’intervention visant à modifier le comportement est culturellement sensible et respectueuse, favorisant le bien-être du client tout en préservant l’intégrité de son milieu culturel.

Promouvoir la diversité sur le terrain

Comme le soulignent Dubay, Watson et Zhang (2018), “le manque de diversité raciale, ethnique et linguistique chez les prestataires de services est un problème auquel sont confrontés de nombreux domaines cliniques.” Il est essentiel d’accroître la diversité dans le domaine pour garantir un accompagnement efficace et culturellement compétent aux personnes d’origines diverses. En promouvant la diversité, nous pouvons améliorer notre compréhension des différentes cultures et fournir des interventions plus inclusives et mieux adaptées.

L’importance de la culture dans la réalisation d’objectifs socialement significatifs

Reconnaître l’influence de la culture dans l’analyse du comportement nous permet de concevoir des interventions pertinentes, respectueuses et conformes aux valeurs de l’individu et de sa communauté. Cela conduit à des interventions plus significatives, qui favorisent l’indépendance et améliorent la qualité de vie des personnes atteintes d’autisme. En outre, cela permet à nos clients d’accéder à un renforcement naturel dans leur propre environnement, ce qui est essentiel pour la généralisation et le maintien des compétences.

L’intégration de la sensibilité culturelle dans les plans d’accompagnement est cruciale pour créer des interventions efficaces et éthiques pour les enfants autistes. Reconnaître l’influence de la culture, s’attaquer à nos propres préjugés et promouvoir la diversité dans le domaine sont des étapes clés pour fournir un soutien inclusif et significatif. En adoptant la sensibilité culturelle, nous pouvons développer des interventions qui respectent et valorisent les antécédents culturels uniques des individus, ce qui permet d’obtenir de meilleurs résultats et d’améliorer le bien-être général des enfants atteints d’autisme.

Publié dans A.B.A., Accompagnements, Autisme

Adultes autistes : le 1er habitat inclusif du Grand Est ? (handicap.fr)

Le 1er habitat inclusif pour adultes autistes du Grand Est ouvre à Strasbourg ! 7 locataires ont aménagé dans un habitat partagé qui favorise l’autonomie et le lien social. Une urgence pour pallier le manque criant de solutions pour ce public ?

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Habitat

Soins de compassion dans la thérapie ABA pour l’autisme (Different Roads to Learning)

Article original : Compassionate Care In ABA Therapy For Autism

Traduction :

La thérapie par l’analyse appliquée du comportement, plus connue sous le nom de thérapie ABA, est devenue la principale thérapie pour les enfants atteints d’autisme. Les analystes du comportement certifiés (Board Certified Behavior Analysts, BCBA) travaillent principalement avec des enfants autistes et leurs familles. Alors que le domaine continue de se développer, il est important d’identifier les variables potentielles qui amèneront une famille à choisir la thérapie comportementale (en l’occurrence la thérapie ABA) pour son enfant autiste.

La thérapie proposée par les BCBA et les RBTS (Registered Behavior Technicians), lorsqu’elle est efficace, crée une véritable relation entre le thérapeute et l’enfant. Pour mieux comprendre les besoins individuels de chaque enfant, il est important de reconnaître la perspective unique de l’enfant. La grande majorité des BCBA sont formés dans des programmes éducatifs qui se concentrent principalement sur l’enseignement de compétences techniques et conceptuelles. Cependant, pour pouvoir travailler avec succès avec les familles d’enfants autistes, nous avons besoin de compétences qui vont au-delà des scénarios conceptuels.

Les compétences interpersonnelles sont essentielles pour fournir à nos familles les meilleurs soins possibles. Parmi ces compétences, la compassion est la pierre angulaire de l’établissement d’une relation avec l’enfant autiste. Ce type de soins joue également un rôle important en aidant les familles à se libérer de toute inquiétude potentielle. La compassion est essentielle au succès de la thérapie ABA, car elle permet d’instaurer la confiance entre le thérapeute comportemental et l’enfant. Cela contribue à renforcer l’engagement et les résultats pour chaque enfant. En faisant preuve de compassion, l’enfant est prêt à suivre les scénarios basés sur des concepts comme s’il s’agissait d’activités quotidiennes normales, ce qui aboutit finalement à une progression réussie du développement de compétences positives.

En termes simples, la compassion signifie que l’on est capable de se mettre à la place de ceux avec qui l’on travaille en réagissant avec sympathie, empathie et compassion. En appliquant les techniques de compassion, un thérapeute ABA peut identifier le point de vue d’une famille et utiliser avec tact ses propres expériences personnelles pour fournir une réponse appropriée à l’enfant et à ses parents. Nous comprenons que recevoir un diagnostic d’autisme pour votre enfant peut être accablant. Après avoir reçu le diagnostic, les parents ont autant à apprendre sur l’autisme que l’enfant. En leur prodiguant des soins empreints de compassion, nous sommes en mesure d’atténuer le stress que ces nouvelles situations peuvent engendrer.

Il est important de comprendre que le fait d’être diagnostiqué autiste ne fait pas de votre enfant quelqu’un de moins que les autres. Au contraire, un enfant atteint d’autisme peut être très intelligent et extrêmement curieux. Le thérapeute ABA d’Action Behavior Centers comprend qu’offrir des soins compatissants, c’est comprendre que votre enfant peut avoir besoin d’un peu plus de soutien et d’attention. Ce soutien supplémentaire ne signifie pas que votre enfant manque de capacités. Nous croyons qu’il faut aider votre enfant à atteindre son plein potentiel en croyant en lui et en l’aidant à franchir de nouvelles étapes.

Cet article de blog sur les soins de compassion s’appuie sur les informations recueillies dans le cadre de deux études clés, “The Training Experiences of Behavior Analysts” (Les expériences de formation des analystes du comportement) : Compassionate Care and Therapeutic Relationships with Caregivers” par Linda A. LeBlanc, Bridget A. Taylor & Nancy V. Marchese et “Compassionate Care in Behavior Analytic Treatment : Can Outcomes be Enhanced by Attending to Relationships with Caregivers” par Bridget A. Taylor, Linda A. LeBlanc & Melissa R. Nosik. Pour approfondir le sujet des soins de compassion, nous vous encourageons à lire ces études.

Publié dans Accompagnements, Autisme

5 conseils pour faire passer votre enfant à un horaire de sommeil scolaire (Different Roads to Learning)

Article original : 5 Tips for Shifting Your Child to a School Sleep Schedule

Traduction :

Aider votre enfant à passer à un horaire de sommeil à l’école peut être une expérience enrichissante et valorisante pour les parents d’enfants sur le spectre autistique. Bien qu’il puisse sembler difficile au départ de s’adapter à la routine structurée de l’année scolaire, surtout après les mois d’été plus détendus, il existe des stratégies efficaces qui peuvent faciliter ce processus. En mettant en œuvre ces cinq conseils, les parents peuvent s’assurer que leur enfant est plein d’énergie, rafraîchi et parfaitement préparé à aborder chaque journée d’école avec enthousiasme.

1) Créer un horaire de sommeil cohérent

Un horaire de sommeil cohérent dans la routine d’un enfant est crucial pour plusieurs raisons. Tout d’abord, une routine prévisible peut avoir des effets positifs en réduisant l’anxiété et en procurant un sentiment de stabilité réconfortant. Deuxièmement, un manque de sommeil peut exacerber les troubles du comportement et les difficultés d’attention et de concentration. Il est recommandé aux enfants de dormir entre 8 et 12 heures par nuit. Un horaire de sommeil régulier augmente la probabilité que les enfants soient bien reposés, ce qui peut avoir un impact positif sur leur humeur générale, leur comportement et leurs capacités cognitives.

2) Établir une routine pour l’heure du coucher

Il est essentiel pour les enfants d’établir une routine cohérente à l’heure du coucher. Le fait de suivre une séquence prévisible d’activités chaque soir peut aider votre enfant à se calmer et à se préparer au sommeil. Commencez par choisir des activités apaisantes, comme la lecture d’un livre ou un bain chaud, pour indiquer à votre enfant qu’il est temps de se détendre.

3) Ajustez graduellement l’heure du coucher et du lever

Il est important d’adapter progressivement l’horaire de sommeil de votre enfant à celui de l’école. Changer brusquement l’heure du coucher et du réveil peut causer du stress et de la résistance. Au lieu de cela, procédez à des ajustements mineurs de son emploi du temps chaque jour, en rapprochant lentement son heure de coucher et de lever de son emploi du temps scolaire. Cela permettra à son corps de s’adapter et rendra la transition plus douce.

4) Créer un environnement de sommeil apaisant

Il est essentiel de créer un environnement de sommeil apaisant pour les enfants afin de favoriser la relaxation et un sommeil réparateur. Commencez par vous assurer que la chambre est exempte de distractions, telles que des bruits forts ou des lumières vives. Utilisez des rideaux occultants ou une machine à bruit blanc pour bloquer les stimuli perturbateurs. En outre, offrez à votre enfant un lit confortable et douillet, avec des couvertures et des oreillers doux. L’intégration d’éléments apaisants tels qu’une veilleuse ou une couverture lestée (si elle est adaptée à son âge) peut également contribuer à créer une atmosphère sereine.

Publié dans Autisme, Scolarité

À la recherche de la biologie derrière le biais sexuel de l’autisme(Spectrum News)

Article original : Searching for the biology behind autism’s sex bias

Traduction :

L’autisme est associé à un stéréotype : timide, maladroit, obsédé par la technologie, résolument masculin. C’est une image qui efface les nombreuses filles et femmes autistes, mais qui reflète aussi la réalité : beaucoup plus de garçons que de filles sont diagnostiqués. Plusieurs études estiment que le rapport entre les sexes est d’environ 3 pour 1. Parmi les troubles psychiatriques, seuls les troubles de l’alimentation présentent une répartition plus asymétrique.

Bien que les chercheurs puissent débattre de la question de savoir si les critères de diagnostic de l’autisme caractérisent correctement les filles autistes, ils s’accordent à dire que l’autisme affecte différemment les garçons et les filles. Ce fossé manifeste reste en grande partie inexpliqué.

Un indice majeur est apparu au cours de la dernière décennie : Les filles et les femmes autistes sont porteuses de plus de variantes rares, non héritées – ou de novo – dans les gènes liés à l’autisme que les garçons et les hommes autistes, selon des études répétées ; il en va de même pour les variantes communes liées à l’autisme, selon une étude en attente d’examen par les pairs. Les scientifiques avancent la théorie que les femmes sont “protégées” des effets combinés des gènes liés à l’autisme, de sorte qu’il leur faut un plus grand nombre d’événements génétiques aléatoires pour manifester des traits autistiques.

Mais aussi fiable que soit cette observation de l'”effet protecteur des femmes”, elle laisse subsister une question majeure : Pourquoi les femmes seraient-elles protégées ? De nombreux chercheurs sur l’autisme pensent que la réponse se trouve dans les différences biologiques fondamentales entre les hommes et les femmes – leur composition chromosomique et leurs niveaux d’hormones. En comparant les gènes et les modèles d’expression génétique des hommes et des femmes, autistes ou non, certains scientifiques s’efforcent de découvrir les mécanismes à l’origine de cet effet.

“Étant donné la constance du biais sexuel et de la prévalence de l’autisme, si nous pouvions comprendre les mécanismes responsables de la prédominance masculine des diagnostics d’autisme, nous comprendrions alors quelque chose de vraiment fondamental sur la biologie de l’autisme elle-même”, explique Donna Werling, professeur adjoint de génétique à l’université du Wisconsin-Madison.

Même si les scientifiques réussissent à démêler les racines biologiques et sociales du sexisme de l’autisme, il pourrait s’avérer impossible de le faire, avertissent Werling et d’autres chercheurs. Le diagnostic, qui est en fin de compte un phénomène social, dépend non seulement de la biologie du sexe et de l’autisme, mais aussi des facteurs environnementaux riches et désordonnés qui conduisent à l’expression du sexe et de l’autisme dans un monde social. En outre, les études biologiques sur le rapport de masculinité dans l’autisme ne prennent généralement pas en compte les personnes transgenres ou intersexuées, bien que la communauté des autistes soit extrêmement diversifiée sur le plan du genre. (Pour cette raison, les mots “hommes” et “femmes” sont utilisés dans cet article pour désigner exclusivement les hommes cis et les femmes cis).

“Il s’agit d’un problème très contrariant et de haute dimension, et il est difficile de savoir où l’on va arriver”, déclare John Constantino, professeur de psychiatrie et de pédiatrie à l’université de Washington à St Louis, dans le Missouri. “Mais c’est très important.

À première vue, l’explication la plus simple de l’effet protecteur féminin semble être la constitution chromosomique. Les chromosomes sont en effet à l’origine de toutes les autres différences entre les sexes, notamment en ce qui concerne les hormones, les organes génitaux, la pilosité et même le taux d’hémoglobine. Avec deux copies du chromosome X, les femmes peuvent compenser si elles sont porteuses d’une copie défectueuse d’un gène, alors que les hommes, qui n’ont qu’un X, ne le peuvent pas ; le minuscule chromosome Y ne leur fournit aucune solution de rechange.

Cette différence explique le biais sexuel dans le syndrome de l’X fragile, une maladie rare liée à l’autisme qui est à la fois plus fréquente et plus grave chez les hommes et qui est causée par des mutations dans le gène FMR1, sur le chromosome X. Ces mutations rendent le chromosome X plus fragile et plus vulnérable à la maladie. Ces mutations donnent au chromosome X un aspect “fragile” au microscope, d’où le nom de la maladie. Le syndrome de Rett, qui coïncide souvent avec l’autisme, résulte lui aussi de mutations dans un gène du chromosome X, MECP2. Comme il faut au moins une copie fonctionnelle de MECP2 pour survivre, le syndrome de Rett se manifeste presque exclusivement chez les filles.

On pense que la plupart des cas d’autisme résultent d’une accumulation d’erreurs génétiques dans plusieurs gènes. Mais même dans ces cas, le chromosome X pourrait avoir le mérite de protéger les femmes des effets des mutations : Par exemple, si un gène particulier du chromosome X rend l’autisme moins probable et que les femmes en ont deux copies alors que les hommes n’en ont qu’une, il faudrait davantage de mutations pour que l’autisme se manifeste chez les femmes, ce qui est précisément ce que les scientifiques observent.

Constantino et ses collègues ont cherché un tel gène du chromosome X dans une étude de 2015, mais n’ont rien trouvé. Depuis lors, les chromosomes sexuels ont reçu trop peu d’attention, explique Tychele Turner, professeur adjoint de génétique à l’université Washington de Saint-Louis (Missouri).

Louis, Missouri. “Les gens diront qu’ils ne contribuent pas”, dit Turner. “Mais c’est le cas. En 2019, Tychele Turner et ses collègues ont découvert sept gènes ayant un lien statistiquement significatif avec l’autisme et d’autres troubles neurodéveloppementaux uniquement chez les filles et les femmes ; cinq d’entre eux sont situés sur le chromosome X.

Ces gènes ne sont pas nécessairement responsables de l’effet protecteur de la femelle. Par exemple, les mutations dans DDX3X, un gène qui régule l’ARN et qui a montré l’effet le plus extrême sur le sexe dans l’étude, sont, comme celles dans MECP2, considérées comme fatales pour les embryons mâles.

Mais, selon elle, ces gènes contribuent à démontrer que le chromosome X joue un rôle important dans le sex-ratio de l’autisme.

“Si l’on examine ces gènes et ce qu’ils font, on constate qu’ils régulent souvent d’autres gènes”, explique Mme Turner. Une seule mutation sur le chromosome X pourrait donc avoir des effets suffisamment larges pour contribuer de manière significative à un handicap complexe tel que l’autisme.

Ce qui se trouve en aval des gènes du chromosome X – les modèles d’expression génétique – pourrait également contribuer à expliquer l’effet protecteur de la femme.

“On pourrait imaginer un scénario dans lequel un gène serait plus abondant dans un sexe que dans l’autre”, explique Jessica Tollkuhn, professeur adjoint au Cold Spring Harbor Laboratory à New York. “Et si vous avez une mutation dans ce gène, peut-être que tout va bien, parce que vous avez plus de ce transcrit au départ”. Si, par exemple, les femmes produisent naturellement des niveaux plus élevés d’une protéine liée à l’autisme que les hommes, elles peuvent ne pas ressentir d’effets indésirables si le gène qui code pour cette protéine subit une mutation qui le rend moins efficace.

Werling a cherché des signes de cette tendance en comparant l’expression des gènes liés à l’autisme dans le tissu cortical (la surface ridée du cerveau) d’hommes et de femmes autistes. Elle n’a pas trouvé de différences dans les gènes liés à l’autisme eux-mêmes, mais certains d’entre eux régulent d’autres gènes. Et parmi ces autres gènes, ceux qui étaient régulés à la hausse dans le cerveau des hommes par rapport à celui des femmes l’étaient également dans le cerveau des autistes par rapport à celui des non-autistes, a constaté la chercheuse. Le cerveau des hommes était comme une rivière gonflée par la fonte des neiges : Son niveau élevé ne provoque pas plus de précipitations, mais il signifie qu’une pluie, même modeste, est plus susceptible de provoquer une inondation.

Les différences sont minimes. “Les différences d’expression génétique entre les sexes que nous observons ont tendance à être vraiment subtiles, des changements de faible amplitude qui indiquent des changements légers mais cohérents dans la manière dont certains processus fonctionnent dans le cerveau masculin et féminin”, explique Werling.

Pour Stephan Sanders, professeur de psychiatrie à l’université de Californie à San Francisco, qui n’a pas participé à l’étude de Werling, ces différences, aussi minimes soient-elles, peuvent contribuer au sex-ratio de l’autisme. “Il est concevable qu’un petit changement dans l’ARN – comme un changement de 3 % entre les sexes – puisse suffire à modifier la distribution, entraînant un biais dramatique en fonction du sexe”, explique-t-il.

Si c’est le cas, ces petites différences transcriptionnelles pourraient également indiquer comment ce biais dramatique se produit en fin de compte. De nombreux gènes régulés à la hausse chez les hommes et les autistes sont associés aux astrocytes et à la microglie, deux types de cellules gliales qui aident à soutenir les neurones. La microglie, en particulier, joue le rôle de cellule immunitaire du cerveau. Les résultats obtenus par Werling s’inscrivent donc dans le cadre d’un ensemble croissant de preuves établissant un lien entre l’autisme et le système immunitaire. Mais la raison pour laquelle ces gènes sont régulés à la hausse chez les hommes n’est pas encore claire. Les hommes pourraient simplement avoir plus de cellules gliales, dit-elle, ou leurs cellules individuelles pourraient exprimer plus de protéines liées à la glie.

Au fur et à mesure que de nouvelles données sur le transcriptome cérébral sont devenues disponibles – un processus lent car ces données doivent provenir de cerveaux donnés – Werling et d’autres chercheurs ont réexaminé les différences entre l’expression des gènes corticaux masculins et féminins. Ce qu’ils ont trouvé jusqu’à présent, dit Werling, valide ses conclusions initiales.

Mais une autre équipe a trouvé 12 gènes fortement liés à l’autisme qui sont exprimés de manière différente dans les cerveaux fœtaux masculins et féminins. Selon Mme Werling, la divergence avec ses propres résultats s’explique par une différence majeure entre les deux études : Alors que la sienne s’est concentrée uniquement sur le cortex, siège de compétences complexes telles que la résolution de problèmes et le comportement social, l’autre s’est intéressée à l’ensemble du cerveau. Les différences supplémentaires dans l’expression des gènes liés à l’autisme ne proviennent probablement pas du cortex, mais du tissu sous-cortical, explique-t-elle.

Il s’avère que les régions sous-corticales du cerveau, qui sont responsables de fonctions plus fondamentales, telles que le mouvement et la détection des menaces, présentent des différences spectaculaires entre les sexes. “Les régions sous-corticales riches en récepteurs hormonaux semblent être le lieu de vie du sexe dans le cerveau”, explique Mme Tollkuhn. On pense que les hormones sont à l’origine de la plupart des différences entre les cerveaux masculins et féminins, et qu’elles pourraient donc contribuer à protéger les cerveaux féminins des effets des mutations liées à l’autisme.

Pendant la gestation, les enfants de sexe masculin commencent à sécréter de la testostérone, qui est ensuite convertie en œstrogènes et se lie aux récepteurs d’œstrogènes dans le cerveau. Dans des travaux non publiés, Tollkuhn et ses collègues ont pu suivre la manière dont les œstrogènes provoquent des changements dans l’expression des gènes dans le cerveau de la souris. Dans les cellules sous-corticales qui contenaient la protéine du récepteur des œstrogènes, l’expression des gènes variait de manière significative entre les hommes et les femmes.

“Nous ne savons pas encore où s’expriment ces récepteurs hormonaux dans le cerveau [humain]”, explique Mme Tollkuhn, mais ses résultats font des régions sous-corticales un horizon prometteur pour la poursuite des recherches.

Jusqu’à présent, les régions sous-corticales ont reçu beaucoup moins d’attention que le cortex en ce qui concerne l’autisme, car elles ne sont pas responsables des processus cognitifs supérieurs. Mais les régions sous-corticales sont étroitement liées au cortex, explique Sanders, et il n’y a donc aucune raison pour que ces régions ne jouent pas un rôle majeur. Par exemple, l’hypothalamus et l’hypophyse – tous deux sous-corticaux – contrôlent les réponses au stress, qui influencent fortement le comportement.

“L’idée qu’une région sous-corticale puisse être importante pour le comportement est, sans aucun doute, vraie”, affirme Sanders. “Si nous disons que l’autisme est cortical, c’est en grande partie parce que nous n’avons étudié que le cortex.

Malgré les résultats obtenus jusqu’à présent, les chercheurs n’ont aucune garantie que la biologie puisse un jour expliquer entièrement pourquoi l’autisme est tellement plus fréquent chez les garçons. “Cette responsabilité est le produit de la génétique et de l’environnement”, explique Mme Turner. Cela signifie que l’effet protecteur des femmes n’est pas uniquement dû aux gènes. “Mais c’est ainsi que nous l’avons tous envisagé.

Selon Kevin Pelphrey, professeur de neurologie à l’université de Virginie à Charlottesville, certaines des raisons sous-jacentes de l’effet protecteur des femmes pourraient être de nature purement sociale. La façon dont les filles sont généralement élevées – encouragées à socialiser avec leurs pairs, à pratiquer les bonnes manières et à jouer avec des jouets qui ressemblent à des personnes – est “presque comme un programme d’intervention précoce pour être très social”, dit-il.

Pour tenter de distinguer ces influences environnementales de la biologie – si tant est que cela soit possible – les chercheurs auraient besoin de beaucoup plus d’informations sur les expériences de vie des personnes dont ils étudient les tissus. Werling peut observer quand l’expression d’un gène donné est élevée dans les cerveaux masculins et féminins, par exemple, mais elle ne peut pas nécessairement dire si cette élévation est due à la régulation des gènes sur le chromosome X, à la régulation hormonale ou à des expériences de vie sexuées.

“Malheureusement, compte tenu de la disponibilité des dons de tissus cérébraux dont nous disposons aujourd’hui, la quantité d’informations dont nous disposons sur la vie de chaque donneur est très limitée”, explique Mme Werling. En particulier, les données qu’elle utilise ne lui indiquent que le sexe assigné à la naissance, alors que la communauté des autistes est particulièrement diversifiée sur le plan du genre.

Progresser sur cette question diablement complexe pourrait finalement se résumer à quelque chose de relativement simple : des échantillons de plus grande taille avec un phénotypage plus approfondi. Mme Werling espère pouvoir entreprendre des études comparant les profils transcriptomiques de garçons autistes, de filles autistes, de garçons non autistes et de filles non autistes. Mais pour analyser simultanément le sexe et le statut autistique, elle aurait besoin d’un nombre égal de donneurs dans chacun de ces quatre groupes – et il y a très, très peu d’échantillons de cerveaux de femmes autistes.

“Nous ne disposons pas vraiment de grands ensembles de données pour combiner ces deux variables”, explique-t-elle. “Nous avons vraiment besoin de plus de femmes autistes dans les études.

Publié dans Autisme, Formation

Autiste, Côme s’épanouit pleinement dans ce restaurant près de Vitré (actu.fr)

Depuis plus d’un mois, Côme Constant travaille dans un restaurant à Retiers qui a su lui donner sa chance. Et le jeune autiste s’est rapidement adapté.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Emploi, Monde professionnel

Les neurones miroirs (Radio Canada)

Publié dans Accompagnements, Autisme, Formation

La difficulté des transports en commun pour un neuro A (Hop’Toys)

Les transports en commun, c’est un peu comme une aventure pour tout le monde, mais pour certaines personnes neuro-atypiques, c’est une expérience qui peut être parsemée de défis et d’émotions particulières. Il est important de comprendre que chacun a ses propres ressentis.

Lire la suite de l’article

Publié dans Accompagnements, Autisme

Outils sur le Sommeil (V. Couillaud)

Différentes ressources à télécharger pour la gestion du sommeil.

Aller sur la page

Publié dans Accompagnements, Autisme

Autisme et Situations malveillantes – 1ère partie : Identification (Aspie Conseil)

Les biographies, les études montrent que les risques de brimades et de harcèlements sont deux à quatre fois plus importants dans la population autiste par rapport à la population typique. Ce sujet sera traité en trois phases, d’abord un premier article (celui-ci ndlr) sur l’identification, un autre sur la gestion, et enfin le troisième et dernier sur la prévention des situations de malveillance.

Lire la suite de l’article

Publié dans Accompagnements, Autisme

Réussir la scolarisation d’un élève présentant un trouble du spectre de l’autisme (TSA) dans le secondaire (Etre Prof)

Mais de quoi parle-t-on vraiment lorsque l’on évoque les troubles du spectre de l’autisme (ou TSA) ? Quel est votre rôle, en tant qu’enseignant ou enseignante, et comment accompagner les élèves dont le diagnostic a été posé ? Ce guide vous apportera un cadrage théorique et des fiches pratiques outillantes pour répondre aux problématiques qui rythment votre quotidien enseignant.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Scolarité

Guide pour le Choix de la Modélité de Communication (Formavision)

Cet outil fournit des lignes directrices pour le choix d’une modalité de communication pour des personnes avec TSA. Différentes modalités de communication sont envisagées : le pointage, la communication basique avec pictogrammes, des outils de communication numériques et les outils de communication robustes (PODD, TLA).

télécharger le guide

Publié dans Accompagnements, Autisme

Futurs Pôles d’appui à la scolarité : les craintes des asso (handicap.fr)

Polémique autour des futurs Pôles d’appui à la scolarité qui entendent mobiliser les moyens de l’Education nationale, avant saisine éventuelle de la MDPH, pour rendre les enseignements plus accessibles. Des associations se disent inquiètes !

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme

Pôles d’appui à la scolarité : pourquoi les associations s’inquiètent (ASH)

L’article 53 du projet de loi de finances pour 2024 lance l’expérimentation des « pôles d’appui à la scolarisation » pour les élèves en situation de handicap. Mais sa rédaction actuelle inquiète les associations représentatives. Certains acteurs réclamant même sa suppression pure et simple.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Scolarité

Où est passée la stratégie autisme-TND 2023-2027 ? (handicap.fr)

Prévue pour avril 2023 puis sans cesse repoussée, la présentation de la Stratégie nationale pour l’autisme au sein des troubles du neurodéveloppement (TND) 2023-2027 a disparu de l’agenda du gouvernement. Le Collectif autisme s’impatiente…

lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Droits & Législation

Entraînement aux habiletés sociales dans l’autisme : par où commencer ? (Ideereka)

Certaines capacités sociales font souvent défaut dans les TSA. Découvrez ce que sont les habiletés sociales et comment les enseigner !

Lire la suite de l’article

Publié dans Accompagnements, Autisme

Education nationale : une mise en œuvre difficile de l’« école inclusive » pour les personnels du premier degré (Le Monde)

Dans un rapport sur le climat scolaire dans le primaire diffusé vendredi, une majorité des personnes interrogées se disent insatisfaites de leur métier et évoquent des difficultés à intégrer les personnes en situation de handicap.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Scolarité

Autisme : les premiers signes – webdocumentaire

voir le webdocumentaire

Publié dans Autisme

Distinguer Maltraitance e TND – Liste des Médecins-Experts

Mettre fin à la confusion entre l’autisme, le TDAH ou les troubles DYS et les signes de maltraitance.
Difficultés à se concentrer, agitation, troubles alimentaires, troubles du sommeil, automutilation… sont certaines des caractéristiques du comportement d’un enfant autiste, TDAH ou avec un trouble dys. Ce sont également des signes pouvant laisser croire à des carences éducatives ou de la maltraitance.
Afin d’éviter toute confusion, les cellules de recueil des informations préoccupantes (CRIP) et les magistrats préalablement sensibilisés, pourront en cas de suspicion de trouble ou de besoin de réévaluation d’un diagnostic, avoir recours à des médecins experts. Dans le cadre de leur fonction, ces médecins appliquent pleinement les recommandations de bonnes pratiques de la haute autorité de santé (HAS).

Publié dans Autisme, Droits & Législation

Jours de répit, guichet unique… Le nouveau plan du gouvernement pour les aidants (Ouest France)

Aurore Bergé, la ministre des Solidarités et des familles, dévoile, en exclusivité, les principales mesures de son plan aidants : au minimum quinze jours de répit par an pour souffler ; un guichet unique facilitant les démarches administratives ; un meilleur accompagnement des salariés aidants par les entreprises…

lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Droits & Législation

Une appli pour faciliter le diagnostic précoce de l’autisme (France Info)

Une application, conçue par des spécialistes de l’autisme, pourrait permettre de réaliser facilement le diagnostic d’autisme, avant l’âge de 3 ans. Un enjeu crucial pour la prise en charge précoce, trop rare aujourd’hui.

Lire la suite de l’article

Publié dans Accompagnements, Autisme, Numérique

Des problèmes de santé mentale apparaissent avec des changements dans les traits de l’autisme chez l’enfant (Spectrum News)

Article original : Mental health issues emerge with shifts in autism traits across childhood

Traduction :

Une nouvelle étude révèle à la fois une augmentation de la gravité des problèmes de communication sociale et une diminution des comportements restreints et répétitifs au fil du temps.

Ces résultats soulignent l’idée que certains comportements restreints et répétitifs peuvent aider les personnes autistes. «Peut-être que tous les types de comportements répétitifs ne devraient pas être une cible thérapeutique», déclare Einat Waizbard-Bartov, chercheur universitaire diplômé en psychologie à l’université de Californie à Davis. «Nos résultats mettent en garde les cliniciens pour qu’ils envisagent de tenter d’éliminer les comportements répétitifs du répertoire comportemental d’un enfant autiste.»

Les enfants autistes subissent souvent des changements dans la gravité de leurs traits ausistes pendant leurs années d’études. La sévérité du comportement augmente chez 16 % des enfants autistes âgés de 6 à 11 ans et diminue chez 12 % des enfants autistes de cette tranche d’âge, selon une étude précédente.

De nombreux problèmes de santé mentale se développent également au cours de l’enfance moyenne, peu définies comme étant de 6 à 12 ans. Environ 70 % des enfants autistes ont au moins un problème de santé mentale, et 41 % ont deux ou plus, un travail antérieur a été trouvé.

Pour voir si les changements dans la sévérité des traits d’autisme au Moyen-âge sont associés à des problèmes de santé mentale, Waizbard-Bartov et ses collègues ont analysé les données sur 75 enfants autistes âgés de 6 à 11 ans, dont 15 filles. Dans le cadre du plus grand projet de Phénomène Autism Phenome, les chercheurs ont suivi les changements dans les caractéristiques de l’autisme chez ces enfants âgés de 2 à 3 ans jusqu’à l’adolescence, en utilisant le Tableau d’observation du diagnostic d’autisme Score de la sévérité, ainsi que des tests spécialisés axés sur les traits sociaux et les comportements restreints et répétitifs. Ils ont également évalué les symptômes de santé mentale par le biais d’entretiens avec les parents et de questionnaires.

Environ 21 % des enfants ont montré une gravité croissante des problèmes de communication sociale. Ils ont également montré des niveaux élevés d’anxiété, des troubles du déficit de l’attention/hyperactivité (TDAH) et des problèmes de comportement perturbateur, qui ont augmenté au fil du temps.

Et près de 23 pour cent des enfants ont montré une gravité décroissante des comportements restreints et répétitifs. Mais ils ont également montré des niveaux plus élevés d’anxiété qui ont augmenté au fil du temps, avec 94 % de ces enfants répondant aux critères d’un trouble anxieux. (Il n’y a eu qu’un chevauchement de 30 % entre les enfants avec des comportements limités et répétitifs décroissants et ceux qui ont des problèmes croissants de communication sociale.)

« Si ces enfants font des comportements répétitifs en tant que mécanisme d’autorégulation, alors ne pas les exécuter, en plus de l’effort mental de les réduire intentionnellement, peut entraîner une augmentation de leur anxiété », explique David Amaral, chercheur principal David Amaral, éminent professeur de psychiatrie et de sciences comportementales à l’Institut Davis MIND de l’Université de Californie. À l’appui de cette interprétation, les enfants qui ont fait preuve d’une sévérité accrue dans les comportements restreints et répétitifs avaient moins de problèmes de santé mentale. Les scientifiques ont détaillé leurs découvertes en ligne en septembre dans Autism.

Amaral met en garde que bien que le calendrier d’observation du diagnostic d’autisme se concentre sur des types spécifiques de comportements restreints et répétitifs, tels que la rotation en cercles ou la doublure des voitures-jouets, ces comportements incluent un groupe d’activités beaucoup plus large. Waizbard-Bartov suggère qu’utiliser des mesures plus complètes pour ces comportements pourrait indiquer ceux qui sont le plus liés à l’anxiété.

Elle dit qu’elle aimerait également que les futures études reproduisent les résultats avec des groupes plus importants d’enfants et élargissent l’étude pour explorer l’efficacité des interventions axées sur l’autorégulation.

Publié dans Autisme, Formation

Pourquoi certains enfants perdent-ils leur diagnostic d’autisme ? (Spectrum News)

Article original : Journal club: Why do some children lose their autism diagnosis?

Traduction :

Le nouvel article d’Elizabeth Harstad et de ses collègues rapporte que parmi les jeunes enfants, son équipe a considéré – tous âgés de 12 à 36 mois et diagnostiqués avec l’autisme sur la base des critères de la cinquième édition du Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux – 37 % avaient perdu le diagnostic à l’âge de 5 à 7 ans. Cette estimation de l’autisme « non persistant » est près de deux à trois fois plus élevée que celle rapportée dans la plupart des études précédentes, qui ont estimé qu’environ 10 à 20 % des enfants autistes perdent leur diagnostic d’autisme avec l’âge. Comprendre les raisons de cet écart est important non seulement pour prédire le pronostic d’un enfant et recommander des services, mais aussi pour définir un sous-type d’autisme qui peut différer à la fois des contributions génétiques et environnementales.

Qu’est-ce qui pourrait expliquer la forte estimation rapportée dans la nouvelle étude? Les chercheurs ont proposé une possibilité: les enfants de leur étude étaient plus âgés d’un an ou de deux à un suivi que les enfants des études précédentes, ce qui leur donnait plus de temps pour perdre les signes fondamentaux de la maladie. Mais cela ne peut pas expliquer complètement l’écart, car plusieurs études antérieures ont suivi des enfants diagnostiqués comme jeunes en bas âge et ont trouvé des estimations moins élevées de l’autisme non persistant. Par exemple, une étude de 2022 de Rebecca Elias et Catherine Lord a suivi une cohorte de 155 enfants diagnostiqués comme jeunes et a découvert que 13 d’entre eux, soit 19%, ont perdu le diagnostic par l’âge adulte. La moitié a perdu le diagnostic après l’âge de 18 ans.

Harstad et ses collègues rapportent que les rapports sexuels féminins et un fonctionnement adaptatif relativement élevé à l’inclusion ont contribué de manière significative à la perte du diagnostic, sur la base de modèles de régression qui ont examiné de multiples facteurs. Bien que le fonctionnement adaptatif à lui seul ait atteint l’importance en tant que prédicteur de l’autisme persistant versus non persistant, les données montrent que le groupe non persistant avait des scores plus élevés sur chaque mesure cognitive et linguistique à la fois à l’inclusion et au suivi. Les résultats du calendrier d’observation du diagnostic de l’autisme n’étaient pas disponibles pour l’évaluation diagnostique initiale; cela est regrettable, car avoir des signes moins évidents d’autisme au départ est susceptible de contribuer également à la non-persistance de l’autisme.

Et les chercheurs ont mentionné la différence entre les sexes dans la discussion mais la ont peut-être sous-estimée : 32 pour cent des garçons dans l’étude (qui, bien sûr, prédominaient dans l’échantillon) montraient une non-persistance, contre 61 % des filles.

Un autre facteur qui aurait probablement été très important dans ces résultats est l’intervention. L’étude a été réalisée à l’hôpital pour enfants de Boston. Le Massachusetts en général, et Boston en particulier, a une multitude de possibilités d’intervention précoce pour l’autisme. Les chercheurs de l’étude ne font pas grand-chose du fait que 197 de leurs 213 participants, soit 92%, ont reçu un traitement, principalement appliqué, l’analyse du comportement (ABA), mais cela semble très important et très différent de ce que l’on pourrait trouver dans d’autres régions des États-Unis. En fait, j’aurais pu conclure que la forte prévalence de l’autisme non persistant et l’utilisation élevée de la thérapie ABA dans leur échantillon servent de preuve de l’efficacité de l’ABA.

L’un des points méthodologiques de l’étude est que les chercheurs ont examiné les différences démographiques entre les participants et les non-participants éligibles. Ils ont constaté que les familles hispaniques étaient moins susceptibles que les familles d’autres groupes raciaux et ethniques de s’inscrire à l’étude. Qui plus est, les enfants qui ont participé avaient des scores cognitifs et linguistiques plus élevés que les non-participants, et la plupart d’entre eux étaient blancs et de familles aisées avec des mères ayant un niveau d’éducation supérieur. Le fait que de nombreux participants aient dû être évalués pendant la pandémie, alors qu’il y avait peut-être eu moins d’interruptions de services en personne pour les familles blanches et plus riches, pourrait également avoir accru les disparités dans l’accès à des thérapies efficaces.

La relation entre le diagnostic d’autisme et le fonctionnement cognitif dans les groupes persistants et non persistants, bien qu’un peu complexe, soulève la question séculaire de savoir si l’autisme peut couvrir toute la gamme des capacités intellectuelles, et comment cette fourchette affecte les résultats. Mes collègues et moi avons étudié un groupe d’autisme et de fonctionnement cognitif assez faible (tous inférieurs à l’équivalence d’âge du développement de 12 mois) et les avons suivis jusqu’à l’âge de 4 ans. Nous nous attendions à ce que certains de ces enfants perdent le diagnostic d’autisme mais conservent un diagnostic de handicap intellectuel, mais contrairement aux attentes, pratiquement tous ont conservé un diagnostic d’autisme grave plus un handicap intellectuel. Ceci est cohérent avec l’étude Harstad, qui a révélé qu’aucun des enfants non persistants n’avait de scores cognitifs inférieurs à la moyenne.

Que peut-on conclure de cette nouvelle étude intéressante et précieuse ? Je suggère que le document présente des résultats possibles pour les enfants relativement privilégiés – ceux qui sont blancs, riches et ont accès à un diagnostic précoce et à une intervention précoce efficace, ainsi qu’à un fonctionnement cognitif et adaptatif relativement élevé au moment du diagnostic. La prévalence de l’autisme non persistant dans un tel échantillon peut donc être considérée comme la limite supérieure de ce qui est possible compte tenu de notre état actuel de connaissance, mais elle peut ne pas se généraliser à des populations plus larges qui ont plus de graves problèmes d’enfants, des diagnostics ultérieurs, moins de ressources familiales ou de statut minoritaire, ou vivre dans des régions où l’intervention est moins efficace.

Publié dans Autisme, Formation

Café/Rencontres/Ludothèque, le samedi 04 Novembre 2023

Le prochain Café/Rencontre/Ludothèque à destination des familles et personnes concernées par les T.S.A., sera ouvert le samedi 04 Novembre 2023, de 14h30 à 17h30, au sein des locaux de l’association au 81, Bd Albert 1er (Rennes).

Vous pourrez aussi consulter le catalogue, emprunter du matériel de la ludothèque.

Cette action est soutenue par le “Réseau Parentalité 35” et le Conseil Départemental d’Ille-et-Vilaine.

Publié dans Autisme, Café/Rencontres

Préparer une consultation avec une personne autiste (GNCRA)

Chez les personnes TSA, les particularités sensorielles peuvent perturber l’expression des sensations qu’elles peuvent ressentir, et notamment les sensations douloureuses. De plus, les altérations des compétences de communication et d’interaction sociales, peuvent venir perturber ou empêcher l’expression de cette douleur.

Il est donc important pour un professionnel de prendre en considération ces particularités, en amont, pendant et après la consultation avec une personne TSA pour éviter qu’un problème de santé ne soit pas perçu.

Cette brochure s’adresse aux professionnels de santé et elle a pour ambition de donner aux professionnels les premières clés leur permettant d’aborder ces particularités avec la personne autiste, et ainsi de mieux préparer la consultation médicale.

Publié dans Accompagnements, Autisme

Les problèmes de santé mentale émergent avec des changements dans les traits de l’autisme tout au long de l’enfance (Spectrum News)

Article original : Mental health issues emerge with shifts in autism traits across childhood

Traduction :

Une nouvelle étude révèle qu’une augmentation de la gravité des problèmes de communication sociale et une diminution des comportements restreints et répétitifs au fil du temps pourraient accroître la vulnérabilité d’un enfant autiste à l’anxiété et à d’autres problèmes de santé mentale.

Ces résultats soulignent l’idée que certains comportements restreints et répétitifs peuvent aider les personnes autistes. « Peut-être que tous les types de comportements répétitifs ne devraient pas être une cible thérapeutique », explique la co-chercheuse Einat Waizbard-Bartov, étudiante diplômée en psychologie à l’Université de Californie à Davis. « Nos résultats avertissent les cliniciens de considérer la valeur de tenter d’éliminer les comportements répétitifs du répertoire comportemental d’un enfant autiste. »

Les enfants autistes connaissent souvent des changements dans la gravité de leurs traits autistiques au cours de leurs années d’école primaire. La gravité des traits augmente chez 16% des enfants autistes âgés de 6 à 11 ans et diminue chez 12% des enfants autistes de cette tranche d’âge, selon une étude précédente.

De nombreux problèmes de santé mentale se développent également au milieu de l’enfance, vaguement définie comme étant âgée de 6 à 12 ans. Environ 70% des enfants autistes ont au moins un problème de santé mentale et 41% en ont deux ou plus, selon des travaux antérieurs.

Pour voir si les changements dans la gravité des traits autistiques au milieu de l’enfance sont associés à des problèmes de santé mentale, Waizbard-Bartov et ses collègues ont analysé les données de 75 enfants autistes âgés de 6 à 11 ans, dont 15 filles. Dans le cadre du projet plus vaste Autism Phenome, les chercheurs ont suivi les changements dans les traits autistiques chez ces enfants âgés de 2 et 3 ans à l’adolescence, en utilisant le score de gravité calibré du calendrier d’observation diagnostique de l’autisme, ainsi que des tests spécialisés axés sur les traits sociaux et les comportements restreints et répétitifs. Ils ont également évalué les symptômes de santé mentale au moyen d’entrevues parentales et de questionnaires.

Environ 21% des enfants ont montré une gravité croissante des problèmes de communication sociale. Ils ont également montré des niveaux élevés d’anxiété, de traits de trouble déficitaire de l’attention / hyperactivité (TDAH) et de problèmes de comportement perturbateurs, qui ont augmenté avec le temps.

Et près de 23% des enfants ont montré une diminution de la gravité des comportements restreints et répétitifs. Mais ils ont également montré des niveaux d’anxiété plus élevés qui ont augmenté avec le temps, avec 94% de ces enfants répondant aux critères d’un trouble anxieux. (Il n’y avait qu’un chevauchement de 30% entre les enfants ayant des comportements restreints et répétitifs décroissants et ceux ayant des problèmes croissants de communication sociale.)

« Si ces enfants adoptent des comportements répétitifs en tant que mécanisme d’autorégulation, ne pas les exécuter, en plus de l’effort mental de les réduire intentionnellement, peut entraîner une augmentation de leur anxiété », explique le chercheur principal David Amaral, professeur distingué de psychiatrie et de sciences du comportement à l’Université de Californie, Davis MIND Institute. Soutenant cette interprétation, les enfants qui ont montré une sévérité accrue dans les comportements restreints et répétitifs avaient moins de problèmes de santé mentale. Les scientifiques ont détaillé leurs résultats en ligne en septembre dans Autism.

Amaral avertit que bien que le calendrier d’observation diagnostique de l’autisme se concentre sur des types spécifiques de comportements restreints et répétitifs, tels que tourner en rond ou aligner des voitures jouets, ces comportements incluent un groupe beaucoup plus large d’activités. Waizbard-Bartov suggère que l’utilisation de mesures plus approfondies et plus complètes pour ces comportements pourrait indiquer lesquels sont les plus liés à l’anxiété.

Elle dit qu’elle aimerait également que les études futures reproduisent les résultats avec de plus grands groupes d’enfants et élargissent l’enquête pour explorer l’efficacité des interventions axées sur l’autorégulation.

Publié dans Autisme, Formation

La certification booste les professionnels de l’institut médico-éducatif d’Angoulême (Hospimédia)

De la paperasse et des contraintes supplémentaires, c’est souvent comme cela qu’est appréhendé par les équipes l’engagement dans une démarche de certification. Mais quand Cap Handéo a accordé sa certification à l’institut médico-éducatif Agir et vivre l’autisme d’Orléans, les professionnels l’ont vécu comme une reconnaissance du travail accompli.

Lire la suite de l’article

Publié dans Accompagnements, Autisme

Les 4 fonctions du comportement (Different Roads to Learning)

Article original : The 4 Functions of Behavior

Traduction :

Quelles sont les quatre fonctions du comportement ?

Dans le domaine de l’analyse comportementale appliquée (ABA), on pense qu’il y a toujours une raison sous-jacente à tout comportement. Notre comportement sert un but, même s’il n’est pas toujours clair. Tout comportement peut être réduit à une (ou plusieurs) des quatre raisons, également appelées fonctions. Les 4 fonctions du comportement sont classées comme attention, évasion, tangible et sensorielle. Essayer de comprendre pourquoi un adulte ou un enfant s’engage dans un comportement cible peut être difficile, mais déterminer la fonction spécifique du comportement qui est exposé peut aider à guider un plan de traitement pour aider à diminuer ou à augmenter un comportement spécifique.

  1. Attention (connexion) – Cette fonction peut être décrite comme lorsque quelqu’un adopte un comportement dans le but d’attirer l’attention. Les enfants peuvent se comporter négativement pour attirer l’attention même si ce n’est pas une attention positive. Cependant, il est important de se rappeler que tous les comportements de recherche d’attention ne doivent pas être perçus négativement. Par exemple, lever la main pour être appelé et crier pour que quelqu’un vienne sont deux comportements de recherche d’attention, mais l’un des deux est plus socialement acceptable.
  2. Évasion (évitement) – L’évasion est l’une des fonctions les plus courantes. Cela se produit lorsque les gens s’engagent dans certains comportements afin d’éviter ou de mettre fin à une expérience désagréable. Un enfant peut se comporter d’une certaine manière qui est inacceptable pour ne pas faire quelque chose qu’il ne veut pas faire. Des exemples de ceci pourraient être dormir en classe pour éviter de travailler ou prendre un itinéraire différent pour éviter la circulation.
  3. Tangible (Atteindre) – Cela peut être décrit comme quelqu’un qui s’engage dans un comportement pour accéder à quelque chose. Pour obtenir un objet ou participer à une activité qui intéresse particulièrement une personne, une personne peut se comporter d’une manière particulière. Un enfant qui crie pour obtenir un jouet ou qui termine ses devoirs pour passer du temps à la télévision sont deux exemples d’une fonction tangible du comportement.
  4. Sensoriel (automatique) – Ce comportement se produit lorsque les gens adoptent certains comportements parce qu’ils se sentent physiquement bien ou pour soulager des sentiments négatifs. Il s’agit de stimuler les sens. Un exemple de ceci serait de démanger une morsure de fourmi ou de vous éventer par une journée chaude.

Comprendre les renforcements positifs et négatifs

En général, les résultats comportementaux peuvent servir l’un des deux objectifs. Le raisonnement derrière ces comportements est soit d’acquérir quelque chose, soit de retirer quelque chose. Lorsqu’un enfant se comporte de manière à acquérir quelque chose, cela s’appelle le renforcement positif. D’autre part, le renforcement négatif est l’élimination de quelque chose de désagréable pour l’enfant.

Pour aider à une meilleure compréhension, les renforcements positifs et négatifs peuvent être mieux compris par l’attention et le renforcement sensoriel. Le renforcement positif de l’attention se produit lorsqu’un enfant reçoit quelque chose à la suite des actions de quelqu’un d’autre. Par exemple, un enfant peut demander une couverture à son père. Pour renforcer positivement la communication de demande de l’enfant, le père fournira la couverture. Alors que le renforcement négatif pourrait être l’endroit où le père enlève la couverture parce que l’enfant ne veut plus l’utiliser.

Un troisième concept est celui du renforcement automatique. Dans ce cas, le renforcement se produit sans l’aide de personne d’autre. L’enfant est capable de subvenir à ses besoins par lui-même. En utilisant le même scénario, un enfant qui reçoit sa propre couverture est un renforcement positif. En ce qui concerne le renforcement négatif, cela aurait pour conséquence que l’enfant repousserait la couverture de lui-même.

Comment pouvons-nous vous aider?

La motivation d’un enfant derrière des actions ou des comportements spécifiques peut être identifiée en comprenant les quatre fonctions du comportement, mais il est important de se rappeler qu’un seul comportement peut contenir deux fonctions ou plus. En outre, il est important de comprendre les renforcements positifs et négatifs afin de bien comprendre pourquoi un comportement se produit. En identifiant ces fonctions, nous pouvons apprendre aux enfants à répondre à leurs besoins de manière positive. En accompagnement ABA, les praticiens observent votre enfant dans son élément. Une attention particulière est portée à ce qui se passe avant et après le comportement ciblé pour identifier la fonction clé. Après avoir été évalués, des comportements de remplacement lui seront enseignés. L’objectif est de diminuer les comportements cibles et d’augmenter le comportement souhaité pour assurer la cohérence comportementale dans tous les environnements afin d’atteindre le succès sur le spectre.

Publié dans A.B.A., Accompagnements, Autisme

Les scientifiques révèlent deux voies vers l’autisme dans le cerveau en développement (Science Daily)

Article original : Scientists reveal two paths to autism in the developing brain

Traduction :

Résumé : Deux anomalies neurodéveloppementales distinctes qui surviennent quelques semaines seulement après le début du développement du cerveau ont été associées à l’émergence de troubles du spectre autistique, selon une nouvelle étude dans laquelle les chercheurs ont développé des organoïdes cérébraux à partir des cellules souches de garçons diagnostiqués avec le trouble.

Deux anomalies neurodéveloppementales distinctes qui surviennent quelques semaines seulement après le début du développement du cerveau ont été associées à l’émergence de troubles du spectre autistique, selon une nouvelle étude menée par Yale dans laquelle les chercheurs ont développé des organoïdes cérébraux à partir des cellules souches de garçons diagnostiqués avec le trouble.

Et, disent les chercheurs, les anomalies spécifiques semblent être dictées par la taille du cerveau de l’enfant, une découverte qui pourrait aider les médecins et les chercheurs à diagnostiquer et à traiter l’autisme à l’avenir.

Les résultats ont été publiés le 10 août dans la revue Nature Neuroscience.

« Il est étonnant que les enfants présentant les mêmes symptômes se retrouvent avec deux formes distinctes de réseaux neuronaux altérés », a déclaré le Dr Flora Vaccarino, professeur Harris au Child Study Center de la Yale School of Medicine et co-auteur principal de l’article.

En utilisant des cellules souches recueillies sur 13 garçons diagnostiqués autistes – dont huit garçons atteints de macrocéphalie, une condition dans laquelle la tête est élargie – une équipe de Yale a créé des organoïdes cérébraux (petites répliques tridimensionnelles du cerveau en développement) dans un plat de laboratoire qui imite la croissance neuronale chez le fœtus. Ils ont ensuite comparé le développement du cerveau de ces enfants affectés avec celui de leurs pères. (Les patients ont été recrutés parmi des collègues cliniciens du Yale Child Study Center, qui mène des recherches, des services et des formations pour améliorer la compréhension des problèmes de santé auxquels sont confrontés les enfants et leurs familles.)

L’étude a été codirigée par Alexandre Jourdon, Feinan Wu et Jessica Mariani, tous du laboratoire de Vaccarino à la Yale School of Medicine.

Environ 20% des cas d’autisme impliquent des personnes atteintes de macrocéphalie, une condition dans laquelle la taille de la tête d’un enfant est dans les 90ième percentile ou plus à la naissance. Parmi les cas d’autisme, ceux-ci ont tendance à être plus graves.

Curieusement, les chercheurs ont constaté que les enfants atteints d’autisme et de macrocéphalie présentaient une croissance excessive des neurones excitateurs par rapport à leurs pères, tandis que les organoïdes d’autres enfants autistes présentaient un déficit du même type de neurones.

La capacité de suivre la croissance de types spécifiques de neurones pourrait aider les médecins à diagnostiquer l’autisme, dont les symptômes apparaissent généralement 18 à 24 mois après la naissance, disent les auteurs.

Les résultats peuvent également aider à identifier les cas d’autisme qui pourraient bénéficier de médicaments existants conçus pour améliorer les symptômes de troubles marqués par une activité excessive des neurones excitateurs, tels que l’épilepsie, a déclaré Vaccarino. Les patients autistes atteints de macrocéphalie pourraient bénéficier de tels médicaments, contrairement à ceux qui n’ont pas de cerveau hypertrophié, a-t-elle déclaré.

La création de biobanques de cellules souches dérivées de patients pourrait être essentielle pour adapter les traitements à des personnes spécifiques ou à la médecine personnalisée.

Publié dans Autisme, Formation

Soutenir votre enfant avec des visuels (Different Roads to Learning)

Article original : Supporting Your Child With Visuals

Traduction :

Les supports visuels sont des éléments utilisés comme invites/indices pour aider à guider une personne vers le comportement attendu. Les soutiens visuels ne sont pas exclusifs aux enfants autistes. Même en tant qu’adultes, nous utilisons tous des supports visuels, de nos planificateurs aux applications d’organisation et plus encore.

Les supports visuels peuvent être bénéfiques pour rappeler aux enfants les attentes et les guider à travers des comportements adaptatifs.

Nous passerons en revue quelques supports visuels courants. Si votre enfant reçoit un traitement, discutez avec son équipe de soins de la mise en œuvre des soutiens visuels les plus appropriés pour votre enfant. Il est facile de se laisser emporter par tous les visuels, mais cela peut devenir trop stimulant pour de nombreux enfants. Essayez une chose à la fois pour avoir une bonne idée de ce qui est le plus utile et construisez à partir de là.

D’abord, puis visuel

Il s’agit d’un outil simple à créer et à mettre en œuvre. Le but est d’aider votre enfant à comprendre ce qui va suivre. Vous pouvez créer cela de manière simple avec un papier étiqueté d’abord sur le côté gauche, puis sur le côté droit. Vous pouvez utiliser des mots ou des éléments visuels pour montrer à votre enfant quelle est la tâche en cours et ce qui va suivre.

En règle générale, le côté « premier » aura une tâche non préférée telle que « nettoyer votre chambre » et le côté « alors » aura un objet ou une activité préféré telle que « jouer dehors ». Alors, nettoyez d’abord votre chambre, puis jouez dehors.

Panneaux d’arrêt

Assurer la sécurité de votre enfant est la priorité numéro 1 de tous. Apprendre à votre enfant à réagir aux panneaux d’arrêt peut être une excellente invite visuelle pour rappeler les endroits où il peut et ne peut pas faire le tour de la maison.

Placez un panneau d’arrêt plastifié sur les portes menant à l’extérieur (ou à tout autre endroit de la maison qui n’est pas sécuritaire pour votre enfant). Cela peut servir de rappel à votre enfant de faire une pause et de ne pas sortir s’il n’est pas accompagné d’un adulte. Cela prendra de la pratique, mais une fois qu’ils ont l’idée, les panneaux d’arrêt peuvent être une excellente invite !

Horaires visuels

Le premier visuel est un calendrier visuel simplifié montrant deux activités. Un horaire visuel complet peut être créé pour aider votre enfant à comprendre plusieurs événements à venir. Il existe de nombreuses façons de configurer cela. Par exemple, vous pouvez configurer cela comme un calendrier de leur journée complète. Ou vous pouvez en créer un pour les soutenir pendant une partie de leur journée, comme la routine du coucher consistant à se brosser les dents, à mettre un pyjama, une histoire au coucher, etc.

Encore une fois, il existe de nombreuses façons de créer cela, y compris en utilisant des images ou des mots. Vous pouvez en créer un vous-même ou en acheter un.

Minuteries visuelles

Les minuteries visuelles peuvent être un moyen très utile d’aider un enfant qui ne comprend pas tout à fait le concept de temps, à comprendre combien de temps il reste d’une activité. Le rouge sur l’horloge indique visuellement combien de temps il reste pour une activité ou jusqu’à une transition à venir.

Les visuels peuvent être si précieux pour nous guider dans notre vie quotidienne. Trouver des supports visuels efficaces pour votre enfant peut faire une énorme différence.

Publié dans A.B.A., Accompagnements, Autisme

Améliorer la compréhension émotionnelle : intégrer des cartes d’émotion dans l’environnement naturel des activités d’enseignement pour les enfants autistes (Different Roads to Learning)

Article original : Enhancing Emotional Understanding: Incorporating Emotion Flashcards in Natural Environment Teaching Activities for Children with Autism

Traduction :

Aider les enfants autistes à comprendre et à exprimer leurs émotions est bénéfique pour leur développement social et émotionnel. Un moyen efficace de soutenir cela est d’incorporer des cartes mémoire d’émotion dans les activités d’enseignement de l’environnement naturel (NET). Ci-dessous, nous explorerons les avantages de l’utilisation de cartes mémoire sur les émotions, fournirons des conseils sur leur intégration dans les activités quotidiennes et soulignerons leur impact sur la promotion de la compréhension émotionnelle chez les enfants autistes. Que vous soyez un parent, un clinicien ou un enseignant, cette ressource vous permettra de créer des expériences d’apprentissage attrayantes et efficaces pour les enfants autistes.

Comprendre les cartes mémoire d’émotion

Les flashcards d’émotion sont des aides visuelles qui représentent diverses émotions à travers des images ou des illustrations. Ces cartes fournissent une représentation concrète des émotions, les rendant accessibles et facilement compréhensibles pour les enfants autistes. En utilisant des cartes mémoire d’émotions, nous pouvons apprendre aux enfants à identifier, étiqueter et comprendre leurs propres émotions, ainsi qu’à reconnaître et à faire preuve d’empathie envers les émotions des autres.

Avantages des cartes mémoire Emotion dans les activités NET

  1. Supports visuels : Les cartes mémoire Emotion offrent des supports visuels qui améliorent la communication et la compréhension pour les enfants autistes. La nature visuelle des cartes aide à combler le fossé entre la communication verbale et non verbale, permettant aux enfants de mieux saisir et exprimer leurs émotions.
  2. Généralisation : L’intégration de cartes d’émotions dans des activités naturelles permet aux enfants de s’exercer à reconnaître et à comprendre les émotions dans divers contextes. Cela favorise la généralisation des compétences, aidant les enfants à transférer leurs connaissances des émotions des cartes mémoire aux situations réelles.
  3. Personnalisation : Les cartes mémoire Emotion peuvent être personnalisées pour refléter les expériences et les préférences individuelles de chaque enfant. Des cartes personnalisées présentant des visages familiers ou des situations spécifiques peuvent aider les enfants à comprendre les émotions représentées et rendre l’expérience d’apprentissage plus significative et pertinente.

Intégration de cartes mémoire d’émotions dans les activités NET

  1. Commencez par les émotions de base : Commencez par introduire un petit ensemble d’émotions de base, telles que heureux, triste, en colère et surpris. Utilisez les cartes mémoire d’émotion lors d’activités de jeu qui évoquent naturellement ces émotions. Par exemple, pendant la récréation, montrez la carte de l’heureux lorsque l’enfant est engagé dans une activité agréable.
  2. Charades d’émotion : Engagez l’enfant dans un jeu de charades émotionnelles en utilisant les cartes mémoire. À tour de rôle, jouez une émotion pendant que l’autre personne devine quelle émotion est représentée. Cette activité favorise la prise de perspective et la compréhension des indices non verbaux.
  3. Identification des émotions : Montrez à l’enfant une carte mémoire et demandez-lui d’identifier l’émotion correspondante. Fournir du renfort et des éloges pour les réponses correctes. Augmentez progressivement la complexité en introduisant des émotions plus nuancées, telles que l’excitation, la frustration ou l’inquiétude.
  4. Jeu de rôle émotionnel : utilisez les cartes mémoire pour créer des scénarios de jeu de rôle. Attribuez différentes émotions à l’enfant et à vous-même, et jouez comment chaque émotion pourrait être exprimée dans diverses situations. Encouragez l’enfant à imiter les expressions faciales, le langage corporel et le ton de voix associés à chaque émotion.
  5. Emotion Matching: Créez un jeu de correspondance en utilisant des cartes mémoire d’émotion et des cartes d’expression faciale correspondantes. Demandez à l’enfant de faire correspondre les cartes mémoire d’émotions avec des photos de personnes affichant les émotions correspondantes. Cette activité aide à renforcer la reconnaissance et la compréhension des émotions dans différents contextes.
  6. Tri des émotions: Fournissez une variété de cartes mémoire représentant différentes émotions et demandez à l’enfant de les trier en catégories basées sur les émotions positives et négatives ou les émotions de haute intensité et de faible intensité. Cette activité encourage la catégorisation et la différenciation des émotions.
  7. Journal des émotions : Intégrez l’utilisation de cartes mémoire d’émotions dans une activité de journalisation. Demandez à l’enfant de choisir une carte mémoire qui représente ce qu’il ressent à différents moments de la journée et encouragez-le à écrire ou à dessiner ses expériences et ses réflexions.

L’intégration de cartes d’émotions dans les activités d’enseignement de l’environnement naturel peut être un outil puissant pour promouvoir la compréhension émotionnelle chez les enfants autistes. En utilisant des supports visuels, des expériences personnalisées et des activités engageantes, nous pouvons aider les enfants à identifier et à comprendre leurs émotions, à améliorer leurs interactions sociales et à développer des compétences importantes pour le bien-être émotionnel tout au long de la vie. Que vous soyez un parent, un clinicien ou un enseignant, l’intégration de cartes d’émotions dans les activités quotidiennes peut créer des expériences d’apprentissage significatives qui soutiennent la croissance émotionnelle des enfants autistes.

Publié dans Accompagnements, Annonces

Abonnez-vous à notre newsletter

Connexion

Archives