Des protéines supplémentaires modifient la microglie et le comportement

Chez les souris mâles, la surproduction de protéines affecte la capacité de la microglie à voyager jusqu’aux synapses qui ont besoin d’être élagués, ce qui modifie le circuit cérébral et le comportement (handicaps sociaux, déficiences cognitives, comportements répétitifs) d’une manière qui fait penser à l’autisme chez les humains.

Lire la suite de l’article

Publié dans Autisme

Abonnez-vous à notre newsletter

Connexion

Archives

Commentaires récents