Soutenir les parents et les familles (Different Roads to Learning)

Article original : Supporting Parents and Families

Traduction :

Dans le monde idéal, chaque enfant aurait des parents et d’autres membres de la famille aimants qui sont engagés dans leur éducation, leurs activités sociales, leur santé et leur bien-être et leurs loisirs. Cet engagement offre une protection pour l’enfant, un lien affectif pour la famille et des opportunités pour les parents de transmettre leur sagesse et leurs valeurs. Les gardiens enseignent explicitement et implicitement à leurs enfants par le biais de la modélisation, de la conversation et de l’interaction chaque jour.

Pour les familles qui incluent des personnes atteintes du spectre autistique, les parents et les tuteurs peuvent parfois bénéficier d’un soutien supplémentaire pour s’engager et aider leurs enfants. De plus, lorsque les enfants reçoivent des services ABA, il est essentiel que les accompagnants soient inclus dans la planification et la prestation des programmes.

Une raison importante pour inclure les parents et les autres membres de la famille dans l’intervention d’ABA est qu’ils sont des sources clés d’information et d’orientation pour les analystes du comportement. Personne ne connaît mieux les enfants que les gens qui les aiment. L’exploration des fonctions du comportement, puis l’élaboration de plans pour les stratégies d’enseignement et de soutien du comportement les plus efficaces nécessitent une collaboration avec les parents ou les soignants les plus proches. Si un analyste du comportement veut connaître les renforçateurs et les facteurs de motivation d’un enfant, il doit parler à l’enfant. Si l’enfant est incapable de communiquer avec l’analyste du comportement, les personnes proches sont la deuxième meilleure source d’information. Les parents ou autres proches aidants peuvent fournir une mine de connaissances sur leurs enfants qui ne sont peut-être pas encore en mesure de parler pour eux-mêmes.

Ensuite, les parents ou tuteurs sont les fournisseurs du consentement pour l’évaluation et l’accompagnement de leur enfant. Ils doivent être activement impliqués dans la décision des objectifs à fixer, de la manière dont le comportement doit être évalué et de la manière dont les interventions doivent être mises en œuvre. Les objectifs et les interventions devraient être fondés sur les valeurs et la culture de la famille, et non sur l’analyste du comportement. La seule façon de le faire de manière authentique est de se connecter de manière significative avec la famille et d’engager une conversation respectueuse sur leurs besoins et leurs préférences. Aux côtés de l’enfant, les parents et/ou les soignants sont les membres les plus essentiels de l’équipe.

Une autre raison d’impliquer les accompagnants dans la planification et la mise en œuvre des interventions comportementales est simplement qu’ils ont un accès presque continu à leur enfant et peuvent donc avoir le plus d’impact. Si un accompagnant qui est avec l’enfant pendant la majeure partie de la journée a une bonne compréhension de la façon de mettre en œuvre des interventions comportementales, y compris les stratégies basées sur les antécédents, les interventions linguistiques et l’enseignement de l’environnement naturel, la puissance de l’intervention est considérablement amplifiée. Non seulement l’enfant bénéficie d’opportunités d’apprentissage et de soutien positif tout au long de la journée, mais la généralisation et le maintien des compétences acquises dans le cadre d’une thérapie plus formelle sont considérablement améliorés.

Voici quelques réflexions sur la façon de faciliter cette collaboration, mais rappelez-vous que chaque parent ou accompagnant est différent et doit être approché et traité de la manière qui lui convient le mieux.

  • Tout d’abord, examinons le terme « formation des parents ». Bien que le terme signifie « former les parents à l’ABA », il implique également que les parents doivent être formés pour être des parents. Non seulement c’est inexact, mais cela peut sembler blessant ou arrogant. N’oubliez pas non plus que tous ceux qui viennent à la formation parentale ne sont pas des parents, et que tous ceux qui viennent à la formation parentale n’ont pas besoin d’apprendre les mêmes choses. Certains parents ou tuteurs sont très nouveaux dans ces formations, et d’autres sont profondément impliqués depuis longtemps, mais nous pouvons tous bénéficier de la collaboration. Les sources de financement appellent souvent le service « formation des parents », donc nous pouvons être coincés avec le terme, mais il peut être très utile d’expliquer aux parents et aux accompagnants dès le début qu’on ne leur dira pas quoi faire, ils sont ne seront pas jugés, et tout le monde est ici pour la même raison : travailler ensemble pour aider leur enfant.
  • Comme mentionné ci-dessus, tous ceux qui reçoivent une formation parentale ne sont pas des parents. N’oubliez pas que les familles peuvent avoir des configurations très différentes, et parfois les enfants sont pris en charge par d’autres que leurs parents. Parfois, les grands-parents, les tantes, les oncles ou les frères et sœurs plus âgés sont impliqués dans l’éducation des enfants. Pour diverses raisons, des aidants rémunérés sont parfois impliqués. Quiconque fait partie du monde de l’enfant au quotidien peut bénéficier de la collaboration avec l’équipe d’intervention comportementale de l’enfant
  • N’oubliez pas que même si la personne qui reçoit l’intervention comportementale est techniquement l’enfant, toute personne concernée par les services de l’enfant doit être traitée selon les mêmes principes que l’enfant. Prenez le temps d’évaluer les désirs, les besoins et les motivations de la personne qui s’occupe de l’enfant, et pas seulement en relation directe avec son enfant. Les aidants décrivent généralement facilement ce qu’ils veulent que leur enfant reçoive de l’accompagnement, mais nous pouvons également demander ce que les aidants veulent pour eux-mêmes. Nous pouvons et devons également demander comment les aidants préfèrent apprendre, recevoir des commentaires, évaluer les progrès et interagir avec nous. Certains aidants préféreront une expérience hautement technique et apprécieront les graphiques et les articles de revues, tandis que d’autres préféreront des conseils pratiques. Certains aidants voudront procéder lentement et étape par étape, et d’autres voudront avoir un plan d’ensemble.
  • Comme indiqué ci-dessus, cela dépendra du parent ou du tuteur, mais dans la plupart des cas, il est conseillé de commencer par utiliser un langage accessible, en introduisant le jargon uniquement si nécessaire ou souhaité. La plupart des accompagnants doivent savoir comment aider leur enfant aujourd’hui et demain, et n’ont pas besoin de connaître les procédures compliqués de renforcement ou la terminologie technique qui peuvent être rebutants ou bouleversants. Bien sûr, si un parent préfère la terminologie technique, il est tout à fait approprié de l’utiliser et de lui présenter des livres, des sites Web et d’autres ressources pour fournir tout contexte et théorie qui pourraient les intéresser.
  • Soyez clair et aimable en fixant des limites. La collaboration avec les aidants signifie généralement s’impliquer dans leur famille à un niveau plus profond et plus compatissant que les autres professionnels. Ils peuvent être proches de leur dentiste ou pédiatre, mais la plupart ne verront probablement ces professionnels que quelques fois par an, et non à leur domicile. Les membres de l’équipe ABA, en revanche, sont généralement impliqués dans la vie familiale plusieurs fois par semaine, souvent au domicile de la famille, et il n’est pas inhabituel ou problématique de se préoccuper les uns des autres. Les directives éthiques contre le développement de relations duelles peuvent être respectées avec gentillesse, dans un contexte plus large, et doivent être cohérentes et non inattendues pour la famille.
  • Soyez respectueux des demandes concurrentes. N’oubliez pas qu’en tant que professionnel, votre interaction avec l’aidant est principalement en relation avec l’enfant qui reçoit des accompagnements, mais les aidants ont souvent d’autres responsabilités à équilibrer. Ceux-ci peuvent inclure d’autres enfants et membres de la famille, le travail et leurs propres besoins en matière de santé physique et mentale. Si un accompagnant n’est pas aussi réceptif que nous le souhaiterions, supposez de bonnes intentions et essayez d’analyser comment il pourrait être mieux soutenu pour participer. Parfois, cela signifie changer les attentes pour ce qu’ils peuvent faire, et d’autres fois, cela signifie fournir des ressources supplémentaires ou des suggestions différentes qui sont plus cohérentes avec leur situation.
  • Il est important de se rappeler de montrer de l’intérêt et de la compassion pour toute la famille. N’oubliez pas que l’enfant fait partie d’un ensemble et que les personnes qui sont importantes pour lui peuvent également l’être pour l’équipe. Non seulement ce niveau de considération mènera à de meilleurs résultats pour l’enfant parce que la famille sera plus engagée avec les professionnels, mais il se traduira également par une expérience plus enrichissante pour les professionnels. Nous sommes tous entrés dans ce domaine pour aider les gens; travailler dans le contexte de la famille nous permet d’aider plusieurs personnes à la fois.
Publié dans A.B.A., Accompagnements, Autisme

Abonnez-vous à notre newsletter

Connexion

Archives

Commentaires récents