Quelles pratiques efficaces ?

Saisi par des associations de familles d’autistes en 2005, le Comité Consultatif National d’Ethique indique en 2007, que la France accuse un retard, comparativement aux pays d’Europe du Nord ou anglo-saxons, en ce qui concerne le diagnostic et l’accès à un accompagnement éducatif adapté. Ce rapport critique la situation difficile des personnes atteintes d’autisme et de leurs familles en France, et la succession de rapports et de lois sans effet depuis plus de dix ans.

Il émet aussi le constat suivant : « Il n’y a pas aujourd’hui de traitement curatif, mais une série de données indiquent depuis plus de quarante ans qu’un accompagnement et une prise en charge individualisés, précoces et adaptés, à la fois sur les plans éducatif, comportemental et psychologique augmentent significativement les possibilités relationnelles et les capacités d’interaction sociale, le degré d’autonomie, et les possibilités d’acquisition de langage et de moyens de communication non verbale par les enfants atteints de ce handicap ».

Enfin, en 2012, des recommandations ont été émises par la Haute Autorité de Santé et l’ANESM à l’attention des professionnels. Elle préconise de mettre en place « des interventions personnalisées, globales et coordonnées, fondées sur l’analyse appliquée du comportement »  et cite notamment l’Analyse Appliquée du Comportement ou ABA (Applied Behavior Analysis).

Connexion

Vous pouvez déduire de vos impôts 66% de votre don dans la limite de 20% de votre revenu imposableDon

Archives

Abonnez-vous à notre lettre mensuelle

Commentaires récents