Faites un don : Le Team “Off/On Road” s’engage auprès d’A.B.A. – Ille-et-Vilaine, lors de la mythique Armorikaine TT (24 heures de moto)

Le Team “Off/On Road” s’engage auprès d’A.B.A. – Ille-et-Vilaine, lors de la mythique Armorikaine TT (24 heures de moto tout-terrain), par son action “10€ reversés à l’association par tour réalisé”.

Les 26, 27 et 28 Août 2022, à Pleyber-Christ, aura lieu l’Armorikaine T.T., une course de moto tout-terrain de 24 heures non-stop. Dans ce cadre, le team “Off-On Road” propose de reverser 10€ à l’association A.B.A. – Ille-et-Vilaine par tour réalisé.

Grâce à la solidarité du Team “Off/On Road”, l’association continuera à soutenir au quotidien, les personnes concernées par les T.S.A. (Troubles du Spectre de l’Autisme) à travers des actions comme :

  • Sport & Autisme” : cette action œuvre pour une meilleure accessibilité des personnes TSA, aux activités physiques et sportives en milieu ordinaire. Pour l’année 2021-2022, 20 jeunes et adultes sont soutenus et accompagnés dans cette action.
  • Formation des aidants familiaux et professionnels” : ces formations sont fondamentales afin de donner des outils aux parents pour soutenir les apprentissages de leurs enfants, et de développer le réseau de professionnels sur l’Ille-et-Vilaine. La prochaine formation concernera l’apprentissage des mathématiques au primaire, les 10/11 Septembre & 08/09 Octobre.

Soutenez-les, faites un don (déductible de vos impôts sur le revenu à hauteur de 66%) :

Publié dans Autisme, Soutien

L’hétérogénéité génétique de l’autisme évidente dans les modèles de connectivité cérébrale (Spectrum News)

Article original : Autism’s genetic heterogeneity evident in brain connectivity patterns

Traduction :

Selon deux nouvelles études, les modèles de connectivité cérébrale chez les personnes atteintes d’autisme et d’autres troubles neuropsychiatriques sont plus étroitement liés à la génétique qu’aux traits phénotypiques. Les résultats soulignent pourquoi un seul biomarqueur cérébral de l’autisme est resté insaisissable, disent les chercheurs.

L’hétérogénéité génétique du trouble a entravé la recherche d’une signature cérébrale partagée : plus de 100 gènes ont été identifiés comme fortement liés à l’autisme, et les variations du nombre de copies multiples (CNV) – des segments de code génétique supprimés ou dupliqués – peuvent augmenter la probabilité qu’une personne la condition.

L’autisme chevauche également souvent d’autres conditions, telles que la schizophrénie et le trouble déficitaire de l’attention/hyperactivité (TDAH), ce qui rend les marqueurs spécifiques à l’autisme difficiles à démêler. Les variantes courantes liées à l’autisme se chevauchent fortement avec celles liées à la schizophrénie et au QI élevé, par exemple, tandis que les variantes rares liées à l’autisme suivent un QI faible.

Selon les nouveaux articles, cependant, l’hétérogénéité génétique de l’autisme correspond à des cartes tout aussi disparates de “connectivité fonctionnelle” – une mesure dont les zones cérébrales s’activent en synchronisation pendant que le cerveau est au repos.

“Ce que nous constatons, c’est que ces groupes de variantes ont des signatures de connectivité fonctionnelle spécifiques”, déclare le chercheur principal Sébastien Jacquemont, professeur agrégé de pédiatrie à l’Université de Montréal au Canada.

Les résultats doivent être reproduits, explique Aaron Alexander-Bloch, professeur adjoint de psychiatrie à l’Université de Pennsylvanie et à l’hôpital pour enfants de Philadelphie, qui n’a pas participé aux travaux, mais ils soulignent l’importance de sous-groupes de participants à l’étude en fonction de leur génétique sous-jacente.

“Lorsque vous analysez les troubles du développement par leurs fondements génétiques dès le départ, plutôt que du point de vue phénotypique, les effets que vous voyez peuvent être un peu plus forts”, dit-il.

Jacquemont et ses collègues ont analysé les données de neuf bases de données IRM fonctionnelles, dont la UK Biobank et les deux collections de l’Autism Brain Imaging Data Exchange (ABIDE), totalisant 32 726 scintigraphies cérébrales. Parmi les participants aux deux nouvelles études, 1 003 ont des NVC liés à l’autisme ou à d’autres troubles neuropsychiatriques, et 1 022 sont atteints d’autisme, de schizophrénie, de trouble bipolaire ou de TDAH de base génétique inconnue. Pour les participants dont les données génétiques étaient disponibles, l’équipe a calculé leurs scores de risque polygénique associés aux conditions ou à un faible QI.

Cartes de connectivité fonctionnelle des personnes ayant une CNV ; un diagnostic d’autisme, de schizophrénie ou de trouble bipolaire ; ou un score de risque polygénique lié à une condition neuropsychiatrique ou à un faible QI différait significativement de ceux des témoins, ont constaté Jacquemont et ses collègues.

L’équipe a ensuite évalué à quel point les cartes de connectivité de personnes présentant des conditions et des traits différents étaient corrélées les unes aux autres et a comparé ces corrélations aux corrélations génétiques connues entre ces conditions et ces traits.

Une mesure telle que la connectivité fonctionnelle est assez éloignée de la génétique, dit Jacquemont, mais les cartes de connectivité récapitulent les relations génétiques entre l’autisme idiopathique, la schizophrénie et des traits mesurés tels que le QI.

« Nous étions excités et en quelque sorte choqués », dit-il.

Les grands CNV, tels que les délétions ou les duplications 22q11.2, ont eu des effets plus forts sur la connectivité fonctionnelle que leurs homologues plus petits, a constaté l’équipe dans la première étude. Mais les effets des grands CNV n’étaient pas aussi forts que prévu – peut-être parce qu’à mesure qu’une région CNV grandit, la probabilité que les gènes de la région aient des effets opposés sur la connectivité cérébrale augmente.

” En fin de compte, beaucoup d’entre eux s’annulent “, explique Jacquemont.

L’effet des scores de risque polygénique sur la connectivité fonctionnelle, en revanche, était faible, reflétant l’hétérogénéité des variantes génétiques qui contribuent au score, selon l’équipe.

Les cartes de connectivité cérébrale ont montré certaines similitudes entre les personnes atteintes de différentes affections neuropsychiatriques et les personnes porteuses d’une CNV liée à ces affections, notamment une augmentation de la connectivité entre le thalamus et les zones sensori-motrices du cerveau et une diminution de la connectivité entre les zones visuelles. Ce chevauchement était le plus fort pour les conditions hautement corrélées génétiquement les unes aux autres, ont découvert Jacquemont et ses collègues dans la deuxième étude.

Un ensemble de résultats a été publié ce mois-ci dans Biological Psychiatry, et l’autre a été publié ce mois-ci dans Brain.

L’augmentation de la connectivité dans les zones cérébrales associées aux fonctions sensori-motrices souligne l’importance de ces traits dans l’autisme, explique Clara Moreau, chercheuse postdoctorale dans l’unité de génétique humaine et fonctions cognitives de l’Institut Pasteur de Paris, en France. Une étude plus approfondie de ces traits pourrait ajouter une dimension utile à la façon dont l’autisme est caractérisé, dit-elle.

Les résultats valident également l’utilisation de la connectivité fonctionnelle comme mesure pertinente et informative lors de l’étude de l’autisme et d’autres conditions connexes, dit Moreau.

La connectivité fonctionnelle, semble-t-il, “est une autre dimension montrant la variation” chez les personnes autistes, explique Santhosh Girirajan, professeur agrégé de génomique à la Pennsylvania State University, qui n’a pas participé aux travaux. « L’hétérogénéité [de l’autisme] est omniprésente. Il n’y a aucun moyen d’y échapper.

La collecte de périodes plus longues d’IRM fonctionnelles à l’état de repos, et de différents groupes génétiques, pourrait être un moyen d’obtenir plus d’informations sur les domaines potentiels de convergence, explique Alexander-Bloch. Mais il sera également important pour les études futures d’étudier les niveaux intermédiaires de la biologie, y compris les mécanismes moléculaires, pour combler le fossé entre la génétique de l’autisme et les traits comportementaux.

“Alors que de plus en plus de personnes utilisent ce cadre combiné imagerie-génétique pour étudier les troubles psychiatriques, nous en apprendrons de plus en plus”, dit-il.

Publié dans Autisme, Formation

La maison de Vincent : un lieu de vie adapté pour adultes autistes (France Inter)

C’est une maison unique en son genre, en baie de Somme, à Mers-les-Bains. Un endroit chaleureux, où les personnes souffrant de troubles autistiques sont accompagnées autrement. La comédienne Hélène Médigue, dont le frère Vincent est autiste, porte à bout de bras ce projet.

Ecouter le reportage

Publié dans Autisme, Habitat

L’examen du registre national des naissances jette un doute sur le lien de causalité entre l’infection maternelle et l’autisme (Spectrum News)

Article original : Registry review casts doubt on causal link between maternal infection and autism

Traduction :

L’infection pendant la grossesse peut être associée au fait d’avoir un enfant autiste simplement parce que les mères d’enfants autistes sont sujettes aux infections, selon une nouvelle étude.

Les résultats suggèrent que “les infections courantes pendant la grossesse ne semblent pas augmenter le risque d’autisme chez leurs enfants”, déclare le chercheur de l’étude Martin Brynge, psychiatre et doctorant en santé publique mondiale au Karolinska Institutet de Stockholm, en Suède. “La prévention des infections maternelles n’affecterait probablement pas la prévalence de l’autisme dans la population.”

De nombreuses recherches antérieures ont établi un lien entre l’infection maternelle pendant la grossesse et l’autisme et la déficience intellectuelle chez les enfants. Cependant, la question de savoir si le premier cause le second est restée incertaine. Par exemple, l’autisme et la déficience intellectuelle sont liés à des variantes génétiques qui peuvent influencer le système immunitaire, de sorte que les mères d’enfants atteints de l’une ou l’autre de ces maladies peuvent également être plus vulnérables aux infections graves.

La nouvelle étude a analysé les données de 549 967 enfants, dont 267 995 filles, vivant dans le comté de Stockholm et nés entre 1987 et 2010 ; environ 34 000 des enfants avaient été exposés à une infection maternelle nécessitant des soins de santé spécialisés, selon les données du registre national des patients et du registre médical national des naissances de la Suède.

Parmi les enfants exposés, 3,3 % sont autistes, contre 2,5 % des enfants non exposés, soit une augmentation de 16 % du risque d’autisme.

Mais l’infection maternelle au cours de l’année précédant la grossesse était également liée à un risque 25% plus élevé d’autisme.

“Les mères qui ont eu une infection pendant la grossesse peuvent ne pas être comparables aux mères sans infection”, explique Brynge. “Il peut y avoir des différences systématiques au niveau du groupe.”

Parmi les 394 093 enfants du groupe qui ont des frères et sœurs à part entière, “les frères et sœurs exposés aux infections maternelles n’étaient pas plus à risque d’autisme que leurs frères et sœurs non exposés”, explique Brynge. En fait, l’infection maternelle pendant la grossesse semble être liée à une baisse de 6 % du risque d’être autiste chez ces frères et sœurs. Les scientifiques ont détaillé leurs découvertes en ligne le 7 septembre dans The Lancet Psychiatry.

Examiner les frères et sœurs et les infections un an avant la grossesse “sont des approches méthodologiques créatives qui aident à résoudre les questions restantes sur l’association et la causalité potentielle”, déclare Stephen Buka, professeur d’épidémiologie à l’Université Brown de Providence, Rhode Island, qui n’était pas impliqué dans cette étude. étude. Lorsque ces autres approches méthodologiques sont prises en considération, “la force de l’association pour l’autisme est plus modeste que celle rapportée précédemment”.

L’infection maternelle pendant la grossesse peut être associée à l’autisme, mais peut-être pas de manière causale, disent les chercheurs à propos des résultats. “Nos résultats contredisent l’opinion bien établie selon laquelle les infections maternelles provoquent l’autisme“, déclare Brynge. “Les mères d’enfants autistes ont une propension plus élevée aux infections en général, pas seulement pendant la période de grossesse. Il semble donc y avoir des facteurs inconnus – génétiques, environnementaux ou une combinaison des deux – qui augmentent la sensibilité aux infections chez ces mères.

En revanche, les chercheurs n’ont pas pu exclure un lien de causalité potentiel entre l’infection maternelle pendant la grossesse et la déficience intellectuelle. Par rapport aux témoins, les femmes infectées pendant la grossesse avaient 37% de chances supplémentaires d’avoir un enfant avec une déficience intellectuelle, tandis que l’infection au cours de l’année précédant la grossesse n’était liée qu’à 9% de chances supplémentaires d’avoir le même résultat. Les données sur les frères et sœurs suggèrent que l’infection pendant la grossesse est associée à une probabilité de 15 % supérieure d’avoir un enfant atteint d’une déficience intellectuelle.

Les scientifiques préviennent que leurs découvertes n’excluent pas la possibilité que des infections rares, ou des infections relativement bénignes qui ne nécessitent pas les soins de santé spécialisés que les maladies de cette étude ont fait, puissent provoquer soit l’autisme, soit une déficience intellectuelle. Par exemple, des travaux antérieurs ont définitivement lié des infections rares telles que la rubéole, le Zika et le cytomégalovirus à une probabilité accrue de déficience intellectuelle.

“Il reste la possibilité très réelle que la prévention des infections soit efficace parmi certains sous-groupes – en particulier, ceux à risque génétique d’autisme”, déclare Buka.

Des recherches antérieures ont également révélé que les anticorps de la mère qui réagissent avec le système nerveux central peuvent augmenter les risques qu’un enfant ait une déficience intellectuelle, explique Michael Benros, professeur et directeur de recherche sur la psychiatrie biologique et de précision à l’Université de Copenhague au Danemark. , qui n’a pas participé à cette étude. “Les enquêtes sur les infections spécifiques et les anticorps réactifs au système nerveux central chez la mère au cours des différents trimestres de la grossesse et leurs associations avec l’autisme et la déficience intellectuelle sont toujours justifiées dans des études à grande échelle”, déclare Benros.

À l’avenir, Brynge et ses collègues aimeraient enquêter sur les effets potentiels du COVID-19, car la nouvelle étude a eu lieu avant la pandémie, dit-il. Il serait également intéressant d’étudier pourquoi les mères d’enfants autistes peuvent avoir un plus grand risque d’infections, ajoute-t-il.

Publié dans Autisme, Formation

Le comportement humain. 1) Introduction – les lois de l’apprentissage du comportement (CRA Bretagne)

Le Centre de Ressources Autisme de Bretagne organise en automne 2022 une série de webinaires sur les “comportements-problèmes”. « Les “comportements-problèmes” s’appliquent à des manifestations dont la sévérité, l’intensité et la répétition sont telles que ces comportements génèrent des gênes très importantes pour la personne elle-même et pour autrui, de nature à bouleverser durablement sa vie quotidienne et celle de son entourage.

Vous pourrez télécharger à cette adresse le diaporama de l’intervention : https://www.cra.bzh/webinaires-comportements-problemes

Publié dans A.B.A., Accompagnements, Autisme

Une nouvelle méthode de cartographie révèle les subtilités du développement du cerveau (Spectrum News)

Article original : New mapping method reveals subtleties of brain development

Traduction :

Une nouvelle approche d’apprentissage automatique pour cartographier le cerveau en développement met en évidence la façon dont différentes régions du cortex se développent et changent dans l’utérus et pendant la petite enfance. La méthode avancée pourrait aider à révéler les changements de développement du cerveau liés à l’autisme et à d’autres conditions au cours de cette première période, écrivent les chercheurs qui l’ont conçue dans leur étude.

La structure cérébrale du fœtus et du nourrisson a toujours été difficile à étudier à l’aide de l’IRM, déclare le chercheur de l’étude Gang Li, professeur agrégé de radiologie à l’Université de Caroline du Nord à Chapel Hill. Des analyses de faible qualité, des échantillons de petite taille et l’utilisation d’outils de traitement conçus pour l’imagerie cérébrale adulte ont rendu difficile l’établissement de comparaisons significatives entre les participants et le temps, dit-il.

Li et ses collègues ont utilisé une méthode d’apprentissage automatique pour analyser la surface corticale dans les IRM de 735 bébés, âgés de 29 semaines postmenstruelles à 2 ans, du projet Developing Human Connectome et du projet Baby Connectome. L’algorithme a divisé, ou “parcellisé”, la surface corticale en 18 régions par hémisphère en fonction de leur expansion avec l’âge.

Les résultats “offrent un aperçu fondamental de la façon dont des régions spécifiques du cortex se développent à différents moments”, explique Tomoki Arichi, lecteur en imagerie périnatale et consultant en neurodéficience pédiatrique au King’s College de Londres au Royaume-Uni, qui n’a pas participé aux travaux.

Les 18 régions diffèrent des subdivisions précédentes du cortex infantile, a découvert l’équipe, mais elles restent largement symétriques entre les hémisphères. Ce type de symétrie n’est pas nécessairement surprenant pour le développement du cerveau, mais la découverte est “agréable à voir”, déclare Tonya White, chef de la section sur les neurosciences du développement social et cognitif à l’Institut national américain de la santé mentale, qui n’a pas participé à l’étude.

Les régions étaient également distinctes de celles identifiées par les changements développementaux de l’épaisseur corticale, renforçant l’idée que différents mécanismes contrôlent la croissance de la surface du cerveau et de l’épaisseur corticale, disent Li et ses collègues.

La surface s’est développée à des rythmes différents selon les régions, et ces rythmes différaient pour les cerveaux masculins et féminins, a constaté l’équipe. Après avoir contrôlé la surface globale du cerveau, cependant, la plupart des régions du cerveau n’ont montré aucune différence entre les sexes dans le développement de la surface.

Les schémas de croissance de la surface variaient également d’une région à l’autre en fonction de l’âge, a découvert l’équipe. Entre les semaines postmenstruelles 29 et 45, le développement de la surface différait le plus entre les régions les plus proches de la ligne médiane du cerveau et celles plus éloignées de la ligne médiane du cerveau, alors que pour les enfants de juste après la naissance à 1 an, les schémas de développement de la surface étaient les plus similaires pour régions à peu près dans le même lobe cérébral. Et pour les enfants âgés de 1 à 2 ans, Li et ses collègues ont découvert que les régions avec un développement de surface synchronisé partageaient une fonction similaire. Le travail a été publié dans les Actes de l’Académie nationale des sciences en août.

Il serait intéressant d’utiliser la même méthode pour voir si ces modèles régionaux de croissance cérébrale diffèrent pour les enfants diagnostiqués plus tard avec l’autisme, dit White.

Certains enfants autistes ont une croissance cérébrale accrue pendant certaines périodes de développement, selon des recherches antérieures, cette méthode pourrait donc révéler où se produit cette prolifération, dit White. « Cela affecte-t-il les zones 1 à 18 de la même manière ? Ou y a-t-il une spécificité régionale à cette prolifération ?

À l’avenir, les chercheurs prévoient d’incorporer des scintigraphies cérébrales d’enfants plus âgés dans l’analyse, a déclaré Li. Ils ont également l’intention d’utiliser leur méthode pour évaluer comment d’autres composants de la structure cérébrale se développent tout au long de la petite enfance, dit-il.

Publié dans Autisme, Formation

Enquête : Mesure des attentes au travail des salariés autistes asperger (Université de Caen)

Ce travail de recherche, financé par une allocation doctorale ministérielle française cherche à mesurer les attentes au travail des salariés autistes asperger et identifier les effets du soutien social ( par exemple : la famille, les amis ) mais aussi organisationnel sur leurs comportements. Le projet de recherche vise, de plus, à identifier les liens entre ces variables et l’épuisement professionnel. Plus précisément, il s’agit pour nous de mieux comprendre l’incidence des environnements privés et professionnels sur les comportements salariaux et le risque de burn-out. Le cahier des charges de ce travail prendre en compte la contribution au développement de la neuro-diversité dans les organisations par la création de nouvelles connaissances en la matière.

Aller sur le site de l’enquête

Pour plus d’informations

Publié dans Autisme, Emploi, Monde professionnel

Aide financière à la garde d’enfant : elle sera étendue jusqu’à l’entrée au collège pour les familles monoparentales (Le Parisien)

Jusqu’alors, cette aide était attribuée jusqu’à l’entrée en CP de l’enfant. Son extension a été annoncée ce mardi par le ministre des Solidarités Jean-Christophe Combe.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Droits & Législation, Soutien

Le diagnostic d’autisme à l’âge adulte est lié à un fardeau accru de troubles psychiatriques (Spectrum News)

Article original : Autism diagnosis in adulthood tied to increased burden of psychiatric conditions

Traduction :

Les personnes diagnostiquées autistes à l’âge adulte sont près de trois fois plus susceptibles que leurs homologues diagnostiqués dans l’enfance de déclarer avoir des troubles psychiatriques, selon une nouvelle étude.

“Les expériences des personnes diagnostiquées dans l’enfance par rapport à l’âge adulte sont susceptibles d’être très différentes”, explique la chercheuse principale Vanessa Bal, titulaire de la chaire Karmazin et Lillard en autisme chez l’adulte à l’Université Rutgers à Piscataway, New Jersey. La généralisation des résultats d’un groupe à l’autre “va avoir de sérieuses implications pour la recherche”.

Les différences substantielles entre ces groupes suggèrent que “les études faisant état des résultats pour les adultes autistes sont désormais incomplètes dans leurs conclusions si nous ne savons pas quand le diagnostic a été posé”, déclare Eric Butter, chef de la section de psychologie au Nationwide Children’s à Columbus, Ohio, et directeur du centre de développement de l’enfant de l’hôpital. Le beurre n’a pas été impliqué dans l’étude.

De plus en plus, les études sur les adultes autistes impliquent des personnes identifiées plus tard dans la vie, en partie à cause des critères de diagnostic élargis pour la condition et des enquêtes en ligne qui permettent aux participants qui vivent loin des chercheurs de participer facilement. Mais on sait peu de choses sur la façon dont ces adultes comparer avec ceux identifiés comme autistes plus tôt dans la vie.

La nouvelle étude s’est appuyée sur les données de 4 657 adultes autistes légalement indépendants – dont 2 826 femmes – du projet Simons Powering Autism Research Knowledge (SPARK). (SPARK est financé par la Fondation Simons, l’organisation mère de Spectrum.)

Les 2 210 participants diagnostiqués autistes à 21 ans ou plus étaient 2,7 fois plus susceptibles de signaler des troubles concomitants de l’humeur, de l’anxiété, de la personnalité ou de l’alimentation que ceux identifiés comme autistes dans l’enfance, ont découvert les chercheurs. Les personnes diagnostiquées à l’âge adulte ont également signalé plus de problèmes psychiatriques au cours de leur vie : une moyenne de 3,2, contre 2,8 chez leurs pairs diagnostiqués dans l’enfance.

“Nous ne savons pas si cela est dû au fait qu’ils ont été mal diagnostiqués avec d’autres conditions, ou si ces diagnostics – par exemple, l’anxiété, la dépression – peuvent être les effets de vivre sans un diagnostic d’autisme approprié tout au long de l’enfance, de l’adolescence et au-delà”, Bal dit. “Probablement les deux sont des facteurs.”

Les résultats suggèrent que les outils et les processus de diagnostic doivent être améliorés pour permettre des diagnostics plus précoces pour les personnes autistes souffrant de problèmes de santé mentale concomitants, déclare Micah Mazurek, professeur d’éducation de la Novartis U.S. Foundation à l’Université de Virginie à Charlottesville, qui n’a pas participé aux travaux. .

“Lorsque les enfants ou les adolescents ne reçoivent pas un diagnostic en temps opportun, ils manquent des opportunités de services et de soutiens appropriés adaptés à leurs besoins uniques”, déclare Mazurek. “Ils ratent également des opportunités de développer une compréhension de soi et des liens au sein de la communauté de l’autisme, ce qui les expose à un risque accru de résultats négatifs en matière de santé mentale.”

L’étude soutient des travaux antérieurs qui ont révélé une prévalence élevée de troubles psychiatriques chez les adultes autistes en général. Dans l’ensemble, les personnes incluses dans la nouvelle analyse souffrent en moyenne de trois troubles psychiatriques, les femmes étant 1,7 fois plus susceptibles que les hommes d’avoir des troubles concomitants tels que l’alimentation, l’anxiété et les troubles affectifs.

Les résultats, publiés le 29 août dans Autism Research, soulignent “la crise de santé mentale à laquelle sont confrontés les adultes autistes”, déclare Bal. Plus de formation sur l’autisme est nécessaire pour tous les domaines de la santé mentale à tous les niveaux – et pas seulement dans les soins pédiatriques, mais aussi dans les soins aux adultes, note-t-elle.

“Il y a une pénurie de cliniciens en santé mentale correctement formés pour fournir un soutien aux adultes autistes – de nombreux prestataires signalent un sentiment de compétence plus faible et hésitent à prendre des adultes autistes comme clients”, déclare Bal. L’autisme est souvent considéré “comme un domaine de spécialité, et il n’est pas bien intégré dans l’évaluation ou la formation au traitement”.

Mazurek convient qu’il existe un “besoin critique de professionnels de la santé mentale équipés pour répondre aux besoins des adultes autistes”, notant que plus de 80% des participants à la nouvelle étude “avaient des antécédents d’un certain type de trouble de santé mentale”.

Butter ajoute qu'”il peut y avoir une tendance chez certains prestataires cliniques et adultes autistes récemment diagnostiqués à recadrer les luttes et les difficultés d’adaptation comme étant uniquement enracinées dans l’autisme, ou à minimiser les signes et symptômes concomitants d’autres déficiences psychologiques à la lumière d’un diagnostic récent. .” Il souligne que “l’accès au traitement des affections concomitantes devrait être une priorité même après qu’un diagnostic de trouble du spectre autistique a été posé”.

Il reste incertain si ces résultats s’appliquent aux adultes autistes en général, note Bal, en partie parce que l’ensemble de l’échantillon de l’étude provient d’Amérique du Nord, est composé à près de 70 % de blancs et comprend plus de femmes que d’hommes. Les résultats doivent être reproduits dans des échantillons plus diversifiés, et idéalement dans des groupes dans lesquels les chercheurs peuvent noter le moment des diagnostics psychiatriques pour voir si et comment un diagnostic erroné ou un diagnostic manqué d’autisme pourrait entraîner ces problèmes, dit-elle.

Publié dans Autisme, Formation

Comportements de fuite ? Conseils pour rendre votre classe et votre école sûres (Different Roads to Learning)

Article original : Running behaviors? Tips for Making Your Class & School Safe

Traduction :

Courir est un comportement effrayant et un comportement potentiellement dangereux car votre élève pourrait sortir de l’école. Il pourrait se perdre, être heurté par une voiture ou entrer dans la maison d’un étranger. Si votre enfant ou votre élève a ces types de comportements, votre esprit s’est définitivement tourné vers ces pires scénarios. Je me souviens que je perdais régulièrement le sommeil en pensant à un élève qui avait un comportement de course à haute fréquence et qui stressait comme un fou sur ce qui se passerait s’il sortait de l’école.

Gardez-les dans votre classe. C’est vraiment la règle d’or quand il s’agit de coureurs. Faites tout ce que vous pouvez pour les garder dans votre chambre. Une fois que ce pied atteint un pouce devant votre porte, tous les paris sont ouverts. Une fois qu’ils sont à l’extérieur de votre chambre, vous les poursuivez et ils adorent ça. Vous avez complètement renforcé le comportement inapproprié, mais vous n’aviez pas le choix. Vous deviez les protéger. Certaines écoles peuvent avoir des systèmes mis en place avec différents membres du personnel à différents endroits dans le couloir ou le bâtiment afin que vous puissiez éviter cela. Mais malheureusement, beaucoup de nos salles de classe n’ont pas autant de personnel pour le faire. L’objectif numéro un est de les garder en sécurité, alors faites tout ce que vous avez à faire pour les récupérer une fois qu’ils ont quitté votre chambre. Mais le but est d’éviter cela. L’objectif est de les garder dans votre chambre où vous pouvez enseigner des comportements de remplacement.

Dans l’effort de les garder dans votre chambre, pensez aux obstacles. Parcourez l’emploi du temps de votre élève et assurez-vous qu’à chaque moment de la journée, il n’y a pas de chemin direct vers la porte. Lorsque je fais des consultations sur le comportement, l’enseignant et moi le faisons littéralement ensemble. Nous nous promenons dans la salle et allons à chaque endroit où l’élève se trouvera. Parfois, vous oubliez un centre spécifique ou une heure de la journée lorsque l’étudiant est très proche de la porte. Votre classe peut ressembler à un labyrinthe. C’est bon. C’est vraiment bien. Un labyrinthe signifie qu’il faudra à votre élève 4 secondes au lieu de 2 secondes pour atteindre la porte et les 2 secondes supplémentaires peuvent suffire à empêcher cette fuite. Utilisez des meubles et des séparateurs pour créer des allées en zigzag autour de votre pièce. Je sais qu’il est tentant de faire quelque chose de potentiellement dangereux, comme mettre un verrou sur la porte – mais cela enfreint principalement le code de prévention des incendies, alors évitez cela. Si vous avez deux portes dans votre pièce, bloquez-en une complètement pour n’avoir à vous soucier que d’une seule.

Ayez un emploi du temps très clair et simple indiquant qui est en charge de cet élève à tout moment de la journée. Assurez-vous que le transfert de transition est clair. Clarifiez avec le personnel ce qu’ils doivent faire s’ils doivent aller aux toilettes ou se lever pour prendre un crayon lorsqu’ils travaillent avec cet élève. Assurez-vous que l’objectif est clair pour tout le monde – gardez-le dans la pièce.

S’ils sortent, minimisez la composante d’attention. Parfois, nous faisons tout correctement, en analysant la fonction du comportement, en enseignant une réponse de remplacement, en ajoutant de nombreuses interventions préventives pour garder l’élève dans votre classe – et la vie se passe et vous clignez des yeux et votre élève est à mi-chemin dans le couloir. Comme nous en avons parlé, oui vous allez lui courir après pour l’avoir car avant tout la sécurité est importante. Mais minimisez l’attention qui y est consacrée. Imaginez deux scénarios : 1 – Johnny court dans le couloir. Trois adultes se mettent à courir après lui, l’un d’eux crie. Ils le rattrapent. Un adulte crie à l’autre : “Je l’ai eu”. Un autre adulte commence à faire la leçon à Johnny sur le fait qu’il ne devrait pas courir. Les trois adultes le raccompagnent ensemble en parlant entre eux de la vitesse à laquelle ils vont. Ils rentrent dans la salle de classe et annoncent à haute voix à tout le monde dans la pièce : “Celui-là est arrivé au bout du couloir”. En gros, c’est un cirque. Je vois ça TOUT le temps. Et c’est involontaire. Aucun de ces adultes ne se réveille en pensant transformer les comportements de Johnny en défilé aujourd’hui, mais cela arrive. Nous avons peur, l’adrénaline monte et nous n’avons pas de plan clair en place. Retravaillons ce scénario. Johnny court. Un adulte établit un contact visuel avec un autre adulte dans la classe et dit : « Je suis dessus ». Un adulte court après lui, un autre attend à la porte de la classe pour regarder. Lorsque l’adulte le rattrape, elle ne dit rien et le raccompagne dans la salle de classe. Il revient à la tâche exacte qu’il faisait auparavant sans aucun contact visuel ni conversation/sermon. L’attention était minime. L’attention peut être une fonction de bon nombre de ces comportements, donc même si nous devons faire attention en chassant, nous pouvons minimiser l’ampleur de l’attention.

Sachez où se trouvent toutes les sorties de l’école. Cela semble évident, mais j’ai travaillé dans une école pendant dix ans et honnêtement, je ne savais toujours pas où se trouvaient toutes les sorties. Les bâtiments vraiment anciens ont une quantité apparemment infinie de portes cachées vers l’extérieur. J’ai finalement demandé à l’ingénieur de l’école de me promener dans le sous-sol pour que je puisse tous les trouver. Une fois que vous savez où se trouvent les principales sorties, vous pouvez diviser pour gérer avec le personnel. Si votre élève court dans la direction d’une sortie, un membre du personnel peut courir devant cette porte ou aller à sa rencontre là où la porte s’ouvre à l’extérieur. #plus vous en savez.

Ayez un plan avec les agents de sécurité pour le pire des cas. Vous savez que je tiens à mettre en place un plan d’urgence et vous en avez probablement déjà un avec le personnel de votre classe (si vous n’en avez pas, faites-en un !). Mais prenez ce plan d’urgence au-delà du personnel de votre classe. Travaillez avec les agents de votre école pour les mettre au courant. Si cet horrible scénario du pire se produit et que votre élève réussit à sortir du bâtiment, quel est le plan ? Nous avons tendance à éviter de faire un plan pour cela parce que nous pensons que cela n’arrivera jamais. D’accord, prévoyez que cela n’arrive jamais. Mais juste au cas où à la rare, rare, rare chance que cela se produise, vous serez bien mieux avec un plan en place.

Utilisez des talkies-walkies avec des personnes clés à travers l’école. Les talkies-walkies peuvent être votre grâce salvatrice ici. De nombreuses écoles ont déjà mis en place un système de talkies-walkies et si vous n’en faites pas partie, faites-en partie. Si votre élève a quitté la salle de classe, vous serez beaucoup plus efficace pour le ramener dans la classe si vous pouvez alerter 8 personnes tout au long du bâtiment plutôt que de le faire vous-même. Si votre école n’utilise pas de talkies-walkies, demandez à votre administrateur d’obtenir un ensemble pour votre personnel de classe et quelques personnes clés dans le bâtiment (agents de sécurité, secrétaire, etc.).

Publié dans A.B.A., Autisme, Scolarité

Prévalence des troubles neurodéveloppementaux dans un échantillon clinique d’enfants atteints de coronaropathie (Cambridge University Press, Sept. 2022)

Résumé :

Les jeunes atteints de coronaropathie sont plus à risque de troubles neurodéveloppementaux que les témoins sains. L’étiologie est multifactorielle mais inclut des facteurs médicaux et démographiques. Nous avons cherché à caractériser la prévalence des troubles neurodéveloppementaux chez les patients atteints de coronaropathie. Notre population comprenait 206 patients atteints de coronaropathie, âgés de 3 à 21 ans, qui ont été référés pour une évaluation neuropsychologique. Les diagnostics neurodéveloppementaux ont été déterminés par un psychologue agréé. Les taux de diagnostics neurodéveloppementaux ont été comparés aux taux de prévalence nationaux. Des analyses exploratoires (chi carré) ont examiné quels facteurs médicaux (c.-à-d. diagnostic cardiaque, condition génétique, prématurité, convulsions et accident vasculaire cérébral) étaient associés au diagnostic neurodéveloppemental. Il y avait une prévalence plus élevée de troubles neurodéveloppementaux chez les coronariens par rapport à la population générale (44 %). Les taux de trouble déficitaire de l’attention/hyperactivité (27,3 %), de troubles du spectre autistique (9,6 %) et de déficience intellectuelle (5,9 %) étaient nettement plus élevés que ceux observés dans la population générale (p < 0,01). Les enfants ayant des antécédents d’obstruction aortique étaient plus susceptibles d’être diagnostiqués autistes (p < 0,05) et les enfants atteints de maladies génétiques étaient plus susceptibles d’être diagnostiqués avec une déficience intellectuelle (p < 0,05). Les diagnostics neurodéveloppementaux n’étaient associés de manière significative à aucune autre variable médicale spécifique (par exemple, diagnostic cardiaque, convulsions, accident vasculaire cérébral, prématurité et diagnostic prénatal). Les enfants d’âge scolaire étaient plus susceptibles d’être diagnostiqués avec un trouble neurodéveloppemental et un trouble déficitaire de l’attention/hyperactivité (31,7 % ; p < 0,01) que les enfants d’âge préscolaire. En résumé, nos résultats confirment que les enfants et les adolescents atteints de coronaropathie présentent un risque élevé de troubles neurodéveloppementaux et nécessitent une surveillance, des soins et un soutien continus. Les enfants atteints de troubles génétiques et ceux souffrant d’obstruction aortique peuvent être plus à risque de certains troubles neurodéveloppementaux

Article complet (en anglais) : Prevalence of neurodevelopmental disorders in a clinically referred sample of children with CHD

Publié dans Autisme, Formation

Qu’est-ce que le modèle de l’apprenant compétent (CLM) ?

Article original : What is The Competent Learner Model (CLM)?

Traduction :

Ma mission est d’apporter un modèle de service scientifique basé sur les meilleures pratiques à autant d’apprenants que possible dans leurs écoles, leurs maisons et leurs séances de thérapie. Ceci est abordable et le plus possible même dans les zones où le financement est difficile, tant que chaque personne travaillant avec l’apprenant est disposée à apprendre, à collaborer et à sortir des sentiers battus. Bien que j’ai commencé par des préparatifs à mettre en œuvre en Inde, je rêve maintenant de voir ce modèle être mis en œuvre dans d’autres pays comme le Népal, le Pakistan, le Bangladesh, le Sri Lanka, les Philippines, etc. La mise en œuvre en France, en Italie, aux Émirats arabes unis et dans de nombreux États des États-Unis est déjà en cours.

Le modèle de l’apprenant compétent (CLM) est basé sur les principes de l’ABA, de l’enseignement de précision et de l’instruction directe. Il est écrit après 35 ans de recherche par Mme Vicci Tucci BCBA et commercialisé par Tucci Learning Solutions Inc, Californie. CLM est un modèle de meilleures pratiques conçu pour responsabiliser toutes les personnes travaillant avec des apprenants en difficulté. Les produits et services CLM sont disponibles UNIQUEMENT sous les droits d’un associé régional CLM.

La plupart des environnements (à la maison ou à l’école) traitant de cette population spéciale ont besoin d’un programme structuré pour aborder tous les déficits de compétences chez l’apprenant. Chaque adulte qui enseigne à l’apprenant doit apprendre comment améliorer au mieux ces compétences et tous les adultes doivent travailler de manière cohérente et parler une langue commune. Des outils d’évaluation, un programme séquencé, des outils de collecte de données et une formation pratique des membres du personnel : ce sont les éléments nécessaires pour exécuter un programme qui produira les meilleurs résultats.

CLM a des composants pour répondre à toutes ces exigences.

Competent Learner Model (CLM) est un package à plusieurs composants qui répond aux besoins d’apprentissage individuels des apprenants qui ont des difficultés à participer à des environnements d’apprentissage typiques.

CLM fournit des « solutions » accessibles pour les éléments suivants :

  • Évaluation et planification de programmes pour les apprenants (évaluation du placement CLM et évaluation et programme d’études du répertoire des apprenants compétents),
  • Modèle efficace de formation du personnel qui établit et maintient les « meilleures pratiques » (Académie CLM, programme d’études en ligne et coaching pratique),
  • Systèmes de collecte de données et de suivi des progrès (dossier individuel de l’apprenant, gestion du modèle d’apprenant compétent et système d’information).

La CLM est durable car il renforce les capacités internes et réduit la dépendance vis-à-vis des « experts » externes. C’est un modèle axé sur la mise en œuvre et NON sur la consultation.

Une équipe d’instructeurs peut être coachée simultanément et plusieurs étudiants peuvent bénéficier de ce modèle. Les instructeurs formés par CLM seront compétents dans la formulation, la prestation et le suivi des instructions pour les apprenants qui ont des difficultés à l’école. Une mise en œuvre réussie répondant aux normes requises peut conduire à l’accréditation pour la mise en œuvre de la CLM au sein d’une organisation.

De nombreuses écoles publiques de l’État de Californie, de Pennsylvanie et de Virginie ont adopté ce modèle avec succès.

CLM a également une composante de programme à domicile qui peut encadrer les parents et les soignants de la même manière. Avoir CLM à l’école et à la maison pour les apprenants apporte de la cohérence et permet aux parents de soutenir leur enfant sous la supervision d’un coach.

CLM construit des équipes et assure la réussite des apprenants.

Aux Emirats Arabes Unis, le CLM est mis en œuvre avec succès dans un centre pour besoins spéciaux et dans des programmes à domicile pour de nombreux apprenants.

Nous sommes convaincus qu’il s’agit d’une solution de meilleures pratiques qui est durable ; basé sur des preuves et fournit un soutien au comportement positif afin de faciliter l’accès le moins restrictif pour les apprenants dans leur environnement. Pour les adultes travaillant avec l’apprenant, il a:

Publié dans A.B.A., Accompagnements, Autisme

Retour à l’école ! Utiliser des stratégies comportementales pour soutenir la réussite scolaire (Different Roads To Learning)

Article original : Back to School! Using Behavioral Strategies to Support Academic Success

Traduction :

La rentrée scolaire est une période passionnante pour les élèves et les enseignants, mais ceux qui ont des différences d’apprentissage peuvent trouver stressant de commencer une nouvelle année scolaire avec de nouveaux visages, règles et attentes. Heureusement, il existe des stratégies de soutien comportemental qui peuvent aider à ouvrir la voie à une année d’apprentissage amusante et productive. Voici quelques méthodes fondées sur la recherche à considérer.

  • Choix

L’une des façons les plus faciles d’aider les élèves à réussir à l’école est de leur offrir des choix ! Dunlap et al. (1994) ont constaté que les élèves étaient plus engagés dans les tâches et moins perturbateurs lorsqu’on leur offrait des choix d’activités. Offrir aux élèves des choix d’activités qui atteignent toutes le même objectif d’apprentissage est un excellent moyen de faciliter l’engagement et l’appropriation des résultats des tâches. Les élèves qui peuvent choisir comment ils apprennent quelque chose peuvent être plus enthousiastes à l’idée d’apprendre en général.

  • Élan

Une autre excellente façon d’obtenir la conformité aux exigences de la tâche consiste à utiliser la stratégie de l’élan. Il s’agit de demander à l’élève de faire des tâches auxquelles il est susceptible de se conformer, avant de lui demander de faire des choses plus difficiles. Par exemple, un enseignant peut présenter une activité de coloriage à un élève qui aime colorier, puis le féliciter d’avoir terminé cette activité. La prochaine activité pourrait alors être quelque chose d’un peu plus difficile et moins préféré, comme l’orthographe, mais maintenant l’élève a une histoire de renforcement de la conformité et est donc plus susceptible de continuer à se conformer. Lipshultz et Wilder (2017) proposent une revue des recherches récentes dans ce domaine.

  • Répartition des tâches

Parfois, il peut être utile d’étendre l’apprentissage sur plusieurs sessions et sur plusieurs jours. Certaines recherches montrent que l’apprentissage distribué, où les étudiants reçoivent des instructions sur la même compétence pendant plusieurs jours, est plus efficace et efficient que l’apprentissage de masse, où les étudiants reçoivent de longues instructions sur la même compétence en une seule fois (par exemple, Haq et al., 2015). Pour les étudiants qui ont des difficultés dans un domaine particulier, envisagez des opportunités plus courtes et plus fréquentes de pratiquer et d’apprendre.

Avec des soutiens réfléchis et des aménagements raisonnables et significatifs, les élèves ayant des difficultés d’apprentissage peuvent réussir et être heureux à l’école. L’ajout de stratégies comme celles décrites ici peut rendre l’année amusante et productive !

Publié dans A.B.A., Autisme, Scolarité

Outils Pictos Routine (par V. Couillaud)

Les pictogrammes sont des supports au langage mais aussi ils sont très utilisés pour 
créer des routines, un agenda visuel, préparer à un événement, ou rassurer.

Pictogrammes à télécharger gratuitement

Publié dans Autisme, Soutien

START, formation dans le champ des TND (CREAI Bretagne)

START est un dispositif de formation croisée en territoire dans le champ des TND (troubles du Neurodéveloppement). Cette formation vise à améliorer et décloisonner les stratégies professionnelles de soin et d’accompagnement des personnes, enfants et adultes, présentant des troubles du neurodéveloppement. En phase avec les différentes réformes visant à reconfigurer l’offre sanitaire et médico-sociale dans une logique de parcours de la personne, START entend contribuer à rendre le système plus répondant aux besoins des enfants et des adultes présentant un TND (trouble du neuro- développement), plus équitable, tout en renforçant la précocité et la pertinence des interventions.

S’inscrire aux formations

Publié dans Autisme, Formation

Autisme : Les sensibilités sensorielles et la ” malbouffe ” (par J. Vinçot)

Un chercheur autiste compare son fonctionnement en tant qu’adulte par rapport à la nourriture et son expérience enfant. Il demande aux parents de faire preuve d’empathie pour limiter le stress pour l’alimentation, les dîners en famille et les régimes particuliers.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Formation

Les leçons à tirer de l’ocytocine des syndromes liés à l’autisme (par J. Vinçot)

Période critique : Le spray nasal d’ocytocine pourrait offrir les plus grands avantages au début de la vie, lorsque les synapses du cerveau sont capables de se remodeler plus facilement.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Formation

Listing des Membres Certifiés par l’ONPAC

Voir la liste

Publié dans A.B.A., Accompagnements, Autisme

Génétique maternelle et études sur le lien entre l’autisme et les facteurs prénataux (par J. Vinçot)

Une influence supplémentaire : Les facteurs génétiques liés à l’autisme peuvent également être liés à des facteurs prénataux liés à cette condition.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Formation

Autisme : comment se former gratuitement ? (Aspie Conseil)

Les formations coûtent cher, en tant que formateur je peux expliquer pourquoi, parce qu’il faut prendre du temps à créer des supports, à réunir des informations, à compiler des données. Ecrire un powerpoint, proposer des participations et rendre le discours fluide et agréable est long et ne se substitue pas à ce que je vais vous proposer.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Formation

Information : droits et démarches administratives des personnes autistes / TED / TSA (Professionnels – 2022) (CRA Bretagne)

Le Centre de Ressources Autisme Bretagne organise sur chaque département breton en 2022 des réunions d’information gratuites sur les droits et démarches à destination des professionnels amenés à rencontrer des personnes TSA (travailleurs sociaux, professions éducatives, paramédicaux, libéraux, éducation nationale, etc.).

S’inscrire aux réunions

Publié dans Accompagnements, Autisme, Droits & Législation

L’avantage de l’autisme au travail : Un examen critique des preuves actuelles (par J. Vinçot)

Selon une revue de la littérature, il n’existe actuellement aucune preuve solide soutenant ou infirmant un avantage lié à l’autisme au travail. Cette analyse invite à faire preuve de retenue dans l’utilisation de stéréotypes : attention aux détails, tolérance aux tâches répétitives, intérêts spéciaux/restreints …

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Monde professionnel

JEMIME : jeu basé sur les expressions faciales destiné aux enfants autistes (Curapy.com)

La communication s’appuie sur des indices émotionnels tels que les expressions faciales et les intonations de la voix. Les enfants souffrant d’autisme éprouvent de grandes difficultés à comprendre et produire ces signaux socio-émotionnels. Or, plusieurs études montrent que les supports numériques permettraient d’améliorer l’intérêt des enfants avec Troubles du Spectre Autistique (TSA). Le jeu JEMIME (*Jeu Educatif Multimodal d’Imitation Emotionnelle pour des enfants atteints de troubles envahissants du développement) a été créé dans cette optique.

Aller sur le site

Publié dans Autisme, Numérique

Café/Rencontre/Ludothèque, le samedi 01 Octobre 2022

Le prochain Café/Rencontre/Ludothèque mensuel à destination des familles et personnes concernées par les T.S.A., aura lieu le samedi 01 Octobre 2022, de 14h30 à 17h30, au sein des locaux de l’association au 81, Bd Albert 1er (Rennes).

Exceptionnellement, il ne nous sera pas possible de vous proposer un accueil pour vos enfants.

Vous pourrez aussi consulter le catalogue, emprunter du matériel de la ludothèque.

Cette action est soutenue par le “Réseau Parentalité 35” et le Conseil Départemental d’Ille-et-Vilaine.

Publié dans Autisme, Café/Rencontres

Sport et autisme : préconisations pour l’accompagnement des personnes autistes en milieu sportif (FFSA)

Un guide à destination des professionnels ou bénévoles ayant la responsabilité d’accompagner et d’encadrer ces personnes sur des activités physiques et sportives adaptées.

Publié dans Autisme, Sport

GB : le MHRA étudie le lien entre un médicament anti-épileptique et l’autisme (par J. Vinçot)

Une question d’équilibre : L’exposition prénatale aux médicaments anticonvulsivants doit être mise en balance avec le danger des crises d’épilepsie. Enquête sur le topiramate.

Lire l’article

Publié dans Autisme, Formation

Les études sur le lien entre le temps d’écran et l’autisme doivent être améliorées (par J. Vinçot)

Les liens prouvés entre l’autisme et le temps passé devant des écrans sont faibles, mais le lien de casualité ne peut être établi. D’autres études sont nécessaires pour savoir comment les écrans sont utilisés.

Lire l’article

Publié dans Autisme, Formation

L’autisme lié aux maladies inflammatoires de l’intestin chez les parents (par J. Vinçot)

Les maladies inflammatoires de l’intestin chez les mères seraient associées à l’autisme, et pourraient être le résultat d’une exposition in utero à l’inflammation maternelle ou à une mauvaise absorption des aliments.

Lire l’article

Publié dans Autisme, Formation

Le système médical doit réformer sa prise en charge des personnes autistes (par J. Vinçot)

Une psychiatre américaine, ayant un frère autiste sévère, montre, à travers l’exemple de la vaccination contre la COVID-19, que les professionnels de santé ont du chemin à faire pour s’adapter au fonctionnement des personnes handicapées.

Lire l’article

Publié dans Autisme

La recherche génétique apporte des éclaircissements sur le “pourquoi” de l’autisme (par J. Vinçot)

Une revue de plusieurs articles récemment publiés sur la génétique de l’autisme, à partir des données SPARK qui rassemble des données de séquençage concernant 35 000 personnes autistes et leur famille. Par la directrice de SPARK.

Lire l’article

Publié dans Autisme, Formation

Conférence “Le dossier MDPH, du téléchargement au recours contentieux”

La Coordination Handicap et Autonomie et le Groupe Aide pour vos dossiers MDPH organisent le samedi 24 septembre 2022 à 14h00 une conférence en ligne sur le parcours des dossiers MDPH.

Comment sont évaluées vos demandes, et comment sont-elles traitées ?

Pour vous inscrire

Publié dans Autisme, Droits & Législation, Formation

« Leurs droits sont toujours bafoués » : trop d’élèves handicapés resteront pas ou mal scolarisés à la rentrée (L’Obs)

Selon une enquête de l’Unapei, l’une des principales associations du secteur, 18 % des enfants atteints d’un handicap intellectuel ou cognitif « n’ont aucune heure de scolarisation par semaine ».

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Scolarité

Quelles sont les particularités de la prise en charge de la douleur dans l’autisme ? (Ideereka)

Les personnes autistes sont-elles insensibles ? C’est, en tout cas, une idée reçue qui a longtemps persisté dans le corps médical – et qui persiste encore aujourd’hui. Néanmoins, fait est de constater que cette affirmation est fausse ! Au contraire, les personnes avec un trouble du spectre autistique, ou TSA, ressentent aussi bien la douleur que n’importe qui d’autre. Néanmoins, leurs difficultés sur le plan de la communication comme des interactions sociales font que leur expression de la douleur peut se révéler atypique. Vous connaissez un enfant qui a tendance à se taper la tête ? En parallèle, il devient irritable et ne dort plus aussi bien ? Et si c’était due à une migraine ? Dans l’autisme, la prise en charge de la douleur n’est souvent pas adaptée. Or, selon le Code de la Santé Publique, toute personne a le droit de recevoir des soins. Aussi, découvrez tous nos conseils pour mieux traiter la douleur chez les enfants et les adultes autistes !

Lire l’article

Publié dans Accompagnements, Autisme

Autiste déficitaire, cette Rennaise communique par la poésie (Le Télégramme)

Publié dans Autisme

Analyse de divers types de variantes permet de découvrir des gènes liés à l’autisme (par J. Vinçot)

Des effets modestes : les personnes présentant des variantes dans quatre nouveaux gènes liés à l’autisme sont moins susceptibles de présenter des troubles cognitifs que celles présentant des altérations dans des gènes liés à l’autisme bien établis.

lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Formation

Back to School (Different Roads to Learning)

Article originel : Back to School

Traduction :

Hé, c’est encore le milieu de l’été ! Pourquoi parlons-nous déjà de la rentrée ? Déposez cette épice de citrouille et entrez dans la piscine !

Mais sérieusement . . . qu’on le veuille ou non, la rentrée scolaire approche. Certains élèves ont hâte de retourner à l’école avec impatience, et d’autres avec effroi. Certains élèves qui reçoivent des services d’éducation spécialisée fréquentent l’école toute l’année. Même pour ces élèves, la rentrée peut être un ajustement car la session d’été peut se caractériser par des journées plus courtes, plus d’activités récréatives, des effectifs différents, et se terminer quelques bonnes semaines avant la rentrée scolaire.

Pour tous les enfants, c’est une bonne idée de commencer à anticiper le retour à l’école avec un peu de temps pour s’adapter et planifier. Pour les élèves ayant des besoins spéciaux, cela est particulièrement important, car les changements peuvent être difficiles. Voici quelques idées pour faciliter cette transition :

  • Parlez de l’école et mettez en évidence les choses amusantes et passionnantes qu’ils auront à faire. Souvenez-vous de ce qui a le plus renforcé l’année dernière votre enfant à l’école et aidez-le à s’en souvenir également. Aimaient-ils l’éducation physique, la musique ou l’art&nbsp;? Sont-ils particulièrement doués en mathématiques ou en écriture ? Ont-ils certains amis avec qui ils aiment jouer pendant la récréation&nbsp;? La pizza de la cafétéria est-elle leur préférée absolue ? Est-ce que la marche vers et depuis l’école est quelque chose qu’ils apprécient&nbsp;?
  • Fournissez des informations sur l’année à venir dans la mesure de vos possibilités. Si votre enfant doit commencer l’école dans un nouveau bâtiment, prenez des dispositions pour visiter le bâtiment à quelques reprises au cours de l’été. La plupart des écoles organiseront ces journées de visite ou ces orientations pour tous les élèves, mais vous pourrez peut-être demander une ou deux visites supplémentaires pour un enfant qui bénéficierait d’une exposition supplémentaire.
  • Lorsque vous effectuez ces visites, prenez des photos et utilisez-les pour développer un livre ou une affiche avec votre enfant auquel il pourra se référer au fur et à mesure que l’été avance. Ne vous référez pas seulement aux images si votre enfant exprime de l’anxiété ou de la déception à l’idée de commencer l’école, mais comme une activité régulière pour renforcer la familiarité et (espérons-le) l’anticipation.
  • Faites attention à votre horaire de sommeil familial. Parfois, l’horaire d’été peut être un peu lâche, ce qui peut convenir à tout le monde. Nous pouvons tous tirer profit du sommeil selon notre propre horaire naturel, mais si cet horaire naturel s’écarte considérablement de ce qui sera nécessaire pendant l’année scolaire, vous voudrez commencer à le décaler progressivement. Pour rendre le changement moins brusque, dans les semaines qui précèdent la rentrée scolaire, commencez à réveiller votre enfant un peu plus tôt chaque jour et mettez-le au lit un peu plus tôt chaque soir.
  • Si votre enfant se réveille toujours tôt, vous voudrez peut-être profiter d’un horaire d’été plus détendu pour vous concentrer sur le développement de l’indépendance dans les routines matinales. Pendant l’année scolaire chargée, il peut être difficile de prendre le temps de laisser votre enfant apprendre à faire les choses de façon autonome, mais l’été est le moment idéal pour le laisser s’habiller, se brosser les cheveux et faire d’autres tâches d’auto-soins sous votre supervision.
  • Considérez les routines qui font que vos matinées scolaires fonctionnent bien et continuez à les pratiquer pendant les matinées d’été moins stressantes. Garder une routine raisonnablement structurée tout au long de l’été, ou la réintroduire quelques semaines avant la rentrée, peut aider chacun à s’adapter plus sereinement à la rentrée.
  • Si possible, contactez les parents de certains des camarades de classe de votre enfant et voyez si vous pouvez les réunir pendant l’été. Si les compétences sociales sont difficiles pour votre enfant, gardez ces dates de jeu courtes et douces. Essayez de vous retrouver dans des endroits agréables comme le parc ou la plage, et laissez les enfants jouer en parallèle afin qu’ils s’habituent à se voir. Associez ces petits rassemblements avec des collations préférées, des activités amusantes qui peuvent être faites ensemble ou seuls (bulles, craie de trottoir, play-doh, sauter à travers un arroseur), et rappelez aux enfants qu’ils se verront et joueront plus ensemble à l’école. départs.
  • Pour certains enfants, l’école représente un retour à certaines exigences qui peuvent ne pas être présentes pendant l’été. Si votre enfant a des sensibilités autour des vêtements ou de la nourriture, vous pourrez peut-être en tenir compte davantage lorsqu’il n’est pas à l’école. Bien que ce soit tout à fait acceptable, cela peut être difficile s’ils doivent revenir brusquement à des attentes différentes lorsque l’école reprend. Les enfants qui aiment rester en pyjama ou en maillot de bain peuvent être mécontents des vêtements d’école, ou ceux qui s’habituent à un déjeuner chaud fait maison peuvent ne pas apprécier de revenir aux sandwichs. Garder certaines de ces attentes dans la rotation estivale peut atténuer ce stress. Dans la mesure où cela vous semble confortable et équitable pour votre enfant et votre famille, une exposition continue aux conventions de l’année scolaire facilitera le retour à l’école pour tout le monde.

Nous nous souvenons tous que la rentrée scolaire est à la fois excitante et stimulante pour tout le monde. En plus d’encourager votre enfant alors qu’il retourne à une nouvelle année scolaire et à de nouveaux défis et triomphes possibles, il est tout aussi important d’être empathique face à la déception que les vacances d’été se terminent et aux inquiétudes concernant les changements à venir. Aborder avec compassion les réactions de votre enfant à son retour à l’école, quelles qu’elles soient, comprend l’écoute, la compréhension et l’aide. À quoi cela ressemblera sera différent pour chaque enfant, mais en tant que parent, vous avez la connaissance des besoins et des forces uniques de votre enfant pour fournir un soutien compatissant.

Publié dans Autisme, Scolarité

Le système de communication par échange d’images : y a-t-il de la science derrière cela ? (Different Roads to Learning)

Article originel : The Picture Exchange Communication System: Is There Science Behind That?

Traduction :

Historiquement, l’enseignement d’un répertoire communicatif aux enfants ou aux personnes atteintes de troubles du spectre autistique (TSA) et de déficiences intellectuelles et développementales (IDD) était axé sur la parole vocale et la modélisation d’un son de la parole dans l’espoir que l’individu puisse imiter ce son (Charlop- Christy et al., 2002). Cependant, l’incitation à un comportement verbal vocal est limitée par rapport à un mouvement moteur physique. À moins que l’individu n’ait la capacité d’imiter, l’enseignement des sons de la parole peut être difficile (Bondy et Frost, 2001). La langue des signes est une option potentiellement excellente pour enseigner une modalité alternative de communication. Cependant, cela nécessite également que l’individu soit capable d’observer et d’imiter, ainsi que de discriminer, des mouvements moteurs très fins (Shwartz et al., 1998). Pour les personnes atteintes de TSA et d’IDD, il peut s’agir d’un déficit de compétences qui rend très difficile l’apprentissage d’un langage complexe. Par conséquent, Andy Bondy et Lori Frost ont porté leur attention sur l’exploration de différentes modalités de communication qui pourraient mieux se prêter à l’incitation et donc entraîner un plus grand contact avec les renforçateurs. Au moment du développement de Picture Exchange Communication System (PECS; Bondy & Frost, 2001), le pointage d’image émergeait comme une forme de communication; cependant, l’individu peut pointer et couvrir l’image (c’est-à-dire empêcher le partenaire de communication de voir l’image sélectionnée). Ou ils peuvent toucher l’image alors que personne ne s’occupe d’eux et donc manquer une occasion de renforcement entraînant une possible extinction du comportement. Bondy et Frost (2001) ont voulu se concentrer davantage sur l’échange de communication qui se produit dans le langage, ils ont donc développé une modalité de communication qui apprend à l’individu à sélectionner une image, à la ramasser et à la placer dans la main du partenaire communicant. Cela permet à l’enseignant ou à l’accompagnant d’utiliser des invites physiques pour la communication et de réduire le nombre de compétences préalables requises de l’apprenant.

Selon l’article phare de Bondy et Frost (2001), l’enseignement du PECS comporte six étapes. Le premier porte sur l’échange physique et la manière de communiquer. Il enseigne à l’apprenant l’échange de base de la communication (c’est-à-dire exprimer une idée à une autre personne via l’échange d’un symbole). Une fois que l’individu maîtrise l’échange, la deuxième étape est appelée la phase de distance et de persistance. Cette phase teste la durabilité de la réponse communicative, en se concentrant sur l’augmentation de la distance et de l’effort de réponse de la communication de sorte que l’apprenant peut avoir à voyager et à attirer l’attention du partenaire afin de contacter le renforcement, ainsi qu’à voyager afin d’accéder au symboles eux-mêmes. La troisième phase se concentre sur la discrimination entre les symboles de telle sorte que plus d’images sont ajoutées à leur système, ils sont capables de trouver et d’échanger l’image qui correspond à l’élément qu’ils veulent. La quatrième phase consiste à augmenter la durée moyenne d’énonciation et à utiliser des phrases telles que « je veux » ou « je vois ». Cela permet à l’apprenant de passer des commandes (c’est-à-dire demander) à peut-être s’engager dans des tacts (c’est-à-dire étiqueter) ou des intraverbaux (c’est-à-dire répondre à des questions). La phase cinq enseigne à l’apprenant comment utiliser PECS pour répondre aux questions et enfin, la phase six enseigne commenter. Comme mentionné, toutes les phases n’ont pas besoin d’être enseignées ou maîtrisées. La première phase est la pierre angulaire des phases restantes, mais l’enseignement de l’échange fondamental de la phase 1 peut avoir des implications majeures pour la communication et d’autres domaines de la vie de l’individu. Il existe des articles et des manuels sur la façon d’utiliser et d’enseigner le PECS (par exemple, Charlop-Christy et al., 2002 ; Conklin et Mayer, 2011 ; Frost, 2002 ; Paden et al., 2012 ; Schwartz et al., 1998), mais la question demeure, y a-t-il de la science derrière le PECS ?

La littérature de recherche existante sur le PECS est vaste et se concentre sur différentes phases et aspects du système à travers des populations avec divers ensembles de compétences et objectifs. Heureusement, les chercheurs ont produit plusieurs méta-analyses et articles de synthèse, ils seront donc résumés ici.

Par exemple, Preston et Carter (2009) ont passé en revue la littérature sur le PECS et ont trouvé des études qui utilisaient à la fois des essais contrôlés randomisés (ECR) et des modèles à sujet unique. Les auteurs ont noté qu’à l’époque, il n’y avait eu que trois expériences utilisant des ECR et ont conclu que la méthodologie et les données étaient insuffisantes pour tirer des conclusions sur l’efficacité du PECS et ont encouragé les futurs chercheurs à mener davantage de recherches dans ce domaine. Cependant, Preston et Carter ont également noté qu’il y avait des preuves à l’appui de la PECS fournies dans les expériences qui incorporaient des méthodologies de conception de recherche à sujet unique. En conclusion, ils ont trouvé un soutien préliminaire au PECS en tant que modalité de communication pour les enfants et les adultes atteints de TSA et d’IDD qui ont peu ou pas de langage verbal vocal.

Sulzer-Azaroff et al. (2009) ont examiné 34 publications évaluées par des pairs sur le PECS. Cette revue comprenait des participants enfants et adultes travaillant avec des accompagnant s, des enseignants et des parents. Sulzer-Azaroff et ses collègues ont rapporté que les résultats suggéraient que le PECS était efficace pour enseigner aux personnes qui n’avaient auparavant aucune communication fonctionnelle ou une communication fonctionnelle limitée, comment communiquer. La plupart de ces individus ont appris de nouvelles demandes et certains ont appris les phases plus avancées au cours desquelles ils ont appris à décrire des choses. Lorsqu’ils ont passé en revue des articles comparant le PECS à une autre modalité, Sulzer-Azaroff et al. (2009) ont noté que les participants avaient des performances identiques ou meilleures avec le PECS (par exemple, Adkins & Axelrod, 2002). Dans l’ensemble, les résultats de cette revue de la littérature appuient davantage l’utilisation du PECS pour enseigner la communication aux personnes non parlantes.

Hart et Banda (2010) ont mené une méta-analyse des études de conception de recherche à sujet unique sur le PECS. Ils ont examiné 13 études publiées et ont constaté que l’enseignement du PECS augmentait la communication fonctionnelle pour tous les participants sauf 1. Ils ont également noté certaines raisons pour lesquelles cela aurait pu être si efficace pour cette population. Premièrement, la procédure PECS de base intègre des opérations de motivation (MO ; Poling, Lotfizadeh, & Edwards, 2017) pour les demandes d’enseignement. L’utilisation des MO suppose d’augmenter la valeur du renforçateur, augmentant ainsi la probabilité que l’individu s’engage dans l’échange afin d’accéder aux éléments. Cette éventualité est très saillante et probablement l’une des principales raisons pour lesquelles tant de personnes sont en mesure d’acquérir si rapidement la première phase de PECS. Par conséquent, PECS a la capacité d’enseigner à quelqu’un des concepts abstraits en utilisant des stimuli et des comportements plus saillants.

Schreibman et Stahmer (2014) ont mené une comparaison de contrôle randomisée des effets de la communication verbale et picturale sur le langage parlé chez les enfants autistes. Cette étude a inclus 19 enfants de 2,5 ans assignés au hasard qui avaient un diagnostic de TSA qui avait moins de 10 mots parlés au début de l’intervention. Les participants à cette étude ont acquis environ 90 mots parlés en moyenne après 6 mois et environ 120 mots parlés après 9 mois suivant l’intervention, ce qui montre des preuves solides de l’efficacité du PECS.

Selon ces travaux et des travaux plus récents sur le PECS, il semble qu’il existe une science pour soutenir l’utilisation du PECS pour enseigner la communication aux personnes atteintes de TSA et d’IDD tout au long de la vie. Ce qui est également intéressant à propos du PECS, ce sont certains des comportements collatéraux affectés (c’est-à-dire des comportements qui n’étaient pas directement ciblés dans l’intervention) qui sont notés dans ces études et d’autres. Premièrement, il existe des rapports de vocalisations émergentes lors de l’enseignement du PECS (par exemple, Greenberg et al., 2014 ; Hart & Banda, 2010 ; Sulzer-Azaroff et al., 2009). Par exemple, Greenberg et al. (2013) ont étudié la quantité et le schéma des vocalisations de leurs participants avant et après la formation PECS. Dans l’étude 1, les expérimentateurs ont mesuré les vocalisations spontanées pendant et après l’entraînement PECS. Ils ont vu une augmentation des vocalisations par rapport à la ligne de base. Dans l’étude 2, les participants qui ont démontré des vocalisations limitées après l’étude 1 ont été exposés à une procédure qui comprenait une invite de temporisation (c. procédures. Les résultats de l’étude 2 suggèrent que les vocalisations spontanées ont augmenté et se sont produites à chaque échange. Ces résultats étaient assez prometteurs et répondaient à la préoccupation selon laquelle si les accompagnants apprenaient à un individu à utiliser le PECS, il pourrait ne pas apprendre à vocaliser. Cela ne semble pas être le cas. L’émergence de vocalisations peut être due à une variété de facteurs et est une question empirique que les chercheurs devraient continuer à étudier.

Un autre avantage possible de l’enseignement du PECS a été rapporté par Hart et Banda (2010), qui ont noté que dans les études qu’ils ont examinées, il y avait une diminution des comportements problématiques pour les participants qui ont appris le PECS. Cela est probablement dû au fait que les individus acquièrent des compétences fonctionnelles en communication. L’entraînement à la communication fonctionnelle (FCT) est une procédure qui enseigne aux individus une manière plus appropriée de demander (c’est-à-dire la communication plutôt que le comportement problématique) l’accès à leurs renforçateurs (Tiger et al., 2008). FCT peut inclure une variété de modalités de communication, mais l’échange d’images est couramment utilisé dans la littérature (par exemple, Tiger et al., 2008). Pendant le FCT, l’individu reçoit l’accès à son renforçateur pour une réponse communicative et ne le reçoit plus pour un comportement problématique. Par conséquent, on leur enseigne une nouvelle façon d’obtenir les choses dont ils ont besoin et qu’ils veulent sans s’engager dans un comportement problématique. On peut aussi regarder cela du point de vue de l’effort de réponse. La communication est beaucoup moins d’effort que de s’engager dans une agression physique. Par conséquent, une fois le PECS acquis, l’enfant peut préférer cette réponse qui nécessite moins d’efforts et aboutit à ses items préférés.

Conclusions et recherches futures

De nombreuses revues de la littérature et des études de recherche individuelles ont fourni des preuves suggérant fortement que le PECS peut être considéré comme une procédure fondée sur des preuves. Ainsi, les parents et les accompagnants peuvent utiliser en toute confiance PECS pour établir et façonner la communication chez leurs enfants, avec la certitude que des améliorations sont susceptibles d’être apportées. De plus, il existe des manuels à la fois clairs et complets pour guider la mise en œuvre de chaque étape du système.

Compte tenu de cela, la poursuite des recherches pour déterminer si le PECS fonctionne ou non semble inutile. Au lieu de cela, les chercheurs impliqués dans l’étude de ce système de communication pourraient étendre ce que l’on sait sur le PECS selon différentes variables et dimensions. Par exemple, davantage de recherches pourraient être menées sur l’étendue de la généralisation et du maintien de l’acquisition du PECS. Un autre domaine à aborder serait la préférence de la modalité de communication – c’est-à-dire l’étude de ce qui influence un individu à sélectionner différents systèmes de communication, tels que le PECS, les signes ou la parole. Bien que quelques petites études aient été réalisées à ce sujet (par exemple, Tincani, 2004), cela reste une piste très fructueuse à explorer. Enfin, il serait utile de développer une littérature plus complète basée sur la question de savoir si l’acquisition du PECS est responsable d’une réduction des problèmes de comportement et d’une augmentation spontanée des vocalisations spontanées.

La recherche expérimentale montre que le PECS est une procédure fondée sur des preuves. Lorsque vous travaillez avec des personnes ayant des troubles de la communication, PECS peut être utilisé pour établir une communication fondamentale ou complexe. Étant donné que les déficits de communication sont l’un des symptômes courants des TSA, cette procédure particulière est une approche d’intervention très appréciée et nécessaire.

Publié dans A.B.A., Accompagnements, Autisme

Des façons créatives de dire « non » à votre enfant et d’éviter une lutte de pouvoir (Different Roads to Learning)

Article originel : Creative ways to tell your child “no” and avoid a power struggle

Traduction :

Non veut dire non. Mais d’autres choses peuvent signifier non aussi.

Votre enfant a-t-il de grosses réactions quand vous lui dites non ? Le mot non est-il parfois ou souvent un déclencheur pour votre enfant menant à toutes sortes de comportements problématiques ?

Nous devons dire non à nos enfants. Non, ne vous heurtez pas à la circulation. Non, ne touchez pas un réchaud chaud. Et non, ne vous écartez pas des limites que nous avons fixées en tant que parents. Prenez toute la liberté que vous voulez dans ces limites, mais ne vous éloignez pas.

Mais existe-t-il d’autres moyens de faire passer votre message sans le mot non lui-même. Si nous pouvons éviter le mot qui déclenche les grandes réactions, peut-être, peut-être que nous pouvons éviter complètement ces effondrements et concentrer nos efforts sur l’enseignement et la construction des bonnes choses.

Quelles sont les autres façons de dire non ?

Pas tout de suite.
Vous pouvez faire (ceci) à la place.
Peut-être une autre fois.
Nous devons faire ____ maintenant.
Bien sûr, vous pouvez (faire / avoir) cela après avoir fait (ceci) en premier.
Veuillez faire (ceci) à la place.
J'aimerais bien, mais...
J'ai bien peur que non.
Je ne pense pas.
Dommage! Pas tout de suite.
Ce n'est pas possible pour le moment.
Quelle bonne idée, mais pas maintenant.

Si vous dites à votre enfant d’arrêter de faire quelque chose ou non, ne faites pas cette action, essayez plutôt d’inverser votre formulation pour dire ce qu’il PEUT faire.
De ceci ->à cela
Ne pas courir -> Marche.
Pas de saut sur le canapé -> Asseyez-vous sur le canapé.
Pas de bonbons avant le dîner -> Vous pouvez avoir des bonbons pendant ou après le dîner.
Pas de cris -> Utilisez votre voix intérieure.
Pas d’accaparement -> Demandez à votre frère de faire un tour avec le jouet.

Si le mot non a été conditionné pour provoquer une réaction exagérée de la part de votre enfant, arrêtez d’utiliser le mot non. Utilisez d’autres alternatives qui font passer le même message.

Chaque fois que vous êtes sur le point de dire non, essayez de le recadrer pour dire à votre enfant ce qu’il peut faire ou avoir à la place. Donnez des choix autant que possible.

  • Puis-je avoir des bonbons ?
  • Vous pouvez avoir des raisins ou une banane.
  • Pouvons-nous aller au parc ?
  • On peut jouer aux trains ou aux lego à la maison en ce moment.
  • L’enfant court autour de la maison.
  • Vous pouvez marcher dans la maison ou courir dans le jardin.

Non veut dire non. Mais d’autres formulations signifient également non et sont associées à une histoire d’apprentissage du comportement problématique. Si quelque chose de très simple, comme changer notre formulation, peut nous aider à surmonter plus rapidement le problème de comportement, pourquoi ne pas l’essayer ? ! Nous voulons consacrer notre temps et notre énergie à enseigner les moyens les plus appropriés de communiquer les désirs et les besoins au lieu de simplement traiter les problèmes.

Publié dans A.B.A., Accompagnements, Autisme

Appareils de faible, moyenne ou haute technologie : trouver le bon ajustement pour votre enfant (Different Roads to Learning)

Article originel : Low, Mid, or High-Tech Devices: Finding the Right Fit for Your Child

Traduction :

Considérez les différents types de technologie que nous utilisons dans notre vie quotidienne. Par exemple, la plupart des individus utilisent quotidiennement des téléphones portables et des ordinateurs. Mais saviez-vous que de nombreuses fonctionnalités technologiques que nous utilisons couramment ont été initialement conçues pour les personnes handicapées ? Ceux-ci sont appelés dérivés traditionnels de la technologie d’assistance (TA). Prenez votre téléphone portable, par exemple. L’envoi de SMS était à l’origine destiné aux personnes malentendantes, et l’agrandissement de l’écran était initialement conçu pour les personnes ayant des problèmes de vision. À mesure que la demande de technologie a augmenté, de nombreuses fonctionnalités AT sont devenues la norme pour tous les utilisateurs.

Les personnes handicapées ont le droit d’accéder à des environnements accessibles à tous. Les accommodements sont des modifications des conditions qui donnent accès à l’environnement. Les dispositifs AT sont des exemples d’aménagements qui peuvent être nécessaires pour les personnes handicapées afin de leur permettre de surmonter ou de contourner les obstacles à leurs environnements d’apprentissage et de vie.

AT est défini par la loi IDEA (Individuals with Disabilities Education Improvement Act) en deux parties : AT Technology et AT Devices. AT identifie l’équipement qui soutient l’individu dans un domaine spécifique (par exemple, la communication, l’organisation, les activités de la vie quotidienne). Les services AT font référence au support ou aux services nécessaires pour utiliser efficacement les appareils. Les deux font partie intégrante d’AT. Par exemple, un individu ne peut bénéficier de l’utilisation d’un ordinateur (dispositif AT) si ses soignants et enseignants ne lui ont pas appris à l’utiliser (service AT).

Le continuum AT se compose d’options No-tech, Low-Tech, Mid-Tech et High-Tech conçues pour répondre aux besoins de tous les apprenants :

  • No-tech fait référence à des systèmes sans aide où un individu n’a besoin de rien au-delà de son corps. Des exemples de No-Tech AT sont les vocalisations, les verbalisations, le regard ou les expressions faciales.
  • Les appareils Low-Tech sont généralement composés de matériaux faciles à obtenir, faciles à utiliser, peu coûteux et ne nécessitant pas de source d’alimentation. Les exemples incluent les organisateurs graphiques, les calendriers visuels, les post-it et les objets à manipuler.
  • Les appareils de moyenne technologie, moins utilisés que les appareils de basse technologie ou de haute technologie, nécessitent généralement une source d’alimentation. Un simple interrupteur, un enregistreur numérique ou un clavier adapté sont des exemples de Mid-tech AT.
  • Les options AT de haute technologie sont plus complexes, coûteuses à fabriquer ou à acheter et sont généralement programmables, comme un ordinateur, un iPad, un appareil AAC ou un fauteuil roulant électrique. Actuellement, une grande partie de la TA est informatisée et nécessite une formation pour être utilisée efficacement.

Quel type d’AT convient à votre enfant ? Considérez chaque niveau d’AT pour déterminer l’option la meilleure et la plus pratique pour votre enfant dans son environnement spécifique. L’objectif est toujours de favoriser l’autonomie. Demandez : “Votre enfant peut-il exécuter la compétence ou la tâche sans AT ?” Si la réponse est oui, alors aucun AT n’est nécessaire. Si la réponse est non, parcourez le continuum pour trouver la technologie qui répond le mieux à leurs besoins. N’oubliez pas que les appareils de haute technologie ne sont pas nécessairement supérieurs aux appareils de faible et moyenne technologie. Ils ont tendance à être coûteux et ne sont pas aussi faciles à modifier. Un appareil low-tech est conçu avec simplicité et peut offrir aux utilisateurs flexibilité et indépendance. Par exemple, un élève peut bénéficier de l’utilisation d’une poignée de crayon rudimentaire ou d’un outil d’espacement des doigts pour écrire plutôt qu’un logiciel de cartographie de haute technologie ou un outil smartpen. De même, un étudiant ayant des défis organisationnels et des problèmes de mémoire de travail peut être submergé par une application de haute technologie trouvée sur un iPad ou une tablette et bénéficier d’un organisateur graphique de base construit par l’enseignant. En revanche, il y a des moments où un appareil de haute technologie est le meilleur choix AT pour l’apprenant. Par exemple, un enfant peut avoir besoin d’un appareil ou d’une application de CAA pour communiquer et accéder au langage.

Lorsque vous choisissez un appareil, tenez compte des besoins individuels de votre enfant, de l’aspect pratique de l’appareil, ainsi que des préférences et des intérêts de l’utilisateur. Votre enfant peut bénéficier de l’utilisation de l’AT car cela lui permet de développer ses forces et de relever les défis. N’oubliez pas que la TA est plus efficace lorsque les apprenants sont excités et motivés pour intégrer son utilisation dans leur répertoire d’apprentissage.

Publié dans Accompagnements, Autisme, Numérique

Le goût de la routine engendre l’anxiété chez les enfants autistes (par J. Vinçot)

Les enfants autistes qui manifestent une forte préférence pour la “similitude” dans leur vie quotidienne – porter les mêmes vêtements, prendre le même chemin, suivre exactement les routines – peuvent être enclins à développer de l’anxiété.En diminuant l’insistance sur la routine chez les enfants autistes de la maternelle, on peut réduire les risques qu’ils soient anxieux plus tard.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Formation

Enfant handicapé déscolarisé : l’Etat jugé coupable ! (handicap.fr)

Un enfant handicapé déscolarisé durant 2 ans. Ses parents font appel à la justice qui les déboute à 2 reprises. Mais, en juillet 2022, le Conseil d’Etat leur donne raison et condamne l’Etat à verser 27 000 € de dommages pour défaut de scolarisation.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Droits & Législation, Scolarité

Blabla d’ABA – Série de vidéos (ABA Stratégies)

Blabla d’ABA, une série de vidéos courtes pour expliquer l’ABA

Aller sur le site

Publié dans A.B.A., Accompagnements, Autisme

Autisme, difficultés : Accès aux Universités – Massachusetts (USA) (par J. Vinçot)

Une nouvelle loi de l’État du Massachusetts vise à permettre aux élèves autistes ou ayant des difficultés intellectuelles d’accéder aux études supérieures : modification des voies d’accès, soutien humain. L’État finance les Universités pour cela.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Scolarité

Lecture et autisme : conseils et activités (Hop’Toys)

Les enfants avec autisme présentent des troubles neurodéveloppementaux qui affectent leurs interactions sociales ainsi que leur comportement. Tous les enfants avec autisme ne présentent pas les mêmes symptômes. Cependant, nombreux sont ceux qui ont des difficultés de langage et de compréhension des concepts abstraits. Les troubles neurodéveloppementaux entravent leurs apprentissages et leur développement. Pour faciliter l’apprentissage de la lecture des personnes avec autisme, découvrez, ici, les conseils tirés du livre d’Élisabeth Bintz, aux Édition Tom Pousse : « Scolariser un enfant avec autisme, concrètement que faire ? ».

Lire la suite de l’article

Publié dans Accompagnements, Autisme, Scolarité

La technologie portable peut changer la vie des personnes autistes, à condition … (par J. Vinçot)

Un nombre croissant de solutions technologiques visant à aider les gens à réguler leurs émotions sont développées pour les personnes autistes. La communauté autiste souhaitait vivement utiliser la technologie pour l’aider à réguler ses émotions, mais celle-ci coûtait souvent trop cher, était difficile à utiliser sans formation et n’était pas bien adaptée à leurs besoins.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Numérique

Autisme : des facteurs autres que les traits autistiques orientent les thérapies (par J. Vinçot)

La plupart des enfants autistes aux Pays-Bas – près de 90 % – ont eu recours à un traitement quelconque, comme une thérapie comportementale ou des médicaments. Mais des facteurs non liés à leurs traits d’autisme – notamment le QI et l’éducation de leurs parents – permettent de mieux prédire le nombre, le type et le moment de ces interventions, montre également l’étude.

Lire la suite de l’article

Publié dans Accompagnements, Autisme, Formation

Outils d’apprentissage (GAMP)

Dans cette rubrique dédiée aux parents, nous vous proposons gratuitement des outils pour aider vos enfants (jeunes et adultes) dans leurs divers apprentissages. Ces outils sont essentiellement visuels. Ils sont conçus par Eleonora Grandi, psychologue, psychothérapeute cognitivo-comportementale, diplômée RBT (technicienne du comportement certifiée) et Feuerstein.

Aller sur le site

Publié dans Autisme, Scolarité

Jurisprudence : Trop perçu et CAF (par J. Vinçot)

Discussion suite à un arrêt de la Cour de Cassation concernant les retenues sur allocations suite à des indus Pôle Emploi. Quelles sont les règles applicables dans les CAF ? Comment le droit des allocataires a été ratiboisé.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Droits & Législation

Domaine de recherche : les astrocytes dans l’autisme (par J. Vinçot)

Les astrocytes, cellules non neuronales abondantes dans le cerveau, pourraient jouer un rôle dans l’autisme. Le point sur les recherches à ce sujet.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Formation

Autisme : covariation immuno-comportementale et traitement par bumétanide (par J. Vinçot)

Les mesures des cytokines peuvent aider à identifier les éventuels répondeurs au bumétanide chez les enfants présentant des TSA, ce qui suggère que les réponses immunitaires peuvent interagir avec le mécanisme d’action du bumétanide pour améliorer la fonction GABA dans les TSA

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Formation

La dernière frontière : les généticiens de l’autisme s’attaquent au génome non codant (par J. Vinçot)

De nouvelles recherches génétiques visent à trouver des contributions à l’autisme dans la grande majorité (99%) du génome, les régions non codantes de l’ADN. Résultats mitigés jusqu’à présent.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Formation

Mutation liée à l’autisme et circuit cérébral modifiant le comportement social (par J. Vinçot)

Les mutations de SHANK3, un des principaux gènes candidats à l’autisme, perturbent un circuit cérébral lié au comportement social. La découverte de la relation entre les caractéristiques de l’autisme et des circuits neuronaux spécifiques pourrait conduire à des thérapies basées sur ces circuits.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Formation

Formes d’autisme et problèmes opposés au niveau des cellules précurseures du cerveau (par J. Vinçot)

Les cellules primaires qui donnent naissance à la plupart des autres cellules du cerveau ne prolifèrent pas de manière typique chez les personnes autistes, ce qui pourrait expliquer comment des traits communs émergent de diverses origines génétiques

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Formation

Autisme : La thérapie Angelman semble plus sûre dans un nouvel essai clinique (par J. Vinçot)

Pas d’interruption : GeneTx et Ultragenyx ont fait part des résultats intermédiaires de leur essai clinique en cours sur une thérapie génique pour le syndrome d’Angelman.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Formation

Ce que les étapes du développement disent de la recherche sur l’autisme (par J. Vinçot)

Des chercheurs ont tenté d’analyser l’hétérogénéité de l’autisme à travers le prisme des étapes du développement telles que le sourire, le fait de ramper, de marcher et de parler. Une interview de Susan Kuo et Elise Robinson.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Formation

L’évitement pathologique de la demande dans l’autisme, expliqué (par J. Vinçot)

L’évitement pathologique de la demande (Pathological demand avoidance/PDA) est un terme controversé. Il s’agit d’un ensemble de traits de personnalité et de comportement présentés par des personnes autistes qui ont tendance à refuser de coopérer aux demandes des autres.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Formation

Ouvrir la voie aux médicaments à base de vasopressine pour l’autisme (par J. Vinçot)

Un essai du bavaloptan, antagoniste de la vassopressine, a été arrêté faute de résultats. Interview de la co-investigatrice Suma Jacob, professeure de psychiatrie et de sciences du comportement à l’Université du Minnesota à Minneapolis, au sujet de ces leçons et de la voie à suivre selon elle.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Formation

Autisme en France : une bourde au XXème siècle (par J. Vinçot)

Un excellent recueil d’articles, sous le sous-titre : “Le traitement psychanalytique de l’autisme infantile”, qui explique comment la psychanalyse s’est développée en France, et les dégâts qu’elle a provoqués dans l’accompagnement des personnes autistes.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Formation

Autisme : Le timing est la clé du traitement des traits sensoriels chez l’X fragile (par J. Vinçot)

Un médicament expérimental stimule l’activité des neurones qui sont sous-développés dans le syndrome de l’X fragile et inverse les sensibilités sensorielles chez un modèle de souris de cette pathologie – mais seulement s’il est administré après la formation de certains circuits. Questions sur les conclusions à en tirer

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Formation

Des moyens de rendre la recherche sur l’autisme plus diversifiée et plus inclusive (par J. Vinçot)

Les participants aux recherches sur l’autisme n’en reflètent pas la diversité. Comment améliorer ce problème ? Ces dernières années, un nombre croissant d’études sur l’autisme ont été menées par ou en partenariat avec des personnes autistes. Comment développer cette participation aux recherches ?

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Formation

AAH : montant, couple… Ce qu’il faut savoir (Journal du Net)

AAH. L’allocation adulte handicapé est une prestation sociale versée aux personnes handicapées ayant peu de ressources financières.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Droits & Législation

Plateforme de formation du GNCRA et du réseau des CRA (GNCRA)

Le GNCRA, en collaboration avec le réseau des CRA, propose cette plateforme e-learning afin de mettre en avant l’offre de sensibilisation et de formation de qualité dans le champ de l’autisme.

Aller sur le site

Publié dans Autisme, Formation

Activités pour enfants autistes (Autisme en France)

Il y a beaucoup d’activités qui peuvent augmenter les compétences sociales d’un enfant autiste tout en renforçant le lien entre l’enfant et les personnes autour de lui. Étant donné que chaque enfant est unique, c’est une bonne idée d’avoir des idées d’activités pour enfants autistes à portée de main. Le but de cet article est de vous fournir quelques idées d’activités simples à faire avec des enfants autistes : de la naissance à l’adolescence.

Aller sur le site

Publié dans Accompagnements, Autisme

Accompagner la scolarité et contribuer à l’inclusion scolaire (HAS)

En France, l’éducation, qui passe notamment par la scolarité, est un droit fondamental et inconditionnel pour tout enfant. Or, pour les enfants en situation de handicap et ceux bénéficiant d’une mesure de protection de l’enfance, ce droit est souvent mis à mal avec une plus forte probabilité de ruptures ou d’échec dans leurs parcours scolaire.

Plusieurs facteurs compliquent la scolarité des enfants en situation de handicap et/ou ayant une mesure de protection de l’enfance : les attendus de l’école, notamment en matière de résultats académiques, souvent en décalage avec les besoins et les capacités de chacun de ces enfants, des ruptures dans leurs parcours de vie et un risque de déscolarisation accru, des représentations négatives de leur potentiel de réussite académique…

En réponse à ces problématiques rencontrées, plusieurs actions doivent être développées de manière systémique et complémentaire.

Dans ce contexte, la HAS publie des recommandations de bonne pratique (RBPP) pour permettre aux professionnels des établissements et services sociaux et médico-sociaux (ESSMS) des secteurs du handicap et de la protection de l’enfance de contribuer par leurs actions à accompagner et soutenir les parcours scolaires de ces enfants.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Scolarité

Enquête : La fatigue cognitive dans l’autisme

La fatigue cérébrale (aussi appelée fatigue cognitive ou mentale) est très peu étudiée en recherche et en médecine, dans le champ de l’autisme. Or, nous savons qu’elle peut avoir des répercussions importantes sur le quotidien des personnes, tant au niveau personnel que scolaire, professionnel ou social.

Aller sur le site de l’enquête

Publié dans Autisme

Pommeret. Le projet inclusif de Gwitibunan prend racine (Ouest-France)

Gwitibunan a reçu samedi, à la maison des associations, une délégation de Fougères (Ille-et-Vilaine) composée de parents et de personnel d’accompagnement, séduits par le projet de logement inclusif destiné aux personnes en situation de handicap.

Lire l’article

Publié dans Autisme, Habitat

La CAF finance enfin le répit et l’accompagnement des parents d’enfants handicapés (Faire Face)

Besoin d’être accompagné dans vos démarches de reconnaissance du handicap de votre enfant ? Ou de répit, en attendant de trouver une solution pérenne ? La Caf peut désormais financer des heures d’intervention de professionnels à domicile, sans notification de la MDPH.

Lire l’article

Publié dans Autisme, Droits & Législation

Prévention TND : l’Académie de médecine incite à agir tôt ! (handicap.fr)

Comment prévenir le handicap neurodéveloppemental chez le jeune enfant ? “Agir tôt !”, répond l’Académie de médecine qui alerte sur la nécessité d’un diagnostic et d’une prise en charge dans les 1000 premiers jours de vie. Elle émet 6 recommandations

Lire l’article

Publié dans Accompagnements, Autisme

Série de webinaires Le comportement humain : son fonctionnement adapté et inadapté (CRA Bretagne)

Le Centre de Ressources Autisme de Bretagne organise en automne 2022 une série de webinaires sur les “comportements-problèmes”.
(Cette série de webinaires était originellement prévue en automne 2021 et avait dû être reportée.)
Ces webinaires seront gratuits et ouverts à tous ; l’inscription est obligatoire pour chaque séance.

Aller sur le site

Publié dans Autisme

Les responsabilités et les conduites des Professionnels de l’Analyse du Comportement

Pour l’ONPAC, les objectifs des présentes règles de conduites de son Code de Déontologie sont en accord avec les valeurs prônées par l’Association afin de garantir une qualité d’intervention optimale pour le bénéficiaire et sa famille, d’en minimiser les dérives potentielles , tout en respectant le système de valeurs de chacun. Favoriser par leur accompagnement l’autodétermination des bénéficiaires est au centre des préoccupations éthiques de nos membres. Nous pensons que les individus doivent pouvoir bénéficier d’apprentissages optimaux pour exercer leur potentiel à gouverner leur vie sans influence externe indue.

Aller sur le site

Publié dans A.B.A., Autisme

Webinaire Comportement adapté et inadapté – Cours en ligne (CRA Bretagne)

Le CRA de Bretagne organise en automne 2022 une série de webinaires sur les “comportements-problèmes”.
Plus de détails (formulaires d’inscription, supports des séances) ici : https://www.cra.bzh/webinaires-comportements-problemes
Ces webinaires seront gratuits et ouverts à tous ; l’inscription est obligatoire pour chaque séance.

Publié dans Autisme, Formation

GIS Autisme et TND : La recherche et les interventions au-delà des classifications

Publié dans Autisme, Formation

Autisme et inclusion : une sensibilisation (par J. Lichtlé)

Publié dans Autisme, Formation

Appel à projets autisme numérique 2022 (Fondation Orange)

Chaque année, la Fondation Orange lance des appels à projets avec des thématiques en lien avec les besoins des personnes avec autisme et de leur entourage.
Pour le 2ème semestre 2022, la thématique est le numérique au service de l’autisme.

Aller sure le site

Publié dans Autisme, Numérique

Autisme : L’espoir de la kétamine (par J. Vinçot)

Les médecins peuvent prescrire ce médicament utilisé comme anesthésique, mais les preuves que la kétamine atténue les traits de l’autisme sont encore préliminaires.

Lire l’article

Publié dans Accompagnements, Autisme

START – Un dispositif de formations croisées en territoires dans le champ des troubles du neurodéveloppement (TND) (CREAI Bretagne)

MODULE 1 : Troubles du Neuro-développement : vers un socle commun
MODULE 2 : Repérage et interventions précoces, annonces diagnostiques
MODULE 3 : Compétences préservées et fragilités de la personne : outils de diagnostic
et d’évaluation du fonctionnement
MODULE 4 : Communiquer – Principes fondamentaux et outils
MODULE 5 : Acquisitions et apprentissages interventions éducative, pédagogique et psychologiques
MODULE 6 : Santé – Troubles somatiques et psychiques associés aux TND – Dispositifs facilitant l’accès aux soins
MODULE 7 : Situations complexes et comportements problèmes
MODULE 8 : Contribuer à l’élaboration et à la coordination du parcours des personnes

Public visé

Professionnels de 2e ligne, acteurs de parcours de soins et de vie (professionnels du soin,de l’accompagnement) intervenant auprès de personnes présentant un ou plusieurs TND

S’inscrire aux formations

Publié dans Autisme, Formation

Tour d’horizon des recherches – Résumés INSAR 22 (par J. Vinçot)

Recensement de certaines recherches présentées à l’INSAR 2022.

Lire l’article

Publié dans Autisme, Formation

Le potentiel des psychédéliques dans le traitement de l’autisme (par J. Vinçot)

LSD, psilocybine, ecasy : des personnes autistes les ont expérimentés, des essais cherchent à identifier les résultats favorables chez des personnes autistes.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Formation

L’association A.B.A. – Ille-et-Vilaine vous souhaite un bel été !!!

L’association ABA – Ille-et-Vilaine vous souhaite un agréable été et d’excellentes vacances pour ceux et celles qui en ont.

Nous vous donnons rendez-vous en septembre pour une rentrée chargée en événements avec :

A bientôt

Publié dans Autisme

5 conseils pour créer un programme d’accompagnement d’été à domicile (Different Roads to Learning)

Article original : 5 Tips for Creating a Summer Therapy Home Program

Traduction :

Il est si difficile de croire que l’été est à nos portes! L’été peut apporter de nombreuses expériences et émotions différentes. D’une part, il peut être excitant de faire une pause dans l’horaire intense de l’année scolaire. Cependant, d’un autre côté, l’été apporte souvent moins de structure et de routine, ce qui peut être difficile pour nos apprenants. À la fin de l’année scolaire, j’aime offrir à mes familles des idées d’activités qui non seulement maintiennent ou développent des compétences tout au long de l’été, mais qui sont également amusantes et faciles à mettre en œuvre. Voici quelques-uns de mes conseils pour mettre sur pied un programme de thérapie d’été à domicile!

1. Adoptez le plein air

L’été est le meilleur moment pour vraiment embrasser les activités de plein air. Les enfants ONT BESOIN d’être actifs. Consultez mon article de blog ici sur les raisons pour lesquelles le jeu en plein air est si vital. De plus, de nombreuses activités estivales que les familles pratiquent naturellement peuvent inclure des expériences motrices et sensorielles en plein air étonnantes, telles que la natation, aller à la plage, faire de la randonnée et du vélo. Même le simple fait de jouer sur le terrain de jeu peut être si bénéfique – consultez cet article pour en savoir plus! Lorsque je recommande des activités estivales pour les familles, j’inclus toujours des idées de jeux en plein air car elles ont tendance à être faciles à configurer et gratuites ou à faible coût, mais pleines d’opportunités incroyables pour les étudiants.

2. Encouragez les activités pratiques

Au début de ma carrière, j’envoyais à la maison beaucoup de paquets de papier contenant des feuilles de travail de pré-écriture et de pratique du dessin. J’ai arrêté depuis. Pourquoi? Tant d’apprentissage provient d’expériences qui n’impliquent pas de crayon et de papier et l’été est le moment idéal pour explorer cela! Les enfants ONT BESOIN de faire l’expérience de plus d’activités pratiques et de jouer afin d’avoir des muscles forts pour les tâches au crayon et sur papier. Au lieu de remplir des feuilles de travail d’écriture, essayez de suggérer aux élèves d’utiliser de la craie de trottoir ou de dessiner des formes et des lettres dans le sable. Vous pouvez également recommander aux familles d’essayer certaines de ces activités faciles de motricité brute et fine en utilisant des articles ménagers!

3. Concentrez-vous sur les compétences de vie

L’été est le moment idéal pour travailler sur diverses tâches ménagères et compétences de vie, telles que la cuisine, le nettoyage et même les sorties communautaires. Pour les enfants sensibles aux sens, certaines de ces tâches peuvent être très accablantes. L’un des avantages d’un horaire estival plus lent est qu’il peut y avoir plus de temps et de flexibilité pour renforcer progressivement la confiance et les compétences nécessaires pour pouvoir s’engager dans certaines de ces tâches.

4. Rendez-le routinier

Les routines et les thèmes m’aident à rester sur la bonne voie pendant l’année scolaire, et j’aime suggérer la même chose à mes familles pour l’été. Selon votre élève, vous pouvez recommander quelques activités sur lesquelles les familles peuvent se concentrer régulièrement dans les routines quotidiennes ou hebdomadaires. Certaines années, j’ai recommandé des « thèmes » quotidiens et des idées d’activités correspondantes telles que le lundi du mouvement, le mardi de la motricité fine, le mercredi sensoriel, le jeudi de la cuisine, le vendredi de sortie communautaire. Les familles peuvent choisir une activité par jour en fonction du thème quotidien. Ou, vous pouvez collaborer avec une famille pour choisir 1 ou 2 routines quotidiennes à cibler et recommander une version thérapeutique de celui-ci. Par exemple, lorsque vous lisez des livres au coucher, demandez à l’élève de s’allonger sur le ventre. Pendant la routine matinale, essayez d’encourager la diminution des invites verbales. De cette façon, les activités ne ressemblent pas à du travail « supplémentaire » car elles sont déjà intégrées dans des activités qui se produisent quotidiennement dans la famille!

5. Restez simple

C’est probablement le conseil le plus important de tous. Regardons les choses en face. L’année scolaire a été longue ! Alors que certaines familles peuvent être à la recherche de plans d’activités très détaillés, d’autres peuvent être à la recherche de quelques idées pratiques. En général, j’aime recommander des idées simples et réalisables qui peuvent être facilement mises en œuvre et ne nécessitent pas beaucoup de préparation et de planification. Comme tout, contactez vos familles et voyez où elles peuvent chercher du soutien et vous pouvez modifier votre plan à partir de là. Je recommande de commencer simplement et de s’ajuster au besoin pour répondre aux besoins individuels.

Publié dans A.B.A., Accompagnements, Autisme

Café/Rencontre/Ludothèque, le samedi 03 Septembre 2022

Pour la rentrée, votre Café/Rencontre/Ludothèque mensuel sera ouvert le samedi 03 Septembre 2022, de 14h30 à 17h30, au sein des locaux de l’association au 81, Bd Albert 1er (Rennes).

Exceptionnellement, il ne nous sera pas possible de vous proposer un accueil pour vos enfants.

Vous pourrez aussi consulter le catalogue, emprunter du matériel de la ludothèque.

Cette action est soutenue par le “Réseau Parentalité 35” et le Conseil Départemental d’Ille-et-Vilaine.

Publié dans Autisme

Développement des compétences de jeu (Different Road to Learning)

Article original : Play Skills Development – Different Roads to Learning

Traduction :

Le jeu est cet outil fascinant qui permet aux enfants d’absorber des informations, d’apprendre, de s’engager, de socialiser et de communiquer. Le jeu est essentiel au développement des enfants. Le jeu est un moyen naturel d’amener les enfants dans une nouvelle aventure passionnante chaque jour. Lorsqu’ils discutent du développement des compétences de jeu, les accompagnants ont souvent besoin d’un rappel sur les compétences de jeu appropriées pour différents âges. Le jeu peut donner aux enfants un sentiment de proximité lorsqu’ils jouent, développer des compétences sociales, des compétences en résolution de problèmes et, bien sûr, apprendre le langage. Comprendre les étapes du développement des compétences de jeu peut aider à savoir quel jeu est approprié et quand!

Jalons du jeu

6-12 mois- Dans cette étape de bébé, le jeu est simple, mais tellement gratifiant pour l’enfant et le parent ! L’imitation est une énorme affaire à cet âge et les enfants adorent imiter tous ceux avec qui ils jouent. Pensez à des jeux comme « si grand » ou simplement agiter. Jouer au “peek-a-boo” est tellement amusant et un excellent moyen de jouer avec les plus petits. Les chansons avec des mots idiots sont merveilleuses à cet âge aussi. Rappelez-vous que la communication et le jeu commencent bien avant la langue, donc le jeu non verbal est extrêmement important aussi!

18 mois- Voici le jeu de faux-semblants ! Les cuisines de jouets font fureur pour nos tout-petits en fleurs parce que le jeu de faux-semblants s’épanouit et que l’imagination grandit. Nos tout-petits commencent à utiliser des outils comme des marteaux ou des cuillères pour imiter les actions de la vie réelle dans leur jeu de faux-semblants. Nourrir nos poupées est un autre grand à ce stade ! Souvent, ce groupe d’âge s’engage dans un jeu solitaire et construira des blocs seul ou complétera un puzzle par lui-même. Souvent, ils ne remarquent même pas si d’autres enfants sont autour d’eux !

Enfants de 2 ans- Maintenant que nos enfants sont un peu plus grands, ils sont prêts à s’engager dans des jeux de simulation encore plus développés. Maintenant, les enfants peuvent imiter les tâches ménagères comme faire semblant de balayer ou de laver la vaisselle. Ce serait le moment idéal pour jouer à la maison et utiliser leur monde dans leur monde fictif !

Jeu de spectateur- Lorsque les enfants sont d’âge préscolaire, ils peuvent commencer à regarder d’autres enfants jouer et c’est ce qu’on appelle le jeu des spectateurs. Le jeu des spectateurs, c’est quand les enfants regardent d’autres enfants jouer! Pendant ce temps, les enfants développent leurs compétences sociales et émotionnelles et apprennent également à s’engager dans des situations. Ils apprennent même d’autres enfants et stimulent l’attention et la mémoire !

Jeu parallèle- Il s’agit d’un autre développement du jeu vers l’âge de 2-3 ans lorsque les enfants jouent les uns à côté des autres, peut-être avec les mêmes jouets, mais ne s’engagent pas les uns avec les autres. Les enfants s’influencent mutuellement et peuvent même se copier les uns les autres ! Considérez cela comme un précurseur pour apprendre à vraiment jouer ensemble !

Jeu associatif- Environ 3 à 4 enfants commencent à jouer ensemble en utilisant le même matériel et en faisant des activités similaires, mais ils sont encore un peu indépendants. Pensez à deux enfants partageant des crayons, mais dessinant des images séparées. Les enfants aiment la compagnie des autres, mais ne sont pas encore prêts à faire un jeu ensemble.

Jeu coopératif- Enfin, environ 4 et 5 enfants commencent à interagir les uns avec les autres et à jouer ensemble ! Ils veulent l’interaction et ils veulent faire l’activité ensemble. C’est là que le jeu de simulation prend vraiment son envol et que les enfants font semblant d’être la mère et le père et de s’occuper d’un bébé ou de se servir le dîner au restaurant simulé!

Jeu et thérapie

L’idée la plus importante à retenir quand il s’agit de jouer en thérapie est que tout est une question d’état d’esprit. N’ayez pas peur de devenir idiot. Détendez-vous ! Faites des visages idiots, utilisez des sons idiots et établissez ces liens authentiques. Les jouets ne sont pas aussi importants que les relations humaines, alors ne vous inquiétez pas de tous les jouets et soyez simplement vous ! Si vous cherchez quelques jouets, les bulles, les balles et les marqueurs sont d’excellentes idées ! Les marionnettes peuvent aussi être très amusantes ! Restez à l’écart de tout ce qui a besoin de piles, car cela enlève le jeu à l’enfant. Le jouet fait tout le travail ! Plus il y a de contenu introduit en jouant, plus l’enfant se souviendra de vous et l’absorbera !

En ce qui concerne le développement des compétences de jeu, il est si important de comprendre l’âge de l’enfant et l’impact que le jeu aura sur lui. Il est également très important de savoir à quoi s’attendre en termes de jeu de la part d’un enfant de différents groupes d’âge. Le jeu est un tremplin énorme dans l’apprentissage, l’engagement, les compétences sociales et la communication. Le développement des compétences de jeu est un excellent sujet à approfondir si vous êtes un parent ou un orthophoniste !

Publié dans A.B.A., Accompagnements, Autisme

Maître-nageur à L’Isle-Adam, Jérôme se forme pour enseigner la natation aux enfants autistes (actu.fr)

Jérôme Mascaro est maître-nageur à la piscine de L’Isle-Adam (Val-d’Oise). Il a suivi une formation pour adapter son enseignement de la natation à des enfants autistes comme Lila.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Sport

INSAR : différences cérébrales en corrélation avec cognition et non avec diagnostic (par J. Vinçot)

Comparaison entre les scanners cérébraux et les diagnostics : les différences portent sur la cognition et l’hyper activité, mais pas sur le diagnostic.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Formation

Inclure et sécuriser dans les habitats alternatifs (CNSA, EHESP)

Publié dans Autisme, Habitat

L’estompage de guidances (Aspie Conseil)

Publié dans Accompagnements, Autisme, Formation

Le bien-être de la personne autiste : une thématique oubliée (Aspie Conseil)

Publié dans Autisme, Formation

Café/Rencontre/Ludothèque, le samedi 02 Juillet 2022

Votre Café/Rencontre/Ludothèque mensuel sera ouvert le samedi 02 Juillet 2022, de 14h30 à 17h30, au sein des locaux de l’association au 81, Bd Albert 1er (Rennes).

Exceptionnellement, il ne nous sera pas possible de vous proposer un accueil pour vos enfants.

Vous pourrez aussi consulter le catalogue, emprunter du matériel de la ludothèque.

Cette action est soutenue par le “Réseau Parentalité 35” et le Conseil Départemental d’Ille-et-Vilaine.

Publié dans Autisme, Café/Rencontres

Autisme & Loisirs – Guide d’adaptations

Publié dans Accompagnements, Autisme

Idées de jeu interactif pour l’apprentissage (Different Roads to Learning)

Article original : Ideas for Interactive Play for Learning – Different Roads to Learning BlogDifferent Roads to Learning Blog (difflearn.com)

Traduction :

Créer des opportunités d’interactions est essentiel lorsque vous travaillez avec n’importe quel enfant, mais c’est particulièrement important lorsque vous travaillez avec des enfants autistes. ABA a souvent mauvaise réputation d’être impassible ou de laisser un enfant coincé à une table en train de faire des essais discrets pendant des heures. En réalité, ce ne devrait être ni l’un ni l’autre! Bien que je fasse des essais discrets dans ma pratique, ma plus grande priorité est toujours d’augmenter les possibilités d’apprentissage en tirant parti des motivations naturelles de l’enfant. Cela signifie généralement quitter la table, alors j’alterne entre des essais discrets et beaucoup d’enseignement à travers des jeux et des activités. Voici quelques-uns de mes favoris:

Toss & Talk

Pour cette activité, j’utilise généralement une grosse balle, un anneau souple ou autre chose que l’enfant peut lancer. Je nomme une catégorie, et nous lançons à tour de rôle la balle (ou un autre élément) et nommons un article de cette catégorie. Le jeu peut être facilement modifié pour tout ce sur quoi vous travaillez: compter, sauter le comptage ou même l’imitation vocale. J’aime le jeu parce qu’il est simple, il fournit un va-et-vient qui est similaire à une conversation, et il peut facilement être modifié pour inclure des pairs, des frères et sœurs ou des parents. C’est particulièrement bien si votre apprenant aime lancer des balles, mais je l’ai également modifié pour pousser un train d’avant en arrière ou sauter à tour de rôle les uns vers les autres.

Jouer à Dough Snake

Ce jeu est celui que j’ai vu un enseignant préscolaire utiliser il y a des années et avec lequel j’ai eu beaucoup de succès. Dans ce jeu, je crée simplement un serpent à partir de pâte à modeler. Je fais une grande ouverture pour la bouche du serpent, puis roule de petites boules de pâte qui seront de la « nourriture ». Je dis à l’enfant que nous allons faire semblant que la pâte à modeler est de la nourriture. J’ai une voix de serpent idiote, et je dis à l’enfant : « J’ai tellement faim. Avez-vous quelque chose que je peux manger? » L’enfant ramasse un morceau de la pâte à modeler enroulée, me dit de quel type de nourriture il s’agit, puis le donne au serpent. Je fais semblant de l’aimer, et la petite boule de pâte à modeler s’incorpore dans le corps de la pâte à modeler du serpent (ce qui est génial, car plus le serpent mange de « nourriture », plus il grossit.)

Je peux élargir le jeu pour que le serpent n’aime pas certains aliments ou dire à l’enfant qu’il est trop plein. À plusieurs reprises, l’apprenant a demandé s’il pouvait être le serpent, ce qui est fantastique! C’est un autre excellent jeu pour le jeu entre pairs, le jeu entre frères et sœurs et la modélisation.

Pete’s A Pizza/You’re A Pizza

L’un de mes livres préférés pour les jeunes apprenants est Pete’s A Pizza de William Steig. Dans ce livre, c’est un jour de pluie et les parents de Pete le divertissent en prétendant qu’ils en font une pizza : ils roulent la « pâte », le jettent en l’air, ajoutent des garnitures, etc.


C’est un autre jeu que j’ai vu un enseignant d’école maternelle utiliser pendant le temps de jeu, et un jeu que j’ai utilisé avec beaucoup, beaucoup d’élèves. Parfois, je lis le livre à l’avance, mais si le niveau de compréhension ou la capacité d’attention de mon apprenant n’est pas approprié pour le livre, je peux simplement l’introduire comme un jeu autonome. Je dis : « Il est temps de faire une pizza ! » Ensuite, nous entrons dans la partie amusante de rouler l’apprenant, de le jeter sur un canapé ou un tapis, etc. Cela peut générer beaucoup de langage, travailler sur le séquençage et fournir beaucoup d’opportunités pour demander des activités.

Tout ce qui a un parachute

Mon parachute est l’un de mes meilleurs achats de tous les temps. Je l’utilise souvent et il me permet de jouer à un large éventail de jeux. En plus d’avoir l’apprenant allongé sur le sol et de faire flotter le parachute sur son corps, c’est un jouet très motivant pour une gamme d’activités. Beaucoup de mes apprenants adorent simplement sortir ce gros article de son petit sac. J’ai déjà écrit sur trois jeux auxquels je joue fréquemment avec le parachute. Vous pouvez le voir ici.


Chansons

Répéter des rimes et des chansons avec des mouvements que votre apprenant aime peut fournir une anticipation d’une activité qui peut augmenter le contact visuel et le manding. L’un de mes favoris est montré dans une vidéo ici. Bien que cette vidéo soit montrée avec des tout-petits, je l’ai utilisée avec des enfants jusqu’à 6 ou 7 ans. Des activités similaires pourraient inclure Partir à la chasse à l’ours; Têtes, épaules, genoux et orteils; et Animal Action.

Il est important de noter qu’aucune de ces activités n’est aimée par tous les apprenants que je rencontre. L’idée est d’avoir une gamme d’activités possibles pour apprendre lesquelles sont motivantes pour votre apprenant, puis de les utiliser pour créer des opportunités de langage et d’interaction.

Publié dans A.B.A., Accompagnements, Autisme

Dix conseils pour réussir : une feuille de route pour un programme de compétences sociales dirigé par les parents (Different Roads to Learning)

Article original : Ten tips for success: A roadmap for a parent-led social skills program

Traduction :

Ce qui suit est un extrait de Lostan, C., & Questel, M. « Comment puis-je structurer les dates de jeu pour réussir? » présenté dans Science in Autism Treatment. L’article complet peut être trouvé ici.)

Pour de nombreux enfants autistes, il est difficile de montrer des compétences sociales et ludiques appropriées et fonctionnelles avec leurs pairs. Pour préparer votre enfant à la réussite pendant l’enseignement des compétences sociales, voici 10 conseils pour vous aider à planifier en conséquence. Bien que cette feuille de route s’applique à tout programme de compétences sociales, elle a été rédigée pour les dates de jeu organisées à la maison; et des différences individuelles existeront au sein des programmes en fonction des forces et des besoins de votre enfant, ainsi que de toute restriction nécessaire en raison de la pandémie de COVID-19 (qui est abordée plus loin dans cet article).

1.Identifier les compétences sociales cibles. La meilleure façon d’identifier ce qu’il faut enseigner est de recueillir des informations de « base »: observez le comportement social de votre enfant avec les adultes, les pairs et les jouets / jeux dans des conditions typiques (par exemple, à l’extérieur avec un pair, en utilisant Facetime avec un pair, en jouant à la maison avec un frère ou une sœur, en participant à une activité communautaire organisée, etc.). Quelles activités votre enfant appréciera-t-il le plus lors d’une date de jeu? Pouvez-vous penser à de très petits objectifs pour eux? Par exemple, s’ils peuvent dire « Bonjour » et répondent souvent à cette salutation d’ouverture, peuvent-ils ajouter « Jouons » tout en commençant un jeu sur leur iPad ? S’ils remettent l’iPad quand quelqu’un dit: « Mon tour », peuvent-ils attendre pendant que la personne joue? Combien de temps? Peuvent-ils apprendre « Mon tour » avant de reprendre le jeu ? Assurez-vous de comprendre ce qui est approprié sur le plan du développement et d’avoir des attentes individualisées pour votre enfant (Chang & Shire, 2019).

Créez une liste de choses que votre enfant fait souvent par lui-même, suivie d’une liste potentielle de « compétences cibles » pour l’enseignement, de sorte que des compétences plus simples doivent être enseignées en premier (par exemple, saluer, rester près de ses pairs, passer une balle d’avant en arrière un petit nombre de fois). Ensuite, une fois que les compétences sociales plus simples sont maîtrisées, des compétences sociales plus complexes (Barton et al., 2019) peuvent être abordées (par exemple, prendre des tournures, ajouter plus de phrases sociales, s’engager dans un jeu vaguement structuré, jouer à un jeu). De plus, prendre note des activités que votre enfant appréciera le plus lors d’une date de jeu aidera à créer de la motivation et une attitude positive envers le jeu entre pairs. Pour élaborer des stratégies pour enseigner ces petites étapes et créer un élan, consultez votre BCBA si possible. Encore une fois, cette personne peut être trouvée sur le site Web du BACB, ou il peut y avoir des professionnels certifiés disponibles pour fournir une formation aux parents ABA par l’intermédiaire de votre district scolaire.

À ce stade, vous vous concentrez sur l’identification d’un professionnel qui peut vous fournir vos propres stratégies d’enseignement (formation des parents), la reconnaissance des forces et des préférences de votre enfant et la prise de petits pas vers l’augmentation de sa pratique des compétences proches de ce qu’il peut déjà faire. Votre BCBA, ou consultant professionnel, peut vous aider à identifier les cibles appropriées sur le plan du développement, les compétences préalables nécessaires aux compétences cibles que vous espérez enseigner et les stratégies d’enseignement de ces compétences.

2. Enseignez d’abord les compétences avec un adulte. Assurez-vous que votre enfant a la possibilité d’acquérir de l’expérience avec les compétences sociales cibles avant les dates de jeu afin de préparer tout le monde à la réussite. Il est souvent bénéfique d’enseigner une compétence d’abord avec un adulte, car un adulte est plus susceptible de répondre à votre enfant de manière fiable et favorable lorsqu’il affiche des réponses cibles qu’un pair pourrait autrement manquer. Un adulte informé est parfaitement conscient de ce vers quoi l’enfant travaille et des comportements à renforcer. Par exemple, si un parent apprend à un enfant à jouer à un jeu avec l’autre parent, un adulte agit en tant que facilitateur et l’autre en tant que pair. Le parent « enseignant » fournira des incitations et du renforcement, et le parent « pair » se comportera comme un enfant le ferait idéalement. De plus, vous pouvez aider votre enfant à maintenir et à généraliser les compétences acquises en lui demandant de pratiquer les compétences avec d’autres personnes. Aider votre enfant à maîtriser ces compétences sociales fondamentales l’aidera à se sentir plus à l’aise et confiant, à minimiser la frustration et vous permettra de vous concentrer sur l’enseignement plus efficace des compétences sociales et ludiques avancées lors de séances de compétences sociales en direct avec vos pairs. Cela augmente également la probabilité qu’une date de jeu réussie soit un événement de renforcement pour votre enfant et puisse conduire à son désir accru de jouer avec ses pairs.

3. Sélectionnez vos pairs avec soin. L’identification d’un pair pour les séances de compétences sociales est primordiale pour le succès de votre programme de compétences sociales. Les pairs compétents en compétences sociales efficaces sont enthousiastes, réactifs et compréhensifs. C’est-à-dire qu’ils initient des occasions pour votre enfant de réagir, ils répondent de manière fiable à votre enfant d’une manière favorable et ils font preuve de patience lorsque votre enfant pratique la socialisation. La réponse d’un pair devrait servir de renforcement à la réponse de votre enfant, il est donc important qu’il réponde de manière fiable pour aider votre enfant à apprendre les conséquences positives de l’interaction sociale.

Pour trouver des pairs appropriés, demandez à l’enseignant de votre enfant ou à d’autres membres du personnel de l’école les enfants avec lesquels votre enfant s’entend bien; demander aux parents d’autres enfants du quartier; ou effectuez une recherche dans un groupe de soutien en ligne. Vous serez peut-être surpris de trouver des parents à la recherche de pairs dans votre quartier via des groupes Facebook! Précisez vos besoins et précis (p. ex., les dates de jeu seront quelques fois par semaine / mois, le pair devra lire un script, etc.), en particulier si des problèmes de santé sont en jeu à ce moment-là (par exemple, les deux enfants porteront des masques, les séances se feront via Skype de temps en temps, etc.). Certaines considérations que vous pourriez avoir sont de trouver des pairs ayant des intérêts similaires; trouver des pairs qui ont des compétences sociales / empathiques exceptionnelles (ils peuvent attendre patiemment, ne craignent pas de faire des compromis, etc.); et ceux qui ont des parents qui comprennent et acceptent la neurodiversité.

Établissez un horaire pour assurer des possibilités d’apprentissage cohérentes. Pour les jeunes enfants, il peut être plus approprié de se référer à ces séances comme des dates de jeu (comme nous l’avons fait tout au long), mais soyez clair et honnête avec le pair au sujet de ses responsabilités (par exemple, qu’ils doivent suivre la liste d’activités de la date de jeu; qu’ils doivent attendre que leur pair réponde à toute initiation sociale car cela pourrait prendre un peu plus de temps; que leur travail consiste à aider un ami à s’entraîner à parler; ou qu’ils obtiennent pour gagner un prix à la fin pour avoir aidé leur ami à pratiquer). Rappelez-vous que la structure des séances de compétences sociales sera très différente entre les apprenants et les pairs en fonction des capacités, des besoins, des personnalités et des préférences uniques des deux participants. Certains enfants peuvent avoir besoin de plus de pratique pour apprendre à jouer aux jeux dans lesquels votre enfant est déjà bon; d’autres peuvent commencer par sembler inquiets; ou certains peuvent ne pas se sentir sûrs de ce qu’on attend d’eux. Essayez d’être patient et offrez plusieurs occasions au pair de s’échauffer, de se sentir à l’aise et de pratiquer les réponses attendues avant de passer à quelqu’un de nouveau. Bien que cela puisse prendre du temps, rappelez-vous que ce pair peut devenir une partie merveilleuse de vos efforts à domicile.

4. Utilisez des méthodes fondées sur des données probantes. Une fois que vous avez identifié les cibles d’enseignement et les pairs potentiels pour les dates de jeu, il est temps de vraiment commencer! Aussi excitant que cela puisse être, il est important de guider ces séances de compétences sociales en utilisant des méthodes fondées sur des données probantes, en choisissant et en mesurant les objectifs appropriés, en individualisant ces objectifs et en apprenant à les enseigner. Selon la structure de votre séance et les besoins de votre enfant, ces méthodes peuvent prendre différentes formes, mais devraient généralement inclure l’utilisation de systèmes de motivation (comme des tableaux de jetons) et l’utilisation d’invites systématiquement fanées pour favoriser l’indépendance (par exemple, supprimer votre invite verbale de « Salut » lorsque votre enfant voit son camarade, car il dit de manière fiable « Bonjour » chaque fois que vous utilisez cette invite). Les méthodes fondées sur des données probantes exigent également la collecte de données objectives pour suivre les progrès (plus d’informations à ce sujet ci-dessous). Si tout cela vous semble déroutant ou accablant, consultez votre BCBA pendant que vous planifiez; demander de l’aide au personnel de l’école; ou trouvez des vidéos (telles que Playdates: Real Life Tips for Kids with Autism ou How to Plan a Successful Playdate for Your Child with Autism) d’autres personnes utilisant ces techniques pour renforcer vos compétences et aider à augmenter l’efficacité de votre programme de playdate. Des ressources supplémentaires ont été fournies à la fin de cet article pour soutenir le développement de votre programme

5. Facilitez-vous les demandes. Prenez soin de vous assurer que la séance de compétences sociales est une expérience positive; ni vous, ni le pair, ni votre enfant ne devriez vous sentir submergé par le plan. Travailler efficacement sur quelques objectifs est mieux que d’essayer de conquérir une liste écrasante de trop de cibles. Au début, gardez les séances très courtes et envisagez de les inciter plus fortement à leur succès, afin que votre enfant gagne en confiance et en confort avec ses pairs. Gardez le taux de renforcement très élevé au début, et à mesure que votre enfant et le camarade démontrent un confort et un succès accrus, vous pouvez étirer les exigences nécessaires pour gagner ces récompenses intermittentes. Faites tout votre possible pour terminer la séance sur une bonne note (p. ex., une activité très préférée pour le pair et votre enfant, un jeu vidéo, une activité de sundae faites soi-même).

6. Maximiser la motivation grâce à des activités préférées. La motivation est essentielle pour garder les deux enfants engagés et pour maximiser l’apprentissage de votre enfant. Votre enfant sera plus susceptible de demander à son ami de jouer à un jeu s’il l’apprécie. Le fait de choisir des activités à tour de rôle ou d’utiliser un calendrier d’activités de choix peut aider à garder les deux enfants motivés à participer. Si la motivation fait défaut, pensez à des moyens de l’augmenter en modifiant les activités de la session ou en mettant en œuvre un système de récompense. Rappelez-vous: amusez-vous! Il est important que la joie soit évidente (sourires, rires, bêtises, ou que les enfants soient calmes et engagés). Si ce n’est pas le cas, quelque chose devrait changer. Tenez-vous-en à vos plans et à votre emploi du temps, mais saisissez les occasions de changer les choses si quelque chose ne fonctionne pas. Si vous avez planifié un jeu de tag qui ne fonctionne pas, n’hésitez pas à dire « Vous savez quoi? Ce n’est pas super amusant, n’est-ce pas? Passons à la prochaine étape de l’horaire. Si les enfants sont d’accord, passez à autre chose. Mais attention, vous ne voulez pas en faire trop car cela dégradera la valeur d’avoir le calendrier en premier lieu. Au lieu de sauter une activité, essayez de la raccourcir, de trouver un moyen stupide d’arriver à la fin plus rapidement ou de l’associer à quelque chose d’amusant ou même à une gâterie savoureuse à côté.

7. Essayez d’utiliser un système de récompense. Les systèmes de récompense peuvent prendre de nombreuses formes différentes (tableaux de jetons, tableaux d’autocollants, points), alors considérez ce qui a motivé votre enfant dans le passé. Vous pouvez utiliser de petits morceaux d’une collation préférée à côté de jetons; donner accès à un jouet préféré; ou utilisez un tableau de jetons où votre enfant reçoit des autocollants pour le comportement souhaité. Vous pouvez même avoir un système de récompense de groupe où les deux enfants gagnent des récompenses pour les interactions sociales et les comportements prosociaux, tels que le partage, la prise de tour, les compliments, l’attente, etc. Il est préférable de conserver ces collations spéciales ou autres récompenses pour les dates de jeu uniquement, car cela rendra probablement votre enfant plus désireux de les gagner. Les enfants n’ont pas toujours à gagner une chose spécifique; ils pourraient juste gagner une pause. Trouver un endroit pour faire une pause par eux-mêmes, ou faire une activité isolée pendant quelques instants, décompresser, respirer, etc., peut être utile. Dans les premiers stades, l’effort nécessaire pour acquérir de nouvelles compétences peut ne pas être intrinsèquement gratifiant, alors l’espoir est qu’un système de récompense maximisera la motivation et la coopération pour votre enfant et son partenaire de jeu.

8. Fournir une incitation et un soutien efficaces pour une indépendance ultime: Estomper rapidement, réduire les récompenses et envisager d’utiliser des horaires. Vous et votre BCBA, un professionnel consultant ou un personnel scolaire certifié peuvent décider que votre enfant peut avoir besoin d’une incitation importante au départ, alors réfléchissez à la façon dont vous pouvez estomper cette aide à mesure que les compétences de votre enfant s’améliorent. Lorsque votre enfant démontre une compétence cible, offrez une récompense et des éloges pour ce qui a été fait correctement. Comme votre enfant démontre ces compétences de manière fiable avec un certain niveau d’aide, vous devriez estomper votre aide jusqu’à ce que l’enfant soit finalement indépendant. De même, à mesure que l’enfant montre une compétence avec plus de facilité, diminuez la fréquence à laquelle cette compétence entraîne une récompense. Finalement, l’objectif est que le comportement de votre enfant soit récompensé en jouant et en parlant avec son ami, plutôt que votre livraison de récompenses et de louanges artificielles.

La structure aidera une séance de compétences sociales à progresser efficacement et avec succès. Cela aide également les deux enfants à anticiper ce qui se passera et quand, dans quel ordre. Par conséquent, il peut être utile de faire une image ou un calendrier textuel des activités à suivre (Hampshire & Hourcade, 2014). Vous pouvez également intégrer des invites textuelles pour les échanges verbaux dans ce calendrier d’activités ou créer un script complet pour que votre enfant s’entraîne à interagir avec un pair. Au fur et à mesure que votre enfant apprend, vous pouvez progressivement effacer l’horaire afin que les interactions sociales deviennent plus naturelles.

9. Élaborer un plan de gestion des comportements problématiques. Si votre enfant présente des comportements qui peuvent interférer avec une séance de compétences sociales réussie, planifiez comment gérer ces moments et assurez-vous d’y donner suite. Ce plan peut être un plan que vous reprenez de ce que le personnel de l’école fait pendant la journée scolaire (un plan d’intervention comportementale ou BIP). Il est important que cela soit discuté avec votre équipe, votre consultant, votre conjoint ou partenaire et tout autre membre de votre famille qui pourrait y participer. Votre plan peut inclure des stratégies préventives, telles que limiter la durée de la date de jeu, utiliser des supports visuels (par exemple, les horaires décrits ci-dessus), prévoir des pauses, offrir des récompenses fréquentes ou minimiser les activités qui sont une source de frustration. Des conséquences constantes sont essentielles pour réduire les comportements perturbateurs et aider votre enfant à établir des relations fructueuses avec ses pairs.

10. Recueillir des données pour surveiller les progrès. La prise de données sur les compétences cibles de votre enfant (celles identifiées plus tôt dans ce processus) lors des séances de compétences sociales est essentielle pour surveiller les progrès (Barton et Pavilanis, 2012). Ce processus vous aidera à fixer des objectifs, à surveiller objectivement les changements et à modifier vos méthodes d’enseignement si les progrès sont au point mort ou ont diminué. Par exemple, si votre enfant ne dit pas « Bonjour » à son camarade après avoir enseigné cela pendant plusieurs dates de jeu, vous devrez peut-être augmenter votre motivation; augmenter votre niveau d’aide (par exemple, fournir un modèle verbal de salutation); ou consulter un BCBA pour d’autres suggestions.

Voici un exemple fictif d’une fiche technique de base qui peut être créée pour suivre les progrès de votre enfant au cours de chaque séance de compétences sociales. Les compétences que vous enseignez et les données que vous recueillez varient en fonction des besoins et des capacités individuels de votre enfant.

Fiche technique de Leo’s Playdate (Lostan, 2022)
Date: 25/01/20 Pair: Carter
Saluer un pair : Leo dira « Bonjour [nom du pair] » dans les 5 secondes suivant l’entrée du pair. + 1/1 = 100 %
Répond à l’homologue lorsque le nom est appelé: Leo se tournera et regardera le pair dans les 5 secondes suivant l’appel du pair.
+ – – + – 2/5 = 40 %
Se relaie avec peer sur iPad: Leo réglera une minuterie pendant 2 minutes; s’engager avec une activité iPad jusqu’à ce que la minuterie retentisse; dites: « Votre tour » tout en livrant l’iPad au pair; asseyez-vous et attendez pendant le tour de 2 minutes du pair sans interruption; dites : « Mon tour » lorsque la minuterie retentit; et attendez que le pair remette l’iPad.
1. Régle la minuterie +
2. Joue sur iPad +
3. Minuterie d’arrêt +
4. « À votre tour » – 5.
Fournit l’iPad à l’homologue dans les 5 secondes –
6. Attend au tour du pair +
7. « Mon tour » +
8. Attend que les pairs rendent l’iPad +
6/8 = 75%
Joue à « Guess Who » avec un pair à l’aide d’un guide visuel / horaire: Leo choisira une carte représentant des personnages familiers et la placera sur son tableau sans révéler l’identité. Il posera ensuite des questions à tour de rôle et éliminera les personnages potentiels en fonction de la réponse du pair. Lorsqu’il reste un personnage, il demandera : « Est-ce que votre personne [nom] ? »
1. Sélectionne le caractère +
2. Places à bord sans révéler d’identité +
3. Pose la question –
4. Détruit avec précision les caractères éliminés +
5. Répond à la question des pairs avec précision +
6. S’il reste un personnage, demandez : « Est-ce que votre personne [nom] ? » +
5/6 = 83 %
Participe à une interaction de 20 minutes en l’absence de comportement de crise de colère (pleurer sans douleur / blessure ou jeter des objets sur le sol).
+ + + + + + + + + + – – – – – + + + + + + 15/20 minutes = 75%
Publié dans A.B.A., Accompagnements, Autisme

Colloque Recherche Unafam 2022 : la pair-aidance, une pratique en plein essor (UNAFAM)

Si l’espoir est le moteur, les pairs-aidants en sont l’incarnation. Pour les familles de l’Unafam et leurs proches, ils représentent la quintessence du rétablissement, avec une valeur sociale remarquable puisque l’expérience vécue renverse le stigmate en devenant utile. Depuis quelques années l’entraide auparavant informelle s’est développée et professionnalisée. La pair-aidance vient enrichir le concept d’accompagnement. C’est un soutien intentionnel, formel et potentiellement salarié. L’idée sous-jacente est que seul un pair, connaissant bien la maladie ou le handicap, peut réellement se « mettre à la place » pour comprendre et soutenir une personne dans une relation de pair à pair, chacun étant à des étapes différentes de son parcours. Des données probantes démontrent son efficacité pour les bénéficiaires, et l’offre de formations qualifiantes est en expansion.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Formation

La Scolarisation des Élèves avec Autisme (ONISEP)

La scolarisation de l’élève présentant un TSA (trouble du spectre de l’autisme) doit se faire dans un cadre éducatif approprié : inclusion scolaire et continuité d’un parcours adapté aux compétences et aux besoins de chaque élève.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Scolarité

Troubles du comportement alimentaire (TCA) et troubles du spectre de l’autisme (TSA): vers une vision intégrative ? (IMIND)

Au sein du CHU de Rouen et de l’hôpital Croix-Rouge de Bois-Guillaume, le service de nutrition a développé une expertise en détection de troubles du spectre de l’autisme (TSA) sur les dernières années car cette patientèle est très représentée : on parle d’une moyenne de 2 à 4 patients sur les 22 lits que compte le service, ce qui est largement plus important que les chiffres de prévalence connus actuellement dans la population générale.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Formation

Autisme et pesticides – Webinaire du CeAND

Publié dans Autisme, Formation

Préparer le départ en séjour de vacances : le replay du webinaire (CRAIF)

Le replay du webinaire tous publics “Préparer le départ en séjour de vacances” animé par Rebecca Marchesseau le 16 mai 2022 est disponible en ligne.

voir le webinaire

Publié dans Autisme

Des colocs hors de l’ordinaire (La Presse)

Ils vivaient pour la plupart chez leurs parents ; ils vivent aujourd’hui en communauté, dans une grande maison baignée de lumière, entourés d’éducateurs et de préposés passionnés. Un an jour pour jour après son ouverture, la Maison Véro & Louis, un milieu de vie pour les adultes autistes, a ouvert ses portes à La Presse. Récit de cette journée.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Habitat

le Kit vacances à télécharger (Educatricedomicile17)

Outils visuels à télécharger pour la structuration du trajet, jeux de voyage et exemple de visualisation du parcours.

Aller sur le site

Publié dans Autisme

Autisme – Diagnostic positif & différentiel : femmes verbales d’intelligence typique (par J. Vinçot)

Une étude chez des cliniciens expérimentés en autisme cherche à déterminer leur opinion sur le diagnostic chez des femmes autistes verbales, diagnostic de TSA ou diagnostic différentiel.

Lire les articles concernés :

Publié dans Autisme, Formation

Formation pour Proches aidants 2022 – Enfants (CRA Bretagne)

Le Centre de Ressources Autisme Bretagne organise une formation gratuite en automne 2022, en collaboration avec les associations de familles bretonnes.

Cette formation est à destination des aidants familiaux d’enfants (moins de 16 ans) ayant reçu un diagnostic d’autisme/TSA (Trouble du Spectre de l’Autisme), en particulier les aidants isolés, et ayant besoin d’acquérir des connaissances de bases sur l’autisme. Il s’agit d’une formation dite généraliste, qui apporte des informations dans différents domaines.
Les parents, les fratries, les grands-parents, d’une personne (de moins de 16 ans) autiste / TSA sont concernés.

Aller sur le site

Publié dans Autisme, Formation

Séminaire de sensibilisation aux handicaps – Faculté de médecine 2022 – Université de Rennes 1

C’est avec grand plaisir que nous avons participé à cette semaine de sensibilisation organisée par l’Université de Rennes 1, à travers des ateliers de sensibilisation aux T.S.A. pour les étudiants en 2ème année de médecine.

Publié dans Autisme, Scolarité

Challenging Behaviour + Top Tips to Maximise Learning Support (K. Aboukinane)

Publié dans A.B.A., Accompagnements, Autisme

Bref, je suis aspie… (Regards croisés)

Publié dans Autisme

Programme Aspie-Friendly

Le programme Aspie-Friendly met en place de nombreuses actions destinées à rendre l’université plus inclusive non seulement pour les étudiants “aspies” (c’est-à-dire concernés par le trouble du spectre de l’autisme sans déficience intellectuelle ni retard de langage, plus connu sous l’appellation de “syndrome d’Asperger”), mais pour l’ensemble de la communauté universitaire.

Voir les vidéos

Publié dans Autisme, Scolarité

Unité d’Évaluation Diagnostique Adultes Ille-et-Vilaine et secteur de Dinan (CRA Bretagne)

Jusqu’en mai 2022, une seule unité réalisait les évaluations diagnostiques adultes pour le dispositif CRA.
A partir de juin 20223 unités assurent les diagnostics adultes complexes sur la région, selon une répartition par territoire.

Lire la suite de l’article

Publié dans Accompagnements, Autisme

L’instruction dans la famille (education.gouv.fr)

À compter de la rentrée 2022, le régime de déclaration d’instruction dans la famille est remplacé par un régime d’autorisation préalable.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Droits & Législation, Scolarité

Les promesses de l’habitat inclusif une vie plus insérée et partagée (CNSA)

Publié dans Autisme, Habitat

AAH : va-t-elle augmenter de 4 % le 1er juillet 2022 ? (handicap.fr)

Pour faire face à une inflation galopante, les minimas sociaux pourraient augmenter de 4 % à compter du 1er juillet 2022. Mais la décision ne sera prise qu’après les législatives. L’AAH serait concernée.

Lire l’article

Publié dans Autisme, Droits & Législation

Troubles du spectre de l’autisme : où en est la recherche ? (INSERM)

Les trouble du spectre de l’autisme (TSA) résultent de particularités du neuro-développement. Ils apparaissent au cours de la petite enfance et persistent à l’âge adulte. Environ 700 000 personnes en France seraient concernées. Il n’existe à l’heure actuelle aucun traitement ciblant de façon spécifique l’autisme, pour améliorer les troubles du comportement ainsi que les altérations des interactions sociales associées. Les personnes peuvent toutefois avoir recours à des traitements pour d’éventuelles comorbidités comme les troubles du sommeil ou l’épilepsie. Dans les laboratoires de recherche, les efforts se poursuivent, non seulement pour identifier de nouvelles options thérapeutiques mais aussi pour améliorer le repérage précoce des TSA et leur prise en charge psychosociale tout au long de la vie.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Formation

Franck Ramus : Approches scientifiques transversales des apprentissages tout au long de la vie (GIS Autisme et TND)

Publié dans Autisme, Formation

Le bien-être de la personne autiste : une thématique oubliée (Aspie Conseil)

Publié dans Accompagnements, Autisme

Autisme et responsabilité des personnes publiques : comparons quelques décisions du juge administratif, dont une rendue vendredi dernier (Landon Avovats)

Aux termes de l’article L.114-1-1 du code de l’action sociale et des familles :

« La personne handicapée a droit à la compensation des conséquences de son handicap quels que soient l’origine et la nature de sa déficience, son âge ou son mode de vie.

« Cette compensation consiste à répondre à ses besoins, qu’il s’agisse de l’accueil de la petite enfance, de la scolarité, de l’enseignement, de l’éducation, de l’insertion professionnelle, des aménagements du domicile ou du cadre de travail nécessaires au plein exercice de sa citoyenneté et de sa capacité d’autonomie, du développement ou de l’aménagement de l’offre de service, permettant notamment à l’entourage de la personne handicapée de bénéficier de temps de répit, du développement de groupes d’entraide mutuelle ou de places en établissements spécialisés, des aides de toute nature à la personne ou aux institutions pour vivre en milieu ordinaire ou adapté, ou encore en matière d’accès aux procédures et aux institutions spécifiques au handicap ou aux moyens et prestations accompagnant la mise en œuvre de la protection juridique régie par le titre XI du livre Ier du code civil. (…) » ;

Lire la suite de l’article

Publié dans Annonces, Droits & Législation

Organisation matérielle de la tâche pour un élève avec des troubles du spectre de l’autisme (Cap Ecole Inclusive)

Publié dans Autisme, Scolarité

Un murmure d’autisme : Les porteurs du X fragile et le phénotype de l’autisme (par J. Vinçot)

Phénotype élargi de l’autisme (BAP) et syndrome X fragile : il y a des recoupements entre le patrimoine génétique des parents et leur comportement.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Formation

Adapter les leçons de natation pour les apprenants TSA (Different Roads To Learning)

Article original : Adapting Swim Lessons for ASD Learners

Traduction :

La natation est une compétence de tout le corps et souvent difficile à maîtriser pour les personnes autistes. Cela nécessite l’utilisation de vos bras, de vos jambes, de votre tronc, de votre respiration, de votre conscience spatiale, de votre régulation sensorielle, ainsi que de votre force, de votre endurance, de votre planification motrice et de votre coordination.

Lors de la conception de cours de natation pour les nageurs autistes, travailler sur toutes les compétences énumérées ci-dessus via des activités structurées permet au nageur d’améliorer sa connexion cerveau/corps dans de nombreux mouvements différents. Cette approche aide à la maîtrise des compétences à un rythme plus rapide. Plus précisément, il permet à l’individu de pratiquer la planification motrice et le renforcement des habiletés telles que le croisement de la ligne médiane, la coordination des bras et des jambes en même temps et l’utilisation des bras dans un mouvement réciproque.

Plus vous rendrez l’activité individualisée, créative et motivante, mieux ce sera ! Vous trouverez ci-dessous quelques actions spécifiques qui peuvent être prises pour aider à acclimater votre apprenant autiste aux bases de la natation !

Par exemple, flotter en position couchée (sur le dos) est une compétence de sécurité essentielle que tous les nageurs devraient apprendre. Il existe de nombreuses idées créatives pour travailler cette compétence, et certaines peuvent même être réalisées à la maison ! S’allonger sur le dos peut être une compétence non préférée à la maison et pendant le sommeil en raison des changements de position dans l’oreille interne. Flotter peut sembler très différent pour les nageurs autistes et ils démontrent souvent une résistance à la position. Il est essentiel de faire de petits pas dans une variété de contextes pour introduire cette compétence.

  • S’allonger sur le dos sur le lit, le sol ou le canapé procure une sensation similaire à celle de flotter avec un soutien.
  • Avoir la tête d’un enfant légèrement hors du canapé ou du lit peut également donner l’impression de flotter et de localiser son corps dans l’espace.
  • Dans la baignoire, vous pouvez travailler cette compétence en demandant aux nageurs de s’allonger sur le dos tout en remettant leur tête dans l’eau ou en regardant le plafond. Cela peut se faire en position assise ou allongée, tout progrès est un pas dans la bonne direction.
  • Placer une oreille à la fois dans l’eau peut être utile pour introduire lentement la sensation de l’eau. Nous utilisons souvent des chansons comme Twinkle, Twinkle Little Star, Humpty Dumpty et le comptage pour aider à la distraction de l’eau dans les oreilles et également fournir une fin claire à la compétence lorsque la chanson se termine ou que le comptage atteint 10.
  • Vous pouvez également placer des objets sur le ventre du nageur pour un soutien postural et tactile qui permet au nageur de se concentrer sur autre chose que la sensation de l’eau dans ses oreilles.
  • Dans la piscine, commencez par vous allonger dans une piscine d’entrée à profondeur nulle à l’entrée, passez à regarder vers le haut en position assise, puis passez à une position couchée au fil du temps pour vous aider à vous y habituer. Souvent, avoir une surface dure et solide sous eux peut fournir la rétroaction nécessaire pour rendre la position plus confortable.
  • Les tapis, les nouilles, les dispositifs de flottaison et les flotteurs pour le cou sont quelques exemples d’équipements qui peuvent être utilisés pour aider à flotter en position couchée.
  • Les nageurs peuvent également se tenir au bord de la piscine et s’efforcer de regarder le plafond ou l’objet préféré. Permettre au nageur de contrôler la vitesse et la quantité d’eau dans laquelle il place sa tête peut donner un sentiment de contrôle et de confort.
  • Cela peut ensuite être façonné en se penchant en arrière pour placer la tête sur l’épaule des parents ou des instructeurs, offrant un soutien au bas du dos, aux épaules et à la tête. L’effacement du soutien est important lorsque le nageur est prêt, fournissant un soutien juste au niveau des épaules et de la tête, puis juste de la tête, puis flottant indépendamment !

Ces techniques peuvent également être utilisées pour plonger sous l’eau et flotter en position ventrale (sur le ventre), ralentir, utiliser des objets motivants à rechercher sous l’eau, introduire lentement de l’eau dans les parties du corps, chanter des chansons ou compter, fournir un soutien tactile et s’estompe lorsque le nageur est prêt. D’autres idées d’activités à réaliser dans l’eau pour développer et pratiquer les compétences de planification et de renforcement seraient les sauts avec écart, les touches d’orteils, les sauts et les éclaboussures en même temps, le balancement d’une raquette de tennis ou d’une barre sur la ligne médiane sous l’eau, l’atteinte du corps ou l’inverse pour les objets , et pousser les haltères réciproquement. Fournir des adaptations, de la créativité et de la flexibilité est la clé du succès de toutes les séances de natation. Utiliser des objets motivants, jouer à des jeux, fournir un calendrier d’images, modéliser des vidéos, répondre à tous les besoins sensoriels et rendre les compétences amusantes peut aider votre nageur à réussir même les compétences de natation les plus difficiles !

Publié dans A.B.A., Autisme, Sport

ABA de A à Z : la science du comportement appliquée à 350 domaines de comportement socialement significatifs – Perspectives on Behavior Science (2022)

Article original : ABA from A to Z: Behavior Science Applied to 350 Domains of Socially Significant Behavior

Traduction :

L’analyse appliquée du comportement (ABA), mise en pratique de la science du comportement, est définie par son accent sur le comportement socialement significatif et caractérisée par une pertinence supposée pour tous ses domaines. Bien que les défenseurs affirment que l’ABA a un potentiel de changement global, des désaccords existent sur la mesure dans laquelle la science a atteint son potentiel d’importance sociale de grande envergure. Pour faire avancer cette discussion, nous présentons une longue liste de domaines de comportement socialement significatifs auxquels l’ABA a accordé une attention empirique. La liste démontre la large applicabilité de l’analyse du comportement et suggère certains thèmes que les futurs chercheurs pourraient mettre en avant pour aider l’ABA à avoir un impact qui change le monde.

Lire la suite de l’article

Publié dans A.B.A., Accompagnements, Autisme

Le point de vue d’un BCBA autiste sur l’ABA (Different Roads To Learning)

Article original : One Autistic BCBA’s Perspective on ABA

Traduction :

Les analystes du comportement certifiés (BCBA) travaillent souvent avec la communauté autiste. Cependant, vous ne rencontrerez peut-être pas souvent un BCBA autiste. Il y a des BCBA autistes qui soutiennent et ont une carrière dans l’analyse comportementale appliquée (ABA), et en tant que tel, j’aimerais partager mon point de vue.

Ce domaine obtient une mauvaise réputation pour de nombreuses raisons. On prétend que l’ABA “masque les comportements autistiques” et “apprend aux enfants à être des robots”. Je déteste la réputation de l’ABA d’aujourd’hui ; cependant, si vous regardez en arrière comment l’ABA a été menée dans les années 1960, il y a suffisamment de justification à soutenir. Nous devons condamner les actions de l’ABA rigide et intransigeante tout en changeant les positions actuelles, comme je tente de le faire dans ma pratique. Par conséquent, ma perception de l’ABA est divisée en 3 points : (1) utiliser une lentille tenant compte des traumatismes, (2) écouter activement et valider nos clients, (3) individualiser les soins.

  1. Lorsque nous utilisons une lentille tenant compte des traumatismes, cela signifie que nous ne regardons pas seulement les comportements des 4 fonctions. Nous examinons plutôt les comportements qui se sont produits à cause d’expériences traumatisantes. Dans ma propre vie, j’ai eu un accident de voiture quand j’avais 16 ans. J’étais déjà semi-émotif, et je conduisais sous la pluie (c’était humide). Je tournais à gauche au feu vert et j’ai surcorrigé, percutant ainsi une autre voiture. J’étais tellement traumatisé par l’expérience que je ne pouvais pas supporter l’idée de prendre le volant pendant 4 ans. Ce qui m’a motivé à reprendre le volant, c’est le fait que j’en avais marre que ma mère et mes amis aient à me conduire. Si quelqu’un m’avait forcé à obéir en me faisant conduire d’un endroit à l’autre, il y a une chance non négligeable qu’un autre accident de voiture ait lieu. De même, lorsque nous forçons les personnes à tenter des choses pour lesquelles ils ne sont pas prêts, nous risquons de les traumatiser.
  2. L’écoute active et la validation de personnes, ainsi que de leurs accompagnants, sont essentielles dans ce domaine. Les praticiens n’ont pas toujours raison (même les autistes !), et il faut aborder la situation avec humilité et compassion. Les RBT mettent en œuvre l’accompagnement ABA pendant toutes leurs heures. Les BCBA font entre 5 et 20% des heures d’accompagnement direct d’un RBT par mois. Ensuite, nous avons nos accompagnants, qui sont avec la personne quand nous ne le sommes pas. Lorsque l’accent est mis sur la conformité plutôt que sur la collaboration, l’écoute active et la validation sont mises de côté. Nous devons tenir compte de nombreux éléments lors de la mise en œuvre des services, tels que les traumatismes, la culture, l’environnement et la faisabilité des interventions. Si nous rencontrons des problèmes, nous nous adaptons tout en faisant preuve de diligence raisonnable.
  3. Le troisième point est peut-être le plus important – l’individualisation des soins. Lorsque j’étais directeur clinique, j’étais strict lors de l’examen des rapports. Cependant, j’étais strict car je voulais que mes analystes se mettent à la place des personnes. Par exemple, j’ai vu des stéréotypies vocales et motrices dans plusieurs rapports avec une fonction de renforcement automatique. Certes, chacun de ces comportements est différent pour chaque personne avec lequel nous travaillons, mais je demande toujours une justification de la façon dont ces comportements sont socialement significatifs à réduire. Si je remarque que la justification ne correspond pas aux critères, je dirai “supprimez ce comportement car il n’est pas socialement significatif, n’entrave pas la capacité de la personnes à accéder aux éventualités et il n’est pas nocif pour lui-même ou pour les autres”. Certaines personnes m’ont également demandé d’écrire des objectifs spécifiques sur lesquels ils souhaitaient travailler dans leurs plans de traitement – par exemple, j’ai eu une personnes qui m’a dit “Michelle, je veux travailler pour m’organiser mieux”. J’ai écrit un objectif qui correspondait au modèle de nécessité médicale, mais qui ciblait également ce sur quoi le client voulait travailler.

Ces 3 domaines ont fait de moi le BCBA que je m’efforce d’être. Bien que je sois un être humain autiste, je m’efforce de faire en sorte que je puisse être un praticien compatissant. C’est ce que nos clients méritent.

Publié dans A.B.A., Accompagnements, Autisme

Pronostiquer tôt les troubles du spectre autistique : Un défi ? (Médecine/Science)

Les troubles du spectre de l’autisme (TSA) « naissent » in utero à la suite d’évènements pathologiques génétiques ou environnementaux. Le diagnostic des TSA n’est cependant effectué que vers l’âge de 3-5 ans en Europe et aux États-Unis. Un pronostic précoce permettrait pourtant d’atténuer la sévérité des atteintes cognitives, grâce à des approches psycho-éducatives. Une large panoplie d’approches a été suggérée pour établir un pronostic précoce des TSA, se fondant sur l’imagerie cérébrale, sur des enregistrements EEG, sur des biomarqueurs sanguins ou sur l’analyse des contacts visuels. Nous avons développé une approche fondée sur l’analyse par machine learning des données biologiques et échographiques recueillies en routine, du début de la grossesse au lendemain de la naissance, dans les maternités françaises.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Formation

Autisme : Un outil CRISPR modifié augmente les niveaux d’UBE3A chez les souris (par J. Vinçot)

Restauration de l’expression d’un gène: Un outil CRISPR modifié pourrait offrir une autre approche prometteuse pour les thérapies géniques pour le syndrome d’Angelman.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Formation

Disparition de personnes autistes : l’État lance un nouveau dispositif (HandiDirect)

Pour mieux face aux signalements de disparitions de personnes autistes ou en situation de handicap intellectuel, l’État met en oeuvre un nouveau dispositif qui repose notamment sur une fiche de renseignements à fournir aux forces de l’ordre.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Droits & Législation

« On nous abandonne ». Mère d’un enfant autiste atteint d’épilepsie, elle veut « sauver sa peau » (Ouest-France)

Elle demande à l’État de prendre en charge son enfant. Lucie Michel, mère d’un jeune garçon autiste et épileptique dans une commune du vignoble de Nantes, n’y arrive plus : « Je vais y laisser ma peau. »

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme

Où trouver des pictogrammes ? (Enfant Différent)

Un pictogramme est un dessin figuratif ou symbolique destiné à donner des indications simples. C’est un outil de Communication Alternative Améliorée.

Aller sur le site

Publié dans Autisme, Communication

Modifications structurelles du cerveau présageant du langage chez les bébés autistes (par J. Vinçot)

Selon 2 nouvelles études d’imagerie présentées à l’INSAR 2022, les enfants autistes de moins de deux ans présentent des différences de structure cérébrale qui permettent de prévoir un développement atypique du langage.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Formation

La fièvre n’atténue pas les traits difficiles chez la plupart des enfants autistes (par J. Vinçot)

Sujet brûlant : Seuls 3 des 141 enfants autistes sont devenus moins irritables lorsqu’ils avaient de la fièvre. La plupart des enfants autistes, comme leurs pairs non autistes, deviennent moins sociaux, moins communicatifs et plus irritables lorsqu’ils ont de la fièvre.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Formation

Autisme: chez Carrefour, 4 heures silencieuses par jour (handicap.fr)

L’enseigne de grande distribution Carrefour double le nombre d’heures silencieuses quotidiennes. Une parenthèse hors de tout stimuli qui s’adresse à la base aux personnes avec autisme mais séduit de plus en plus de clients.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme

Publication d’un nouvel ensemble de données sur les personnes autistes peu verbales (par J. Vinçot)

Classification des sons : Les vocalisations associées à la frustration sont systématiquement plus longues que celles associées aux demandes, qui présentent une plus grande complexité linguistique.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Formation

Des organoïdes identifient les origines de l’hypertrophie du cerveau autiste (par J. Vinçot)

Les organoïdes cérébraux cultivés à partir des cellules d’enfants autistes ont tendance à être plus grands que les organoïdes dérivés des cellules de leurs pairs non autistes. Cela peut être lié aux différences de taille du cerveau.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Formation

J’ai mon appart: un rêve devenu réalité (Noovo Info)

Après quatre ans de démarches et de travaux, c’est aujourd’hui qu’est inauguré le projet «J’ai mon appart», à Shawinigan.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Habitat

Un nouveau gène lié à la taille du cerveau chez les personnes autistes (par J. Vinçot)

Un gène qui n’était pas lié auparavant à l’autisme pourrait contribuer à une forme de cette condition marquée par un cerveau anormalement gros.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Formation

Près d’Angers, un centre dentaire spécialisé dans l’accueil des personnes handicapées. Dans le secteur privé, il est unique en France…! (Handicap Info)

Dans le secteur privé, il est unique en France.

Le service d’odontologie, installé au sein de la clinique Saint-Léonard de Trélazé, près d’Angers (Maine-et-Loire), accueille des patients porteurs de tout handicap.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Soutien

Hospitalisation psychiatrique de près d’1 femme autiste sur 4 à 25 ans (par J. Vinçot)

Blocage mental : Les hospitalisations psychiatriques sont beaucoup plus fréquentes chez les femmes autistes que chez les femmes non autistes.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Formation

Universités et entreprises tendent la main aux jeunes Asperger (Le Monde)

Des dispositifs sont mis en place pour améliorer l’inclusion dans l’enseignement supérieur ou dans le monde du travail des jeunes auxquels on a diagnostiqué une forme d’autisme. Autre enjeu : combattre les stéréotypes qui collent à la peau des « aspies ».

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Scolarité

La perte d’information peut affaiblir les scores génétiques de l’autisme (par J. Vinçot)

Les prédictions génétiques sur les probabilités qu’un individu soit autiste peuvent souvent passer à côté de la contribution des principales variantes associées à cette condition. Des centaines de gènes et des milliers de variantes étant liés à l’autisme, certains chercheurs s’efforcent de créer des “scores polygéniques” fiables.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Formation

Disparition de personnes autistes et/ou présentant un trouble du développement intellectuel – Une fiche d’informations pour les services d’urgence et d’enquête est disponible

Un dispositif permettant d’améliorer la réactivité et l’efficacité des forces de l’ordre face à la disparition d’une personne autiste et/ou présentant un trouble du développement intellectuel, est déployé depuis la fin du mois d’avril auprès des services de gendarmerie et de police. Le ministère de l’intérieur et la délégation interministérielle autisme–tnd ont défini ce nouveau dispositif en lien avec le monde associatif

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Soutien

Concours Lépine : elle invente un porte-monnaie pour son fils autiste et décroche l’or (La Penthièvre)

Laurence Gauvry a inventé un porte-monnaie éducatif pour les enfants en difficulté d’apprentissage. Cette Bretonne a décroché une médaille d’or au concours Lépine à Paris.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Soutien

Prestation de Compensation du Handicap : nouveaux droits au 1/01/2023 (par J. Vinçot)

Un nouveau décret permet un accès plus juste à la Prestation de Compensation du Handicap, notamment à son volet Aide Humaine, pour bien des personnes handicapées, dont les personnes autistes, à partir du 1er janvier 2023.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Droits & Législation

Spectre de l’autisme : quand il est plus facile de lire les émotions chez les animaux que chez les humains (The Conversation)

Publiée à la mi-avril, une étude que nous avons menée a produit de nouveaux éléments d’appréciation quant à la façon dont les personnes atteintes du spectre de l’autisme lisent les émotions.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Formation

Trouble du spectre de l’autisme – Évaluation de la méthode 3i (HAS)

Ce travail s’inscrit à la suite des travaux de la HAS dans le champ des troubles du spectre de l’autisme (TSA), en particulier, la RBP publiée en 2012 relative aux interventions éducatives et thérapeutiques coordonnées chez l’enfant et l’adolescent.

L’objectif de ce travail est de réévaluer l’efficacité et la sécurité de la méthode 3i chez les enfants ayant un trouble du spectre de l’autisme à la suite de l’information par l’association Autisme Espoir vers l’école (AEVE) de l’existence de nouvelles études.

Lire la suite de l’article

Publié dans Accompagnements, Autisme, Formation

Rennes. Autiste, Julien a pu réaliser son rêve : décrocher le permis de conduire (Ouest-France)

Sa maman Nolwenn est très fière de lui. « Ce n’était pas forcément évident de trouver une auto-école qui accepte de lui donner des cours. Mais on a eu de la chance avec celle située au centre commercial de la Bellangerais, à Rennes. Julien a pu y suivre des cours de conduite et obtenir son permis. Je suis tellement content pour lui. » Depuis le 1er mars 2022, Julien, 20 ans, est titulaire de son permis de conduire.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme

Consommation d’alcool chez les jeunes autistes (par J. Vinçot)

Analyse des raisons de la consommation ou de la non-consommation d’alcool d’après des jeunes autistes (16 à 20 ans). Des stratégies de prévention sont à prévoir en conséquence.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Soutien

Accueillir un enfant autiste en classe

Pour guide/support familles et enseignants , voici des liens

Publié dans Autisme, Scolarité

Saint-Brieuc. Des enfants autistes s’initient à l’aïkido (Ouest-France)

L’association Autisme 22 et l’Aïki-club de Saint-Brieuc (Côtes-d’Armor) se sont unis pour proposer, dimanche 8 mai 2022, une matinée d’initiation aux arts martiaux aux familles et enfants bénéficiaires de l’association. Objectif : donner accès au sport aux jeunes autistes et proposer un temps de répit aux familles.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Sport

Mettre fin à la confusion entre l’autisme, le TDAH ou les troubles DYS et les signes de maltraitance (Secrétariat d’Etat chargé des Personnes Handicapées)

Difficultés à se concentrer, agitation, troubles alimentaires, troubles du sommeil, automutilation… sont certaines des caractéristiques du comportement d’un enfant autiste, TDAH ou avec un trouble dys. Ce sont également des signes pouvant laisser croire à des carences éducatives ou de la maltraitance.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme

Comment reconnaître les particularités sensorielles liées à l’autisme ? (Ideereka)

Sensibilité exacerbée, réactions vives, pleurs et cris, balancements et autostimulations… Et si les comportements autistiques de votre enfant avec TSA étaient dus à ses perceptions sensorielles ? En effet, les personnes ayant un trouble du spectre de l’autisme présentent, en plus des troubles de la communication et des intérêts intenses, une sensorialité particulière. Hyper et hypo sensibilité, dont tout le monde entend parler… mais pas seulement ! Comment reconnaître les particularités sensorielles de l’autisme ?

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Formation

Formations pour Proches aidants 2022 (CRA Bretagne)

Le CRA organise en 2022 deux formations destinées aux proches aidants de personnes autistes / TED / TSA.

Ces formations sont organisées dans le cadre d’un dispositif national piloté par le GNCRA

(Groupement national des CRA).

Pour être tenus informés des prochaines formations et du lancement des inscriptions, vous pouvez vous abonner gratuitement à notre lettre d’informations.

Flyer des formations Proches aidants du CRA Bretagne

Publié dans Autisme, Formation

Autisme, France Inter et la psychanalyse, encore une fois de trop (par J. Vinçot)

Encore une émission de France Inter faisant la promotion de la psychanalyse pour les enfants autistes – en défendant Bruno Bettelheim, une vraie catastrophe !

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme

Les besoins éducatifs particuliers

Publié dans Autisme, Scolarité

Près de 90% des femmes autistes déclarent avoir subi des violences sexuelles (par J. Vinçot)

La prévalence des abus sexuels pourrait être jusqu’à trois fois plus élevée chez les femmes autistes que chez les femmes non autistes, selon une nouvelle étude française.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Formation

Etude Santé Mentale et Camouflage dans l’autisme (par J. Vinçot)

Recherche de volontaires – autistes ou non-autistes – pour participer à une étude sur le camouflage, c’est-à-dire les comportements mis en place pour “dissimuler” certaines de ses caractéristiques et son lien avec différents liés à la santé mentale.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme

La minuterie visuelle (La P’tite Boussole)

Qu’est-ce que c’est ? 

Un support visuel qui permet de matérialiser le temps qui s’écoule.  Cet outil peut prendre différentes formes. 

Vous pouvez vous procurer un sablier, un minuteur en forme de cadran de type Time timer, utiliser une application pour téléphone ou fabriquer un outil en papier comme ceux proposé dans ce document.

Aller sur le site

Publié dans Autisme, Ludothèque

Les lacunes éthiques de la génétique de l’autisme : Une conversation avec Holly Tabor (par J. Vinçot)

Pourquoi faire de la recherche génétique sur l’autisme ? Les généticiens doivent se concerter avec la communauté autistique sur les objectifs et programmes de leurs recherches et prendre conscience de leur responsabilité sociale.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Formation

Créer des liens (Different Roads to Learning)

Article original : Crafting Connections

Traduction :

Les troubles de la communication sociale sont un déficit clé de l’autisme et peuvent être observés dans toute la gamme variable du spectre.

La communication sociale est un grand mot qui peut inclure de nombreuses difficultés, telles que se faire des amis, maintenir des amitiés, se comporter de manière appropriée avec ses pairs, partager, empathie ou prise de perspective, initier un jeu entre pairs, participer à un jeu entre pairs en cours, répondre aux pairs, auto-représentation, résolution de conflits, trouver ET garder un emploi, etc.
Lorsque les cliniciens utilisent le terme « compétences sociales », nous parlons vraiment de beaucoup de compétences !

Certaines personnes croient à tort qu’un accompagnement en ABA se concentre uniquement sur l’enseignement en 1 pour 1 et n’est donc pas appropriée pour cibler l’interaction sociale entre pairs. Non, c’est faux.
L’accompagnement en ABA peut absolument inclure un enseignement ciblé des compétences sociales. En fonction de l’âge de l’apprenant et de ses déficits sociaux spécifiques, cela aura un impact sur la manière dont les objectifs sociaux sont évalués et sélectionnés.

Les parents de très jeunes enfants veulent généralement travailler sur : le partage, jouer avec des pairs au lieu de s’isoler, jouer avec des jouets au lieu d’accumuler des jouets, réduire l’agressivité envers les pairs, etc.

Les parents d’adolescents ou de jeunes adultes veulent généralement travailler sur : démarrer une conversation, augmenter le MLU (traduction du jargon = vous voulez que votre enfant utilise plus de 1 à 2 mots pour faire une déclaration ou répondre à une question), acheter des articles dans un commerce, parler aux aides communautaires (par exemple, un policier), passer des entretiens d’embauche, s’affirmer, sortir ensemble, etc.

Il existe également de nombreux accompagnements en ABA qui proposent des groupes formels d’habiletés sociales aux familles, où les apprenants sont regroupés en fonction de leurs intérêts, de leurs capacités, de leur âge ou d’autres facteurs, pour participer à des jeux et à des activités en groupe. Mais les jeux sont bien plus que de simples “jeux”, ils sont en fait soigneusement conçus pour cibler des déficits de compétences sociales spécifiques. Si vous recevez déjà des services d’accompagnement en ABA, demandez si votre enfant peut participer à un groupe social avec d’autres enfants.

L’analyse du comportement a de nombreuses stratégies validées empiriquement à ajouter à la conversation sur les compétences sociales, et aussi (selon la source de financement) le psychologue ABA peut cibler les compétences sociales dans un format de groupe, à l’école ou dans la communauté, pour assurer une généralisation appropriée. Par exemple :

  • Renfort pour la réussite : La formation aux compétences sociales devrait inclure un renforcement individualisé pour l’apprenant, et devrait également travailler pour jumeler (transférer) le renforcement aux pairs, car avant l’intervention, l’apprenant peut ne pas trouver l’interaction avec ses pairs très amusante ;-(
  • Collecte de données : Si personne ne collecte de données, n’examine ces données et n’évalue ces données pour prendre des décisions de traitement, alors ce qui se passe n’est pas l’ABA.
  • Généralisation : Aussi connu sous le nom de “vraie vie”. L’apprentissage des habiletés sociales au accompagnement ABA, à l’école ou sur le terrain de jeu ne se généralisera pas nécessairement à d’autres contextes et à d’autres enfants. La généralisation intentionnelle dans le monde réel, des scénarios de la vie réelle est un must.
  • Structure : Cela peut sembler bizarre, mais cela ne signifie PAS que l’apprenant doit faire la même chose, dans le même ordre, pour chaque interaction avec ses pairs. Cela signifie que l’apprenant doit être capable de prédire ce qui se passera dans le groupe social aujourd’hui, qu’il connaît les règles du groupe social et qu’il comprend les récompenses qu’il contacte pendant le groupe social. Ces choses devraient être quelque peu prévisibles, du point de vue de l’apprenant.
  • Décomposez les concepts de manière visuelle ou tangible : Aidez les apprenants à comprendre des concepts abstraits grâce à la modélisation vidéo, des jeux, des visuels ou des objets de manipulation, qu’ils peuvent toucher, voir, etc.
  • Suivez un programme d’études basé sur des preuves … mais pas de trop près : Bien qu’il soit important d’avoir un outil pour créer le plan de cours pour l’instruction sociale, je recommanderais également d’individualiser le programme autant que possible entre les apprenants. La modification du programme d’études pour rendre le contenu plus pertinent pour l’apprenant contribuera grandement à aider l’instruction sociale à « coller » et à être saillante pour la personne qui reçoit l’intervention.
  • Gestion du comportement : Il est évident que les comportements difficiles ou perturbateurs interfèrent avec l’apprentissage pendant les périodes d’interaction sociale. Ces comportements peuvent également effrayer, intimider ou confondre les autres pairs présents, ce qui va à l’encontre de l’objectif d’interaction avec les pairs. C’est pourquoi les psychologues ABA sont qualifiés pour mettre en œuvre ces types d’interventions, car nous avons déjà les outils pour réduire les comportements inappropriés et augmenter les comportements appropriés, et maintenir l’interaction sociale sur la bonne voie.
Publié dans A.B.A., Accompagnements, Autisme

Café/Rencontre/Ludothèque, le samedi 04 Juin 2022

Votre Café/Rencontre/Ludothèque mensuel sera ouvert le samedi 04 Juin 2022, de 14h30 à 17h30, au sein des locaux de l’association au 81, Bd Albert 1er (Rennes).

Exceptionnellement, il ne nous sera pas possible de vous proposer un accueil pour vos enfants.

Vous pourrez aussi consulter le catalogue, emprunter du matériel de la ludothèque.

Cette action est soutenue par le “Réseau Parentalité 35” et le Conseil Départemental d’Ille-et-Vilaine.

Publié dans Autisme, Café/Rencontres

Insertion professionnelle des personnes avec autisme : présentation du Kit’com (CRAIF)

L’insertion professionnelle des personnes avec autisme est compliquée, cela s’explique notamment par le manque d’outils et de stratégies de communication pour les employeurs et autres acteurs de l’insertion professionnelle. Ce public nécessite une sensibilisation à l’autisme, handicap invisible et mal connu. Face à ce constat, le Craif s’engage dans le déploiement d’actions de sensibilisation avec le kit’com.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Emploi, Monde professionnel

Mise en ligne d’un annuaire de médecins experts TND à l’usage des CRIP et des magistrats (CRAIF)

La Délégation interministérielle à la stratégie nationale pour l’autisme au sein des troubles du neuro-développement met en ligne un annuaire de médecins experts TSA, TDA-H et troubles Dys à l’usage des cellules de recueil des informations préoccupantes (CRIP) et des magistrats pour mettre fin à la confusion entre TND et maltraitance.

Voir l’annuaire

Publié dans Autisme, Droits & Législation

Collection VidéoGEM, 44 vidéos courtes sur la création d’un GEM (CéaPsy)

Aller sur la chaîne Youtube.

Publié dans Autisme, Soutien

Mallettes Habiletés sociales : quelques outils (CRAIF)

Les professionnels qui animent des groupes d’habiletés sociales s’appuient souvent sur du matériel pratique et ludique. Découvrez une sélection d’outils dédiés.

Aller sur le site

Publié dans Autisme, Soutien

Structurer un profil sensoriel et concevoir un programme d’intervention (Psychomotricien-liberal)

Dans le cadre de notre champ d’exercice de psychomotricien exerçant auprès d’enfants et adultes avec autisme, nous proposons de partager quelques éléments méthodologiques sur lesquels nous nous appuyons pour structurer nos profils sensoriels et les pistes d’intervention qui en découlent.

Nous ne nous focaliserons pas sur un outil de mesure en particulier, chacun ayant ses avantages et ses faiblesses, à la libre appréciation du professionnel.

Nous évoquerons :

  • les éléments principaux figurant au profil sensoriel (visualisation des résultats, interprétation globale, analyse canal sensoriel par canal sensoriel, conclusion et préconisations)
  • les éléments complémentaires qui nous semblent pertinents (analyse des autostimulations, centres d’intérêts sensoriels, etc.)
  • la structuration de programmes (mesures de protection, de renforcement sensoriel, d’apaisement et de structuration de l’environnement… avec une trame téléchargeable en fin d’article)

Nous rappelons que l’« évaluation spécifique des profils sensoriel et moteur » est préconisée « par un ergothérapeute ou un psychomotricien » dans les recommandations de bonnes pratiques (HAS, 2018).

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Formation

Autodétermination et pair aidance – Supports et vidéos de la journée du 08.03.2022 (CREAI)

CREAI Pays de la Loire, Autodétermination et pair-aidance, les supports et vidéos de la journée du 08.03.2022 sont en ligne : Voir les supports

Rappel du programme

Diaporama déroulé lors de la journée

Vidéo de la journée complète en salle plénière + l’Atelier n°1 L’autodétermination au quotidien et l’accessibilité pour soutenir les choix

Vidéo de l’Atelier n°2  La pair-aidance pour soutenir l’Autodétermination : Présentation du projet EPop Hauts de France

Vidéo de l’Atelier n°3  L’autodétermination dès le plus jeune âge : soutenir parents et enfants

Publié dans Autisme, Soutien

PCH handicap mental et psychique : le décret est paru ! (handicap.fr)

Un meilleur accompagnement humain des personnes avec handicaps psychiques, mentaux, cognitifs et des troubles du neuro-développement via la PCH ? Un décret du 19 avril 2022 définit les contours mais ne sera applicable qu’au 1er janvier 2023.

Lire la suite de l’article

Le Décret n° 2022-570 du 19 avril 2022 relatif à la prestation de compensation mentionnée à l’article D. 245-9 du code de l’action sociale et des familles

Publié dans Autisme, Droits & Législation

Sondage national “diagnostic TSA et autres TND” – ADULTES 2022 (PAARI)

PAARI relance un sondage concernant l’état actuel des diagnostics pour les adultes en France.

Vous êtes majeur et avez été en contact avec un Centre Ressource Autisme, un Centre Expert pour Adultes Autistes sans Déficience Intellectuelle ou le CDEAA de la Pitié Salpêtrière entre 2019 et aujourd’hui, dans le cadre d’une demande d’évaluation diagnostique.

Participer au sondage

Publié dans Autisme

Quels apports du Pair-Aidant pour dispenser l’éducation Thérapeutique du patient dans le champ des TSA : l’exemple de l’animation de groupes de parole au sein d’un GEM (D. Spraul, D.U. de Pair-Aidance en santé mentale)

L’éducation thérapeutique s’est d’abord développée dans le champ des maladies somatiques, et s’est progressivement étendue à toute personne présentant une condition chronique ou un handicap quel que soit sa nature ou sa sévérité. Ce n’est que très récemment qu’elle a été proposée pour les personnes autistes. L’éducation thérapeutique a transformé la relation soignant-soigné en privilégiant davantage de collaboration avec le patient, en lui permettant de gagner en autonomie et d’être acteur de son rétablissement et en reprenant un pouvoir sur sa vie ou empowerement. Le pouvoir d’agir fait écho à la notion de pair aidance et c’est la raison pour laquelle j’ai décidé de traiter de la problématique suivante :

« Quels apports du pair aidant pour dispenser l’éducation thérapeutique du patient dans le champ du trouble du spectre de l’autisme ? (TSA) : l’exemple de l’animation d’un groupe de paroles dans d’un GEM ? »

Lire la suite :

Publié dans Autisme, Soutien

Démarche pour élaborer et réaliser une formule d’habitat (GIHP)

La démarche proposée ici, est destinée à des promoteurs d’une formule d’habitat dont une ou plusieurs fonctions revêtent un caractère collectif. Elle se fonde sur le constat que la mise en œuvre d’une formule d’habitat de ce type nécessite, dans un premier temps, un travail d’élaboration, d’échanges et de confrontation entre le promoteur du projet et les personnes concernées afin qu’ils puissent se forger une représentation commune d’un mode d’habiter, condition nécessaire pour affronter la faisabilité du projet. Cette représentation commune permet alors d’engager le dialogue avec les acteurs du territoire nécessaires à la réalisation (principalement les collectivités locales et territoriales, un ou des bailleurs sociaux, éventuellement un promoteur immobilier, des opérateurs du soin et de l’accompagnement de la vie à domicile, des associations, etc.)

Publié dans Autisme, Habitat

L’emploi accompagné – Brochure de présentation

L’emploi accompagné est une forme d’accompagnement spécifique développée depuis 2017 en France ; toutes les personnes en situation de handicap n’ont pas besoin de recourir à l’emploi accompagné.

L’emploi accompagné doit être mobilisé à bon escient : les acteurs de droit commun : Pôle Emploi, Cap Emploi, les missions locales, proposent des accompagnements sur le champ professionnel, mais certaines personnes en situation de handicap ont des besoins spécifiques.

Aller sur le site

Publié dans Autisme, Emploi, Monde professionnel

Registres des besoins spéciaux pour informer les premiers intervenants (Different Roads to Learning)

Un service qui pourrait être intéressant de mettre en place en France

Article original : Special Needs Registries to Inform First Responders

Traduction :

Lorsqu’un enfant reçoit un diagnostic d’autisme, il existe un certain nombre de ressources, de thérapies et de programmes recommandés aux parents. On leur dit tout sur ABA, ST, OT, PT et FT, entre autres, recevant une soupe alphabétique de thérapies. Nous expliquons l’importance d’une intervention précoce. Pour les parents d’enfants plus âgés ou d’adolescents, ils apprennent à naviguer dans le système scolaire avec les BIP, les IEP, les ARD, etc. Ils commencent à comprendre les comportements de leurs enfants sous un nouveau jour et peuvent même acquérir quelques nouvelles peurs à cause des comportements d’autres enfants. Ils apprennent le terme approprié pour s’enfuir et les mesures à prendre pour aider à prévenir la surcharge sensorielle. Et bien que de nombreux comportements soient expliqués, il devient également évident qu’il n’y a pas de solution immédiate pour beaucoup d’entre eux.

Un service dont les professionnels peuvent ne pas parler aux parents au moment du diagnostic est le programme de registre de leur service de police local pour les personnes sur le spectre de l’autisme (ainsi que d’autres troubles ou besoins spéciaux). Cependant, si ce service est à leur disposition, cela pourrait aider à atténuer bon nombre des préoccupations qui accompagnent un diagnostic d’autisme. Ce service gratuit et essentiel n’est souvent pas annoncé ouvertement au public, mais vit plutôt dans un coin de leur page Web locale. Certains n’ont même pas de lien évident sur la page d’accueil, obligeant les citoyens à utiliser la fonction de recherche pour faire inscrire leur enfant sur la liste. Ce service peut avoir une variété de noms, y compris, mais sans s’y limiter : “Programme de retour en toute sécurité”, “[Autisme et] Registre des besoins spéciaux”, “C.A.R.E.S” et “Programme de registre volontaire pour les populations vulnérables”.

L’inscription de votre enfant TSA à ce programme créera une note associée à votre adresse personnelle dans le système interne de la police locale. Cela peut aider les participants de plusieurs façons. Tout d’abord, si jamais un agent est envoyé à votre domicile, il sera alerté qu’une personne TSA vit dans la maison et sera prêt à répondre aux besoins de cette personne. De plus, si un enfant devait s’enfuir, de nombreux programmes ont la possibilité de télécharger une photo récente. Il sera ainsi plus facile pour les forces de l’ordre de distribuer rapidement la photo de l’enfant. Pour certaines villes, ces informations pourraient également être partagées avec les éventuels pompiers ou ambulanciers envoyés au domicile par l’équipe de répartition.

La méthode pour déterminer si votre service de police local offre ce programme diffère selon votre ville. Le meilleur début est d’essayer de rechercher “[CITY NAME] Special Needs Registry” sur un moteur de recherche tel que Google. Si cela ne fonctionne pas, vous devrez peut-être faire un travail de détective sur le site Web de la police locale. En essayant de trouver ce programme localement, j’ai dû trouver l’onglet “Programmes communautaires” dans la barre de menu du site Web de la police.

Chaque programme nécessitera des informations différentes pour s’inscrire. Dans une base, les soignants doivent s’attendre à fournir le nom, l’adresse, le diagnostic et la description physique de la personne inscrite ainsi que les coordonnées de tous les soignants. Si le déclarant est capable de conduire, des informations sur son véhicule principal seront également requises. Toute information supplémentaire requise variera en fonction du programme local. Certains exigent une lettre du médecin prouvant le diagnostic, d’autres demandent une photo récente et d’autres demandent des méthodes de communication et des éléments de soutien.

Si vous constatez que votre service de police local n’a pas de programme, envisagez de le contacter pour en mettre un en place. Avec l’estimation mise à jour du CDC selon laquelle 1 enfant sur 44 reçoit un diagnostic d’autisme, il est presque garanti que ce programme sera utile à plus que vous. De plus, ces programmes peuvent être utilisés pour les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer, de démence, du syndrome de Down et de nombreux autres besoins spéciaux. Les BCBA et les éducateurs sont les personnes idéales pour s’associer à la police sur les paramètres du programme. De plus, c’est une excellente occasion d’aborder votre service de police local au sujet de la formation pour interagir avec les personnes autistes.

Publié dans Autisme, Soutien

Grands-parents d’enfants TSA : comment soutenir ? (Hop’Toys)

Le rôle des grands-parents va bien au-delà de s’occuper des enfants lorsque les parents ne peuvent pas ou partent en voyage. Les grands-parents transmettent des valeurs, enseignent des connaissances, de nouvelles expériences et beaucoup d’amour ! Lorsque leur petit-enfant est diagnostiqué TSA, nombre d’entre eux se posent des questions sur leur rôle, sur la manière d’apporter leur soutien… Découvrez quelques conseils dans cet article.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Soutien

Vers une privatisation des AESH au profit exclusif des familles les plus aisées ? (par P. Devin)

Les tentations d’un financement privé des AESH par les parents deviennent réalité. Face aux inégalités inacceptables qui en découleront, ces pratiques non conformes à la réglementation doivent cesser.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Scolarité

Liste de contrôle modifiée pour l’autisme chez les jeunes enfants, corrigée avec suivi (M-CHAT-R/F) (Asperansa)

La liste de contrôle modifiée pour l’autisme chez les jeunes enfants, corrigée avec suivi (M-CHAT-R/F ; Robins, Fein, & Barton, 2009), est un outil en deux étapes, basé sur un compte rendu parental et qui permet d’évaluer le risque d’un trouble du spectre autistique (TSA).

Le M-CHAT-R peut être réalisé dans le cadre d’une visite médicale, ainsi que par des spécialistes ou autres professionnels afin d’évaluer le risque de TSA.

Lire la suite de l’article

Publié dans Accompagnements, Autisme

Construire des partenariats (Different Roads to Learning)

Article original : Building Partnerships

Traduction :

Deux personnes examinent ensemble des graphiques. Ils discutent des tendances et de la variabilité dans un graphique et trouvent des moyens d’améliorer le modèle afin que l’enfant s’engage dans un taux plus élevé de demandes (demandes d’articles souhaités), dans l’espoir que cela réduira la détresse et améliorera l’indépendance et la participation à la famille. et aux activités scolaires. Un enfant passe à travers la cuisine, en riant tandis qu’un autre enfant court derrière, en riant également. Les deux adultes s’arrêtent un instant pour observer les enfants, échangent un sourire puis reprennent leur discussion.

Serait-il surprenant de savoir que l’un des adultes est un BCBA ? Probablement pas. Les graphiques et la discussion le révèlent en quelque sorte. Qui est l’autre adulte ? Un RBT ? Un conseil BCBA ? Un stagiaire qui s’engage dans des activités de supervision sans restriction ? Tout cela a du sens, mais dans ce scénario, l’autre adulte est le parent des deux enfants, dont l’un reçoit des accompagnements en ABA.

Cette scène est courante pour les BCBA travaillant avec des enfants, qui consultent régulièrement et confortablement un parent ou un aidant de chaque famille concernant de nombreux éléments de la programmation (aux fins de cet article, le terme « aidant » sera utilisé pour inclure les parents et toute autre personne pouvant assumer les rôles décrits ici). Ces composantes comprennent le type et les résultats de l’évaluation ; sélection des buts ; choix et définitions des comportements ciblés pour l’augmentation ou la diminution ; stratégies utilisées pour effectuer un changement de comportement; et comme décrit ci-dessus, l’analyse des données et les résultats. Idéalement, il y a aussi la possibilité de partager les célébrations des réalisations, de discuter de l’impact du traitement sur toute la famille et d’aborder tout autre domaine qui pourrait chevaucher le rôle du BCBA dans la famille. Ce partage régulier d’informations peut être abordé comme un partenariat conclu par des personnes qui se soucient de l’enfant, dans l’intérêt supérieur de cet enfant.

Le partenariat est une voie à double sens, exigeant à la fois du professionnel et du soignant qu’ils priorisent et facilitent la relation. Selon la source de financement, il se peut qu’un tiers ait un impact sur le temps et la disponibilité des ressources pour cette relation. Même avec des «heures» formelles limitées pour travailler avec les soignants, cependant, le développement d’un partenariat est un élément nécessaire et gratifiant de toute programmation comportementale efficace. Comme dans tout partenariat, des négociations doivent avoir lieu pour arriver à la situation idéale pour les deux parties. Jetons un coup d’œil à certains domaines de considération.

  • La planification est un élément important évident du partenariat. L’aidant et l’analyste du comportement doivent établir un moment de connexion régulier et mutuellement acceptable, avec des limites claires qui aideront à maintenir le professionnalisme et à gérer les attentes des deux parties. Les accompagnants peuvent ne pas être en mesure de se connecter pendant leur journée de travail, et les BCBA peuvent avoir leur propre famille avec qui passer du temps après les heures de travail. Travailler ensemble pour identifier les moments où les accompagnants sont en mesure de parler avec l’analyste du comportement sans travail ou autres exigences familiales aide à réduire les occasions manquées de travailler efficacement ensemble. De même, la partie professionnelle doit indiquer clairement quand elle est disponible et non disponible, afin que les soignants puissent planifier en conséquence d’être disponibles et prêts à poser des questions et à discuter.
  • En plus du moment où se réunir, le lieu des réunions peut être négociable. Si la télésanté (visioconférence ou conférence téléphonique) est possible compte tenu de la structure de financement, cela peut ajouter une couche de flexibilité qui peut être bénéfique à la fois pour l’aidant et le fournisseur. Si la télésanté n’est pas disponible, il pourrait être approprié de réfléchir de manière créative à l’endroit où les réunions ont lieu. Par exemple, le soignant pourrait apprécier l’opportunité de se rencontrer à l’extérieur de la maison, afin qu’il puisse discuter librement de ses préoccupations sans que son enfant ne l’entende. Alternativement, si le professionnel peut se réunir à la maison, cela pourrait permettre une meilleure participation d’un plus grand nombre de membres de la famille.
  • Les moyens de communication sont un autre domaine important à considérer. Les services de messagerie ou de SMS conformes à la HIPAA peuvent être plus efficaces et utiles pour certains aidants, ou peuvent représenter un fardeau pour ceux qui ne sont pas aussi à l’aise avec la technologie. Les deux parties peuvent être à l’aise avec les appels téléphoniques, mais il devrait y avoir des directives concernant les cas où les appels téléphoniques pourraient ne pas être répondus ou s’il est préférable de programmer les appels téléphoniques à des heures mutuellement acceptables plutôt que des “appels à froid”.
  • Les domaines autour desquels le partenariat se produit devraient également être un sujet de discussion, en particulier au début de la relation de travail. L’aidant devrait à juste titre s’attendre à ce que le BCBA soit « l’expert », mais seulement dans le domaine de l’analyse du comportement. L’aidant est en fait l’expert de son enfant, il doit donc s’attendre à jouer un rôle important à chaque étape de l’évaluation et de l’intervention. Le rôle du professionnel est de fournir des conseils et des orientations, en fonction de son expérience antérieure, de sa formation et des meilleures pratiques publiées dans le domaine. Il appartient cependant au soignant de fournir suffisamment d’informations, de conseils et de commentaires au professionnel afin que la programmation soit adaptée pour répondre au mieux aux besoins de l’enfant et de la famille. C’est aussi souvent à l’aidant de réaliser les interventions et de fournir des opportunités de généralisation en complément des séances formelles.

Dans le respect mutuel, le partenariat se fait facilement et naturellement. Une façon de faciliter le partenariat est de s’approcher l’un de l’autre avec curiosité et humilité. L’aidant doit supposer que l’analyste du comportement a des informations précieuses à offrir, et l’analyste du comportement doit supposer la même chose à propos de l’aidant. Une autre façon importante d’établir un partenariat est de communiquer ouvertement et honnêtement. Si l’analyste du comportement propose des objectifs ou des interventions qui ne sont pas confortables ou possibles pour la famille, l’aidant doit exprimer librement ses réserves. L’analyste du comportement doit faire de la place pour cette rétroaction et y être réceptif. Le soignant doit également être réceptif à l’analyste du comportement et supposer que les recommandations sont basées sur les meilleures pratiques et dans le meilleur intérêt de l’enfant et de la famille. Enfin, même le meilleur partenariat doit être entretenu. Les prestataires et les aidants doivent créer des occasions de vérifier les uns avec les autres au sujet de leur relation et de faire les ajustements nécessaires en ce qui concerne les attentes et les besoins.

Le fournisseur et l’aidant seront beaucoup plus utiles à l’enfant dont ils s’occupent tous les deux ensemble que séparément. Le petit enfant qui se promène dans sa maison a de la chance d’avoir une équipe de personnes qui travaillent ensemble pour l’aider à vivre heureux, en toute sécurité et de manière indépendante, et l’équipe a de la chance de s’avoir dans ce travail important.

Publié dans A.B.A., Accompagnements, Autisme

Pleins feux : Parentalité responsable et réactive dans l’autisme : entre maintenant et ses rêves (Different Roads to Learning)

Article original : Spotlight: Responsible & Responsive Parenting in Autism: Between Now and Dreams

Traduction :

À une certaine époque, il y avait très peu de voies disponibles pour le nombre croissant de familles recevant des diagnostics d’autisme pour leurs enfants. Dans les années 1960, les psychologues expérimentaux ont pris une nouvelle direction pour améliorer la qualité de vie des personnes autistes et de leurs familles. Leur travail d’intervention comportementale a commencé comme un traitement pour les personnes que la société avait négligées. Ils ne savaient pas que cela créait un marché.

Leur succès a abouti à une nouvelle façon d’aborder l’autisme qui peut apporter un changement durable lorsque les services sont fournis avec intention, compétence, effort et amour. Aujourd’hui, les services d’autisme sont largement disponibles. Ces services sont également devenus une industrie de plusieurs milliards de dollars, où le handicap d’un enfant risque de devenir une opportunité commerciale.

Mais nous pouvons minimiser ce risque. Premièrement, nous pouvons nous ancrer dans les principes éthiques et la science de l’apprentissage. Ensuite, nous pouvons nous souvenir du pouvoir que les familles ont toujours eu : l’amour. La parentalité responsable et réactive dans l’autisme : entre maintenant et ses rêves offre des conseils intemporels car il répond à trois questions essentielles : que devez-vous savoir ? Qui va vous aider ? Comment l’amour peut-il être votre boussole ?

Avant la publication de ce livre, les auteurs étaient amis, collègues et alliés depuis 30 ans. L’expertise de Shahla en tant qu’analyste appliquée du comportement et ses années de travail clinique informent ce livre. Peggy est l’auteur de See Sam Run: les mémoires d’une mère sur l’autisme, lauréate d’un prix Mayborn Nonfiction.

Ensemble, elles ont recueilli des histoires significatives à partir de leurs propres expériences et d’autres personnes au cours de leur voyage. Les histoires se concentrent sur la façon dont les membres de la famille peuvent comprendre les principes scientifiques qui sous-tendent les services d’autisme, comment les parents et les professionnels peuvent mieux aider et répondre à leur enfant et les uns aux autres, et comment ils peuvent donner un sens à toutes leurs interactions.

Tous les parents ont la responsabilité d’élever leurs enfants autistes du mieux qu’ils peuvent. Les parents ne peuvent pas esquiver ce voyage. Ce travail fait partie de la façon dont nous nous développons tous en tant qu’êtres humains, en élevant les enfants d’une manière qui honore leur humanité et invite à une vie pleine et riche. Entre maintenant et les rêves fournit la feuille de route pour un voyage joyeux et durable. L’essence de ce voyage repose sur trois pouvoirs; apprendre, se connecter et aimer. Chaque pouvoir informe l’autre. Chacun amplifie l’autre. Et chaque pouvoir est essentiel pour une parentalité significative et courageuse.

Publié dans A.B.A., Accompagnements, Autisme

Intervention précoce en autisme et attention conjointe (Different Roads to Learning)

Article original : Autism Early Intervention and Joint Attention

Traduction :

Il existe un lien fort entre l’attention conjointe et les compétences langagières réceptives et expressives. Lorsque nous travaillons sur l’attention conjointe, nous montrons que la communication de nos apprenants est puissante ! Je partage quelques conseils et idées que j’utilise pour établir une connexion avant la communication tout en travaillant sur des objectifs d’attention communs.

Ces activités impliquent des activités partagées en jouant avec des jouets, en chantant des chansons et en lisant des livres. Ce n’est pas grave si votre élève n’est pas prêt à s’engager pleinement lorsque vous présentez ces activités, notez leurs données de base et avancez avec des objectifs. Vous serez étonné de voir la transformation et l’excitation suscitées par ces activités simples.

Jouets :

Jouer avec des jouets en intervention consiste à créer une interaction dans un environnement semi-structuré. N’oubliez pas d’utiliser un langage simple et de laisser libre cours à votre curiosité naturelle, de jouer et de ne pas bombarder de questions.

Exemples de jouets que j’aime utiliser :

  • Voiture et piste de voiture
  • Mini-objets
  • Objets de la ferme

L’alphabétisation :

Suscitez l’enthousiasme autour du livre, utilisez des livres avec répétition, et si vos enfants l’aiment, essayez une voix animée qui peut être vraiment amusante.

Quelques livres que j’aime garder dans mon sac de thérapie et qui sont un grand succès pour l’attention conjointe sont, Pete le chat et ses chaussures blanches, Ours brun, La chenille très affamée et Chicka Chicka Boom Boom.

Musique:

Les élèves adorent les chansons, elles sont familières et créent un engagement. J’aime aussi utiliser des visuels qui peuvent être juste des images plastifiées ou des petits jouets qui correspondent à l’activité de la chanson. Il peut également être engageant de chanter des chansons qui ont des mouvements pour les mots.

Chansons que j’aime :

  • Vieux Macdonald
  • Roues sur le bus
  • Tête épaules genoux et orteils

Il peut être difficile de conserver des données et de fixer des objectifs autour de ces idées abstraites, assurez-vous de consulter ma banque d’objectifs sur le discours ABA. J’espère que vous aimez ces idées et que vous les utiliserez lors de votre prochaine séance d’intervention !

Publié dans A.B.A., Accompagnements, Autisme

Autisme : Les cliniciens doivent s’investir davantage dans les soins médicaux (par J. Vinçot)

“Je supplie la communauté clinique et de recherche sur l’autisme : s’il vous plaît, consacrez plus d’efforts aux adaptations et aux formations médicales spécifiques à l’autisme afin que les personnes comme mon fils puissent obtenir les soins médicaux dont elles ont besoin.”

Lire la suite de l’article

Publié dans Accompagnements, Autisme

Comment motiver des changements de comportement chez votre enfant de moins de 6 ans (et chez les enfants non verbaux) ? (CléPsy)

Le renforcement est commun à tout le monde, enfants comme adultes. Nous avons tous en effet besoin d’être motivés pour effectuer une tâche qui nous est moins agréable. Pour certains enfants, notamment dans le cas d’enfants avec un TSA (trouble du spectre autistique),  une déficience intellectuelle  ou un autre trouble neuro-développemental, il peut être plus  difficile de trouver de la motivation pour exécuter une tâche. Dans ces cas-là, on peut utiliser la méthode du renforcement. Cette fiche a pour but de vous aider à la mettre en place.

Lire la suite de l’article

Publié dans A.B.A., Accompagnements, Autisme

ABA NotABBA (Chaîne YouTube)

Présentation des principes de l’A.B.A. avec différentes vidéos :

Voir les vidéos

Publié dans A.B.A., Accompagnements, Autisme

Méthode A.B.C. et S.O.R.C. : Evaluation Fonctionnelle du Comportement (EFC)

L’utilisation des procédures d’EFC ( Evaluation Fonctionnelle du Comportement) est recommandé pour mieux comprendre un comportement dit « dérangeants » des publics que nous accompagnons.  

Modèle scientifique mis en évidence en 1968 par BIJOU, PETERSON et AULT , le modèle ABC consiste à décortiquer les séquences comportementales pour identifier les facteurs individuels ou environnementaux qui contribuent à l’apparition de comportements  -dérangeants- et à leur maintien dans le temps. Le modèle ABC est dit le modèle classique.

Lire la suite de l’article

Publié dans A.B.A., Accompagnements, Autisme

Autisme et ménopause : Questions-réponses (par J. Vinçot)

La ménopause pose des défis importants aux femmes autistes. Des chercheuses travaillent sur ce sujet peu étudié.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Formation

Le répit pour les personnes autistes elles-même : un besoin essentiel (CRAIF)

Si le besoin de répit est important pour les proches aidants, il l’est aussi pour les personnes autistes elles-mêmes. Face à la surcharge et au stress générés par les interactions sociales et les stimulations sensorielles, le risque d’épuisement ou de burn-out est réel. Mais le répit prend des formes très différentes d’un individu à l’autre. Cinq personnes autistes partagent leur propre expérience et ressenti du répit.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Soutien

Guide de sensibilisation des personnels de la petite enfance au repérage des TND (CNAF)

Publié dans Accompagnements, Autisme

Décret n° 2022-570 du 19 avril 2022 relatif à la prestation de compensation mentionnée à l’article D. 245-9 du code de l’action sociale et des familles

Publics concernés : personnes en situation de handicap, maisons départementales des personnes handicapées, conseils départementaux.
Objet : prise en compte de la situation et des besoins des personnes sourdaveugles (surdicécité) et des personnes vivant avec une altération des fonctions mentales, psychiques ou cognitives ou des troubles neuro-développementaux pour l’accès à la prestation de compensation du handicap.
Entrée en vigueur : le décret entre en vigueur le 1er janvier 2023 .
Notice explicative : le décret complète les critères d’attribution de la prestation de compensation du handicap pour son accès par les personnes sourdaveugles (atteintes de surdicécité) et les personnes vivant avec une altération des fonctions mentales, psychiques ou cognitives ou des troubles neuro-développementaux.

Lire le décret

Publié dans Autisme, Droits & Législation

Handicaps psychiques et mentaux : la PCH, c’est pour début 2023 (Faire Face)

Un tout récent décret va élargir, en janvier 2023, l’accès à la prestation de compensation du handicap (PCH) aux personnes atteintes d’un handicap psychique, cognitif, mental ou de troubles du neurodéveloppement. Elles pourront notamment bénéficier de trois heures d’aide humaine par jour si elles ont besoin d’être accompagnées dans la vie quotidienne.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Droits & Législation

Congrès co-organisé par le GIS autisme et TND et iMIND

Le GIS Autisme et TND et le centre d’excellence iMIND co-organisent une journée scientifique dans le but de favoriser la création de nouveaux ponts entre les différents champs disciplinaires de la recherche sur les troubles du neuro-développement (TND). L’objectif est de mettre en avant cette recherche transdisciplinaire, qui vise à éclairer la physiopathologie jusqu’aux outils numériques, comme source de bénéfices concrets pour les personnes concernées par les TND et les familles.

Voir les vidéos

Publié dans Autisme, Formation

« Notre fils avait 3 ans, on nous a dit : il est autiste, au revoir et bon courage » (Ouest-France)

Paskell Guillermo est la maman de trois garçons, dont Morgan, 11 ans, diagnostiqué autiste lorsqu’il avait 3 ans. Cette habitante de Baud (Morbihan) a créé TSA 56, Tous solidaires autisme, en 2016, une association qui aide les familles touchées par cette maladie. En ce mois d’avril 2022, mois de l’autisme, elle témoigne de son parcours du combattant et de ses projets pour son fils.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme

Prestation de Compensation du Handicap : nouveaux droits au 1/01/2023 (par J. Vinçot)

Un nouveau décret permet un accès plus juste à la Prestation de Compensation du Handicap, notamment à son volet Aide Humaine, pour bien des personnes handicapées, dont les personnes autistes, à partir du 1er janvier 2023.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Droits & Législation

Dispositif “MonPsy” : ouverture des candidatures pour les psychologues volontaires (ARS Bretagne)

S’adressant à toute la population à partir de 3 ans, le dispositif « MonPsy » permettra à un patient de bénéficier, sur orientation d’un médecin, de séances avec un psychologue, remboursées par l’Assurance maladie.
La plateforme de candidatures est désormais accessible pour les psychologues volontaires

Lire la suite de l’article

Publié dans Accompagnements, Autisme

Troubles graves du comportement : meilleures pratiques en prévention, en évaluation et en intervention auprès des personnes qui présentent une déficience intellectuelle, une déficience physique ou un trouble du spectre de l’autisme (INESSS)

Au Québec, l’intervention auprès des personnes présentant une déficience intellectuelle (DI), une déficience physique (DP) ou un trouble du spectre de l’autisme (TSA) et manifestant des troubles graves du comportement (TGC) s’appuie sur un guide de pratique : Le service d’adaptation et de réadaptation auprès des personnes ayant des troubles graves du comportement, élaboré en 2010 par des experts collaborant avec le Service québécois d’expertise en troubles graves du comportement (SQETGC). Ce guide est opérationnel et détaillé, mais ne résulte pas d’une revue systématique de la littérature scientifique sur les meilleures pratiques en prévention, évaluation et intervention en TGC.

C’est dans ce contexte que le SQETGC a demandé a l’INESSS de produire cet état des connaissances qui a permis de présenter une série de constats en lien avec les meilleures pratiques en prévention, en évaluation et en intervention auprès des personnes qui présentent une DI, une DP ou un TSA et manifestent des TGC

Publié dans Accompagnements, Autisme

“Mon Psy” : les séances chez le psychologue remboursées dès ce mardi, tout savoir sur ce nouveau dispositif (Midi Libre)

Le remboursement par la Sécurité sociale de huit séances chez le psychologue pour tous les Français, annoncé en septembre par Emmanuel Macron, entre en vigueur ce 5 avril.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Droits & Législation

Autisme : “la maison de Vincent”, un lieu d’accueil pour adultes autistes (France Info)

La journée mondiale de sensibilisation à l’autisme a lieu samedi 2 avril. Le 20 Heures présente à cette occasion une maison d’accueil pour autistes, un lieu dans lequel ils sont accompagnés.

Voir le reportage

Publié dans Autisme, Habitat

Handicap : dans le Nord, le combat quotidien d’un père qui élève seul son fils autiste (France Info)

Samedi 2 février, c’est la journée mondiale de sensibilisation à l’autisme, un handicap qui touche 700 000 personnes en France, dont 100 000 jeunes. À cette occasion, le 19/20 a rencontré un père de famille qui élève seul son fils autiste.

Voir le reportage

Publié dans Autisme

Une expérience immersive à Montpellier pour simuler les troubles de l’autisme (France Bleu)

À l’occasion de la journée mondiale de sensibilisation à l’autisme, une expérience immersive avait lieu ce samedi à l’Odysseum de Montpellier. Des équipements sonores, visuels, olfactifs et gustatifs, pour mettre tous nos sens en alerte, et mieux comprendre la réalité des troubles autistiques.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme

Les mères d’handicapés craquent (Marie-Claire)

Parce qu’en France on manque de structures d’accueil, de nombreuses mères se retrouvent seules avec leur enfant – parfois violent – atteint d’autisme ou d’un handicap mental lourd. Epuisées par les refus et les faillites de l’administration, elles n’ont d’autre choix que d’exiler leur fils ou fille en Belgique, où le meilleur accueil côtoie le scandale.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme

La maison de Vincent (France.TV)

Vincent, 61 ans, a eu une vie faite de mauvais diagnostiques et de prises en charges inadaptées. Pendant toutes ces années, il n’avait en effet jamais été diagnostiqué comme autiste. Helene, sa petite sœur a mis sa carrière de comédienne entre parenthèses pendant deux ans, pour créer les « Maisons de Vincent ».

Voir le reportage

Publié dans Autisme, Habitat

À Betton, des activités sportives proposées aux enfants atteints de troubles autistiques (Ouest-France)

Samedi 2 avril 2022, des ateliers étaient proposés sur le site Décathlon de Betton (Ille-et-Vilaine) dans le cadre de la Journée mondiale de sensibilisation à l’autisme. Les Troubles du spectre de l’autisme (TSA) concernent environ une personne sur cent et sont reconnus comme un handicap depuis 1996.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Sport

Sport et autisme : « Le parcours du combattant des parents est réel » (Ouest-France)

Dans quelle mesure le sport peut-il aider les personnes autistes ? Nous avons posé la question à Élodie Couderc, conseillère technique fédérale Autisme et Activités Motrices à la Fédération française de sport adapté. Selon elles, les bienfaits d’une activité sportive peuvent-être nombreux. Le tout est de suivre ses besoins.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Sport

“J’aime travailler” : portrait d’Allan, jeune autiste et employé dans un supermarché près de Toulouse (France Bleu)

Ce samedi 2 avril 2021 est la journée mondiale de sensibilisation à l’autisme. Beaucoup d’adultes autistes ne travaillent pas malgré des compétences professionnelles remarquables. Exemple d’une insertion réussie avec Allan, un jeune autiste qui travaille à l’espace culturel d’un supermarché près de Toulouse.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Emploi, Monde professionnel

Autisme : un accompagnement insuffisant, selon les asso (handicap.fr)

Malgré les 490 millions investis en cinq ans dans la stratégie autisme, pour les asso le compte n’est pas bon, avec de nombreuses difficultés. Le 2 avril 2022, à l’occasion de la journée mondiale dédiée, elles réclament un nouveau plan 2023/2027.

Lire la suite de l’article

Publié dans Accompagnements, Autisme

La révision du DSM-5 modifie la définition de l’autisme pour plus de clarté (par J. Vinçot)

Mise à jour périodique : le DSM-5-TR clarifie les caractéristiques qui composent des dizaines de conditions, dont l’autisme.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Formation

Futur droit à la prestation de compensation du handicap et troubles (dont TSA) (par J. Vinçot)

Une future modification de la Prestation de Compensation du Handicap (surtout pour l’Aide Humaine) qui aura beaucoup d’effets sur l’autonomie des personnes autistes.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Droits & Législation

Autisme et scolarité : le combat quotidien des parents d’Enzo (France Bleu)

À l’occasion de la Journée mondiale de la sensibilisation à l’autisme, le 2 avril, France Bleu a rencontré les parents d’Enzo, 9 ans, atteint de TSA (Trouble du Spectre de l’Autisme) et scolarisé dans une école dite “ordinaire”. Ses parents se heurtent quotidiennement à de nombreuses difficultés.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme, Scolarité

Café/Rencontre/Ludothèque, le samedi 07 Mai 2022

Votre Café/Rencontre/Ludothèque mensuel sera ouvert le samedi 07 Mai 2022, de 14h30 à 17h30, au sein des locaux de l’association au 81, Bd Albert 1er (Rennes).

En parallèle et grâce au soutien de bénévoles, un accueil (sur inscription) pour les enfants sera mis en place. Si vous êtes intéressé, merci de nous le faire savoir rapidement. Afin que l’accueil soit de qualité pour des enfants à besoins spécifiques. Il ne sera pas accepté d’enfants non inscrits préalablement.

Vous pourrez aussi consulter le catalogue, emprunter du matériel de la ludothèque.

Cette action est soutenue par le “Réseau Parentalité 35” et le Conseil Départemental d’Ille-et-Vilaine.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Covid19-Gestes.jpg.
Publié dans Autisme, Café/Rencontres

Vers une école plus inclusive, de la maternelle au supérieur ! (FunMOOC)

Cette formation est faite pour développer les compétences des professionnels de l’éducation à l’accompagnement en contexte scolaire d’élèves et étudiants suivis pour une maladie grave chronique.

S’inscrire à la formation

Publié dans Autisme, Formation, Scolarité

Abonnez-vous à notre newsletter

Connexion

Archives

Commentaires récents