Extraits du discours du Président de la République lors de la Conférence Nationale du Handicap (19/05/2016)

Ecouter le texte complet en vidéo : http://www.elysee.fr/videos/discours-lors-de-la-conference-nationale-du-handicap/

………………………………… Mais c’est vrai que c’est à l’école que tout se joue. La ministre de l’Education nationale est là, c’est au cœur de la refondation, pour que l’école puisse être anticipatrice de ce que doit être la société, c’est-à-dire inclusive.

Il y a aujourd’hui 280 000 enfants handicapés scolarisés, c’est un tiers de plus qu’à la rentrée 2011 – un tiers de plus. Je salue notamment la place des unités d’enseignement en maternelle pour les jeunes enfants autistes puisqu’il y a eu 60 structures créés depuis 2012 et il y en aura 50 autres d’ici 2017. J’ai visité une de ces unités. C’est un travail formidable qui rend fiers les personnels de l’Education nationale, qui rend heureux les enfants et qui donne aux familles une confiance dans l’école de la République.

La scolarisation des enfants handicapés doit être également de transférer ce qui existait dans les structures médico-sociales vers les établissements scolaires, ce qu’on appelle le milieu ordinaire, ce qu’on devrait appeler le milieu scolaire pour tous les enfants. Il y a eu 100 unités qui ont été transférées de ce qu’on appelle le médico-social vers l’école.

De même que tous les projets d’école doivent désormais s’intéresser aux enfants à besoins éducatifs particuliers. De la même façon pour les universités : chaque université doit avoir un schéma handicap pour permettre l’accessibilité physique bien sûr, mais aussi l’accompagnement des étudiants handicapés qui veulent y être pleinement accueillis. Il y a déjà 25 schémas qui sont en place dans les universités, il n’y en avait que deux en 2012 et nous devons faire en sorte que toutes les universités en soient dotées. Ces résultats sont significatifs, même s’ils sont insuffisants pour beaucoup de parents, je le sais.

……………………………………

Je veux aussi poursuivre l’évolution qui a été engagée dans les établissements et services médico-sociaux. C’est vrai que nous avons besoin de places supplémentaires et j’imagine que cette question est revenue dans le débat de cette conférence. Il faut ouvrir des places dans certains territoires qui sont structurellement sous-équipés ou pour certaines situations de handicap qui ne sont pas suffisamment traitées.

…………………………………………………

Je veux aussi poursuivre l’évolution qui a été engagée dans les établissements et services médico-sociaux. C’est vrai que nous avons besoin de places supplémentaires et j’imagine que cette question est revenue dans le débat de cette conférence. Il faut ouvrir des places dans certains territoires qui sont structurellement sous-équipés ou pour certaines situations de handicap qui ne sont pas suffisamment traitées.

Travailler, c’est le souhait de tous, et donc des personnes handicapées. C’est également vrai pour le handicap psychique. La création de nouveaux Groupes d’Entraide Mutuelle sera soutenue, pour aider les personnes concernées à retrouver confiance en elles et à prendre pleinement leur place dans la société.

Dans le même esprit, il y a le logement. Il faut lever les derniers obstacles, juridiques, économiques, au développement des formes de logement accompagné et d’habitat partagé. Je salue le parc social qui est ici représenté parce qu’il y a eu un effort des organismes bailleurs ; ils prendront toute leur place dans ces nouveaux types de logements. Nous nous donnons aussi l’objectif de créer 1 500 places supplémentaires en pensions de famille, qui s’adressent notamment au public en situation d’exclusion et qui ont des troubles psychiques.

Publié dans Annonces

Abonnez-vous à notre newsletter

Connexion

Archives

Commentaires récents