Créer des liens (Different Roads to Learning)

Article original : Crafting Connections

Traduction :

Les troubles de la communication sociale sont un déficit clé de l’autisme et peuvent être observés dans toute la gamme variable du spectre.

La communication sociale est un grand mot qui peut inclure de nombreuses difficultés, telles que se faire des amis, maintenir des amitiés, se comporter de manière appropriée avec ses pairs, partager, empathie ou prise de perspective, initier un jeu entre pairs, participer à un jeu entre pairs en cours, répondre aux pairs, auto-représentation, résolution de conflits, trouver ET garder un emploi, etc.
Lorsque les cliniciens utilisent le terme « compétences sociales », nous parlons vraiment de beaucoup de compétences !

Certaines personnes croient à tort qu’un accompagnement en ABA se concentre uniquement sur l’enseignement en 1 pour 1 et n’est donc pas appropriée pour cibler l’interaction sociale entre pairs. Non, c’est faux.
L’accompagnement en ABA peut absolument inclure un enseignement ciblé des compétences sociales. En fonction de l’âge de l’apprenant et de ses déficits sociaux spécifiques, cela aura un impact sur la manière dont les objectifs sociaux sont évalués et sélectionnés.

Les parents de très jeunes enfants veulent généralement travailler sur : le partage, jouer avec des pairs au lieu de s’isoler, jouer avec des jouets au lieu d’accumuler des jouets, réduire l’agressivité envers les pairs, etc.

Les parents d’adolescents ou de jeunes adultes veulent généralement travailler sur : démarrer une conversation, augmenter le MLU (traduction du jargon = vous voulez que votre enfant utilise plus de 1 à 2 mots pour faire une déclaration ou répondre à une question), acheter des articles dans un commerce, parler aux aides communautaires (par exemple, un policier), passer des entretiens d’embauche, s’affirmer, sortir ensemble, etc.

Il existe également de nombreux accompagnements en ABA qui proposent des groupes formels d’habiletés sociales aux familles, où les apprenants sont regroupés en fonction de leurs intérêts, de leurs capacités, de leur âge ou d’autres facteurs, pour participer à des jeux et à des activités en groupe. Mais les jeux sont bien plus que de simples “jeux”, ils sont en fait soigneusement conçus pour cibler des déficits de compétences sociales spécifiques. Si vous recevez déjà des services d’accompagnement en ABA, demandez si votre enfant peut participer à un groupe social avec d’autres enfants.

L’analyse du comportement a de nombreuses stratégies validées empiriquement à ajouter à la conversation sur les compétences sociales, et aussi (selon la source de financement) le psychologue ABA peut cibler les compétences sociales dans un format de groupe, à l’école ou dans la communauté, pour assurer une généralisation appropriée. Par exemple :

  • Renfort pour la réussite : La formation aux compétences sociales devrait inclure un renforcement individualisé pour l’apprenant, et devrait également travailler pour jumeler (transférer) le renforcement aux pairs, car avant l’intervention, l’apprenant peut ne pas trouver l’interaction avec ses pairs très amusante ;-(
  • Collecte de données : Si personne ne collecte de données, n’examine ces données et n’évalue ces données pour prendre des décisions de traitement, alors ce qui se passe n’est pas l’ABA.
  • Généralisation : Aussi connu sous le nom de “vraie vie”. L’apprentissage des habiletés sociales au accompagnement ABA, à l’école ou sur le terrain de jeu ne se généralisera pas nécessairement à d’autres contextes et à d’autres enfants. La généralisation intentionnelle dans le monde réel, des scénarios de la vie réelle est un must.
  • Structure : Cela peut sembler bizarre, mais cela ne signifie PAS que l’apprenant doit faire la même chose, dans le même ordre, pour chaque interaction avec ses pairs. Cela signifie que l’apprenant doit être capable de prédire ce qui se passera dans le groupe social aujourd’hui, qu’il connaît les règles du groupe social et qu’il comprend les récompenses qu’il contacte pendant le groupe social. Ces choses devraient être quelque peu prévisibles, du point de vue de l’apprenant.
  • Décomposez les concepts de manière visuelle ou tangible : Aidez les apprenants à comprendre des concepts abstraits grâce à la modélisation vidéo, des jeux, des visuels ou des objets de manipulation, qu’ils peuvent toucher, voir, etc.
  • Suivez un programme d’études basé sur des preuves … mais pas de trop près : Bien qu’il soit important d’avoir un outil pour créer le plan de cours pour l’instruction sociale, je recommanderais également d’individualiser le programme autant que possible entre les apprenants. La modification du programme d’études pour rendre le contenu plus pertinent pour l’apprenant contribuera grandement à aider l’instruction sociale à « coller » et à être saillante pour la personne qui reçoit l’intervention.
  • Gestion du comportement : Il est évident que les comportements difficiles ou perturbateurs interfèrent avec l’apprentissage pendant les périodes d’interaction sociale. Ces comportements peuvent également effrayer, intimider ou confondre les autres pairs présents, ce qui va à l’encontre de l’objectif d’interaction avec les pairs. C’est pourquoi les psychologues ABA sont qualifiés pour mettre en œuvre ces types d’interventions, car nous avons déjà les outils pour réduire les comportements inappropriés et augmenter les comportements appropriés, et maintenir l’interaction sociale sur la bonne voie.
Publié dans A.B.A., Accompagnements, Autisme

Abonnez-vous à notre newsletter

Connexion

Archives

Commentaires récents