Qu’est-ce que le renforcement en ABA ? (Different Roads to Learning)

Article original : What Is Reinforcement In ABA?

Traduction :

Parfois, les gens entendent parler de l’ABA et assimilent le renforcement à la corruption. Mais les deux sont assez différents, et il est important de comprendre ces différences. Voyons d’abord la corruption. La définition de la corruption est de « persuader quelqu’un d’agir en sa faveur par un don d’argent ou une autre incitation ». La première chose à noter est que la corruption aide la personne à persuader, pas la personne qui accomplit l’action. La deuxième chose à noter est que lorsque nous considérons la corruption avec des enfants, elle est souvent mise en œuvre lorsque l’enfant adopte déjà un comportement inapproprié. Par exemple, vous pourriez voir un enfant se jeter par terre dans une épicerie et commencer à donner des coups de pied et à crier. Si le père dit : « Si tu te lèves, j’achèterai la barre chocolatée », cela serait considéré comme de la corruption.

Alors, qu’est-ce que le renforcement ? Le renforcement est tout ce qui se produit immédiatement après le comportement qui augmente la probabilité future du comportement. Et le renforcement se produit tout le temps dans la vraie vie ! Si j’allume une nouvelle station de radio et qu’elle diffuse ma chanson préférée, je suis plus susceptible de me tourner à nouveau vers cette station de radio à l’avenir. Si j’envoie un texto à une amie et qu’elle répond immédiatement, je suis plus susceptible de lui envoyer à nouveau un texto à l’avenir. Si mon estomac est dérangé, alors je bois de l’eau de Seltz et cela calme mon estomac, je suis plus susceptible de boire de l’eau de Seltz à l’avenir quand j’ai mal au ventre.

Là où la confusion s’installe souvent, c’est lorsque nous planifions un renforcement pour augmenter le comportement d’un individu. Il est important de comprendre que l’objectif de l’enseignement en A.B.A. doit toujours être de passer d’un renforcement planifié à un renforcement non planifié ou naturel. Considérez-le comme le démarrage d’un comportement qui profitera à l’individu. Par exemple, j’ai un étudiant qui courrait dans la rue si vous lui lâchiez la main. Une partie de la procédure d’enseignement consistait à lui apprendre à s’arrêter au bord du trottoir. Ce comportement lui est évidemment bénéfique et contribue à augmenter sa sécurité. Lorsqu’il s’est arrêté au bord du trottoir, il a gagné un jeton. Quand il a gagné cinq jetons, il a obtenu l’accès à l’iPad. Après qu’il ait réussi à s’arrêter au bord du trottoir, nous lui avons appris que la prochaine étape était d’atteindre la main de l’adulte. Il ne gagnait plus de jetons pour s’être arrêté sur le trottoir, mais il gagnait des jetons pour avoir terminé les deux étapes. Nous avons continué de cette façon jusqu’à ce qu’il s’arrête de manière appropriée au bord du trottoir, attrapant la main de l’adulte, puis attendant le panneau indiquant « Marchez », regardant des deux côtés, puis marchant dans la rue. C’était un long processus, mais un renforcement planifié sous forme de jetons était la meilleure méthode pour lui apprendre à être en sécurité dans la rue.

Une dernière remarque concernant le renforcement : il varie selon les individus. Certains individus sont fortement renforcés par le chocolat ou les livres ou l’accès à la musique. D’autres sont fortement renforcés en jouant avec un ballon ou en se promenant. En A.B.A., nous ne nous contentons pas d’entrer et de donner à un enfant des M&M après d’autres M&M et espérons que son comportement change comme par magie. La première étape consiste à effectuer une évaluation des préférences. Une grille de recherche de renforçateurs peut être trouvée ici. Cet outil vous guidera vers les renforçateurs les plus efficaces pour votre apprenant et rendra votre intervention plus efficace.

Publié dans A.B.A., Accompagnements, Autisme

Abonnez-vous à notre newsletter

Connexion

Archives

Commentaires récents